Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-07-28T14:03:44+02:00

Dans le labyrinthe

Publié par MyaRosa

In i labyrinten - Sigge Eklund

320 pages, éditions Piranha, février 2017

L'histoire :

  Un soir de mai, dans une banlieue cossue de Stockholm, une petite fille disparaît mystérieusement de sa chambre. Après plusieurs jours d’investigations, la police en vient à soupçonner le père, Martin. L’intrigue de ce drame psychologique, tout entière tournée vers la reconstitution de l’instant précis de cette disparition, s’appuie sur une habile succession de flashbacks mettant en scène quatre personnages : Martin, l’éditeur talentueux accusé d’avoir violenté sa fille ; Tom, son mystérieux collaborateur à la personnalité inquiétante ; Asa, la mère, psychologue autrefois brillante qui s’enfonce dans une profonde dépression ; et Katja, l’infirmière étudiante qui semble cacher un sombre secret. Un roman noir d’atmosphère, dense et redoutablement efficace.

 

Mon avis :

 

 L'histoire se déroule en Suède, en 2010. Martin est éditeur et sa femme psychologue. Ils mènent une vie tranquille et ont, en apparence, tout pour être heureux. Un soir, pourtant, Madga, leur fille de onze ans disparaît sans laisser de trace. Personne ne sait rien. C'est comme si elle s'était littéralement envolée. A moins que quelqu'un ne cache quelque chose...

 

 Quatre personnages nous sont présentés et ils sont tous aussi étranges les uns que les autres. Ils semblent avoir des secrets et une part d'ombre qui ne se révèle que lorsqu'ils se livrent à nous sans aucune retenue, nous confessant des choses que leurs proches ignorent. En tant que lecteur on est comme prisonnier, obligé de recevoir les terribles confessions que nous font les protagonistes pour pouvoir rassembler les pièces du puzzle. On a peur de ce que l'on va découvrir et en même temps il nous est impossible de fermer le livre. C'est noir, très noir et l'intimité que l'on partage avec les personnages est presque étouffante. Il ne faut pas être claustrophobe car on est enfermé avec eux dans le terrifiant labyrinthe imaginé par l'auteur.

 

 J'ai vraiment aimé la construction de ce roman, le fait que l'on navigue entre les quatre narrateurs et que tout tourne autour du moment précis de la disparition de Madga. Les thèmes abordés m'ont également beaucoup plu : l'écriture, le deuil, la thérapie, l'enfance, les difficultés de la parentalité et les relations parents-enfants, l'ambition, la mémoire sélective, les troubles psychologiques, le fait de remuer le passé, les blessures qui ne guérissent jamais, le mal que l'on peut faire parfois malgré soi, le fossé qui nous sépare parfois de notre famille et la façon dont on peut se perdre soi-même. Les zones d'ombres et les fantômes du passé des uns et des autres s'entremêlent et nous entraînent dans un ballet diabolique et étourdissant brillamment orchestré et aussi logique qu'implacable.

 

 L'ambiance de ce roman est vraiment noire et pesante. Ce n'est vraiment pas un livre à lire quand on se sent déprimé. En revanche, sa construction est remarquable. Rien n'est laissé au hasard et le moindre petit détail joue un rôle dans l'histoire. C'est bien pensé et il y a beaucoup de justesse dans les propos tenus notamment sur l'enfance et le poids du passé ou sur les responsabilités familiales qui peuvent être lourdes à porter. L'écriture et la psychologie tiennent une place importantes dans le récit et ce pour tous les personnages. Certains travaillent dans ces domaines, d'autres écrivent pour soigner des blessures datant de l'enfance... J'ai trouvé ce roman glaçant, oppressant et en même temps hypnotique et fascinant. Il nous pousse à nous interroger sur beaucoup de choses et nous hante encore longtemps après. Si vous aimez les thrillers psychologiques, vous ne serez pas déçus !

 

En quelques mots :

Un thriller sombre, efficace et troublant. Une lecture qui fait froid dans le dos et laisse des traces.

 

 

Quelques extraits :

"Se souvenir, c'est considérer le monde à travers des jumelles prises à l'envers, elle doit faire de gros efforts pour voir ce qu'elles lui montrent." (Pages 42-43)

 

"[...] nous croyons avoir déjoué la pénombre avec nos villes, nos lanternes et nos églises. Mais lorsque la nuit tombe, nous sommes petits, si petits, écrasés par son poids." (Page 236)

 

 

Voir les commentaires

2017-07-26T09:39:30+02:00

La Thé Box : Le Mystère de Hampton Road

Publié par MyaRosa

 

 Cet été, les éditions 10/18 se sont associées à La Thé Box pour nous confectionner une box d'exception au parfum estival irrésistible et envoûtant. J'ai eu la chance de pouvoir la tester et je n'ai pas été déçue. Voilà ce que j'ai reçu...

 

Un joli paquet abritant un tote bag élégant et estival qui contenait la fameuse Thé Box au nom très romanesque : Le Mystère de Hampton Road...

 

 

J'étais très intriguée et déjà séduite par cette très belle boîte pleine de charme que je compte bien garder et réutiliser comme boîte de rangement pour mes nombreux marques-pages, par exemple. Mais que cache-t-elle ?

 

 

De jolis marques-pages dans l'esprit de la box ainsi qu'une jolie carte nous proposant d'écrire une nouvelle sur ce thème pour participer à un jeu concours et remporter peut-être au passage trois mois d'abonnement à la box + le roman "L'été avant la guerre" de Helen Simonson (dont les premières pages nous sont offertes avec la box). Il y a aussi de petites gourmandises : du pop corn au caramel et au sel de mer de chez Joe & Seph's et une barre de céréales BIO à la noix de coco. Et surtout du thé, beaucoup de thés différents qui sont accompagnés d'un cahier des saveurs qui met en relation les thés proposés et des romans.

 

 J'aime beaucoup cette proposition littéraire et gourmande, ce mariage des plaisirs et des saveurs à consommer sans modération ! Une belle invitation à l'évasion ! Les thés proposés sont très variés, autant les marques que les saveurs. Il y a du Yorkshire Tea (mélange de thés noirs d'Inde et d'Afrique), du Tiger Tea (thé noir, fève de cacao, arômes naturels de caramel, vanille & chocolat), un thé vert aux pétales de fleurs et arôme de cerise qui porte le doux nom de Memory,du thé vert aux baies de chez Higher Living, des infusions et du thé de chez La Grange dont les noms mystérieux me plaisent beaucoup : thé de la chance, tisane des sortilèges, le chant du coq, entre amis ainsi que des thés du Palais des thés : Paris for her (thé vert) & Paris for him (thé noir).

 

 

C'est fin et délicat. J'ai vraiment apprécié cette sélection qui m'a permis de découvrir d'autres saveurs et des marques que je ne connaissais pas. Les associations sont réussies. Je pense que c'est une box qui plaira autant aux connaisseurs de thés qu'à ceux qui veulent changer leurs habitudes et découvrir d'autres saveurs mais aussi aux lecteurs qui veulent s'offrir un moment à part. Une box à offrir ou à s'offrir. On peut s'abonner pour plusieurs mois ou juste commander cette box (ou une autre) et la recevoir rapidement chez soi. Bonne nouvelle, il y a aussi un concours organisé en ce moment pour gagner la box et des romans 10/18, mais ne tardez pas car le concours se termine le 30 juillet ! Pour plus d'infos ou pour commander, rendez-vous ici.

 

Voir les commentaires

2017-07-24T09:08:17+02:00

Flying Witch, tome 1

Publié par MyaRosa

Chihiro Ishizuka

158 pages, éditions Nobi Nobi !, mars 2017

 

L'histoire :

À son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu, elle découvre les petits plaisirs d’une vie plus proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie !

 

Mon avis :

 

 Depuis toute petite, j'aime les histoires de sorcières. Elles me fascinent et m'attirent irrésistiblement. J'étais donc impatiente de découvrir cette série et je ne suis pas du tout déçue. C'est plein d'humour, de malice et de fraîcheur ! Un vrai régal !

 

 L'univers créé par Chihiro Ishizuka m'a beaucoup plu. En lisant le résumé, je pensais que Makoto allait débarquer dans une ville pleine de sorciers et étudier dans une école qui leur est consacrée, mais ce n'est pas le cas. Ses cousins n'ont pas de pouvoirs magiques, certains sont au courant de la nature de Makoto et semblent l'accepter sans souci tandis que d'autres ignorent que les sorcières font partie de leur monde et sont présentes un peu partout.

 

 Makoto est presque une adolescente ordinaire, en fait. Elle est drôle et très attachante. Elle n'a pas du tout le sens de l'orientation et se perd tout le temps même quand elle doit aller jusqu'à sa chambre... Elle est gentille et veut s'intégrer et se faire des amis même si elle oublie parfois qu'ils n'ont pas l'habitude de recevoir en retour des cadeaux de sorcières comme une mandragore par exemple, ni de voir quelqu'un discuter avec son chat.

 

 C'est un manga qui m'a beaucoup plu et dont j'ai vraiment hâte de lire la suite. C'est léger, amusant et on s'attache vite aux personnages. J'aime cette proximité avec la nature, cette façon dont la magie est dosée et s'intègre parfaitement au monde "normal". J'aime les illustrations, les rebondissements et les scènes cocasses qui ponctuent les pages. Je n'ai pas vu le temps passer et il va vite falloir que je me procure la suite. Pour info, ce manga est en noir et blanc et se lit dans le sens de lecture japonais.

 

En quelques mots :

Une très belle découverte ! J'ai beaucoup aimé l'histoire et l'univers créés par Chihiro Ishizuka. Je suis déjà impatiente de lire la suite !

 

 

Voir les commentaires

2017-07-23T16:59:09+02:00

Si j'avais su que tu deviendrais si belle, je ne t'aurais jamais laissée partir

Publié par MyaRosa

If I Knew You Were Going To Be This Beautiful,

I Never Would Have Let You Go - Judy Chicurel

398 pages, éditions Nil, mars 2017

 

L'histoire :

Depuis sa rue de Comanche Street, à Long Island, Katie Hanson fait partie de cette jeunesse qui regarde de loin le rêve américain. Alors qu’en 1972 commence son dix-huitième été, que les soirées rallongent, que les rues et la plage s’animent, elle a le sentiment que sa vie reste en suspens. Ses pensées sont ailleurs, tournées vers sa mère qui l’a abandonnée, et vers Luke qu’elle aime secrètement et qui revient, transformé, de deux ans au Vietnam. Entre les confidences de ses meilleures amies et les soirées au bar de l’hôtel Starlight ou le jukebox entonne les classiques de l’époque, il y a pourtant de quoi la divertir. Mitch, vétéran à la jambe de bois qui noie son traumatisme dans l’alcool, y a élu domicile. Tous deux se lient d’amitié. Sous la chaleur écrasante et moite, le temps semble suspendu et propice à la réflexion sur la route à prendre, sur ceux qui nous entourent et que l’on va quitter.

 

Mon avis :

 

 Il y a des romans qu'on n'oublie pas. Des livres qui remuent quelque chose en nous et qui laissent une empreinte indélébile dans notre coeur. Le roman de Judy Chicurel est de ceux-là. Pourtant, je n'ai pas connu l'enfance de Katie. Je n'ai pas grandi aux Etats-Unis dans les années 70, je n'ai jamais visité Long Island, je n'ai pas grandi dans un milieu où l'alcool, le tabac et la drogue étaient banalisés et pourtant... je me suis retrouvée dans tout cela. Petite madeleine de Proust, ce roman a fait ressurgir des odeurs, des sensations, des sentiments enfouis et des instants de mon enfance que je croyais oubliés.

 

 J'en avais parlé dans mon billet sur "La Ferme des Miller", mais les histoires dans lesquels un personnage s'accroche désespérément à son passé et à son enfance et tente d'arrêter le temps me touchent profondément et Katie m'a vraiment émue. Autour d'elle, les choses sont en train de changer. Les gens grandissent, s'en vont, rêvent d'ailleurs alors que Katie, elle, semble pleinement épanouie dans cette vie-là. Même si elle dit parfois le contraire, je ne pense pas qu'elle attende quelque chose d'autre. Je pense qu'elle voudrait au contraire que rien ne change, que cette vie-là dure toujours. Elle est un peu en retrait, c'est vrai, mais je ne pense pas qu'elle espère un grand bouleversement tant elle aime ce qu'elle a. Elle a peur du changement. Peur qu'en changeant un petit quelque chose, tout change.

 

 

 Je sais que le titre de ce roman fait beaucoup parler sur la toile, pourtant il est vraiment anecdotique. On imagine une histoire d'amour et la beauté comme seul argument de regret pour un amour perdu, mais ça n'a franchement rien à voir. Pour moi, ce livre, c'est le portrait de toute une communauté à une époque précise. On suit les gens de tout un quartier, on partage leur quotidien et leurs histoires. On les découvre à travers le regard de Katie qui ne porte aucun jugement, bien au contraire, elle voit au-delà des apparences et la bonté parfois bien caché au fond des gens. Il y a des jeunes rongés par la drogue qui reproduisent le même schéma que leurs parents ou qui, au contraire, veulent à tout prix s'en sortir. Il y a ces parents qui noient leurs regrets dans l'alcool ou qui décident qu'il n'est pas trop tard pour prendre un nouveau départ. Il y a ces filles qui se laissent ensorceler par un garçon et regrettent toute leur vie de ne pas avoir résisté. Il y a ces êtres un peu perdus parce qu'excentriques, parce qu'homosexuels, parce que différents du voisin, parce que trop ou pas assez comme ceci ou comme cela. Il y a des hommes vieux avant l'âge car ruinés par la guerre et les horreurs qu'ils ont vécu. Et il y a Katie, une jeune fille bien dans ses baskets - même si elle a toujours peur de décevoir son entourage - qui est un peu bloquée entre l'enfance et l'âge adulte et ne sait pas vraiment de quoi demain sera fait. Une jeune fille pas encore femme qui attend autant qu'elle redoute que quelque chose lui arrive.

 

 J'ai aimé ces gens, je me suis attachée à eux malgré leurs défauts ou leurs différences et j'ai aimé la manière dont Katie et Judy Chicurel nous les décrivent.  Il y a beaucoup de fragilité, de tendresse, de sensibilité et d'humanité dans ce roman et on a beaucoup de mal à tourner la dernière page. Je suis tout à fait d'accord avec ce qui est écrit sur la quatrième de couverture. C'est comme une vieille photo "aux couleurs défraîchies que l'on regarde avec nostalgie et tendresse". Je me sens à la fois triste et heureuse après cette lecture. Heureuse d'avoir rencontré ces gens et d'avoir partagé ces instants, heureuse d'avoir vu ressurgir quelques parties de mon enfance et triste de laisser tout cela derrière moi et de les regarder s'envoler à jamais. C'est un roman d'atmosphère vraiment envoûtant. Il y a même une playlist pour nous mettre dans l'ambiance et nous transporter encore un peu plus dans les seventies ! Quoi de mieux qu'un été qui se termine dans une petite ville qui a connu son heure de gloire mais n'est plus ce qu'elle était pour parler de nostalgie ? Si vous cherchez une histoire pleine de rebondissements, passez votre chemin, mais si vous êtes sensibles et un peu nostalgiques, vous succomberez à coup sûr au charme de ce très beau roman. Moi, j'ai adoré et j'en ai le coeur tout retourné ! C'est le genre d'écriture et d'histoire qui me bouleversent. Le genre de romans que j'aime.

 

En quelques mots :

Un roman d'atmosphère poétique et émouvant qui touchera à coup sûr les sensibles et les nostalgiques. J'ai adoré !

 

 

Quelques extraits :

 

"[...] j'avais parfois encore l'impression de voir défiler ma vie comme dans un film dans lequel jouaient toutes les personnes que je connaissais au monde, sauf moi." (Page 11)

 

"On est tous des enfants perdus à un moment de notre vie." (Page 160)

 

"La vie est un banquet, et toi, tu voudrais bouffer des miettes jusqu'à la fin de ta vie ?" (Page 276)

 

"Nous fîmes quatre essais avant d'obtenir la photo que nous voulions et après laquelle rien ne serait jamais plus pareil. [...] C'est une super photo qui, lorsqu'on la regarde longtemps, sous un certain angle, pourrait presque donner à entendre nos rires, nos rires de plus en plus lointains, nos rires s'effaçant petit à petit, comme le souvenir d'une cicatrice ou d'un autre temps." (Page 295)

 

"[...] l'été était fini, et tout le monde se mit à parler de partir, de s'en aller vivre dans les communautés de Californie ou du Nouveau-Mexique, de déménager à Manhattan pour décrocher un boulot mieux payé, ou bien au Canada pour échapper à l'armée. "Il est temps de vivre, les mecs", disaient-ils tous, ce qui me faisait peur et me rendait triste, car j'avais depuis tout ce temps l'impression de vivre, l'impression d'être différente des autres, nous croyant tous unis et heureux de savoir que nous nous retrouverions pour d'autres étés à Comanche Beach, assis serrés les uns contre les autres comme les maillons d'une chaîne baignée de soleil que l'on ne pourrait jamais briser. Des années plus tard, Liz, [...] d'un ton moitié méprisant, moitié dépité, me dit : "On aurait dit que tout le monde savait que c'était une illusion, mais que tu étais la seule à y croire vraiment."

 Et j'y croyais, oui, je croyais à cette illusion et continuerai d'y croire [...] persuadée que je reviendrai un jour et retrouverai ce que j'avais laissé derrière moi." (Pages 396-397)

 

 

Voir les commentaires

2017-07-23T13:42:00+02:00

Un coin de ciel bleu, tome 2

Publié par MyaRosa

Takamichi

128 pages, éditions Nobi Nobi !, juin 2017

L'histoire :

  Suite des aventures de Haruka, Misaki, et Yuki ! Leurs habitudes n’ont pas changé : école, moments de détente et promenade dans la charmante commune d’Aobato. Avec ce drôle d’oiseau qu’est le Colombar de Siebold, elles forment un quatuor toujours aussi comique ! Et pour mettre un peu de piment dans tout ça, leurs camarades de lycée ne sont jamais bien loin. L’été dans cette sympathique bourgade, c’est un enchaînement de petites péripéties et de grosses rigolades, mais aussi et surtout l’histoire d’une très belle amitié !

 

* Mon avis sur le 1er tome *

 

Mon avis :

 

 C'est avec plaisir que l'on retrouve le trio Haruka, Yuki et Misaki dans de nouvelles petites histoires mettant en scène leur quotidien. C'est l'occasion pour nous d'apprendre des tas de choses sur la culture japonaise d'aujourd'hui. C'est toujours un régal et une réussite ! Il est question de gourmandise, d'oiseaux et de nature, des clubs du lycée (sport, photo, arts plastiques), des festivals d'été, de balades et de baignades, de chance, d'amour et d'amitié.

 

 Cette série pleine de gags et d'optimisme me plaît beaucoup et je me réjouis déjà de retrouver cette bande de copines dans un troisième (et dernier) tome. La construction du livre est vraiment chouette. Ce sont des petits moments, des scènes très courtes de leur quotidien qui nous sont racontées. Le manga est accessible aux novices car il se lit dans le sens de lecture européen. Les illustrations sont très belles et elles sont en couleurs ! J'ai trouvé ce tome encore meilleur que le premier qui m'avait déjà beaucoup plu et j'ai vraiment apprécié tous les petits bonus que l'on retrouve à la fin de l'ouvrage (explications, photos, croquis, etc...).

 

 Si vous cherchez une lecture rafraîchissante pour les vacances. Un livre plein de bonne humeur et de légèreté qui vous transportera ailleurs et vous fera découvrir une autre culture, "Un coin de ciel bleu" est fait pour vous ! Le kaki-gôri, le yukata, les nimame et l'omikuji ne devraient ensuite plus avoir de secret pour vous !

 

En quelques mots :

Une lecture estivale pleine de pep's et de bonne humeur ! J'adore !

 

 

Voir les commentaires

2017-07-20T09:29:57+02:00

Lili & la louve

Publié par MyaRosa

Elise Fontenaille & Alice Bohl

32 pages, Grasset Jeunesse, mai 2017

 

L'histoire :

Une vallée au coeur des montagnes,

une petite fille et une chienne inséparables,

leur cabane sous les étoiles...

Et soudain... une louve !

Comment réagir face à cette inconnue qui inspire la peur ?

 

Mon avis :

 

 La petite Lili n'a pas une vie ordinaire. Elle a la chance de grandir au coeur des montagnes, au plus près de la nature et des animaux. Elle a l'esprit ouvert et un grand coeur. Elle observe le monde qui l'entoure, profite de l'instant et s'émerveille de tout. Avec sa chienne Neige qui ne la quitte jamais, elle explore les quatre coins de la montagne et observe les changements qui s'opèrent au fil des saisons. Ses parents lui apprennent les secrets des torrents, des cascades, du vent et de la glace. Le jour de ses sept ans, Lili découvre qu'elle peut parler aux animaux mais aussi qu'une louve rôde dans les parages... Ennemie ou amie ? Lili et les siens sont-ils en danger ?

 

 

 Ce qui m'a plu, dans cet album, c'est cette description de la vie à la montagne. Les tâches quotidiennes, les paysages merveilleux, le contact avec la nature, les plaisirs simples de la vie... J'ai beaucoup aimé cette immersion dans le quotidien de la petite Lili. J'ai également été touchée par la finesse et la magie des illustrations qui nous emportent ailleurs et je me suis régalée en lisant le texte plein de douceur et de poésie. Il y a la jolie complicité qui unit Lili et sa chienne, l'amour et le respect réciproques entre elle et ses parents et aussi cette rencontre inattendue, à la fois inquiétante et fascinante. Et puis, les thèmes abordés ne peuvent pas laisser de marbre : la différence, l'amitié, la peur de l'inconnu, la méfiance, le courage... Tout est abordé avec délicatesse et justesse. Cet album est très réussi. Je serais bien restée plus longtemps avec la petite Lili.

 

 

"Neige et Lili sont inséparables. Quand on en voit une, on voit l'autre. Elles dorment ensemble dans une petite cabane construite rien que pour elles, à côté de la bergerie. On y dort d'un sommeil d'ange - comme en plein ciel. La nuit, en étendant les bras, Lili peut toucher les étoiles. Elle a de la poussière d'or plein les doigts."

 

En quelques mots :

Une jolie découverte !

 

 

Voir les commentaires

2017-07-20T08:38:21+02:00

La Maison de poupée (époque georgienne)

Publié par MyaRosa

Abigail Wheatley & Maja Kastelic

24 pages, éditions Usborne, mai 2017

Présentation de l'éditeur :

Cette élégante maison de poupée s'inspire d'une grande demeure familiale construite il y a plus de deux siècles. Amuse-toi à la décorer en y ajoutant des meubles, et à aider en cuisine et dans les écuries.

 

Mon avis :

 

 Qui a dit que les livres d'autocollants étaient faits pour les enfants ? Les éditions Usborne nous prouvent que l'on peut les aimer même quand on a plus d'une dizaine d'années ! Ce livre plaira autant aux amateurs d'Histoire, qu'aux nostalgiques, aux romantiques, aux amateurs de belles pierres, à ceux qui auraient aimé vivre à une autre époque et à ceux qui aiment découvrir comment on vivait il y a longtemps. C'est un livre qui nous transporte ailleurs et nous laisse rêveur. On s'imagine vivre une autre vie dans une splendide demeure que l'on croirait sortie d'un roman. J'adore !

 

 

 On s'amuse à visiter et à remplir chaque pièce de meubles et d'objets variés. Il y a bien sûr le hall d'entrée à aménager ainsi que la salle à manger et le petit salon. On s'arrête ensuite pour lire quelques pages et flâner un instant dans la bibliothèque. On reprend ensuite notre visite pour admirer le salon, l'impressionnante cuisine, la chambre de Madame mais aussi celles du bébé ou encore celle des domestiques. On file ensuite visiter le jardin et les écuries.

 

 

 Est-ce que l'on va mettre le bougeoir plutôt de ce côté ou alors par là ? Est-ce le bureau serait mieux de ce côté de la pièce ou plutôt vers la fenêtre ? Dans quel coin se trouvait le tournebroche et les moules en cuivre ? Et si l'on apportait un peu de couleurs à ce jardin déjà magnifique en y ajoutant des fleurs de toutes les couleurs ? On s'amuse, on imagine et on rêve ! C'est magnifique et merveilleux ! Voilà le genre de cadeaux que j'aurais aimé recevoir. Un livre à offrir et à s'offrir sans hésiter. Cette collection qui sort vraiment du lot mériterait d'être plus connue.

 

 

En quelques mots :

Un livre d'autocollants superbe et très soigné qui nous transporte ailleurs et nous fait rêver. Un livre pour les petits et les grands rêveurs !

 

 

 A découvrir aussi :

Je colorie... la maison de poupée

La Maison de poupée

La Maison de poupée victorienne

Le Manoir

Les Jardins du manoir

 

 

Voir les commentaires

2017-07-19T09:03:14+02:00

La Belle et la Bête (Coucou ! Mes contes de fées)

Publié par MyaRosa

Lorena Alvarez & Anna Milbourne

14 pages, éditions Usborne, février 2017

Quatrième de couverture :

Accompagne la Belle au fil des pages de ce joli livre à la découverte de la demeure de la Bête et de ses étonnants secrets.

 

Mon avis :

 

 Après Le Petit Chaperon rouge et Cendrillon qui m'avaient tant plu, la collection Coucou ! Mes contes de fées s'est enrichie de deux nouveaux titres : La Belle et la Bête et La Belle au bois dormant (dont je vous parlerai prochainement) pour le plus grand plaisir des lecteurs. Cette belle collection propose de faire (re)découvrir des contes classiques adaptés aux plus jeunes (dès 3 ans). Le texte est accompagné d'illustrations belles et soignées agrémentées de découpes au laser impressionnantes et éblouissantes et de rabats à soulever qui délivrent des secrets et donnent l'impression de plonger au coeur de l'histoire. Un vrai régal pour les yeux et l'imagination !

 

 

 

 Si les deux premiers titres de la collection m'avaient charmée, il en est de même pour celui-ci. Quelle merveille ! Le palais de la Bête est somptueux et mystérieux. J'aime particulièrement les découpes de la grille du château qui sont pleines de détails. J'aime aussi beaucoup le décor, le choix des couleurs, la végétation, les oiseaux et les fleurs colorés qui rendent le paysage incroyable, les mets et les objets fabuleux que l'on retrouve à l'intérieur de l'impressionnante demeure de la Bête. C'est à couper le souffle ! Encore un voyage magique et fascinant dont on n'a plus envie de sortir. Une plongée merveilleuse dans le monde des contes qui séduira à coup sûr les petits et les grands !

 

 

En quelques mots :

Un livre aux illustrations et aux découpes éblouissantes et merveilleuses qui nous plonge avec délice dans l'histoire fascinante et intemporelle de La Belle et la Bête.

 

 

Voir les commentaires

2017-07-17T16:00:44+02:00

A nos vies (presque) parfaites !

Publié par MyaRosa

Your perfect life - Liz Fenton & Lisa Steinke

375 pages, éditions Pocket, juin 2017

L'histoire :

Casey et Rachel sont inséparables depuis leurs années de lycée. Pourtant leurs vies sont diamétralement opposées ! Tandis que Casey, jolie célibataire sans enfant, ne vit que pour sa brillante carrière d’animatrice télé, Rachel a épousé son premier amour et jongle entre les couches de la petite dernière et deux adolescentes rebelles.
Lors d’une soirée d’anciens élèves, une dispute éclate entre les deux amies qui se jalousent mutuellement. Et c’est là qu’un barman étrange leur offre un drôle de cocktail. Le lendemain, chacune se réveille dans le corps de l’autre. L’expérience est amusante, jusqu’à ce que l’une des deux ne veuille plus revenir en arrière…

 

Mon avis :

 

 Si vous cherchez une lecture d'été légère, drôle et pétillante, j'ai ce qu'il vous faut : "A nos vies (presque) parfaites !" Ce roman, je l'ai choisi parce que le résumé me faisait beaucoup penser au film Freaky Friday que j'ai regardé des dizaines et des dizaines de fois et aussi parce que cette couverture poche me plaît beaucoup (oui, c'est futile mais ça compte, non ?!). Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de chick lit et j'ai passé un très bon moment.

 

 Casey et Rachel avaient des vies et des envies similaires lorsqu'elles étaient jeunes. Elles pensaient que rien ne pourrait jamais les séparer. Pourtant, presque vingt ans plus tard, si elles sont toujours amies, leurs vies sont diamétralement opposées. L'une est mère au foyer tandis que l'autre est célèbre et célibataire. Secrètement, elles se jalousent, se moquent l'une de l'autre et ne se comprennent plus vraiment. Lors d'une soirée bien arrosée, elles vont se retrouver dans la peau l'une de l'autre. D'abord surprises et affolées, elles vont se prendre au jeu et tenter de rentrer au mieux dans leur personnage attendant de trouver une solution pour que tout rentre dans l'ordre.

 

 Elles vont vite se rendre compte que les apparences sont trompeuses... Si Casey semble avoir une vie de rêve, la célébrité a un prix. Tout le monde n'attend qu'une chose : qu'elle fasse une erreur, un faux pas. Elle est observée et sous pression en permanence et aussi désespérément seule... Et si Rachel ne s'en est jamais plainte, sa vie n'a finalement rien d'un conte de fées... Son mari ne la regarde plus, ses filles lui parlent mal et elle n'a pas une minute à elle. Elle s'occupe de tout le monde sauf d'elle-même, s'effaçant peu à peu. Finalement, aucune des deux n'est vraiment heureuse mais il ne faudrait peut-être pas grand chose pour que les choses changent. Pourquoi pas le coup de pouce d'une amie ?

 

 Alors oui, c'est vrai, il y a des clichés et on devine comment les choses vont tourner, mais on s'en fiche car on ne s'ennuie pas une seconde ! Et puis, il y a des choses qui m'ont touchée et cette histoire est beaucoup moins superficielle que les commentaires écrits à son sujet ne le laissent penser. J'ai passé un très bon moment avec ces deux femmes et j'ai beaucoup aimé cette histoire qui est drôle et agréable à lire mais un peu moins légère qu'elle n'y paraît. J'aimerais beaucoup voir ce livre adapté pour la télévision ou le cinéma. C'est une belle histoire d'amitié qui parlera à toutes les femmes, je pense car elle aborde les choix et les problèmes auxquels nous sommes toutes confrontées : la carrière, la famille, la maternité, l'amour, l'amitié, etc... C'est un livre qui nous montre que rien n'est irrévocable et que l'on peut décider d'être heureux/se !

 

En quelques mots :

Une comédie drôle et pimentée, parfaite pour l'été !

 

 

Voir les commentaires

2017-07-17T07:29:00+02:00

Un coin de ciel bleu, tome 1

Publié par MyaRosa

Yuru Yuru - Takamichi

128 pages, éditions Nobi nobi !, mai 2017

L'histoire :

Bienvenue à Aobato, coin tranquille loin du tumulte de la ville, quelque part sur la côte japonaise. Doux bruit des vagues, chant apaisant des oiseaux, mais aussi rires en cascade sont au programme ! C'est là que vivent Haruka, Yuki, et Misaki, trois amies unies comme les doigts de la main, malgré des personnalités très différentes. Venez donc découvrir leur quotidien : entre les balades sur la plage et les festivals d'été, impossible de résister à l'envie de rejoindre ce joyeux trio !

 

Mon avis :

 

 Cet été, j'ai envie de lire un peu plus de BD et de mangas et j'ai totalement craqué pour cette série qui compte trois tomes (les deux premiers sont déjà disponibles et le dernier tome sortira en septembre prochain). On y fait la connaissance de Haruka, Yuki et Misaki, trois jeunes filles pétillantes et pleines de vie qui nous font découvrir leur quotidien. Entre rires, gags, balades en bord de mer, repas gourmands et festivités, nous découvrons une belle histoire d'amitié qui met à l'honneur les petits bonheurs de la vie et illustre à merveille la culture japonaise d'aujourd'hui.

 

 

 J'ai beaucoup aimé cette lecture légère et pleine de charme. Il faut dire aussi que les illustrations en couleurs sont vraiment magnifiques ! Ce manga est très accessible et me semble idéal pour une première approche de cet univers car il se lit à la manière européenne et non pas à l'envers et est découpé en petites scénettes de la vie quotidienne. C'est drôle, amusant, plein de pep's et de joie de vivre. Une vraie bouffée de fraîcheur et une jolie lecture de vacances. J'ai déjà hâte de retrouver ces trois filles aussi différentes que complémentaires dans d'autres aventures pleines de malice, de gourmandise et d'insouciance.

 

 

En quelques mots :

Une jolie lecture d'été qui célèbre l'amitié et nous dévoile un peu de culture japonaise. C'est parfait pour découvrir les mangas et se détendre. Un feel good book made in Asia !

 

 

Voir les commentaires

2017-07-10T08:49:31+02:00

Mes vacances animées

Publié par MyaRosa

Sebastien Braun

12 pages, éditions Nathan, juin 2017, dès 12 mois

 

Présentation de l'éditeur :

Tourner, tirer, pousser... pour découvrir les surprises de ce livre animé, conçu pour les petits doigts agiles.

 

Mon avis :

 

 Encore un joli livre qui met à l'honneur les vacances en famille ! Le départ en voiture, la plage, la fête foraine, le camping... Page après page, on s'amuse à tirer, pousser et tourner pour faire changer les images et voir apparaître des tas de surprises. On observe attentivement les illustrations car il y a de petites choses à trouver ou bien à compter : une bouée, des seaux, des lézards, un vélo.

 

 

 Un livre plein de bonne humeur qui sent bon les vacances d'été et les petits bonheurs partagés ! Les illustrations rondes et colorées sont très jolies et j'aime beaucoup les animations proposées. C'est un livre que je trouve bien conçu pour les petits et qui devrait beaucoup leur plaire. Il est en carton très épais et les animations fonctionnent bien et sont surtout très solides (pas de rabats qui reste dans les petites mains ou qui se tord dès la première utilisation. Ca m'est déjà arrivé plus d'une fois...) Dès 12 mois.

 

 

En quelques mots :

Un joli livre cartonné animé qui sent les vacances et fera le bonheur des petits !

 

A découvrir aussi :

Ma librairie animée

 

 

Voir les commentaires

2017-07-07T08:39:00+02:00

Mon premier bloc de jeux de vacances

Publié par MyaRosa

Collectif

100 pages, éditions Usborne, juin 2017, dès 4 ans

Présentation de l'éditeur :

Ce bloc est rempli de jeux simples mêlant mots, nombres et images. Ils permettent aux jeunes enfants de s'amuser tout en améliorant leurs capacités à lire, à écrire, à compter et à observer.

 

Mon avis :

 

 Je craque totalement pour ce bloc de jeux qui va me permettre de proposer à mes enfants des petits jeux simples et amusants durant tous l'été. Ce qui me plaît, ce sont les illustrations pleines de pep's, de gaieté et de couleurs vives. Ca sent bon les vacances ! Ce que j'aime aussi, c'est la diversité des jeux proposés. Il y en a vraiment pour tous les goûts et aussi pour différentes tranches d'âges. C'est vraiment parfait pour mes enfants de 4 et 6 ans. Il y a des mots cachés, des labyrinthes, des images à remettre dans l'ordre pour créer une petite histoire, des paires à assembler, des images à différencier, des points à relier, des énigmes à résoudre, des animaux à compter, des objets à retrouver, des coloriages magiques, des jeux d'observation et de réflexion, des dessins à compléter, etc...

 

 

 Toutes les pages se détachent et il y a la solution à la fin du livre. Les images sont craquantes ! Elles représentent des scènes de vacances au fil des saisons ou des objets de détente et de jeux : baignades en mer, balades à vélo, voyages en train ou en avion, sports d'hiver, fêtes foraines, pique-nique champêtre, châteaux de sable, visite de musée, valises multicolores, glaces, feux de camp, feu d'artifice, Tour Eiffel et Statue de la Liberté, crème solaire et moulin à vent, voiliers, baleines, stands gourmands, etc... J'adore !

 

 

En quelques mots :

Un bloc de jeux indispensable pour les vacances d'été. (Pour les 4-7 ans).

 

A découvrir aussi :

 

Voir les commentaires

2017-07-07T07:59:52+02:00

Drapeaux du monde à colorier

Publié par MyaRosa

Collectif

48 pages, éditions Usborne, juin 2017, dès 6 ans

 

Présentation de l'éditeur :

Comment appelle-t-on le drapeau du Guyana ? Que représente la roue du drapeau indien ? Les enfants apprendront un tas de choses sur les couleurs, la forme et les symboles de nombreux drapeaux. Une façon ludique d’intéresser les enfants à la culture et à l’histoire de différents pays.

 

Mon avis :

 

 Je vous l'ai déjà dit un million de fois (au moins !), mais je suis totalement fan des livres d'activités des éditions Usborne. Ils sont toujours bien conçus, ludiques, amusants et superbement illustrés. Et puis surtout, il y a du choix ! Que vous en cherchiez sur les animaux, les fées, l'Histoire, les dinosaures, les monstres, les pompiers ou les vacances, vous êtes sûrs de trouver votre bonheur !

 

 Depuis quelques mois, mon fils (6 ans) s'intéresse aux cartes et aux drapeaux. Je lui ai donc trouvé quelques livres sur le sujet (atlas, documentaires), un joli coffret Montessori dont je vous parlerai bientôt et ce fameux livres à colorier qui est absolument génial et qui, je pense, va bien l'occuper cet été. On nous entraîne dans un tour du monde fascinant à la découverte des drapeaux et des emblèmes de pays situés un peu partout sur notre belle planète. Il y a des cartes avec les drapeaux placés dessus pour que l'on puisse bien se repérer, des petits textes qui nous parlent de l'origine des drapeaux et de ce qu'ils symbolisent et il y a bien sûr des tas de drapeaux à colorier en suivant les modèles.

 

 

 C'est bien plus qu'un livre de coloriage, c'est un beau documentaire qui nous apprend des tas de choses et que l'on a envie de conserver précieusement. Les textes sont courts et enrichissants, les illustrations et la mise en page me plaisent beaucoup. C'est un livre que je trouve très complet et qui devrait beaucoup plaire aux petits explorateurs en herbe et à tous ceux qui s'intéressent à la géographie. Nous, on adore !

 

 

En quelques mots :

Un cahier de coloriage richement documenté et très ludique qui nous apprend beaucoup de choses.

 

 

A découvrir aussi :

Motifs romains à colorier

Mon grand livre de choses à trouver et à colorier

Mon livre d'Art à colorier

Motifs africains à colorier

Motifs mexicains à colorier

 

Voir les commentaires

2017-07-06T13:01:39+02:00

Port-des-Vents

Publié par MyaRosa

Hortense Dufour

316 pages, éditions Presses de la Cité, mai 2017

L'histoire :

A Port-des-Vents, village-îlot charentais bordé par l'océan, souffle un vent continu, ravageur. Parmi les habitants, une lignée de femmes puissantes, soudées, qui habitent une petite maison de pêcheurs. Les hommes de la famille sont morts. Le rude monde marin et les passions se sont chargés de ces morts-là. Les femmes, elles, rebâtissent sans cesse ce que le vent détruit. Chaque jour elles poussent la lourde brouette pleine d'huîtres. Elles sont les passeuses, se transmettant, immuablement, les gestes de la vie, de la maternité. Autour d'Adèle, l'aïeule, vivent quatre générations de femmes : Adrienne, Marjolaine, Indiana et Elena. Elles sont restées pour toujours à Port-des-Vents, sauf Elena qui s'en est éloignée et qui y revient quand les fruits du verger abondent ; les étés à Port-des-Vents sont splendides. Il y a celle, enfin, par qui tout est arrivé : Adrienne. " Tout est de la faute de la belle Adrienne. " Car à Port-des-Vents, les passions sont dévastatrices...

 

Merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité

pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 Même s'ils sont tous deux très différents, ce roman d'Hortense Dufour et "Umami" de Laïa Jufresa dont je vous ai parlé la semaine dernière m'ont laissé la même impression. Il a fallu que je me batte un peu pour pouvoir y entrer et y trouver ma place. Il a fallu que je passe une sorte d'épreuve pour être acceptée par ces pages. Il a fallu des pages et des pages pour que les personnages m'ouvrent leurs portes. Je n'ai pas l'habitude de me battre pour lire. D'habitude, j'aime quand je suis happée dès les premières lignes. J'aime qu'on m'ouvre grand les bras, qu'on m'emmène ailleurs et qu'on m'accepte sans condition. Pourtant, ces épreuves et ces batailles en valaient la peine. Quelle récompense au bout de chemin...

 

 Si l'écriture d'Hortense Dufour m'a vraiment déconcertée au début, j'ai fini par l'apprécier. Il y a du charme, de la force, de la passion, de l'authenticité, et ça colle vraiment bien à l'histoire ou plutôt aux histoires que l'auteur nous raconte. Ces histoires, ce sont celles des habitants d'un petit village-îlot charentais. Là-bas, on naît, on travaille dur, on apprend de ses aïeux, on vit ensemble, on se marie, on meurt mais on ne quitte que rarement Port-des-Vents ou alors on y revient. La vie y est à la fois dure, modeste et authentique. On suit plus particulièrement les femmes d'une même famille qui vivent ou ont vécu dans la même maison de pêcheurs, se sont transmises le savoir-faire et les valeurs, année après année, ont partagé les secrets, les souffrances, les joies et les peines. Adèle, Adrienne, Marjolaine, Indiana, Elena. Toutes sont des femmes fortes, passionnées et passionnantes que l'on n'a plus envie de quitter et encore moins d'oublier.

 

 J'ai particulièrement aimé l'histoire si touchante de Pierre et Marjolaine. Un amour de toujours, comme une évidence qui est plus complexe qu'il n'y paraît, un vrai coup du sort. J'ai aussi beaucoup aimé la magnifique et mystérieuse Adrienne que les gens admirent et fuient en même temps. J'ai aimé la description des tâches quotidiennes notamment la préparation des repas. On croirait être à côté de ces femmes et sentir toutes ces bonnes odeurs de plats préparés avec des gestes sûrs mille fois reproduits. J'ai aussi adoré tous les passages qui concernent les naissances et les décès et toutes les traditions liées à ces évènements.J'ai été très touchée par toutes ces histoires de femmes. Ces femmes qui encaissent sans broncher le labeur, les deuils et la douleur. Ces femmes qui sont parfois envoyées vers une vie qu'elles n'ont pas choisi et qui regrettent parfois jusqu'à leur dernier jour un instant d'insouciance. Ces femmes punies d'être trop belles ou qui se punissent parfois elles-mêmes de s'être égarées ou écoutées un instant. Ces femmes qui génèrent tant de passion, qui survivent aux hommes et à ceux qu'elles aiment, qui n'ont d'autres choix que de reproduire les mêmes gestes encore et encore pour ne pas sombrer et pour que survive la lignée et la vie à Port-des-Vents. Ce sont les piliers du village, les fondations de la famille. Sans elles, il n'y aurait plus rien. Le vent aurait tout envoyé au loin.

 

  J'ai aimé la fougue de l'auteur, la façon dont elle nous raconte la vie à Port-des-Vents et ses personnages. Il y a des passages vraiment magnifiques et très forts. De la poésie et de la passion. Là-bas, rien n'est à moitié. Tout est intense et passionné. On aime, on déteste, on jalouse, on souffre toujours à l'extrême. C'est à la fois beau et violent. A Port-des-Vents tout se sait, rien ne s'oublie. On vit avec sa famille, son histoire, son passé. On se transmet le bon comme le mauvais. La vie est dure à Port-des-Vents et pourtant chacun accepte le fardeau qu'on lui confie sans jamais se plaindre. On dirait que le temps n'a pas d'emprise sur cette vie-là. Les gens n'ont rien mais donnent tout. Ils s'épuisent à la tâche et s'ils s'arrêtent c'est comme s'ils acceptaient de mourir. Il y a une rage de vivre, une résignation, un courage qui n'a pas d'égal. Et pourtant, le courage, est-ce que ce ne serait pas justement de quitter cette vie-là ? Si le début de ma lecture a été difficile, j'ai finalement beaucoup aimé cet endroit, ces histoires, ces gens. Passionnément. On adore ou on déteste. Il ne peut en être autrement à Port-des-Vents.

 

En quelques mots :

Il a fallu que je m'accroche et que je sois patiente, mais j'ai finalement succombé au charme de Port-des-Vents. Il y a, dans ce roman, de l'amour, de la violence, de la force, du courage et beaucoup d'authenticité. C'est un roman intense et poignant avec lequel il n'y a pas de demi-mesure. On adore ou on déteste !

 

 

***

Quelques extraits :

 

"L'intensité de ces jours heureux, à nuls autres comparables, je ne puis les lier aux affres et aux fulgurances amoureuses. Je les tiens intimement à l'abri de ce dieu furibond, jamais rassasié, toujours inquiétant : l'amour. L'amour - je parle de celui qui lie deux êtres -, l'amour, cet amour-là est trop violent. Cet amour que, subtilement, les femmes d'ici blâmaient en répétant l'histoire de "l'homme au vélo". J'approuvais, mais que dire, prise à mon tour aux vagues d'une telle turbulence ? Tempête sombre et exquise, faim jamais assouvie, certitude de souffrir... Cet amour-là, ce lent poison, biffe le radieux paysage, soumet les sens à son seul despotisme, éloigne toute idée de secours et de plénitude. L'amitié en est bannie. L'amour vint à moi comme une foudre, un dieu irrésistible et sans miséricorde, et je vins à lui, reléguant mes paysages heureux." (Page 37)

 

"Port-des-Vents. Notre terre, notre fond des mers, nos violences, nos mortels efforts pour sauver la moisson. Non, il n'y a pas de remords en ce pays, il y a le devoir, la force de continuer. Si les passions ici sont violentes, l'amour de cette terre gorgée d'eaux salées, de trésors et d'ordures, est plus fort que tout. Le vent, la mort nous en séparent, mais n'en éloignent jamais les vivants." (Page 276)

 

"La joie touche chaque être, si abandonné se croit-il. Un rayon de miel, le léger choc d'une mystérieuse allégeance ; la brièveté d'un repos si suave, seule, seule, en son parc. Chaque jour, à une certaine heure, il lui est offert un grand moment lumineux, ébloui, quand l'arc-en-ciel dessine un vitrail qui la baigne en entier. Une légère scoliose la fait souffrir, oh si peu, elle a encore tant de forces ! Mais rien ne détruit ce moment-là, cette grâce, entre l'aube, le crépuscule..." (Page 278)

 

"Peut-être est-ce notre force de femme qui refoule les malheurs et le vent et permet à Port-des-Vents de résister à tout, même à ses naufrages ? Quel Dieu, quel amour bien caché a fait de nous, les femmes d'ici, ces sentinelles et ces soldates qui savent lancer aux nuages leurs sanglots et ne ploient que pour mourir ?" (Page 314)

 

Voir les commentaires

2017-07-03T09:29:11+02:00

Coloriages malins : Véhicules et transports / Multiplications magiques

Publié par MyaRosa

S. Morisson, I. Chauvet, V. Calle, E. Lapeyre

24 pages, éditions Nathan, février 2017

Présentation de l'éditeur :

Colorier, c'est déjà apprendre !

La collection "Coloriages malins" permet à votre enfant d'aborder les lettres, les nombres, l'exploration du monde ou encore les tables de multiplication de façon ludique et éducative, grâce à des coloriages magiques. Chaque dessin à colorier a des cases qui correspondent à des couleurs précises : il faut trouver le bon code pour faire apparaître le dessin !

 

Mon avis :

 

 Encore une belle idée d'activités pour cet été : les coloriages malins. Ces cahiers d'activités vendus à tout petit prix (3,45€) permettent d'allier plaisir, détente et révision des notions acquises durant l'année scolaire. J'ai testé ces deux cahiers avec mes enfants mais il en existe des tas d'autres adaptés à différents âges (dès 3 ans) et abordant des thèmes et notions variés : lettres magiques, nombres magiques, chevaliers et dragons, fées et princesses, les animaux et leurs petits, additions magiques, anglais magique, verbes magiques, syllabes magiques, orthographe magique, etc...

 

 

 Chaque cahier propose 24 coloriages malins. Il faut colorier le dessin proposé en respectant le code indiqué. Dans le cahier "Véhicules et transports" (dès 4 ans), on demande à l'enfant de différencier des lettres et des nombres mais aussi des parties du corps, des traces de pas, des façons de se déplacer, des transports anciens et modernes. On doit aussi colorier les images en se repérant dans l'espace ou bien en devinant le temps qu'il fait par rapport à des vêtements. Dans le cahier "Multiplications magiques", il y a bien sûr des multiplications classiques, mais aussi des résultats écrits en chiffres et en lettres, des codes couleurs identiques pour deux résultats différents ou pour un résultat situé entre un nombre et un autre. Il faut donc un peu de réflexion, de patience, de logique et d'observation. C'est vraiment très amusant ! Mes enfants ont tellement aimé que je prévois d'acheter d'autres titres prochainement.

 

 

En quelques mots :

Des cahiers d'activités ludiques et amusants qui permettent de réviser tout en s'amusant !

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog