Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-01-07T12:20:00+01:00

Surtout ne prends pas froid

Publié par MyaRosa

Surtout ne prends pas froid

Isabelle Wlodarczyk

surtout.jpg

Catégorie(s) : Jeunesse - Roman épistolaire - historique

Thèmes & Mots clés : Seconde guerre mondiale - Camps de concentration

Edition / Collection : Oskar / Histoire & Société

Date de parution : 26 juin 2014

Nombre de pages : 54

Prix : 8,95€

Dès 9 ans

 

Quatrième de couverture :

Esther, 10 ans, aime très fort son papa. Alors elle lui écrit du camp de Pithiviers où elle est internée, cet été 1942. Elle lui raconte ses gros chagrins et ses petites joies, avec cette flamme de l'enfance que la folie des adultes n'a pas réussi à éteindre. Même séparée de ses parents, Esther a confiance, elle est persuadée qu'elle pourra les retrouver... Et si pour cela il faut prendre le train pour l'est, pour Pitchipoï, ce mystérieux pays où vont les déportés, elle le prendra.

 

monavis2

 

 Isabelle Wlodarczyk nous offre un roman épistolaire court mais poignant, librement inspiré des lettres de Marie Jelen et d'autres enfants déportés durant la Seconde Guerre Mondiale. La petite Esther, dix ans, est envoyée avec sa maman au camp de Pithiviers. De là-bas, elle écrit à son papa, lui raconte ses journées, et la vie au camp. La petite fille ne comprend pas vraiment ce qui se passe mais, comme tous les enfants, s'adapte tant bien que mal à cette nouvelle vie, en attendant de retourner chez elle auprès de son papa. Sa candeur et son innocence nous brisent le coeur. Quelle injustice ! Quelle horreur ! Nous lisons ses lettres avec beaucoup d'émotion et d'amertume, mais aussi celles écrites par ses parents qui permettent d'avoir une autre vision du camp. On sent, entre les lignes, le désespoir de ce père qui culpabilise de ne pas être auprès de sa famille et qui tente de garder espoir et d'encourager sa fille à rêver malgré l'horreur de la situation.

 

 Durant ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de me mettre à la place de cette famille et de penser à mes enfants. Nous avons tellement de chance de ne pas avoir connu cela et malheureusement, nous n'y pensons 10891804_772863636096816_7385912709191584656_n.jpgpas assez. On se plaint sans arrêt pour des broutilles en oubliant qu'il n'y a pas si longtemps, la vie n'était pas aussi douce et juste. C'est un roman très court (une quarantaine de pages bien aérées et avec de gros caractères) mais bouleversant, révoltant et inoubliable. Je pense que faire lire ce livre aux enfants peut être beaucoup plus efficace qu'une leçon d'Histoire parce qu'on se met vraiment à la place des personnages et on prend conscience petit à petit de l'horreur de la situation.

 

 A la fin de l'ouvrage, il y a un dossier documentaire bref mais très intéressant sur la déportation durant la Seconde Guerre Mondiale. On y retrouve des informations sur le gouvernement de Vichy, l'antisémitisme, les rafles, les camps de concentration du Loiret, les enfants déportés, et les lettres de Marie Jelen (que l'on peut lire sur le net). Il y a même des photographies.

 

En quelques mots :

Un roman épistolaire court mais poignant à lire et

à faire lire absolument ! J'en suis encore toute chamboulée. 

 

 

 

Extraits :

 

"Ma chérie, raconte-moi chaque détail, chaque instant que la guerre nous vole."

 

"Au camp de Pithiviers,

Le 28 juillet 1942,

Mon Simon, J'ai reçu ta lettre. En la lisant, j'ai vu ton visage, tes yeux, tes mains. Oui, je t'ai vu près de moi. Pour la première fois depuis notre arrivée, j'ai souri. J'ai décidé de ne plus parler de la vie d'ici. Mes mots ne leur appartiendront pas. Je chasse le quotidien de mon esprit : je suis absente aux journées qui passent. Je me replie sur notre vie d'avant. Je n'ouvre plus les yeux pour découvrir ce qui m'entoure. Je vis de nos souvenirs [...] Maria."

 

"Au camp de Pithiviers,

Le 5 août 1942,

Mon petit papa,

C'est assez loin d'ici. Le voyage dure plusieurs jours. C'est un paradis pour les juifs ! Plus besoin de porter d'étoile, plus de camp, plus de miradors, plus de guerre, papa ! Et savais-tu qu'à Pitchipoï les enfants peuvent décider de tout comme les adultes ? C'est Anna qui m'a dit tout cela. Elle m'a expliqué que dans un pays juste, ce sont les enfants qui font la loi. Et que nous serons les rois là-bas.

Oui, à Pitchipoï, une nouvelle vie nous attend.

Je t'aime,

Esther."



Voir les commentaires

commentaires

Château imaginaire 11/01/2015 16:21

Je m'intéresse aux romans jeunesse sur cet épisode de l'histoire et j'aime aussi les romans épistolaires... alors je le prends en note.

MyaRosa 11/01/2015 22:59



Moi aussi, je m'intéresse à cette période et je te recommande fortement ce roman épistolaire. Court mais poignant !



Pauline 07/01/2015 18:07

Quel beau roman! Je mets le lien de ta chronique avec mon avis :)

MyaRosa 09/01/2015 10:20



Merci, Pauline. Je file voir la tienne. ;)



L'or rouge, l'or des chambres 07/01/2015 14:09

Tu as raison, impossible pour moi aussi d'oublier cette période honteuse de l'histoire...

MyaRosa 07/01/2015 14:17



C'est encore plus terrifiant et révoltant quand on pense que ce n'est pas si vieux... :(



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog