Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2011-03-30T06:54:00+02:00

J'étais la fille de François Mitterand - Elsa Flageul

Publié par MyaRosa

 

elsa

Quatrième de couverture :

 

A la tristesse ordinaire d'une enfant de dix ans dont les parents se sont séparés, Loulou oppose la force de l'imaginaire. Incomprise par son père, qu'importe, elle s'en trouvera un autre. Et pourquoi pas le plus illustre ? Une cérémonie au Panthéon et c'est la révélation : son vrai père ne peut-être que le président de la République, François Mitterrand. Et Loulou de remplir des cahiers de photos du Président, toute à son rêve apaisant de petite fille...

 

"Grâce à la fantaisie de l'enfance, la maladresse des relations familiales prend ici l'allure d'un conte tendre et attachant."

[Camille Tenneson - Le Nouvel Observateur]

"Elsa Flageul construit, sur une boutade, un roman très juste et drôle sur la quête d'identité d'une ado en mal de père."

[B.B. - Marie France]

 

Mon avis :

 

 Ne vous fiez surtout pas au titre de ce livre. Ce n'est ni une autobiographie, ni un livre à scandale relatant les potins ou rumeurs autour de François Mitterand, mais bel et bien un roman.  Ici, il n'est qu'un prétexte pour aborder le manque, l'absence, les difficultés de communication entre un père et sa fille.

 

 Loulou est une petite fille qui à force d'ennui et de manque de communication s'invente une vie, un secret. Elle le sent au premier regard, François Mitterand est son véritable père. Un secret d'état l'entoure, elle, Loulou, celle que tout le monde trouve ordinaire. Ce secret qu'elle partage avec sa meilleure amie la rend fière, fait battre son coeur un peu plus vite.

 

 Son véritable père, lui, ne se doute de rien. Lorsqu'il la voit il essaie de lui faire plaisir, il l'aime mais ne sait pas comment lui dire. Il voudrait la présenter à la nouvelle femme qui partage sa vie mais ne sait pas comment lui parler.

 

 Ces deux êtres se cherchent, tentent maladroitement de faire un pas vers l'autre. Arriveront-ils à se parler ?

 

 C'est une jolie histoire sur les difficultés de la relation père-fille dans laquelle chacun peut se reconnaître à un moment ou à un autre.. Elsa Flageul signe ici son premier roman. Un récit touchant, plein d'humour et de tendresse qui fait la part belle aux mots et aux sentiments. J'ai beaucoup aimé.

 

Extraits :

 

" Elle adore faire semblant de dormir, il lui semble qu'ainsi elle peut percevoir et entendre la vérité."

 

"J'aime les mots mais je ne sais pas les dire.

J'aime. Cela ne se voit pas, c'est tout."

 

"Il y a des personnes avec qui on a toujours l'impression d'être malhonnête, même quand on est d'une sincérité absolue, il y a toujours un petit quelque chose de flou qui subsiste, toujours un petit quelque chose qu'on cache. Mais quoi ?"

 

(126 pages - éditions Julliard - 15 janvier 2009 - 15€)

ou en version poche :

 

couv50907849

(91 pages - éditions Pocket - février 2010 - 4,70€)

Voir les commentaires

2011-03-29T08:37:00+02:00

Point2 : Impressions après lecture

Publié par MyaRosa

 

Comme promis, un petit point sur les livres de poche "nouvelle génération" Point2 après lecture.

Tout d'abord, je tiens à dire que j'ai été surprise par la vitesse à laquelle on peut modifier nos habitudes de lecture. Je pensais que ce serait bien plus difficile et que ça prendrai bien plus de temps, mais en quelques pages lues, j'avais déjà de nouveaux réflexes.Ce n'est pas si difficile que ça de lire dans un autre sens et de tourner les pages de bas en haut.

 

photo(9)

 

 

Les - :

 

- La finesse du papier.

Le papier est très fin, et c'est assez souvent qu'en voulant tourner la page je me suis retrouvée plusieurs pages plus loin.

 

- Le prix.

Plus élevé que le prix des livres de poche actuels, je pense qu'il va freiner plus d'un lecteur à adopter ces nouveaux livres.

 

 

photo(11)

 

Les + :

 

- Sa taille.

Voilà enfin un livre de poche qui peut vraiment rentrer dans nos poches ! Très pratique également à transporter dans un sac à main, il prend vraiment peu de place et comme la couverture est bien rigide, on ne risque pas de l'abîmer. Génial aussi pour emmener sa bibliothèque en vacances...

 

- Sa solidité.

Comme je l'ai dit plus haut, la couverture est vraiment rigide et les pages du livres sont bien protégées.

 

- Sa tranche.

Ca a l'air d'être un détail, mais c'est vraiment agréable de pouvoir laisser le livre ouvert sans qu'il ne se ferme, ou de pouvoir lire sans avoir besoin de ses deux mains.

 

photo(8)-copie-1

 

Conclusion :

 

J'ai été agréablement surprise par cette première expérience avec les éditions Point2. J'aime ce petit format et le fait de pouvoir emmener mes livres partout sans que ce soit contraignant ou sans risquer de les abîmer.On s'adapte très vite à cette nouvelle façon de lire, et même si j'aime les livres de poche actuels, je suis contente qu'il y ait un peu de changement. J'espère que le prix des livres baissera d'ici quelques temps, car c'est vraiment le seul point négatif.

 

Merci à Jérôme Lambert qui m'a permis de découvrir les éditions Point2 en avant-première.

Ces livres ainsi que d'autres titres seront disponibles dans vos librairies dès le

14 avril !

Voir les commentaires

2011-03-24T10:39:00+01:00

Ramsès au pays des points-virgules - Pierre Thiry

Publié par MyaRosa

 

couv73788133.jpg

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Quelques jours avant Noël, Alice discute avec son oncle Sigismond, un bouquiniste érudit. Elle se moque de lui car il ne connait même pas J.-K. Rowling l'auteur d'Harry Potter. Elle évoque un roman qui aurait été écrit par un certain Jérôme Boisseau : «Ramsès au pays des points-virgules». L’oncle Sigismond, n’en a jamais entendu parler. Osera-t-il avouer à sa nièce qu’il existe des écrivains dont il ignore tout? Ce roman, ce romancier existent-ils? Que raconte Ramsès au pays des points-virgules>? Qui en est le véritable auteur? Qui est le Ramsès dont il est ici question? Les réponses à toutes ces interrogations seront elles dans ce livre?

 

Ce volume s’adresse à tous les lecteurs de dix à cent-dix ans. On y arpentera les méandres mystérieux du chateau de Baskerville, on y croisera Charles Hockolmess, le chat noir qui cite sans cesse Jean de La Fontaine. On y découvrira que le lecteur autant que l'auteur ont chacun leur rôle à jouer dans la naissance d'un livre. C'est particulièrerement le cas de ce livre où le lecteur est invité à mettre son grain de sel.

 

Mon avis :

 

 Je tiens tout d'abord à remercier chaleureusement Pierre Thiry, l'auteur de ce livre, pour sa gentillesse et sa générosité. J'ai été ravie de recevoir une proposition venant d'un auteur et non d'une maison d'édition pour une fois, et j'ai beaucoup apprécié les quelques mails échangés ainsi que la dédicace présente sur la première page de  l'ouvrage.

 

 Passons au livre en lui-même maintenant. L'histoire est complètement déjantée, on sent que Pierre Thiry a une imagination débordante, et j'ai aimé me plonger dans ce drôle d'univers, découvrir des personnages tous plus farfelus les uns que les autres à qui il arrive des aventures sans queue ni tête.  C'est d'ailleurs tellement loufoque que j'ai eu parfois un peu de mal à suivre, mais malgré tout j'aime beaucoup ce genre d'histoires donc je me suis prise au jeu.

 

 Pierre Thiry a une grande culture générale et s'intéresse à tout, ça se sent dans ce livre car on y apprend plein de choses sur tout et n'importe quoi : la recette des pancakes, les croyances sur la lune à travers le temps, des informations sur la façon de vivre des anglais. Ce n'est pas toujours amené de façon subtile, mais on ne peut pas lui en vouloir car toutes ces informations sont vraiment très intéressantes, et apprendre en lisant, j'aime beaucoup ! On y retrouvé également de nombreuses références et citations, de Boris Vian à Jean de La Fontaine en passant par Lewis Carroll . Pierre Thiry aime les mots, s'en amuse, joue avec eux, pour notre plus grand plaisir.

 

 Ce que j'ai apprécié dans ce livre, c'est son côté décalé. On entre dans un univers à part, sans logique, tout se mélange et pourtant tout est lié, on s'y perd un peu mais ce n'est pas grave, Pierre Thiry nous guide, nous entraîne avec lui dans ce voyage complètement fou où les chats citent et pastichent La Fontaine, où une jeune fille partie acheter des oeufs se retrouve en Angleterre sur un lit volant et où les points-virgules ont un pays... J'ai trouvé à ce livre quelques défauts et quelques longueurs, mais malgré tout je ne regrette en rien cette lecture qui m'a fait voyager. Merci Monsieur Thiry !

 

N'hésitez- pas à aller voir le site consacré à ce livre : ici

 

(184 pages - éditions Books on Demand - décembre 2009 - 13€)

Voir les commentaires

2011-03-22T14:02:00+01:00

Une Vie ailleurs - Gabrielle Zevin

Publié par MyaRosa

 

couv56913384

 

 

Quatrième de couverture :

 

Liz Hall, 15 ans, vient de mourir dans un accident de vélo. Elle se retrouve sur Ailleurs, un lieu où les défunts rajeunissent jusqu'à redevenir bébés avant de repartir dans le grand cycle de l'humanité... Pour Liz, qui rêvait d'atteindre enfin ses seize ans, le choc est brutal. Car elle n'a aucune envie de rajeunir. Ce qu'elle voulait, c'était décrocher son permis de conduire. Entrer à la fac. Connaître le grand amour. Il va pourtant lui falloir faire le deuil de son ancienne vie sur Terre avant de trouver un sens à cette nouvelle existence...

« Ce roman inventif plonge au coeur même de l'aspiration humaine et offre une vision inoubliable de la vie et de la mort, telles deux facettes d'une même pièce tout aussi riches l'une que l'autre. »

 

 

Mon avis :

 

 J'étais attirée par ce livre depuis plusieurs années, d'autant plus que je gardais un bon souvenir d'un autre livre de Gabrielle Zevin - Je ne sais plus pourquoi je t'aime - , j'ai donc été ravie de le trouver à la bibliothèque. J'ai beaucoup aimé le prologue, je ne vous dirai pas pourquoi car je préfère vous laisser le découvrir, mais j'ai aimé cette entrée en matière très originale ! Ensuite, j'ai eu un peu peur que tout le reste du livre soit dans ce style, car une fois l'effet de surprise passé, ça m'a semblé un peu niais et vraiment très enfantin. J'ai même pensé le reposer pour entamer un autre livre qui serait plus dans mes attentes du moment en matière de lecture, et puis je me suis accrochée et heureusement car après c'est de plus en plus intéressant, et je serai passée à côté d'une très belle histoire !

 

 Liz n'a que quinze ans lorsqu'elle meurt, renversée par un chauffeur de taxi qui ne s'est même pas arrêté pour lui venir en aide... On découvre avec elle ce qu'il y a après la mort, cet Ailleurs qui n'est finalement pas si différent de la vie que l'on connaît. Liz rencontre sa grand-mère maternelle décédée peu de temps avant sa naissance. C'est elle qui lui apprend les règles de la vie sur Ailleurs. Malgré tout, Liz refuse de s'adapter à sa "nouvelle vie" et passe ses journées à observer ses proches restés sur Terre. Et puis peu à peu, Liz évolue, fait des rencontres, et finit par trouver que la mort n'est pas si terrible que ça...

 

 Ce que j'ai aimé par dessus tout dans ce roman, c'est cette vision si optimiste de la mort. Gabrielle Zevin dédramatise la situation qui, au départ, est vraiment triste, et nous fait espérer que nos proches disparus sont maintenant dans un ailleurs comme celui-là. Tout le récit, s'il traite un sujet grave, est léger, gai et lumineux. C'est cette image de "l'après"que j'ai envie de garder. Ce récit n'est pas parfait, le style est parfois un peu faible, il y a quelques longueurs, et quelques clichés, mais malgré tout c'est un très beau livre, plein de joie et de bonne humeur. Lorsque je lui trouvais des défauts, ils étaient vraiment rattrapés par toute cette gaieté, cet optimisme, et puis il ne faut pas oublier que c'est un livre jeunesse. J'aurais adoré le découvrir plus jeune, je suis persuadée qu'il m'aurait aidé à changer ma vision de la mort. Un livre à faire lire aux jeunes, et aux moins jeunes, il vaut vraiment le détour !

 

"A mon humble avis, l'amour, c'est quand quelqu'un de bien particulier croit qu'il ne peut pas vivre sans quelqu'un de bien particulier. [...] Personne n'a réellement besoin de quelqu'un d'autre ni de l'amour de quelqu'un d'autre pour survivre. L'amour, [...] c'est quand de manière irrationnelle, on est arrivé à se persuader que c'était le cas."

 

(313 pages - éditions Albin Michel / collection Wiz - 2005 - 14€)

Voir les commentaires

2011-03-20T14:18:00+01:00

Delirium - Lauren Oliver

Publié par MyaRosa

 

couv24675838

 

 

Synopsis :

 

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…


« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

 

 

Mon avis :

 

 J'hésitais depuis quelques temps à m'acheter ce livre. L'histoire ne m'emballait pas plus que cela, mais j'étais intriguée par tous les avis élogieux croisés ici et là, et puis ma première expérience avec la dystopie, il y a quelques mois, a été une réussite, alors pourquoi pas ?! Ce partenariat entre Livraddict et les éditions Hachette jeunesse a donc été une excellente opportunité. Merci à eux ! Tout ça pour vous dire, que c'est sans trop d'attentes que je me suis plongée dans ce livre, et dès le début, j'ai beaucoup aimé l'histoire, sans trop savoir ce qui m'attendait.

 

 J'ai aimé l'amitié que partage Hana et Lena, leur insouciance, leur joie de vivre. J'étais curieuse de découvrir cet univers dans lequel l'amour est un fléau contre lequel tout le monde lutte. Dès le début, les bases sont posées. Lauren Oliver nous explique les règles de ce monde sans amour (les filles et les garçons ne se côtoient pas avant leur opération sauf s'ils sont membres de la même famille, un couvre-feu est imposé, des barrières électriques encerclent la ville,...) Vous l'aurez compris, un quotidien fait de règles et de répression, on a du mal à comprendre comment les habitants de Portland peuvent s'y soumettre, mais on comprend rapidement... Ils grandissent dans cette peur de l'amour, ils pensent vraiment que l'amour est la chose la plus dangereuse qui existe et on leur promet que l'opération est la clé de leur bonheur. Ce n'est pas sans rappeler quelques pages noires de l'Histoire et c'est ce qui est le plus effrayant... On y croit !

 

  Je trouve qu'il est difficile de parler d'amour sans qu'il y ait trop de clichés, et pourtant Lauren Oliver s'en sort à merveille. On ne parle pas uniquement d'amour entre un homme et une femme, mais de l'amour sous toutes ses formes : l'amitié, la tendresse entre une mère et son enfant, l'amour platonique que l'on porte à nos proches,... Ce livre nous montre les douleurs qu'infligent l'amour mais aussi tout ce qu'il nous apporte... J'ai été emballée par cette magnifique histoire d'amour que vivent Léna et Alex. Quelle belle histoire ! J'en avais des papillons dans le ventre ! Et puis, l'écriture de Lauren Oliver est vraiment sublime !

 

 On s'attache immédiatement aux personnages, on les voit évoluer, douter, s'interroger sur le bien-fondé de ce qu'on leur impose. Ce livre est plein d'émotions. On tremble, on rit, on se questionne, on a envie de se révolter. On a l'impression d'être, nous aussi, confronté à cette situation et de devoir choisir entre être guéri de l'amour pour toujours ou vivre avec les risques qu'il comporte...

 

 Un livre absolument magnifique qu'il faut lire de toute urgence !  Néanmoins, il y a un petit bémol... qui n'en est pas vraiment un ! Cette fin ! Mais quelle horreur, comment nous laisser attendre des mois sans savoir ?! JE VEUX LA SUIIIIIITE ! :D

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Hachette jeunesse pour cette belle découverte !

 

1197107879928468677jean victor balin card coeur.svg.med

 

Quelques extraits :

 

"Parfois, j'ai l'impression qu'en se contentant de regarder les choses, en s'asseyant et en laissant le monde exister sous ses yeux...parfois, oui, je le jure, j'ai l'impression que le temps se fige et que le monde suspend sa course. Rien qu'une seconde. Et que si on réussissait à se saisir de cette seconde-là, alors on vivrait éternellement."


"Vous croyez peut-être que le passé a quelque chose à vous apprendre. [...] Vous croyez peut-être qu'il contient un message pour vous, qu'il y a une leçon à en tirer. Mais je connais la vérité [...] Je sais que le passé vous tirera vers l'arrière et vers le bas, je sais qu'à cause de lui vous traquerez le chuchotis du vent et le charabia des arbres, que vous essaierez de déchiffrer un code, de réunir les pièces de ce qui a été brisé. C'est sans espoir. Le passé n'est rien d'autre qu'un poids mort. Il vous lestera comme une pierre. Laissez-moi vous donner un conseil : si vous entendez le passé vous parler, si vous le sentez planer dans votre dos ou courir ses doigts sur votre colonne vertébrale, la meilleure réaction à adopter, la seule, est de prendre vos jambes à votre cou."

 

" Aimer : un mot unique, une chose fuyante, pas plus épaisse qu'un fil. Voilà ce dont il s'agit : le fil d'un rasoir. Qui s'insinue au coeur de votre vie et la coupe en deux. L'avant et l'après. Le reste du monde tombe d'un côté ou de l'autre."

 

"L'un des aspects les plus étranges de la vie est qu'elle continue à tracer sa route, sans se soucier que votre monde à vous subisse des transformations, des déformations, voire qu'il soit en train d'exploser. [...] Un jour, vous avez des repères, une voie. Le lendemain, vous êtes perdu. Et malgré tout, le soleil continue à se lever, les nuages à s'amonceler et à passer dans le ciel, les gens à faire leurs courses, les chasses d'eau à se vider et se remplir, et les stores à monter et descendre. Ainsi, vous comprenez que, pour l'essentiel, la vie, la mécanique implacable de l'existence ne vous concerne pas une seule seconde. Elle poursuivra sur sa lancée, bien après que vous aurez sauté dans le vide. Bien après que vous serez mort."


 

(452 pages - éditions Hachette Jeunesse/Collection Black Moon - 

janvier 2011 - 18€)

 

Voir les commentaires

2011-03-17T13:07:00+01:00

Les albums de Maé #1

Publié par MyaRosa

Les albums de Maé

    crayonsCouleur

 

 

Bonjour à tous ! Aujourd'hui, je vais vous parler non pas de mes lectures à moi (enfin si, quand même un peu..) mais de celles de Maé. Mon fils bien qu'ayant seulement deux mois et demi a déjà une bibliothèque bien garnie. Comment pourrait-il en être autrement ? Dans cette nouvelle rubrique, je vous présenterai trois albums à chaque fois. On commence aujourd'hui avec des titres que j'apprécie particulièrement. (Je préfère vous préciser que j'ai toujours beaucoup de mal à parler des albums, c'est d'ailleurs pour cela que je ne l'ai pas fait avant, mais suite à quelques demandes j'ai enfin osé me lancer. Soyez indulgents... Merci ! :D )

 

1197107879928468677jean victor balin card coeur.svg.med

 

Grand-mère Sucre et Grand-père Chocolat

de Gigi Bigot et Josse Goffin

Editeur : Bayard Jeunesse

Collection : Les Belles histoires des tout-petits

Nombre de pages : 22

Prix : 5,20€

 

couv66570800.jpg

 

L'histoire : Grand-mère Sucre et Grand-père Chocolat s'aiment. Ils se disent des mots doux, doux, doux. Mais un jour de grande colère, ils se disent des mots durs comme la pierre. Quels mots vont-ils inventer pour se réconcilier ?

 

Un album plein d'amour et de douceur agrémenté d'illustrations toutes rondes vraiment mignonnes.

Ce livre explique à l'enfant qu'il arrive à tout le monde de se fâcher, mais que lorsque l'on s'aime très fort, des mots gentils suffisent à apaiser la colère et la réconciliation en est d'autant plus belle. Un petit livre vraiment plein d'amour, de gourmandise et de tendresse.  Le texte est également très beau.

 

 photo-19-.jpg  photo-13-.jpg

 

J'en profite pour vous parler de cette collection pour laquelle j'ai eu un véritable coup de coeur.

Je pense que vous connaissez tous la collection Les Belles histoires, mais vous ne savez peut-être pas que cette collection existe depuis quelques temps déjà sous différentes formes. Il y a bien sûr celle que nous connaissons, avec la couverture légèrement cartonnée, mais il existe une autre version pour les tout-petits. La couverture est rigide et très solide, les angles sont arrondis et toutes les pages sont plastifiées. Pratique pour éviter que les petits ne se blessent ou déchirent le livre. Une très jolie collection pour les petits avec toujours de magnifiques histoires et de belles illustrations et tout cela à un prix abordable.

J'aurais l'occasion de vous en reparler régulièrement dans cette rubrique.

 

Réglisse et Calisson

de Steff

Editeur : Gründ

Collection : Sheepworld

Nombre de pages : 29

Prix : environ 9€

 

couv2858011.jpg

 

L'histoire : Calisson est un petit mouton blanc. Sa vie est bien rythmée au sein de son troupeau. Or, un matin il est dérangé dans sa quiétude par la présence d'un mouton noir. Attention, danger! Serait-il méchant? Après une période d'observation Calisson apprend à connaître Réglisse et découvre qu'il vit comme lui. Peu importe leur couleur, ils deviennent "les meilleurs amis du monde".

 

Voilà une merveilleuse façon d'aborder le sujet de la différence et du racisme. Qu'on choisisse de l'aborder sans en avoir l'air où que l'on se serve de ce livre comme support pour en parler avec les plus grands. Les illustrations en noir et blanc sont vraiment mignonnes et l'histoire nous montre que celui que l'on trouve différent ne l'est pas forcément tant que ça et que ce qui nous est inconnu n'est pas forcément mauvais. Un très joli livre !

 

photo-18-.jpg   photo-17-.jpg

(Je m'excuse pour la qualité médiocre de ces photos qui ne rendent vraiment pas honneur aux magnifiques illustrations de Steff)

 

 

Un jour, deux ours ...

de Ghislaine Roman et Antoine Guilloppé

Editeur : Milan Jeunesse

Collection :L'Oeil de la chouette

Nombre de pages : 24

Prix : 9€

 

9782745924810.jpg

 

L'histoire : C'était l'hiver des grands brouillards, les matins ressemblaient au soirs. A deux, les jours semblaient moins longs. Ainsi, Igor trouva Samson.

 

Si vous aimez cette petite description de l'histoire, alors vous aimerez sans aucun doute ce livre car tout y est raconté de cette façon très poétique. C'est un très beau livre composé d'illustrations presque exclusivement en noir et blanc. Parfait pour les plus petits qui distinguent plus facilement les contrastes noir/blanc que les couleurs. Un très joli livre qui permet également d'aborder le thème de la différence.

 

photo-16-.jpg  photo-15-.jpg

 

Et voilà, notre petit retour en enfance s'achève ici pour aujourd'hui.

J'espère que le voyage vous a plu !

Si vous avez quelques albums à me suggérer, n'hésitez-pas.

A bientôt pour de nouvelles découvertes...

Voir les commentaires

2011-03-15T14:56:00+01:00

Les Mystères d'Harper Connely, tome 1 - Charlaine Harris

Publié par MyaRosa

 

couv15962273

 

 

Résumé :

 

Harper Connelly a été frappée par la foudre à 15 ans et est depuis capable de retrouver des cadavres et de déterminer la cause de leur mort. Familles de disparus et forces de l'ordre font appel à elle. Harper et son demi-frère, avec qui elle a des relations complexes, sillonnent ainsi les Etats-Unis..


 

Mon avis :

 

 Si j'ai choisi ce livre, c'est d'abord parce que le résumé m'a fait penser à la série Médium dont je suis totalement accro. Et pourtant, elle le dit elle-même, Harper n'est pas médium et cette histoire n'a finalement pas grand chose à voir avec la série, à part ce mélange d'enquête policière et de surnaturel. Ce qui est impressionnant, c'est que j'ai ressenti exactement la même chose que lorsque j'ai lu le premier tome de La Communauté du sud (de Charlaine Harris également). Au début, je n'étais pas spécialement emballée, je ne savais pas trop si j'allais aimer, et avant que je ne m'en aperçoive, j'avais déjà lu la moitié du livre ! Une fois dedans, impossible de décrocher, et malgré le style pas forcément très recherché de l'auteur, on passe un très bon moment.

 

 Harper est une jeune fille de vingt-quatre ans qui, après avoir été frappée par la foudre à l'âge de quinze ans, est capable de retrouver les morts. Elle ne peut pas voir l'identité du meurtrier (s'il y en a un) mais est parfois capable de revivre les derniers instants de la victime, de savoir ce qu'elle a ressenti. Lorsqu'elle est proche d'un cadavre, elle ressent une espèce de bourdonnement, qui devient de plus en plus intense au fur et à mesure qu'elle s'approche. Harper a décidé de se servir de son don pour gagner sa vie, ce qui est bien souvent contesté, et accompagné de son demi-frère Tolliver, avec qui elle entretient une relation des plus étranges, elle sillone les Etats-Unis pour accomplir les missions que l'on lui confient. Dans ce tome, elle doit retrouver le corps d'une adolescente. Personne ne sait si elle est morte, mais son petit-ami a été retrouvé mort et tout le monde pense qu'il s'est suicidé après l'avoir tué. Dans cette petite ville, les talents d'Harper ne font pas l'unanimité, et elle va vite être l'objet de menaces...

 

 Les fans de surnaturel seront certainement déçus car il y en a finalement très peu dans ce premier tome. C'est plus un roman policier saupoudré de fantastique, et malgré cela j'ai vraiment adoré ! Si au début, je n'étais pas certaine d'accrocher, j'ai très vite été convaincue. J'ai aimé l'ambiance qui règle dans cette petite ville où tout le monde connaît tout le monde, un lieu plein de secrets... Les personnages sont vraiment intéressants et on a envie d'en apprendre plus sur Harper et Tolliver et sur leur histoire passée. On a envie de savoir ce qu'est devenue Cameron, leur soeur qui a été enlevée quelques années auparavant. Je n'ai pas grand chose de plus à ajouter, à part que j'ai vraiment passé un très bon moment et que j'attends avec impatience le deuxième tome qui sort demain !

 

(280 pages - éditions J'ai Lu - 19 janvier 2011 - 8,90€)

 

              couv24796463.jpg   couv64000870.jpg

Voir les commentaires

2011-03-14T06:00:00+01:00

Plein soleil - Valérie Clo

Publié par MyaRosa

 

couv70514588.gif-copie-1.jpg

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

" Tu es mon père. Tes portraits ne me font plus sursauter. Ils me sont devenus familiers. Je peux me tenir, droite, face à toi, sans défaillir. Je n'ai plus peur. J'ai enlevé le voile sombre sur ton histoire, et sur la mienne. Dessous, le soleil est immense. "

La narratrice a tout juste un an quand son père meurt d'un accident du travail. Avec sensibilité, des années plus tard, Valérie Clo traque les souvenirs, met en scène tous les personnages du drame et renoue le fil fragile de ses origines. Arrachées à la nuit de la toute petite enfance, ces pages émouvantes sont le récit d'une libération. Un retour apaisé à la pleine lumière.

 

Mon avis :

 

1197107879928468677jean victor balin card coeur.svg.med

 

 Il y a des livres qui vous marquent, qui vous transpercent le coeur, celui-ci en fait partie. Valérie Clo nous livre sans pudeur sa douleur, son ressenti, ses peurs et le manque de ce père qu'elle n'a pas connu. Parti trop tôt, il n'a laissé à sa fille que du vide et les souvenirs des autres. L'auteure revient sur cette absence et sur ce manque qu'elle a ressenti tout au long de sa vie. Ce livre, c'est sa thérapie, sa façon d'exorciser ce mal qui la ronge et l'empêche de vivre comme tout le monde. Elle se sent capable aujourd'hui d'aborder ce sujet qu'elle a longtemps essayé d'éviter, faisant comme si rien n'était réel, comme si son père aller venir un jour sonner à sa porte et lui dire que ce n'était pas vrai, qu'il n'était pas mort.

 

"Il paraît que ce qui ne tue pas rend plus fort. Moi, j'ai le sentiment du contraire, que les événements difficilent fragilisent. Ils ouvrent des brèches qui entament à jamais la confiance, rendent vulnérable. "

 

" C'est l'existence de la mort que j'apprends quasiment en naissant, pas le temps de rêver, ni d'être insouciante. Il me faut aller chercher loin la force de faire des enfants, de calmer l'inquiétude, de parier sur la vie pour oser la transmettre. Mes filles ne se doutent pas que je suis revenue des enfers pour leur donner la vie, un pari fou car c'est chaque jour que je tremble de voir ce que j'ai construit, anéanti."

 

 J'ai été bouleversée par cette histoire, autant par le ressenti de Valérie Clo sur cette absence avec le recul qu'elle peut avoir aujourd'hui, que par le récit qu'elle nous fait de ses souvenirs de petites filles et de ce qu'a dû être la dernière journée de son père. J'ai été émue par cette petite fille qui ne comprend pas, qui s'en veut de ne pas réussir à avoir de la peine pour un père dont elle ne se souvient pas. Cette enfant qu'on emmène au cimetière embrasser la photo de son père et qui ne veut pas être la fille d'un mort.

 

"Voilà, j'étais la fille d'un mort. Ma mère avait embrassé un mort et m'avait conçue avec. Quand je pensais à mon père, je voyais cette tombe perdue au milieu de centaines d'autres, immobile, glacée, fidèle à elle-même en toutes circonstances, dans la nuit, en plein soleil, ou recouverte de neige. Toujours le même calme, toujours la même inertie pendant que moi, je me débattais au milieu des vivants."

 

 Cette petite fille n'a aucun souvenir de son père, alors elle s'en fabrique avec ce qu'on lui raconte, avec les photos qu'on lui montre. Elle imagine ce père qui lui manque, ce père qui lui fait défaut. Elle se demande pourquoi ce drame a frappé sa famille et pas une autre, pourquoi son père est-il parti si jeune alors que sa vie commençait à peine...Comment se construire quand la vie commence avec un manque ? Comment devenir parent à son tour sans craindre de revivre la même histoire?

 

"La colère me tord le ventre. Mon père nous a abandonnées. Il a déserté mon enfance. Il s'est fait la malle. Pourquoi ? Je tremble en pensant que la bombe est tombée pile sur notre foyer, qu'elle a atteint sa cible avec une parfaite précision. Elle a explosé notre famille. Ce n'est pas un cauchemar duquel je vais me réveiller soulagée, non, c 'est la vraie vie. Il n'y a pas de doux réveil, il faut vivre avec cet arrachement, cette violence, ce manque. Il faut grandir avec. Il faut aimer avec. Il faut travailler avec. Il faut faire des enfants en sachant que ca, ça existe vraiment, et que ce n'est pas seulement une peur."

 

 Les sentiments se mêlent : la tristresse, la colère, le regret, la culpabilité, la peur,... Vivre en sachant que tout peur déraper à tout moment, que le bonheur peur voler en éclat en l'espace d'une seconde sans prévenir, qu'on peut nous arracher les êtres qui nous sont chers sans crier gare. C'est triste, révoltant, mais dans toute cette noirceur Valérie Clo arrive à mettre de l'optimisme et du soleil. Un livre bouleversant qui ne peut pas laisser indifférent. Une écriture intimiste, juste et belle. Un très beau livre que je n'oublierais jamais. Un joli coup de coeur...

 

(144 pages - éditions Buchet Chastel - janvier 2011 - 13€)

Voir les commentaires

2011-03-11T15:14:00+01:00

Le Journal d'Aurélie Laflamme, tome 2 - India Desjardins

Publié par MyaRosa

 

couv30250738

 

 

Quatrième de couverture :

 

Aurélie n'en peut plus! Sa mère cherche l'amour sur Internet, et Aurélie s'inquiète: elle pourrait tomber sur des maniaques! Quant à sa meilleure amie, Kat, elle est en plein chagrin d'amour, se révolte contre tous les gars de la terre et propose à Aurélie un pacte de célibat qui les liera jusqu'à la fin du secondaire! Mais le coeur d'Aurélie balance entre la proposition de son amie et ses sentiments de plus en plus forts pour Nicolas. Pour couronner le tout, son nouveau voisin se montre plutôt envahissant, et elle a une montagne de travail à faire pour améliorer ses résultats scolaires... Pas étonnant qu'elle soit sur le point de craquer!

 

Mon avis :

 

  C'est avec beaucoup d'impatience que j'attendais de lire ce second tome des aventures d'Aurélie Laflamme car j'avais eu un énorme coup de coeur pour le premier volet (lire mon avis). Aussitôt reçu, aussitôt lu voire dévoré ! Si j'étais impatiente, j'avais tout de même peur de ne pas trouver ce second tome aussi drôle que le premier ou trop répétitif. India Desjardins a su balayer toutes mes appréhensions puisque ce second tome est aussi bon voire meilleur que le précédent !

 

  On retrouve Aurélie, adolescente ordinaire a qui il arrive toutes sortes de situations incroyablement hilarantes (pour nous, pas pour elle). Sa créatrice ne lui a pas facilité la vie dans ce tome, puisque tout semble lui tomber sur la tête. Sa meilleure amie est en plein chagrin d'amour et ne veut plus entendre parler des garçons (sauf qu'elle en parle tout le temps quand même), sa mère cherche le grand amour sur internet et ne peut s'empêcher de raconter des anecdotes sur l'enfance d'Aurélie à Nicolas, le directeur de son école lui met la pression pour qu'elle ait de meilleurs résultats, et son nouveau voisin est un peu trop envahissant. De quoi donner lieu à de nombreuses scènes vraiment très drôles !

 

  Aurélie est toujours aussi attachante. Elle est pleine de vie, s'interroge sur tout et n'importe quoi et trouve des explications abracadabrantes à toutes les questions qu'elle se pose. Elle est persuadée d'être une extra-terrestre, pense que l'univers a été créé par un éternuement et que les oiseaux sont la source de tous ses problèmes.Elle arrive toujours à se mettre dans des situations compliquées. On ne s'ennuie pas une seconde !

 

  L'écriture d'India Desjardins est toujours aussi sympathique, tout est rythmé, jamais plat et vraiment crédible ! N'importe quelle adolescente peut se reconnaître en Aurélie.On a vraiment l'impression de lire son journal et en même temps de vivre avec elle toutes ces aventures. J'aurais adoré lire Aurélie en étant ado, même si le fait de lire ce livre en étant plus âgée n'est pas du tout un problème. Ca ne m'empêche pas de rire aux éclats ! Mon chat me regarde comme si j'étais cinglée. Le pauvre, je le réveille avec mes éclats de rire !

 

 C'est drôle, c'est frais, c'est tendance ! Il y a de nombreuses références à la culture actuelle : jeux vidéos, musique, films, ... Aurélie est une vraie ado d'aujourd'hui !

 

 Bravo aux éditions Michel Lafon, le design de ce livre est vraiment sublime ! On ne s'en rend pas compte sur l'image, mais la couverture est toute pailletée, les illustrations (on en retrouve aussi à l'intérieur) sont très jolies et il y a un cordon jaune pour marquer la page (j'adoooore!) Vous l'aurez compris, je n'ai rien à redire, ce n'est que du positif ! Lisez-le !

 

 

Quelques extraits :

 

"15h

Quand Nicolas m'a proposé de venir chez lui pour jouer à Mario Kart, [..] je ne croyais pas qu'on jouerait vraiment à Mario Kart.

15h10

J'ai pris les deux princesses, Peach et Daisy, pour faire plus féminine, même si habituellement je préfère jouer avec les deux tortues. Mais je ne peux pas prendre les tortues devant Nicolas. Un plan à ce qu'il trouve que j'ai une tête de tortue ou quelque chose du genre. Et, comme choix féminins, il n'y a que les deux princesses mais, je dois l'avouer, elles vont assez lentement et elles sont un peu tartes. Elles font des courses de Go-Kart en robe (je crois que leur crinoline claque dans le vent), et l'une des deux, je ne sais pas laquelle, n'arrête pas de crier "Ha ! Haaaa !" chaque fois qu'elle dépasse quelqu'un. REGARDE LA ROUTE, ESPECE DE TARTE !!!"

 

*

 

"21h31

J'allais appeler Nicolas lorsque ma mère est rentrée. Je lui ai demandé comment s'était passé sa soirée et elle m'a répondu : "Les hommes sont des abrutis !"

Enfin quelqu'un qui fait preuve de jugement !"

 

*

 

"Je suis très stressée. Je pense que c'est à cause des oiseaux. Depuis que le printemps est arrivé, ils me réveillent chaque matin avec leurs gazouillis super énervants. On dirait que les oiseaux ont été mis sur la planète pour me déranger ! Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi certaines personnes les trouvent si beaux. Moi, je trouve ça laid, les oiseaux. Ils me réveillent le matin et, quand je marche dans la rue, ça arrive souvent qu'un pigeon me fonce dedans. On n'apprend pas à voler quand on est un oiseau ? Je déteste les oiseaux ! Ils gâchent mes matins, mes promenades dans la rue et mon existence au complet ! "


 

Merci à

 

livraddict logo big

 

et

 

logo lafon

 

(254 pages - éditions Michel Lafon - février 2011 - 13,95€)

Voir les commentaires

2011-03-11T09:57:00+01:00

Point2 : Mes premières impressions

Publié par MyaRosa

 

Je vous parlais il y a quelques temps du nouveau livre de poche qui va arriver dans nos librairies mi-avril (ici) que j'avais très envie de découvrir, et j'ai eu la surprise hier de trouver dans ma BAL un paquet contenant 4 exemplaires de cette nouveauté. Je peux vous dire que j'en ai poussé des cris de joie ! Un grand merci à Jérôme des éditions Point2 pour cette très très belle surprise !

 

photo-8--copie-1.jpg

 

Comme je sais que vous êtes curieux et que vous avez envie d'en savoir un petit peu plus, j'ai décidé de faire deux billets plutôt qu'un. Celui-ci avec mes premières impressions avant lecture et bien sûr quelques photos, et un second dès que j'aurais terminé de lire l'un de ces livres.

 

Premières impressions : J'ai été surprise par le format, car même en ayant lu les dimensions et en ayant vu quelques photos je n'imaginais pas cela si petit ! Je trouve ce format vraiment sympa !

 

   photo-12-.jpg  photo-11-.jpg

 

J'entends d'ici certains s'écrier : "Mais c'est trop petit pour lire ! Je vais m'abîmer les yeux !"

Que nenni mes amis ! Regardez par vous même :

 

photo-9-.jpg

 

Et franchement, c'est peut-être un détail, mais quel plaisir de pouvoir laisser le livre ouvert à la page que l'on est en train de lire sans l'abîmer. La tranche est vraiment ultra souple comme dans la description. La couverture rigide comparée aux formats de poche classiques est vraiment solide. Pour ce qui est du papier, je sais que c'est ce qui rebute un peu certains d'entre vous, le papier bible est certes extra fin mais vraiment costaud (J'ai testé !). Et pour ceux qui ont peur de ne pas réussir à lire dans ce sens là, j'avais quelques appréhensions aussi mais pour le moment ça ne me dérange pas. J'ai juste un peu de mal à m'habituer à tourner la page par le bas, mais je suis sûre que ça va venir. Je vous en dirai plus sur le confort de lecture dès que j'aurais lu un livre en entier. Pour ce qui est du transport, c'est vrai qu'ils prennent très peu de place et sont légers : pratique pour emmener sa bibliothèque en week-end ou en vacances sans avoir à prendre trois valises en plus...

 

photo-10-.jpg

 

Vous l'aurez compris, ma première impression est très bonne. La suite, dans quelques jours...

Encore un grand merci à Jérôme !

 

Alors, tentés ou toujours pas ?

Voir les commentaires

2011-03-09T13:22:00+01:00

Entre Dieu et moi, c'est fini - Katarina Mazetti

Publié par MyaRosa

 

9782742796755

 

 

Quatrième de couverture :


 

Linnea a quinze ans, plein de complexes et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête. La seule qui la comprenait, c’était Pia, sa meilleure amie, son amie pour la vie… enfin, pour cent vingt jours, “sans compter les week-ends”, Linnea a fait le calcul une fois. Depuis que Pia est morte.


Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l’amour, de la mode, de Markus, le beau gosse dont toutes les filles rêvent, de son père qu’elle voit deux fois par an, de sa mère qui vit avec son nouveau conjoint une relation tumultueuse. Et de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie “croire en Dieu” ? Car ce n’est pas exactement la même chose que le père Noël. Une chose est sûre, ce n’est pas la peine de compter sur Dieu pour résoudre les équations du second degré. Seulement voilà, Pia n’est plus là. Alors Linnea se souvient, puisque, comme dit son excentrique grand-mère, “pour pouvoir oublier quelque chose, il faut d’abord bien s’en souvenir”.

 

La verve comique et tendre de Katarina Mazetti est ici au service d’une adolescente bravache, complexée, drôle, curieuse et paumée, qui parle aux murs pour surtout ne se confier à personne. Ce formidable roman sur l’amitié et les tourments adolescents, qui permettra aux jeunes de se sentir moins seuls et aux moins jeunes de comprendre leurs ados préférés, est le premier volume d’une trilogie publiée aux éditions Gaïa, à paraître au fil de l’année 2011 dans la collection Babel.

 

 

Mon avis :


 

 C'est par hasard que je suis tombée sur ce livre dont j'ignorais totalement la sortie en poche. J'ai d'abord été attirée par la couverture que je trouve superbe, (Pour voir d'autres illustrations de l'artiste, n'hésitez pas à aller jeter un oeil sur son blog : http://bobibook.blogspot.com/ ) et quand j'ai vu le nom de l'auteur, je n'ai pas résisté plus longtemps car j'avais beaucoup aimé Le Mec de la tombe d'à côté. - J'essaie d'ailleurs d'être raisonnable et de ne pas écouter la petite voix qui essaie de me pousser à acheter la suite qui vient de sortir en broché : Le Caveau de famille. Je résiste. Je résiste.

 

 Ce livre est très différent, même si on y retrouve le style si agréable et sympathique de Katarina Mazetti.Ouf !

Les chapitres sont courts et comportent tous des titres intriguants : "Une béquille de vélo aux yeux de mon chéri", "Viens peupler une toundra avec moi", "Qui a envie d'avoir une vieille âme d'occasion ?", "Electrochocs et mouches à vinaigre", etc...  J'aime beaucoup ce procédé, ça donne envie de continuer à lire un peu plus pour savoir de quoi il est question.  Ce livre est vraiment très court (137 pages) et peut se lire d'une traite. La lecture est aisée et agréable, jamais ennuyante, on ne voit pas le temps passer.

 

 Linnea est une adolescente attachante à laquelle n'importe qui peut s'identifier. Elle se trouve moche et sans intérêt, se pose des questions sur le sens de la vie, s'interroge sur tout et n'importe quoi. C'est avec son amie Pia qu'elle cherchait des réponses, mais celle-ci est morte et lui manque terriblement. Depuis Linnea parle aux murs et essaie de se remémorer les moments passés avec Pia. Elle nous raconte leur rencontre, leurs disputes, leurs souvenirs, et on assiste souvent à de grands débats sur l'amour, la mort, le sexe, la politique, etc...

 

 C'est un récit souvent drôle que nous livre Katarina Mazetti, mais surtout plein de fraïcheur et d'émotions. Même si le livre est court, on s'attache immédiatement à Linnea. On a l'impression que le livre a été écrit par une adolescente. On partage ses joies et ses peines qu'elle nous livre sans aucune pudeur. Un petit livre qui plaira autant aux adolescents qu'aux adultes, une histoire à mettre entre toutes les mains !

 

 La bonne nouvelle, c'est qu'on retrouvera Linnea dans deux autres romans -déjà publiés chez Gaïa- qui sortiront dans la collection Babel durant l'année 2011. Je serai au rendez-vous !

 

****

Extraits :

 

"Je crois que personne ne peut se promener seul au bord de la mer sans penser à Dieu. Une fois, je me suis sérieusement demandé si la mer était Dieu, cette mer primitive, source de toute vie... Mais tout ce que je voyais quand j'essayais de me l'imaginer n'était qu'un triste Dieu-Mer avec des algues fanées et des cartons de lait autour de la tête."

 

"A l'école maternelle, on avait un jeu où on pouvait enfoncer des pièces en bois avec un marteau dans une boîte qui avait plein de trous de différentes tailles et de différentes formes. Il m'arrivait de passer toute une matinée à marteler sur un bout de bois carré qui, malgré tous mes efforts, refusait de se glisser dans l'orifice rond ou triangulaire. Mais quel pied quand je trouvais le bon trou !

J'ai ressenti un peu la même chose quand j'ai commencé à fréquenter Pia. J'avais enfin trouvé mon trou carré."

 

"Je crois que c'est à peu près comme ça qu'ils se sont séparés, mais je n'y mettrais pas ma main à couper. Les parents ne te racontent jamais tout, même pas les mères. [...] Je ne suis pas dupe. S'il lui avait envoyé un télégramme  disant "Noie l'enfant et rejoins-moi" , elle n'en aurait pas fait la moindre allusion devant moi." Elle me protégera toujours."

 

" - Je n'aime pas l'idée qu'une vieille âme d'occasion se trouve dans mon corps, a dit Pia. C'est comme une pomme que quelqu'un aurait déjà croquée."

 

"Ce n'est pas moi qui mélange tout ! a hurlé Pia, mais tous ces hommes de pouvoir en jogging qui disent que "nous" devons faire ci et ça et que "nous" n'avons plus les moyens pour ci et ça, comme si on était tous des copains ou des cousins... Je ne les ai pas autorisés à me "nounoyer" !"

 

****

 

(137 pages - Babel - 2 mars 2011 - 6,50€)

 

clip_image001_021.gif

Voir les commentaires

2011-03-07T19:09:00+01:00

Les Lieux sombres - Gillian Flynn

Publié par MyaRosa

 

couv9670707

 

 

Quatrième de couverture :

 

Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l'innocence bafouée. Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s'est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d'un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C'est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu'une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n'aura pas d'autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l'affaire, quelles qu'en soient les conséquences.

 

Bien loin des clichés et du manichéisme qui encombrent la plupart des thrillers contemporains, Gillian Flynn nous offre ici une intrigue d'une densité rare, des personnages complexes, tragiques, terriblement humains. Considérée dès son premier roman, Sur ma peau, comme l'une des voix les plus originales du thriller contemporain, elle confirme avec ce livre, où l'on retrouve son style intense et viscéral, son immense talent.


 

Ce qu'ils en ont pensé :


 

Stephen King : "Dire que c'est un roman exceptionnel, oui, très bien, mais ça ne suffit pas. Je pense, croyez moi si vous le voulez, que je n'ai pas lu un thriller aussi perturbant depuis des années. Ca n'est pas un de ces livres avec lequel on passe une heure dans la journée et qu'on oublie le soir. Non, son effet dure longtemps - au moment d'éteindre les lumières, il est là, dans votre tête, comme un serpent dans une cave, obsédant et effrayant."

 

Val McDermid : "Gillian Flynn s'impose comme une voix à part. Ses thrillers n'ont rien à voir avec la production courante. Ses phrases s'immiscent littéralement sous votre peau."

 

 

Mon avis :

 

photo-7-.jpg


  C'est avec beaucoup d'attentes que j'ai commencé ce livre car j'avais eu un énorme coup de coeur pour le premier roman de Gillian Flynn : Sur ma peau. Celui-ci est tout aussi sombre et passionnant. On plonge dans les méandres de la noirceur, on explore des univers effrayants sans aucune retenue. Tout y est : misère sociale, satanisme, secrets de famille, horreur...  et tout est criant de vérité. On s'y croirait ! Le livre est bien construit, on suit Libby Day aujourd'hui dans sa quête de vérité, et on revit la journée du massacre du point de vue de Ben, mais aussi de celui de Patty Day, la mère de famille. On devine peu à peu l'horreur, mais jusqu'à la fin, impossible d'être certain à 100% de ce qui s'est vraiment passé cette nuit-là. Gillian Flynn nous mène par le bout du nez !

 

 Il est difficile de parler de ce livre tant il est prenant et particulier. Difficile de décrire le moment que j'ai passé...

Une fois le livre ouvert, on est emporté dans cet univers, on est en plein coeur de ce drame et même une fois la dernière page tournée, il nous hante encore.... Je ne rentre pas dans les détails car je préfère attiser votre curiosité plutôt que de vous dévoiler des faits importants, ce qui serait vraiment dommage... Ce qui est certain, c'est que c'est un livre dont on ne sort pas indemne, une histoire vraiment particulière qui vous bouscule, qui dérange, qui perturbe. Si vous en avez assez des polars convenus, du schéma classique et des livres qui laissent peu de souvenirs, alors c'est celui-ci qu'il vous faut !

 

 Le style de Gillian Flynn est incésif et percutant et sort vraiment de tout ce qu'on peut lire actuellement. Je peux comprendre que l'on n'aime pas du tout car c'est assez particulier, mais je vous assure ça vaut le détour. J'ai déjà entendu de nombreuses fois parler de polars littéraires. Personnellement je ne fais pas de distinction, mais si je devais qualifier un polar de littéraire, je choisirai celui-ci ! Les personnages sont loin d'être plats, ils sont torturés et criants de vérité. On en apprend beaucoup sur chacun d'eux, à tel point qu'on a l'impression de les connaitre personnallement. Comment ne pas s'y attacher ? On partage leurs doutes, leur peine, leur douleur. On ne lit pas cette histoire, on la vit comme si c'était arrivé près de chez nous, à quelqu'un que l'on connait.

 

 Je n'irai pas plus loin, mon billet sera court, mais j'espère avoir réussi à attiser votre curiosité. C'est un thriller qu'il faut avoir lu, un livre que vous n'êtes pas prêts d'oublier...

 

 Vivement le troisième "Gillian Flynn" ! ;)

 

(482 pages - éditions Sonatine - février 2010 - 22€)

 

En plus, il est disponible en format poche depuis le 2 mars, alors plus d'excuse, lisez-le!

 

 

        Dark-Places dark_places.jpg

 

Voir les commentaires

2011-03-02T14:24:00+01:00

.2 : Le nouveau livre de poche !

Publié par MyaRosa

  Je me demandais si comme moi vous aviez entendu parler de ce nouveau "livre de poche révolutionnaire" qui fera son apparition dans nos librairies courant avril ?

 

 Pour ceux qui seraient passés à côté de l'info, voici un petit topo.

 Les éditions Seuil/Points vont lancer un livre de poche nouvelle génération. Il sera plus petit (8x12cm contre 11x18cm pour le livre de poche actuel), plus souple, mais surtout, et c'est là qu'est vraiment la nouveauté, il ne se lira pas dans le même sens que nos livres actuels. En effet, le texte sera imprimé parallèlement à la reliure. Je vous vois d'ici en train d'essayer d'imaginer ça, alors voici un petit aperçu :

 

90.GIF

 

 Vous comprenez maintenant l'intérêt de la souplesse? :D Si on pose le livre ouvert à plat, la reliure est tellement souple que le livre reste ouvert à la page choisie. Le papier utilisé pour ces livres appelé "papier bible" est apparemment d'une grande qualité.

 

Ce nouveau livre a déjà fait son apparition dans plusieurs pays tels que les Pays-Bas, l'Espagne et le Royaume-Uni.

Les éditions .2 (point2) lanceront le 14 avril prochain, 9 titres pour commencer :

 

- Extrêmement fort et incroyablement près - Jonathan Safran Foer

- Tout est sous contrôle - Hugh Laurie

- Des Vents contraires - Olivier Adam

- Ce cher Dexter - Jeff Lindsay

- La Route - Cormac McCarthy

- La Cinquième femme - Henning Mankell

- Chroniques de la haine ordinaire - Pierre Desproges

- Le poète - Michael Connelly

- Le Sens du bonheur - Krishnamurti

 

D'autres titres suivront les mois suivants...

Les prix varient entre 9,90€ et 13€.

 

Que pensez-vous de ces nouveaux livres ?

Etes vous curieux, intrigués ou pas du tout tentés ?

 

 Pour ma part, même si je suis une grande fan des livres de poches actuels, j'avoue que je suis assez curieuse de voir ce que ça donne. Ma première réaction a été de dire "Oulala, non, je ne pourrais pas lire dans ce sens là!" , mais finalement pourquoi pas? Je ne demande qu'à voir... La seule chose qui m'ennuie est que le prix soit plus élevé que pour un livre de poche classique, mais si je trouve vraiment la lecture plus agréable, c'est peut-être un bon compromis entre le livre de poche et le broché. A tester...

 

+ d'infos sur : www.editionspoint2.com > à partir du mois d'avril

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog