Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-11-12T09:15:00+01:00

Le poison d'amour (Eric-Emmanuel Schmitt)

Publié par MyaRosa

Le poison d'amour

Eric-Emmanuel Schmitt

9876565.jpg

Catégorie(s) : Littérature francophone - Roman épistolaire

Edition / Collection : Albin Michel

Date de parution : 2 octobre 2014

Nombre de pages : 165

Prix : 15€

 

L'histoire :

Quatre adolescentes veulent découvrir l'amour, autant par goût que par pression sociale... Tous les soirs, malgré la journée passée ensemble au lycée, elles échangent des messages délivrant leurs désirs, leurs intrigues, leurs réussites ou leur impatience. Jusqu'au jour où le drame a lieu...

 

monavis2

 

 Ce livre est le second volet d'un diptyque sur l'amour et la passion. Le premier volet - L'élixir d'amour - est disponible depuis le printemps dernier. Les deux sont indépendants et je n'ai d'ailleurs pas encore lu le premier. "Le poison d'amour" s'adresse à un public assez large et peut, sans problème, être lu par des adolescents.

 

 Eric-Emmanuel Schmitt est un auteur que j'apprécie beaucoup mais cela faisait longtemps que je ne m'étais pas plongée dans l'un de ses romans. C'est toujours aussi plaisant de le lire. Je trouve que c'est très difficile pour un auteur adulte de se glisser dans la peau d'un enfant et plus encore peut être d'un adolescent. Souvent, le langage est trop soutenu pour être crédible et le personnage a trop de recul par rapport à lui-même ce qui le rend peu convaincant. Parfois, l'auteur essaie, au contraire, de paraître détendu et utilise un langage qu'il pense être jeune mais qui au final n'est ni crédible ni agréable à lire. Je vous rassure tout de suite, Eric-Emmanuel Schmitt a réussi à éviter tout cela et se glisse avec beaucoup d'aisance dans la peau de quatre adolescentes bourrées de complexes et d'incertitudes sur la vie et l'amour.

 

 On suit leur quotidien, leurs pensées, leurs espoirs, leurs rêves et leurs doutes au travers des pages de leurs journaux intimes que l'on dévore sans aucun scrupule. On les découvre au fil des pages, beaucoup moins sûres d'elles qu'elles ne le montrent, beaucoup moins fidèles en amitié comme en amour... Peu à peu, le vernis se craquèle au fur et à mesure que l'amour s'insinue dans leur vie et dans leur quatuor. On sent le mal-être de chacune, la jalousie et même le mépris qu'elles ressentent.

 

 Eric-Emmanuel Schmitt nous amène à nous interroger sur l'amour. Qu'est-ce que l'amour ? Est-il aussi pur et aussi vrai que ce qu'on croit ou n'est-il qu'une illusion ? L'amour peut-il durer toute une vie ? La passion est-elle la plus merveilleuse des choses ou le plus mortel des poisons ? Faut-il souffrir pour aimer et vivre vraiment ? Qu'aime-t-on vraiment dans l'amour : la personne aimée ou la sensation d'aimer et d'être aimé (ou justement de ne pas l'être en retour) ?

 

 J'ai vraiment aimé toutes les réflexions que ce texte amène et les réponses suggérées par l'auteur. Je trouve qu'il parle merveilleusement bien de l'adolescence. Tout ce qu'il dit sur ce qu'on ressent à cet âge, sur les sentiments exacerbés et l'extrême sensibilité est vraiment pertinent. Je me demande si j'aurais aimé lire ce livre à l'adolescence, si je me serai sentie comprise ou si c'est justement le recul que j'ai maintenant qui me permet de l'apprécier à sa juste valeur. Toujours est-il que j'ai aimé suivre ses adolescentes, lire leurs journaux intimes, leurs textos, les voir changer grâce ou à cause de l'amour et voir leurs vies basculer. C'est un texte qui bouscule et qui ne peut pas laisser indifférent. On voit ces ados se donner corps et âme, se lancer à corps perdu dans des histoires d'amour qui causeront assurément leur perte. On les voit subir la pression sociale, se jalouser, s'auto-détruire... C'est violent et je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi sombre.

 

 Je ne pensais pas apprécier autant cette lecture et pourtant, je l'ai trouvé agréable, passionnante et très intéressante. C'est, en plus de tout cela, une lecture marquante que je n'oublierai pas de sitôt !

 

En quelques mots :

Une lecture marquante et pertinente qui apporte des questions et des réponses intéressantes sur l'adolescence et l'amour. Un récit bien écrit et marquant.

 

98664.jpg

"Quand j'aime, ça tombe toujours au hasard. Un garçon entre au Balmoral et je reçois une balle dans le coeur. J'ai chaud, je brûle, je m'effondre, victime de l'attentat, la blessée par surprise, le dommage collatéral. Je n'ai rien choisi ! Parfois, le garçon ne me voit même pas, il regarde ailleurs, il se contente d'avancer en se balançant, de se caresser les cheveux, de sourire à une serveuse ou d'interpeller un copain au fond de la salle, et moi je craque, je me fissure, j'avale la mitraille. Je suis le mur des fusillés, une façade de Damas, l'enceinte de Ramallah. Je hais l'amour. Je tiens à me révolter contre lui. Si aimer veut dire subir, ne plus s'appartenir, devenir esclave, je ne veux pas aimer. "

 

"Pourquoi les garçons semblent indifférents jusqu'à l'instant où, à la dérobée, le temps d'un éclair, ils prononcent des mots qui désarçonnent ? On dirait des chasseurs qui cheminent, placides, au milieu des bois puis, en une seconde, bandent leur arc, tirent la flèche et tuent la biche. Je ne me sens pas une vocation de gibier. A quel moment sont-ils sincères, les hommes, lorsqu'ils ont l'air dégagé ou quand ils massacrent ?"

 

"On ne choisit pas en amour, on est choisi par l'amour. La passion fond sur Juliette et Roméo comme un virus contamine une population. Venue de l'extérieur, elle les infiltre, elle creuse son lit, prospère, se développe. Ils la subissent, cette passion, ils se tordent de fièvre, ils délirent, ils laissent toute la place à ce fléau, au point d'en mourir."

 

"Ma Raphaëlle, apprends que des Terence, il y en a des milliers, des millions, puisque c'est nous, les filles, qui les créons en permettant à la bactérie d'un regard d'entrer en nous ; ensuite, la maladie suit son cours en nous rendant démentes, en parant le garçon d'avantages ou de lauriers qu'il n'a pas, en nous persuadant que notre bonheur, notre salut passent par ses bras.

"Roméo, Roméo, pourquoi es-tu Roméo ?"

Parce que les Juliette savent inventer les Roméo."

 

"Dans chaque personne familière se tapit un étranger prêt à bondir. [...] J'appréhende ce qui va un jour sortir de moi. On croit se connaître alors qu'on discerne juste une silhouette au loin. S'approcher s'avère périlleux. Notre apparence et notre histoire antérieure constituent un paravent derrière lequel se cache l'inconnu. J'espérais qu'en mûrissant, je deviendrais moi-même. Mais si je devenais une autre ?"

 

"Naguère, j'étais libre et je m'amusais. Ce soir, je pleure, je peste, je rage. Ce garçon m'a rendue épileptique et fichue en prison."

 

"Dans un rêve d'amour, tout est beau sauf le réveil"

 

"Les larmes sont des messagères subtiles qui distillent mille informations à la fois."


Voir les commentaires

commentaires

Liyah 12/11/2014 14:53

Tiens je n'avais pas vu qu'il faisait parti de la même série que L'élixir d'amour. Je n'ai pas encore lu ce second livre mais il m'attend bien sagement ! ;-)

MyaRosa 12/11/2014 15:36



C'est un diptyque mais les deux histoires sont totalement différentes. C'est juste qu'eles ont un thème commun. :) Bonne lecture !



Nancy 12/11/2014 13:51

J'aime beaucoup cet auteur aussi et votre chronique donne vraiment envie de le découvrir ! Merci pour ce partage.

MyaRosa 12/11/2014 15:36



Merci beaucoup, Nancy. :)



Pauline 12/11/2014 12:01

J'adore cet auteur mais ces deux derniers livre sont pour moi hors de prix pour le temps de lecture et la déco inexistante à l'intérieur. J'attends donc les sorties poches car j'aimerais évidemment
beaucoup les découvrir! :D

MyaRosa 12/11/2014 12:09



Je comprends. C'est souvent le cas chez Albin Michel, surtout quand les auteurs ont autant de succès. C'est aussi pour cette raison que je n'achète plus les Nothomb à leur sortie. Pour le premier
volet de ce diptyque, je le lirai, c'est sûr, mais je vais attendre qu'il sorte en poche ou bien je l'emprunterai à la bibliothèque.



Céline 12/11/2014 11:08

Il va falloir que je découvre cet auteur, j'ai "Odette Toulemonde" dans ma PAL dont j'ai déjà vu le film.

MyaRosa 12/11/2014 15:35



C'est un excellent auteur ! Je te recommande aussi "Oscar et la dame rose" qui est fabuleux !



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog