Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2010-03-13T11:34:00+01:00

L'Accro du shopping dit oui de Sophie Kinsella

Publié par MyaRosa
couv43078996.jpg


Résumé :

Sa devise ? Je dépense donc je suis. Sa vision du devoir conjugal ? Choisir LA bague indémodable. C’est insensé et pourtant Becky Bloomwood va se marier ! Et inutile de dire que les préparatifs s’annoncent… catastrophiques : très vite, se pose la délicate question du lieu où célébrer l’union. Dans le jardinet ridiculement british de papa, avec tente bariolée et robe de mariée qui vous fait la silhouette « d’une saucisse dans un chausson de pâte feuilletée » ? Ou au mythique hôtel Plaza, sous l’égide de la belle-mère, authentique Cruella au total look fashion ?
Écartelée entre goût du luxe et respect des traditions, Becky la flambeuse va cette fois-ci devoir choisir. Pour le meilleur et pour le rire…

G16070_1131792056.jpg


Mon avis :


 C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé Becky pour de nouvelles aventures. Grande nouvelle : elle va se marier ! Non, vous l'aviez deviné ? Et fidèle à elle-même, notre acheteuse compulsive nous entraîne une nouvelle fois dans ses magasins préférés, à la recherche de la robe parfaite. Mais pourquoi se contenter d'une robe alors qu'on peut en avoir plusieurs? Vous l'aurez compris, l'organisation du mariage risque de ne pas être simple. Sa détestable belle-mère lui offre un vrai mariage de princesse à l'hôtel Plaza, et sa mère a déjà tout prévu pour que le mariage se déroule en Angleterre, dans leur modeste jardin et veut que Becky porte sa robe. Quel dilemme...

 Becky qui comme toujours, ne sait pas dire non, s'enlise dans ses mensonges et ne sait plus comment s'en sortir. Elle se met toujours dans des situations abracadabrantes. Ca pourrait être lassant à la longue, mais j'ai passé un très bon moment en sa compagnie et ce troisième tome m'a fait beaucoup rire. Je vous avais dit dans mon billet sur L'Accro du shopping à Manhattan que je trouvais Luke assez peu présent et pas particulièrement attachant, mais je l'ai découvert un peu plus dans ce troisième tome et je l'ai trouvé plus humain, plus intéressant. Suze est toujours aussi sympa, aussi drôle, bien que plus sérieuse et j'ai été ravie de la retrouver, c'est un personnage que j'aime beaucoup. Je ne sais pas pourquoi, mais je me l'imagine toujours comme Lane dans Gilmore Girls. Pourtant, elles n'ont vraiment rien à voir, Suze est beaucoup plus âgée et blonde, mais non, impossible de m'enlever cette image de la tête. La belle-mère de Luke, présentée comme une sorte de Cruella sur la quatrième de couverture, est exactement comme ça, et même si elle m'agace, elle met pas mal de piquant dans ce troisième tome.

media--image-242267-article-ajust_650.jpg

 J'ai donc beaucoup aimé ce petit moment passé en compagnie de Becky qu'il me tarde de retrouver dans de nouvelles aventures. J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec Cacahuète, Hérisson et Joey7Lindley. Je suis affreusement en retard car j'avais perdu le livre et je n'ai pas trouvé beaucoup de temps pour lire cette semaine donc je m'en excuse. N'hésitez pas à aller lire leurs billets. Bonne lecture !


n60904.jpg



Voir les commentaires

2010-03-10T17:39:00+01:00

Le Café de l'Excelsior - Philippe Claudel

Publié par MyaRosa
9782253120810-G


Synopsis :

Viens donc Jules, disait au bout d’un moment un buveur raisonnable, ne réveille pas les morts, ils ont bien trop de choses à faire, sers-nous donc une tournée…Et Grand-père quittait son piédestal, un peu tremblant, emporté sans doute par le souvenir de cette femme qu’il avait si peu connue, si peu étreinte, et dont la photographie jaunissait au-dessus d’un globe de verre enfermant une natte de cheveux tressés qui avaient été les siens, et quelques pétales de roses à demi tombés en poussière. Il saisissait une bouteille, prenait son vieux torchon à carreaux écossais et, lent comme une peine jamais surmontée, allait remplir les verres des clients.

Mon avis :


  Je viens de dévorer cette nouvelle que j'ai trouvé vraiment très belle. J'ai découvert Philippe Claudel il y a un peu plus d'un an, avec Les Ames grises qui a été un véritable coup de coeur pour moi. Je trouve son écriture poétique et magnifique. Les phrases sont tellement bien trouvées, tellement belles que je m'arrête souvent en pleine lecture pour les relire. J'ai retrouvé la même chose dans cette nouvelle, bien que le sujet soit complètement différent. Ici il est question d'un petit garçon de huit ans, qui après la mort de ses parents part vivre chez son grand-père. Celui-ci tient un bistro, et le petit passe beaucoup de temps à observer ce qui s'y passe. Des années plus tard, il revient sur ses souvenirs d'enfance et ses trois années passées au café de l'Excelsior. C'est un récit touchant, plein d'émotion, de nostalgie, de joie, qui m'a vraiment bouleversé. C'est tellement bien décrit qu'on a l'impression de vivre les souvenirs du narrateur. J'ai passé un très bon moment et j'ai déjà très envie de me plonger dans un autre livre de Philippe Claudel. Je vous laisse avec quelques passages que j'ai aimé, ils seront bien plus éloquents que tout ce que je pourrais en dire, et j'espère qu'il vous donneront envie de découvrir cette petite merveille.

***

" Va donc petit, je te pardonne, mange la vie car c'est du sucre à ton âge ! "

" Mais quand l'autre était parti, il finissait par répondre à haute voix, parlant à je ne sais quel fantôme, que les robes de mariées sont encore plus belles quand les années déposent en leurs soieries la fatigue des jours, et qu'un rideau retient parfois, en plus de la crasse, un peu des peines du monde et tous les sourires d'une vie."

" Quand nous marchions dans la Grande Ville, Grand-père et moi, nous avions l'air de deux égarés, gauches de gestes et d'allure. Nous n'étions pas chez nous. Sa grosse main serrait tant la mienne, chétive, qu'au soir de ces promenades, il avait tant pressé mes doigts que je ne pouvais les décoller et qu'ils restaient blancs comme des haricots beurre. "Ne me quitte pas" me répérait-il sans cesse, et ses propos me paraissaient toujours porter bien au-delà des après-midi citadines pour s'appliquer à une vie que je pressentais riche en aspérités. "

" Nous terminions notre périple sous les arbres taillés qui bordaient la place de la République. Au centre de celle-ci, la statue verdâtre d'un homme en redingote accueillait les merdes de pigeons avec une sérénité de bronze. Grand-père m'expliqua un jour qu'il s'agissait de Monsieur Thiers, un des plus fameux bouchers du siècle précédent, et que sa statue n'était pas là pour honorer sa mémoire, mais pour que les oiseaux de leurs fientes vengent toutes les créatures qu'il avait jadis assassinées. "

" Je fus sage à m'en tuer de gentillesse, même avec les pires individus, ceux qui d'un petit mot méchant savent semer des cailloux dans nos coeurs [...] "

" Nous délaissent sans prévenir les plus beaux de nos jours, et les larmes viennent après, dans les après-midi rejouées de solitude et de remords, quand nous avons atteint l'âge du regret et celui des retours. Les visages et les gestes que nous traquons dans l'ombre des puits de nos mémoires, les rires, les bouquets, les caresses, les silences boudeurs, les taloches aimantes, l'amour et le don de ceux qui nous mènent au seuil de la vie creusent notre souffrance autant qu'ils nous apaisent."

***

(86 pages - Le Livre de Poche - 23 décembre 2006 - 4,50€)

Voir les commentaires

2010-03-07T15:09:00+01:00

Les Coeurs fêlés de Gayle Forman

Publié par MyaRosa

couv41245817.jpg

Résumé :


N'avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n'êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis ?

Pour Brit, du haut de ses seize ans, ce cauchemar devient réel quand son père la conduit de force à Red Rock, un centre de redressement qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n'existent que dans la tête de son père.
Dans cet enfer d'humiliations et de brimades, Brit se raccroche à des amies qui vont l'empêcher de sombrer dans la folie. Des amies qui vont l'aider à survivre. Ensemble elles vont se redresser. Ensemble elles vont résister.
Les Coeurs fêlés est un formidable roman d'amitié, cette amitié qui seule permet de tout supporter, de tout affronter et surtout de tenter l'impossible : devenir soi-même.

http://i19.servimg.com/u/f19/12/19/39/57/11966610.png

Mon avis :


  J'ai découvert Gayle Forman à la sortie de Si je reste, que j'avais moyennement aimé, mais quand j'ai vu que les éditions Oh! publiaient l'un de ses livres écrit antérieurement, j'ai eu envie de renouveller l'expérience. Le résumé me tentait beaucoup et je n'ai pas été déçue. C'est un très beau roman sur l'adolescence et ses difficultés : les relations avec les parents, le manque de communication, l'incompréhension, les premiers émois, les questions sur la sexualité, l'amitié, la liberté, la vie et la mort. Les personnages de ce livre sont tous très attachants et l'écriture de Gayle Forman est fluide et agréable.

 J'ai été touchée par l'histoire de Brit, cette adolescente qui vit difficilement l'absence de sa mère, le remariage de son père et qui se retrouve du jour au lendemain dans un centre de redressement sans comprendre pourquoi
. Red Rock est un endroit affreux, où loin d'aider et d'essayer de comprendre le mal qui ronge les adolescents, on les humilie, on les maltraite, on les fait souffrir, soit disant pour leur bien. Je sais bien que c'est une oeuvre de fiction, mais ça m'a quand même révolté d'être confrontée à la souffrance de ces adolescentes qu'on insulte et qu'on enfonce. Les règles de cet établissement sont très strictes et souvent injustes. Brit ne sait même pas pourquoi elle est là. D'accord elle a des mèches rouges, des notes loin d'être excellentes et elle joue dans un groupe de rock, mais elle ne boit pas, ne fume pas et n'a jamais rien fait de grave. Alors pourquoi est-elle là? Est-ce un moyen pour sa belle-mère de se débarasser d'elle? Pour survivre à Red Rock, il faut être rusé, et surtout il faut être plusieurs, alors Brit s'attache à quelques filles dans le même cas qu'elle et malgré les tentatives du personnel pour les séparer, elles vont s'aider et essayer de sortir de ce cauchemar ensemble.

 J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. C'est une belle histoire d'amitié, de courage, un livre touchant qui dénonce aussi les pratiques scandaleuses de certains centres de redressement et qui aborde les difficultés de la vie, en particulier à l'adolescence, à travers des thèmes tels que l'obésité, la sexualité, le deuil, l'homosexualité, l'amour. Un livre que je conseille à tous les adolescents, et même aux plus grands. Une jolie découverte que je dois au forum Partage Lecture et aux éditions Oh! que je remercie.



(272 pages - Oh! éditions - 15 mars 2010 - 16,90€)

Voir les commentaires

2010-03-05T17:22:00+01:00

Finnigan et moi de Sonya Hartnett

Publié par MyaRosa
couv68861538.jpg

Résumé :

Anwell, jeune garçon de 20 ans, raconte son histoire depuis son lit d'hôpital alors qu'il est victime d'un mal inconnu. Sous forme de flash-back, il narre son enfance bouleversée par sa rencontre avec Finnigan, son opposé, son idéal. Toujours accompagné de son chien Surrender, Finnigan n'est pas comme les autres : il n'est pas gentil ni bien élevé, il ne va pas à l'école et, surtout, il est son seul ami. Les deux garçons passent un pacte : dès qu'il faudra mal agir, Finnigan s'en chargera. Anwell n'aura plus qu'à faire le bien. Lorsqu'une épidémie d'incendies ravage le village, la police locale est sur la sellette. La suspicion grandit et achève de diviser les habitants de Mulyan, une petite bourgade australienne jusqu'à ce que Gabriel convainque Finnigan d'arrêter...


Mon avis :

 Je viens tout juste de refermer ce livre et j'en suis encore toute chamboulée. Wahou! C'est vraiment très particulier.
De nombreux sujets sont abordés : la mort, le deuil, l'adolescence, l'amour, l'amitié, la liberté, la violence, le bien, le mal, ...  L'amitié entre Finnigan et Anwell est particulière, ils sont complèmentaires. Finnigan est le contraire d'Anwell et tout ce qu'il rêverait d'être. Les deux amis font un pacte, l'un fera le bien, l'autre le mal. Cette amitié au départ salvatrice, va devenir de plus en plus malsaine et de plus en plus pesante pour l'un d'eux. On sent très vite que cette histoire va mal se terminer. La vie dans ce village où tout le monde se connaît est magnifiquement décrite. Tout le monde sait tout sur tout le monde, on espionne ses voisins, on colporte des ragots. Lorsque les incendies ravagent le village, la tension monte encore d'un cran et l'ambiance devient encore plus opressante.

 Ce livre est spécial, il ne plaira pas à tout le monde mais il faut reconnaître que Sonya Hartnett écrit merveilleusement bien. Ses mots sont poétiques, oniriques et d'une beauté à couper le souffle. J'avais commencé à noter quelques phrases sur un carnet, comme je le fais souvent lors de mes lectures, mais je me suis vite arrêtée parce que sinon j'aurais recopié tout le livre. J'ai été envoûtée par sa plume et je me suis laissée guider dans ce voyage où j'étais complètement dépassée par les évènements et perdue entre rêves et réalité. C'est un magnifique récit à deux voix où on s'égare entre le passé, le présent, le futur, les songes, les souvenirs et les différents personnages. Tout au long du livre je me demandais si je comprenais vraiment ce qui se passait, et sincèrement je ne suis toujours pas certaine d'avoir compris le sens de tout cela. Et pourtant, aussi étrange que cela puisse être, ça ne m'a pas dérangé plus que ça et j'ai adoré ce livre. L'ambiance pesante et poétique, oscillant entre le bien et le mal, le rêve et la réalité m'a vraiment charmée. Ce livre est une oeuvre rare, une histoire hallucinante, un extra-terrestre, un objet complètement à part qui ne ressemble à aucun autre et qui, ne serait-ce que pour ça vaut la peine qu'on s'y intéresse.

 Je remercie Livraddict et les éditions J'ai Lu pour cette superbe découverte et je vous invite à aller jeter un oeil ici.



« Je meurs. C’est un beau mot, la mort. On dirait le soupir long et lent d’un violoncelle.
La mooort…
Mais bon, à part le son, la mort n’a rien de beau. En tous cas pas la mienne. »

(286 pages - J'ai Lu / Thriller - 3 février 2010)

Voir les commentaires

2010-03-03T16:35:00+01:00

Intrusion de Elena Sender

Publié par MyaRosa
http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv36200455.jpg


Résumé :

Beaucoup rêvent d'oublier le passé.
Cyrille, elle, voudrait bien se souvenir...
Que lui est-il arrivé durant ces dix années
qui sont comme un trou noir dans sa vie?


Brillante neuropsychiatre spécialiste des pathologies du comportement, Cyrille Blake reçoit un matin un nouveau patient. Le jeune homme, Julien Daumas, est assailli par des cauchemars atroces qui lui font redouter le sommeil et lui donnent des idées suicidaires. Et soudain, à sa plus grande surprise, Julien s’adresse à elle comme s’il la connaissait. Pourtant, Cyrille est sûre de ne l’avoir jamais vu. Lorsqu’elle le lui dit, le jeune homme devient agressif… Convaincue d’avoir affaire à un manipulateur, Cyrille écourte la consultation et vérifie le dossier médical. Elle doit se rendre à l’évidence : elle a soigné Julien Daumas dix ans auparavant, alors qu’elle terminait son internat de médecine. Comment a-t-elle pu tout oublier de lui ? Le lendemain, Julien ne vient pas à son second rendez-vous…

Mon avis :


 J'avais très envie de découvrir ce thriller, coup de coeur des éditions XO, mais j'avais un peu peur de me perdre dans un amoncellement de données scientifiques et que cela me gâche le plaisir. Verdict : Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde! Ce thriller m'a captivé du début à la fin, et j'ai trouvé toutes les informations sur le fonctionnement du cerveau et de la mémoire, très intéressantes, toujours utiles et essentielles à l'histoire.

  Cyrille est belle, intelligente, et mariée à son ancien professeur de vingt cinq ans son aîné, sur le point de décrocher le prix nobel.
Au début de l'histoire, je la trouvais froide, prétentieuse, antipathique et arrogante. Je me demandais comment j'allais pouvoir la supporter pendant plusieurs heures, et puis finalement je me suis attachée à elle quand je me suis rendue compte que sa vie était loin d'être parfaite et que même elle, ne dirigeait pas sa vie comme elle le pensait jusqu'à l'arrivée de Julien Daumas. En effet, Cyrille ne se souvient plus de ce patient et semble avoir oublié une partie de sa vie. Comment est-ce possible? Julien est aussi fascinant qu'inquiétant et semble connaître beaucoup de choses sur Cyrille. Qui est-il ? Je me suis posée plein de questions, j'ai eu peur pour elle, peur de découvrir ce qu'elle avait oublié. Je me suis laissée emporter par cette histoire captivante, dans les méandres de la mémoire. La recherche de la vérité nous entraîne dans une course folle de Paris à Bangkok.

 A aucun moment, je n'ai trouvé les informations scientifiques lourdes ou superflues, et pourtant, je n'ai jamais été très attirée par ce domaine. Je me suis surprise à être très intéressée par toutes ces données qui s'intègrent merveilleusement à l'histoire. Le style de l'auteur n'est jamais lourd. Elena Sender écrit bien et sait tenir le lecteur en haleine. J'ai aimé cette course folle, ce voyage au bout du monde en plein cauchemar et les nombreux rebondissements. C'est une très belle découverte, un livre que je vous conseille vivement. Je remercie Livraddict ainsi que les éditions XO pour ce partenariat.

Retrouvez d'autres avis sur Bibliomania.

(411 pages - éditions XO - février 2010 - 19,90€)

Voir les commentaires

2010-02-26T12:47:00+01:00

Shutter Island de Dennis Lehane

Publié par MyaRosa
http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv51580637.jpg


Résumé :

Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu'au choc final de la vérité.

Mon avis :


 J'ai entendu tellement de bonnes choses sur ce livre que j'étais partagée entre l'envie de le lire et la peur d'être déçue. Je me suis donc lancée, avec un peu d'appréhension et j'en ressors complètement chamboulée. Waouw, quelle claque ! J'ai adoré ! J'ai dévoré ce livre en un rien de temps car j'étais fascinée par l'atmosphère glauque et oppressante qui règne sur cette île. Impossible de reposer le livre avant d'avoir compris ce qui s'y passait vraiment. J'ai trouvé le livre très bien écrit, on vit vraiment cette histoire comme si on y était. J'étais partagée tout au long de ma lecture entre la peur et la fascination. Il se passe vraiment des choses étranges sur cette île...  On a envie de savoir mais en même temps peur de comprendre ce qui s'y passe vraiment.

 Les personnages sont tous bien développés. On s'attache dès le début à ces deux marshals qui se retrouvent "coincés" sur une île pleine de dangereux criminels, afin de mener une enquête vraiment étrange et sans qu'aucun membre du personnel ne semble vouloir leur dire la vérité. Ils n'ont aucun pouvoir sur l'île. On leur retire leurs armes dès leur arrivée et on leur fait bien comprendre qu'il y a un réglement bien spécial et qu'ils ne peuvent pas faire ce qu'ils veulent. Ils n'ont pas accès à tous les dossiers, les membres du personnels ne leur disent pas tout, les patients donnent l'impression d'avoir reçu des consignes. Mais que se passe t'il vraiment sur cette île et comment cette femme a t'elle pu disparaître de sa chambre sans que celle-ci ne soit ouverte et sans que les barreaux aux fenêtres n'aient été endommagés? Pourquoi reste t-elle introuvable ? Les autres personnages sont inquiétants et déroutants. Ils ont l'air d'avoir des tas de choses à cacher et nous semblent tour à tour bons et mauvais, dignes de confiance et manipulateurs. Qu'en est-il vraiment ? On se sent pris au piège dans ce huis-clos infernal. On essaie de deviner le sens de tout ça mais on se rend compte au fil des pages qu'on est bien loin du compte. J'ai changé plusieurs fois de théories mais je n'ai jamais trouvé la solution. La fin ouverte a déconcerté plus d'un lecteur, moi je l'ai trouvé parfaite ! Elle est parfaitement cohérente avec le reste du livre où on ne sait plus où on en est, où on ne sait plus que croire. On est baladé du début à la fin et ce jusqu'à la dernière page.

 Je ne dirais rien de plus car je ne veux pas vous gâcher le plaisir. Je sais ce que c'est, j'avais tellement peur d'être spoilée avant de l'avoir lu que j'ai évité tout ce qui se rapportait à Shutter Island et je vous conseille d'en faire autant et de vous jeter immédiatement sur ce livre que vous ne pourrez plus lâcher avant la fin. J'aimerais pouvoir prendre ma voiture et foncer droit au ciné pour voir l'adaptation dès maintenant, mais Monsieur veut absolument le lire et ce n'est pas moi qui vais l'en dissuader. Ce livre est un énorme coup de coeur pour moi et ce ne sera certainement pas mon dernier rendez-vous avec Dennis Lehane. Bonne lecture et bon voyage en enfer...

*****

" Elle m'a dit un jour que le temps n'était pour moi qu'une série de marque-pages dont je me sers pour parcourir le texte de ma vie, revenant inlassablement aux événements qui ont fait de moi, aux yeux de mes collègues les plus perspicaces, un homme manifestant tous les symptomes du parfait mélancolique. [...] Si le temps n'est réellement pour moi qu'une série de marque-pages, alors quelqu'un a dû secouer le livre pour en faire tomber tous les morceaux de papier jaunis, rabats de pochettes d'allumettes, touillettes aplaties, avant de lisser avec soin les feuillets cornés. "

" - Vous y pensez, des fois ?
  - A votre esprit ?
  - Non, à l'esprit en général. Le mien, le vôtre, celui des autres... Au fond, il fonctionne un peu comme un moteur. Oui, c'est ça. Un moteur très fragile, très complexe. Avec des tas de petites pièces à l'intérieur, des engrenages, des boulons, des ressorts. Et on ne sait même pas à quoi servent la moitié d'entre elles. Mais si un engrenage se grippe, rien qu'un... Vous y avez déjà réfléchi ? "


*****



D'autres avis chez : Caro et Betty et sur Bibliomania.

(393 pages - Editions Rivages/Noir - 2009 pour le présente édition - 8€)



Voir les commentaires

2010-02-24T17:55:00+01:00

Celui qu'on ne voit pas de Mari Jungstedt

Publié par MyaRosa

http://skandilit.files.wordpress.com/2010/01/9782253127284.jpg



Résumé :


Après s'être disputée avec son compagnon lors d'une fête dans leur maison de campagne, Helena Hillerström sort promener son chien le long de la plage. Bientôt, cernée par un épais brouillard, elle sent qu'on la suit. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, tuée à coups de hache. Frida Lindh, une jeune mère de trois enfants, quitte le bar où ses amies et elle se rencontrent régulièrement. Malgré la nuit et les quelques verres de vin qu'elle a bus, elle prend son vélo pour rentrer à la maison. Les rues sont désertes. Elle est seule. Non. Pas seule. Une ombre la suit. Celui qu'on ne voit pas. Le commissaire Anders Knutas et son équipe mènent une longue et difficile enquête sous la pression des médias. Quel est le lien entre ces deux jeunes femmes ? Knutas doit au plus vite découvrir le mobile du meurtrier avant que celui-ci ne frappe de nouveau.


Mon avis :


 Je suis tombée par hasard sur ce livre en allant faire mes courses. Le titre et le nom de l'auteur m'ont tapé dans l'oeil. Chouette, un nouveau polar suédois ! Il vient tout juste de sortir en poche mais j'étais un peu étonnée de ne pas en avoir entendu parler avant. On dirait qu'il est passé incognito jusqu'à sa sortie en format économique... bizarre, bizarre... Enfin, bref... Ce livre se lit très rapidement malgré ses 442 pages. L'écriture est simple, fluide, quelques problèmes de traduction ici et là, mais rien de bien méchant. Les chapitres sont très courts ce qui n'est pas pour me déplaire. Je pourrais avoir un avis très négatif car c'est un roman policier des plus classiques, les personnages sont un peu stéréotypés, il n'y a rien de très original, mais pourtant j'ai été séduite et je l'ai dévoré ! Bien sûr j'aime être surprise, j'aime les romans qui ne ressemblent à aucun autre, mais j'aime aussi les romans policiers simples où on n'a pas besoin de se prendre la tête, où on décide juste de se laisser porter... Ca a été le cas ici et c'était parfait puisque c'était ce dont j'avais besoin après deux lectures éprouvantes. Encore une fois j'ai été séduite par les descriptions de la Suède et de ses îles touristiques. J'aime l'ambiance, le rythme de vie, les noms et les coutumes dont on nous parle dans les polars nordiques. J'espère qu'un jour j'aurais la chance de visiter ces endroits que je découvre au fil de mes lectures. Ce livre ne révolutionnera pas le genre, mais m'a fait passer un très bon moment et j'ai hâte de découvrir les autres livres de Mari Jungstedt.

(442 pages - Le Livre de Poche/Policier - 10 février 2010 - 6,95€)

http://www.eurocrime.co.uk/reviews/Unseen.jpg

Voir les commentaires

2010-02-23T10:43:00+01:00

Un Vampire ordinaire de Suzy McKee Charnas

Publié par MyaRosa
http://a7.idata.over-blog.com/0/26/37/67/3/Un_Vampire_ordinaire_2.jpg


Résumé :

Edward Weyland, professeur d'anthropologie à l'université de Cayslin, semble un bel homme. Mais ce n'est pas un homme. C'est un vampire, un prédateur qui se nourrit de sang humain, issu d'une espèce rare et ancienne, presque dotée de l'immortalité. Les humains fascinent Weyland, et surtout leurs rêves, car lui ne rêve pas, même durant ses longues périodes d'hibernation. Et parce que les humains fascinent Weyland, il entreprend une étrange relation avec une psychanalyste. Une relation psychothérapeutique ? On peut en douter. Mais l'une et l'autre vont succomber à une fascination réciproque, bien proche de ressembler à de l'amour, cette autre forme de prédation.

Mon avis :

 J'attendais beaucoup de ce livre. Un vampire en psychanalyse ? En voilà une idée originale. C'est donc avec beaucoup d'impatience que j'ai entamé cette lecture et j'en ressors vraiment déçue.
Je ne me suis pas attachée à ce vampire que j'ai trouvé froid, antipathique et fade. J'ai trouvé cette lecture interminable et je me suis demandée un bon nombre de fois où l'auteur voulait en venir. J'étais vraiment à deux doigts d'abandonner le livre en cours de route, mais j'ai persisté, espérant y trouver un sens à la fin, mais non, rien. La représentation du vampire est par contre, bien différente de celles dont on a l'habitude. Ici pas de canines aiguisées, pas de gousses d'ail pour le faire fuir, et pas de lumière pour l'effrayer, le vampire est presque comme tout le monde. Il a plus de force, et à la place des crocs, une sorte d'aiguille sous la langue qui se redresse lorsqu'il boit le sang de ses victimes. Il ne tue pas, ou peu... Il endort ses victimes, boit un peu de leur sang, et elles se réveillent sans se douter de quoi que ce soit.

 Le livre est divisé en cinq chapitres. Le premier commence bizarrement. Le professeur Weyland travaille dans une université et en profite pour se nourrir allégrement. Il fascine ses élèves ainsi que d'autres professeurs, mais Katje, une employée, se doute de sa véritable nature, parce qu'elle a vu un film sur les vampires... Mouais, un peu facile et peu crédible ! Il n'y a pas beaucoup de suspense dans ce premier chapitre puisque Katje connait son secret dès le début et s'attend à ce qu'il vienne la voir. Là encore, pas d'affrontement intéressant : tout se passe très vite et on arrive immédiatement dans le deuxième chapitre où on change de lieu, de narrateur, de personnages, sans trop comprendre ce qui se passe.

 Le chapitre deux est le seul que j'ai aimé. Weyland est retrouvé par un homme du nom de Roger, dans sa voiture, blessé. Celui-ci l'emmène chez lui et s'empresse de vendre sa voiture pour se faire un peu d'argent. En le soignant, le vampire se met à boire la poche de sang révélant ainsi sa véritable nature. Il est immédiatement capturé par Roger qui compte bien se faire un peu d'argent grâce à ce phénomène de foire. Il fait ainsi défiler des tas de gens qui veulent voir un vrai vampire. Son neveu, Mark, s'attache au vampire avec qui il discute, et est révolté par les atrocités que les autres lui font subir. J'ai beaucoup aimé ce chapitre car la relation entre Mark, adolescent de quinze ans, et Weyland est fascinante. Tout comme lui, j'étais révoltée de le voir exploité et traité comme un animal. C'est finalement le seul chapitre où je me suis attachée à ce vampire. J'avais pitié de lui et peur de ce qui allait lui arriver. Ce passage a eveillé ma curiosité et donné de l'intérêt à cette lecture qui était jusqu'alors vraiment fade.

 Le troisième chapitre est celui dont on nous parle dans le résumé : la psychanalyse du vampire. Là encore, j'ai été déçue. C'est ce qui m'intriguait dans le résumé, mais je n'ai pas trouvé la relation entre Weyland et sa psychanalyste fascinante. De plus, cette partie était souvent difficile à lire et ennuyeuse car composée des notes de la psychanalyste. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de lire les notes de quelqu'un, mais franchement, moi je n'aime pas du tout ça !
Leur relation est intéressante, j'ai quand même aimé ce chapitre, mais je m'attendais à plus. Plus de passion, une relation plus forte...

 Le quatrième chapitre est comme son nom l'indique, un "intermède musical". Je n'ai pas vraiment compris le rôle de cette partie dans l'histoire. J'avais déjà beaucoup de mal à poursuivre cette lecture, mais là ça a vraiment été le chapitre de trop! J'ai mis du temps avant de reprendre ce livre que j'avais tout de même envie de terminer.

 Le cinquième et dernier chapitre (ouf!) est raconté par le vampire. On en apprend davantage sur lui, sur sa personnalité, ses relations. Il est plus intéressant que le chapitre précédent, mais je ne vous cache pas que j'étais surtout contente que ce soit le dernier chapitre.

 En conclusion : Je n'ai pas du tout aimé ce livre. Le seul chapitre qui m'a intéressé et que j'ai d'ailleurs beaucoup aimé est le deuxième. La relation entre Mark et Weyland est intéressante et c'est le seul chapitre où j'ai ressenti quelque chose pour ce "vampire ordinaire". Je suis certainement passée à côté de beaucoup de choses car j'étais ennuyée par le manque d'action et le peu de sympathie que j'avais pour Weyland. Néanmoins, j'ai aimé cette idée de "vampire ordinaire" qui est presque comme les humains et loin de l'image caricaturale à laquelle nous sommes habitués. Je remercie malgré tout Livraddict et Le Livre de Poche pour ce partenariat.

*****

"Elle se mit alors à penser à son pays. Elle se souvenait distinctement de tous les indicateurs de changement en Afrique, et elle comprit soudain que la vie d'autrefois n'y avait plus cours. Elle retournerait dans une Afrique qui lui serait dans une large mesure aussi étrangère que l'Amérique l'avait été au début. Elle reconnut à contrecoeur que l'un des sentiments qu'elle avait éprouvés en écoutant parler le Dr Weyland avait été une communauté d'idées dont elle n'avait pas voulu : s'il était un voyageur dans le temps se déplaçant dans un seul sens, il en était de même pour elle. [...] Pour perdre son monde de nos jours, il n'était pas nécessaire de dormir pendant un demi-siècle, il suffisait de vieillir. "

" Il y avait plus à apprendre en regardant ses mains épaisses que sa face. Il déchirait les pages du livres dès qu'il les avaient lues et les froissait distraitement dans son poing avant de les lancer dans la boîte à ordures près des marches. "

" Il avait un peu mal au bras à l'endroit où le vampire avait bu. Voir quelqu'un sauter sur vous comme un tigre et vous sucer le sang avec une violence sauvage et implacable... Comment pouvait-on imaginer que c'était sexuellement excitant? Il ne pourrait jamais oublier ce moment de terreur folle. Si c'était cela le sexe, ils pouvaient se le garder."

*****

(413 pages - Le Livre de Poche - 2007 - 6,95€)

Voir les commentaires

2010-02-22T16:33:00+01:00

Cadres noirs de Pierre Lemaitre

Publié par MyaRosa
49372870.jpg



Résumé :


Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir.
Ancien DRH, il accepte des petits jobs démoralisants. À son sentiment de faillite personnelle s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter le cul pour cinq cents euros par mois…
Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme, de ses filles et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages.
Alain Delambre s’engage corps et âme dans cette lutte pour regagner sa dignité.
S’il se rendait soudain compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite.
Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre.



Mon avis :


 J'ai entendu beaucoup de bien de Pierre Lemaitre, en particulier pour son précédent livre Robe de marié, que je me suis empressée d'acheter à sa sortie en poche, mais les avis sur Cadres noirs semblaient plus mitigés. Ceux qui découvraient l'auteur l'ont apprécié, alors que ceux qui avaient adoré Robe de marié avaient l'air, en majorité, déçus. Je suppose que c'est parce que le thème abordé ici est bien différent et ne touche pas forcément le même public.
En tout cas, ce livre m'intriguait, et par peur d'être déçue, j'ai préféré le lire en premier.

 J'ai aimé dès le début l'écriture fluide et agréable de Pierre Lemaitre ainsi que son humour. Le thème abordé n'est pas simple et est profondément ancré dans la réalité. On parle de chômage, de l'enrichissement des plus grands et de la misère des plus faibles, de la difficulté à trouver un emploi, du fait que personne n'est à l'abri, qu'on peut se retrouver sans boulot, sans argent à tout moment. J'ai été touchée par la détresse d'Alain, par cet ancien cadre qui se retrouve obligé de cumuler les petits boulots sans en parler à sa femme, pour subvenir à leurs besoins. Alain veut seulement retrouver du travail et sa dignité. Il n'en peut plus d'être tous les jours confronté à sa vie misérable, à ses échecs, à sa cuisine lamentable qu'il n'a pas les moyens de changer, à ses enfants qu'il ne peut pas aider.
Maintenant c'est sa fille qui l'invite au restaurant car il n'a pas les moyens de payer. Ils sont bien loin ses rêves et ses projets...
Le jour où il se fait botter les fesses par son supérieur, il n'en peut plus et réagit violemment. A partir de là commencent les mensonges, les secrets...

 Le livre tourne autour du jeu de rôle dont on parle dans le résumé, et se décompose en trois parties : avant , pendant, après. Alain est le narrateur de la première et de la dernière partie, et c'est en grande partie, ce qui fait qu'on s'attache autant à lui. On partage ses souffrances, on voit sa vie de l'intérieur, à travers ses yeux à lui. On suit son parcours, ses rêves, ses espoirs, sa détresse. La deuxième partie est racontée par un autre personnage. C'est assez déstabilisant au début, car on ne le comprend pas forcément dès les premières lignes, et on s'était habitué aux mots d'Alain, mais ça permet de voir les choses d'un autre oeil, de prendre du recul pour mieux comprendre ce qui est en train de se passer. J'ai trouvé ce choix très judicieux.

 J'ai aimé les personnages, Alain, sa famille, et Charles. Charles est un ange, un ami comme il n'en existe pas en vrai. Pour moi, une amitié aussi forte sans rien en retour c'est une utopie mais au milieu de toute cette réalité il apporte un peu d'air. C'est un homme qui n'attend rien de la vie. Il n'a rien à perdre, rien à gagner, il a juste envie de donner, d'aider, et d'avoir un rôle une fois dans sa vie. Il m'a profondément émue.

 J'ai mis beaucoup de temps à lire ce livre. J'avais l'impression d'y passer des heures et des heures, et de ne pas avancer. J'en suis sortie vidée et lessivée mais finalement, même si la lecture a été longue, j'ai beaucoup apprécié ce livre. Le sujet est terrifiant car si proche de nous, de la réalité, de ce qui se passe autour de nous. Je pense que c'est ce qui en a dérouté plus d'un. Ici pas de tueur en série, pas de massacre, juste une histoire horriblement réaliste et actuelle. C'est un livre qui fait réfléchir et dont on ne sort pas indemne. Un grand merci à Laure qui a eu la gentillesse de me le prêter.

*****

" L'amour n'est qu'une variante du chantage."

" - Une bonne copine?
- Ah oui, j'étais même sa meilleure copine. [...] Du genre de celles qui vous piquent votre fiancé. [...] D'ailleurs, je lui ai rendu un service. C'était un vrai con.
- Bah oui, mais c'était son con à elle."

" En fait, nous sommes tous les deux comme des boxeurs, nous devons notre réussite à la somme des coups de poing que nous avons pris dans la gueule. "

"Si tu veux tuer un homme, commence par lui donner ce qu'il espère le plus. Le plus souvent, ça suffit."

" Je l'ai souvent remarqué, les émotions fortes transfigurent les gens, comme si, dans les circonstances extrêmes, leur véritable visage, leur vrai moi remontait à la surface."


*****

(349 pages - Editions Calmann-Lévy - février 2010 - 18,50€)



Voir les commentaires

2010-02-20T06:00:00+01:00

L'Accro du shopping à Manhattan - Sophie Kinsella

Publié par MyaRosa
http://medias.fluctuat.net/livres/97/9728-medium.jpg



Résumé :

Becky Bloomwood, la terreur des distributeurs toujours aussi folle de fringues, ne s’est guère assagie question finances. Mais à quoi bon être enfin devenue la journaliste financière la plus populaire d’Angleterre si l’on n’en profite pas un peu ? Heureusement, elle file le parfait amour avec le séduisant Luke, son fiancé. Même s’il travaille du matin au soir pour monter sa nouvelle agence de communication à… New York ! Le rêve pour toute accro du shopping qui se respecte!
Aux anges, Becky s’envole avec lui vers ce paradis de la consommation où elle se grise à l’envi de soldes, de marques et de boutiques. L’ivresse tourne à la gueule de bois quand Luke découvre, un beau matin, dans un tabloïd anglais, un cliché de Becky en pleine frénésie d’achats sur la Cinquième Avenue. Autant dire adieu à leur crédibilité et à tous leurs grands projets. Mais la coïncidence est fâcheuse et Becky est sceptique face au hasard…


Mon avis :

  J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec Joey et Hérisson08. Je dois vous avouer que je n'étais pas très emballée par cette lecture car je n'ai que moyennement apprécié le premier tome des aventures de Becky. J'avais donc beaucoup d'appréhension et très peu de motivation avant de commencer, mais comme j'avais acheté tous les tomes avant même d'avoir lu le premier (c'est tout moi ça), je me suis dit que ce serait quand même une bonne chose de les lire au moins une fois... J'ai donc attendu le plus longtemps possible avant de me lancer, sans grande conviction dans cette lecture. Et là... surprise! Je me suis mise à rire dès les premières pages et j'ai dévoré ce livre en un rien de temps avec le sourire aux lèvres. Alors, soit mes goûts ont vraiment changé depuis l'an dernier, soit ce deuxième tome est bien meilleur que le premier, ou soit je ne l'avais pas lu au bon moment. Mystère...

  J'ai donc finalement retrouvé notre amie Becky avec grand plaisir, fidèle à elle-même, toujours aussi dépensière et encore plus drôle qu'avant. Cette fois Becky se lance dans une grande aventure. Luke veut s'installer à New-York et veut qu'elle parte avec lui. Ils décident de d'abord y aller pour deux semaines : Luke pour régler des affaires, Becky pour voir si elle se fait à la vie new-yorkaise, et pourquoi pas faire un peu de shopping? Elle s'envole donc à la conquête de The City, promettant à sa colocataire Suze de ne pas faire trop de folies... Mais une fois là-bas, Becky se laisse emporter par toutes les merveilles qu'elle découvre. Comment résister à ces boutiques Channel, Gucci, tellement plus prestigieuses qu'en Angleterre? Comment ne pas craquer pour une robe de créateur, le même pull que Madonna ou encore ces cartes trop mignonnes et originales qu'elle ne retrouvera nulle part ailleurs? Elle qui devait chercher du boulot, rembourser ses dettes et qui pensait passer un merveilleux séjour romantique avec Luke se retrouve très vite dans une situation catastrophique qui va changer son rêve en cauchemar...

http://imados.fr/content/5/5/1/510/accro-shopping.jpg


 J'ai beaucoup ri tout au long de ma lecture, et trouvé Becky attachante. Les situations dans lesquelles elle se retrouve sont toutes plus amusantes les unes que les autres. J'ai beaucoup aimé le récit de la journée qu'elle passe avec sa belle-mère, la scène du mariage de Tom et Lucy ainsi que son entretien avec Kent, où elle est la seule à boire
et fait faire plusieurs changements d'itinéraire au chauffeur de taxi.
J'étais vraiment morte de rire. J'ai trouvé les personnages attachants : Suze est vraiment adorable, Michael aussi, et même Tarquin! Luke m'a par contre agacé tout le long du livre. Bon... d'accord, sauf à la fin! Fin que j'ai d'ailleurs trouvé excellente!

 Certains auront beau dire que la chick lit' n'est pas de la littérature, j'ai passé un excellent moment de lecture! Et je ne suis pas d'accord du tout. On entend tout le monde dire : "Oui, mais ce n'est pas de la grande littérature... et blablabla", mais qu'est ce que la grande littérature? Les classiques? Il faut vivre avec son temps. Personnellement j'aime lire un peu de tout et je lis avant tout pour me divertir et passer un bon moment, et ça a été le cas avec ce livre. Et puis, j'ai plus d'estime pour quelqu'un qui ne lit que de la chick lit', plutôt que pour quelqu'un qui ne lit pas du tout. Si ça peut amener les gens à la lecture, alors j'en suis ravie! ... Bon, je crois que je m'éloigne un peu du sujet là. C'est le premier livre de chick lit' dont je parle ici, donc il fallait bien que j'en parle un peu. Ca me met hors de moi toutes ces déconsidérations pour ce genre. Je n'ai jamais entendu quelqu'un dire que les comédies romantiques ne faisaient pas partie du cinéma! Bon, promis je n'y reviendrai plus!

 A vrai dire, je ne sais pas quoi dire de plus... Je ne vais pas vous raconter en détails les aventures de Becky, car ce serait beaucoup moins drôle que de les lire. Si vous avez aimé le premier tome, vous aimerez encore plus celui-ci! Et si, comme moi, vous n'aviez pas trop accroché, j'espère que mon billet vous encouragera à retenter avec ce deuxième tome que j'ai trouvé beaucoup plus drôle. J'ai déjà envie de lire la suite. Une lecture commune de ce troisième tome est organisée avec Joey, Hérisson et Cacahuète pour le 1er mars, alors si vous voulez vous joindre à nous, il n'y a pas de problème. Du même auteur, j'ai lu Les Petits secrets d'Emma que je vous conseille de découvrir si ce n'est pas déjà fait, car l'héroïne est tout aussi sympa que Becky.

 Je vous invite maintenant à aller lire les avis de Joey et Hérisson08. Je suis curieuse de voir ce qu'elles ont pensé de ce livre.


http://0c.img.v4.skyrock.net/0c2/xx-love-xx-for-ever/pics/2172777221_small_1.jpg

(424 pages - Pocket - 2005 - 6,90€)


Voir les commentaires

2010-02-19T14:36:00+01:00

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti - Judy Blundell

Publié par MyaRosa
http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/4/9/9782070627943.jpg



Résumé :

Floride, 1947... Un ancien soldat au passé trouble, une femme trop belle, un homme aussi séduisant qu'énigmatique... quel fil invisible les relie? Dans un hôtel au luxe défraîchi et la chaleur étouffante de septembre, Evie surprend l'ombre de mensonges et de terribles secrets.



Mon avis :

 Une couverture sublime, un titre accrocheur, un résumé intrigant, ce livre avait déjà vraiment tout pour me plaire. A peine reçu, je me suis jetée dessus, abandonnant sans scrupule toutes mes lectures en cours, et je l'ai dévoré. Après quelques heures passées en compagnie d'Evie, je n'ai qu'une chose à dire : "Waouh!" Ce livre m'a transporté en plein coeur de l'Amérique d'après guerre, dans un univers plein de secrets, de mensonges et de trahison.

 L'histoire commence à New-York en 1947. Evie, quinze ans, vit avec sa mère, Bev, et son beau père, Joe,  dans le Queens, chez la mère de celui-ci. Après son retour d'Europe, Joe s'est lancé dans la vente d'électroménager et son affaire commence à bien marcher. Un soir, il rentre et leur propose de faire un voyage tous les trois, pourquoi pas en Floride? Evie est tout excitée, elle n'a jamais voyagé et s'imagine déjà racontant ses vacances de rêves à sa meilleure amie. Mais une fois à Palm Beach, ils se retrouvent dans une ville complètement déserte où presque tout est fermé. Après avoir trouvé un hôtel, ils font la connaissance d'un couple - avec lequel ils se lient aussitôt d'amitié - et d'un jeune homme charmant, compagnon de guerre de Joe. Evie tombe amoureuse de lui dès leur première rencontre et se met à changer. Elle aimerait tellement ressembler à sa mère, cette femme si belle que les hommes regardent et que les femmes jalousent. Peu à peu, Evie se rend compte que le monde des adultes est loin d'être ce qu'elle s'imaginait. Le mensonge et les secrets sont partout et on ne peut faire confiance à personne...

 C'est un magnifique récit sur le passage à l'âge adulte. Evie, tellement naïve et innocente au début du roman, est brutalement confrontée à la réalité. Le monde qui l'entoure n'est pas aussi beau que ce qu'elle croyait. Manipulations, mensonges, racisme, font partie du quotidien. On suit l'évolution de son personnage tout au long du livre, on voit son regard changer. Evie est merveilleusement crédible et attachante. On suit les faits tels qu'elle les voit. Elle surprend des conversations d'adultes qu'elle ne comprend pas.

 L'atmosphère de ce livre est envoûtante mais également effrayante. On sent très vite que toute cette histoire va mal finir même si on ne sait pas encore pourquoi. J'ai été très touchée par les descriptions de cette Amérique d'après-guerre. La plus grande partie de l'histoire se déroule dans cette ville touristique hors-saison. Ces rues complètement désertes et cette impression de "ville morte"  renforcent le sentiment de malaise. J'ai été sensible à toute cette ambiance, aux habits et au rouge à lèvres portés par les femmes de l'époque, à l'éducation d'Evie,... J'ai été transportée dans une autre époque, à tel point que j'arrivais à sentir l'odeur enivrante des parfums, le souffle du vent sur la nuque, la chaleur étouffante.

 Ce livre est dangereusement envoûtant, doux et amer. C'est un voyage dans le temps et le récit de la fin d'une enfance. Un livre à lire d'une traite. De toute façon, une fois commencé vous aurez vraiment du mal à vous arrêter tant il est prenant. C'est un gros, un énorme coup de coeur pour moi que je vous conseille de découvrir de toute urgence!

(286 pages - Gallimard jeunesse - 14 janvier 2010 - 12€)


Voir les commentaires

2010-02-18T12:26:00+01:00

Petite Récap'

Publié par MyaRosa

Derniers achats :


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/7/1/9782012019171.jpg http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/4/9/9782070627943.jpg
http://www.images-chapitre.com/ima2/original/552/22523552_3848813.jpg http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782070603176.jpg




Etat de ma PAL : Catastrophique!
Si vous voulez-y jetez un oeil, cliquez sur l'image.
Ames sensibles, s'abstenir...

KG_337589.jpg

Petite récap' des articles publiés :


Littérature étrangère :

Amours & autres enchantements - Sarah A. Allen
Comme des étoiles filantes - Jacquelyn Mitchard
Grande avenue - Joy Fielding
La Dernière valse de Mathilda - Tamara McKinley
La Maison aux souvenirs - Nora Roberts
La Vie est un arc-en-ciel - Cecelia Ahern
Le Mec de la tombe d'à côté - Katarina Mazetti
Le Pacte - Jodi Picoult
Le Secret de Lily Quinn - Paullina Simons
Les Jumelles de Highgate - Audrey Niffenegger
Pas de Noël cette année - John Grisham
Perte et fracas - Jonathan Tropper
Prémonitions - Alice Hoffman
Un Lieu béni - Fannie Flagg
Zéro tués - Régis de Sa Moreira

Littérature francophone :

A Mélie, sans mélo - Barbara Constantine
Du vent dans mes mollets - Raphaële Moussafir
Encore un jour sans massacre, journal d'un lycéen misanthrope - Théo Diricq
La Preuve par neuf - Dorine Bertrand
L'échappée belle - Anna Gavalda
L'Oeil de l'auberge - Yveline Gimbert
Opium - Maxence Fermine
Tête de piaf - Philippe Crognier


Littérature de jeunesse / ados :

Bleu Cauchemar - Laurie Faria Stolarz
Créature de la nuit - Kate Thompson
Fablehaven, tome 1 : Le sanctuaire secret - Brandon Mull
Fablehaven, tome 2 : La Menace de l'Etoile du Soir - Brandon Mull
Je ne sais plus pourquoi je t'aime - Gabrielle Zevin
L'Oiseau des steppes - Jean-Sébastien Blanck
La Bibiothécaire - Gudule
La Dame rouge - Marie-Hélène Delval
Le Journal intime de Georgia Nicolson - Louise Rennison
Les Sorcières de Salem, tome 1 : Le Souffle des sorcières - Millie Sydenier
Maudites - Michelle Zink
Nid de guêpes - Bart Moeyaert
Nightworld, tome 1 : Le secret du vampire - Lisa Jane Smith
Voyage au pays des arbres - JMG Le Clézio

Fantastique/ Bit lit/ Horreur adultes :


La Communauté du Sud, tome 1 : Quand le danger rôde - Charlaine Harris
Le Club des petites filles mortes - Gudule
Le Journal intime de Ellen Rimbauer : Ma vie à Rose Red

Mangas / BD :

Lou!, tomes 1 et 2 - Julien Neel
Vampire kisses  - Ellen Schreiber et Rem

Thrillers/policiers :

7 jours à River Falls - Alexis Aubenque
Ceux qu'on aime - Steve Mosby
Chiens de sang - Karine Giebel
Duelle - Barbara Abel
Ecorces de sang/La Mort dans les bois - Tana French
Fractures - Franck Thilliez
Hématome - Maud Mayeras
J'ai épousé un inconnu - Patricia Macdonald
L'Art de la noyage - Frances Fyfield
L'invité de la dernière heure - Charlotte Link
La Chambre des morts - Franck Thilliez
Le Cueilleur de fraises - Monika Feth
Le Mensonge - Hallie Ephron
Le Tailleur de pierre - Camilla Läckberg
Les Feuilles mortes - Thomas H. Cook
Les Morsures de l'ombre - Karine Giebel
Les Morsures du doute - Nicci French
Rapt de nuit - Patricia Macdonald
Seul le silence - RJ Ellory
Sur ma peau - Gillian Flynn
Thérapie - Sebastian Fitzek



I'm a book-addict !



Livres en cours de lecture :

Cadres Noirs de Pierre Lemaitre / Un Vampire Ordinaire de Suzy Mckee Charnas

Voir les commentaires

2010-02-15T14:11:00+01:00

L'Oiseau des steppes - Jean-Sébastien Blanck

Publié par MyaRosa

http://www.alzabane-editions.com/photo/1765640-2397396.jpg


Présentation :

Dans une lointaine contrée de l'Asie des steppes, il était un royaume oublié des autres hommes.
Seuls, quelques caravaniers égarés venus des empires du Couchant et du Levant traversaient ce
pays des Ombres.
Leurs trésors et leurs extraordinaires récits frappèrent tant l'imagination de Paladjan qu'il partit vers ces mondes de merveilles. Entre mers et terres, il voyagea trente ans avantde revenir vers les siens et de les emmener au
royaume des rêves...
( quatrième de couverture)

Ce petit roman de 88 pages et de 40 illustrations couleurs propose un extraordinaire voyage au coeur des "steppes de l'Asie des Hautes Montagnes", sur les routes de la soie, jusqu'aux Cités du Couchant, et dans les temps de l'Antiquité...

Il invite les jeunes lecteurs à reflechir sur ce qui fonde les civilisations et leur prospérité : paix ou guerre ? commerce ou culture ? Conte aussi merveilleux que philosophique, L'Oiseau des Steppes fait déjà date dans la jeune histoire de la collection.
(éditeur)



http://youplala.files.wordpress.com/2009/01/babelio-masse-critique.jpg


Mon avis : 

 C'est avec L'Oiseau des steppes que je découvre les éditions Alzabane, et je dois vous avouer que je suis séduite. Le livre, ne serait-ce qu'en tant qu'objet est magnifique, soigné et très agréable. Pour ce qui est du contenu, je suis tout aussi enthousiaste. C'est un très beau conte que nous offre Jean-Sébastien Blanck, admirablement illustré par Rodrigo Lujan. Quel dépaysement! On est entrainé dans un conte initiatique où l'on découvre de magnifiques contrées pleines de richesses, où l'on se pose justement la question des vraies richesses. Est-ce la soie? les diamants? l'armée? le savoir? On s'interroge également sur les fondements des civilisations de toutes époques : la philosophie, la guerre, l'écriture, les lois,... Les personnages de ce livre sont à la recherche d'un monde meilleur. Ils voyagent, en vrai ou en rêve, et font partager leurs découvertes à leur peuple. C'est un conte agréable à lire, mais qui doit l'être encore plus lorsqu'il est lu à voix haute. C'est un récit plein de rêves, de merveilles et d'imagination qui enchantera les plus grands comme les plus jeunes. Partez à la découverte de la légende de l'Oiseau des steppes, vous ne serez pas déçus!

Je remercie chaleureusement  babelio.gif  et    Logo-Alzabane.jpg   pour cette jolie découverte.

Voir les commentaires

2010-02-15T02:46:00+01:00

Le Cueilleur de fraises - Monika Feth

Publié par MyaRosa


                                           http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/HachetteJeunesse/2009/9782012013285-G.jpg
 

  Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé de ne pas vous mettre le résumé présent sur la quatrième de couverture, car je trouve qu'il en dit beaucoup trop et ne représente pas bien l"univers du livre. Je vais essayer de vous présenter l'histoire à ma façon.

 Jette est une fille de 19 ans, qui après le divorce de ses parents, a décidé de prendre son envol et de se débrouiller toute seule. Elle vit en colocation avec ses deux meilleures amies, Caro et Merle, qui partagent leur temps entre le lycée et des petits boulots pour subvenir à leurs besoins. Elles ont toutes les trois des problèmes de famille et essaient de s'en sortir malgré tout. La mère de Jette écrit des polars qui ont beaucoup de succès, et s'intèresse de près à une affaire de meurtres qui effraie toute l'Allemagne, pour écrire son prochain roman. Le tueur a violé et tué plusieurs jeunes filles. Il leur coupe les cheveux et leur vole leur collier avant d'abandonner leur corps en forêt. Lorsque l'une des trois meurt à son tour, les deux autres mettent tout en oeuvre pour trouver le coupable...

 Ce roman a reçu beaucoup
de critiques négatives, mais j'étais quand même curieuse et j'ai été moi aussi très attirée par la couverture. Je peux vous dire que je suis bien contente d'être passée outre ces mauvaises critiques puisque j'ai vraiment beaucoup apprécié ce livre. Pour commencer, je le trouve vraiment très bien écrit, ce qui est déjà un très bon point. J'ai aimé l'atmosphère lourde et pesante de ce roman, ainsi que les nombreuses descriptions qui m'ont, pour une fois, séduites. J'ai vraiment senti l'odeur des fraises, le soleil sur la peau, la sueur des cueilleurs de fraises et je me suis imaginée sans peine dans un endroit comme "le moulin" (la maison de la mère de Jette).

 Je pense que le principal problème de ce livre, qui n'en est pas un pour moi, mais qui en est un pour beaucoup de lecteurs, est que le public n'est pas bien ciblé. La couverture et la collection font penser à Twilight donc beaucoup devaient s'attendre à une histoire dans le même esprit, ce qui n'est pas du tout le cas. Il n'y a rien de fantastique ici, l'histoire est noire, très noire et les faits bien réels. De plus, ce roman est classé dans la section jeunesse, or je pense qu'il n'est vraiment pas adapté aux jeunes lecteurs. Comme je l'ai dit précédemment, l'histoire déjà est vraiment très sombre, on parle de meurtres, c'est le thème principal du livre. Et puis le style de l'auteur est loin d'être facile pour de jeunes lecteurs. Les mots ne sont pas forcément complexes, mais le rythme est lent, il n'y a pas beaucoup d'action. Je peux comprendre que de jeunes lecteurs se soient ennuyés Le livre est surtout rempli de descriptions qui mettent en place l'atmosphère pesante du livre, et la lenteur ne m'a absolument pas gênée. Je trouvais au contraire que ça allait avec l'esprit du livre et l'ambiance créée par l'auteur. Je pense que beaucoup s'attendaient à une histoire plus légère.

 J'ai beaucoup aimé le personnage d'Imke, la mère de Jette. Les réflexions sur l'écriture sont très intéressantes. Elle est constamment prise par ses réflexions sur son prochain livre. Même sa fille se sent parfois mal à l'aise parce qu'elle se reconnait dans les livres de sa mère et constate l'influence de leur vie sur ses écrits. Elle ne peut s'empêcher d'être inspirée par ce tueur, par le policier qui enquête sur l'affaire. Et si en s'y intéressant elle attirait le malheur sur leur vie? Elle ne peut s'empêcher de s'interroger, voire de culpabiliser.

 C'est vraiment un livre intéressant. Je le trouve beaucoup
plus proche d'un livre comme La Mort dans les bois (Tana French) qui est un policier qui avance lentement, où l'auteur creuse les personnages davantage que l'enquête policière (livre que j'avais adoré), que de romans jeunesse comme Twilight ou Maudites (Michelle Zink) de la collection New Moon. Je pense qu'il plaira davantage aux adultes qu'aux enfants ou adolescents, c'est même sûr. Je le déconseille aux plus jeunes, et pas seulement pour l'aspect policier. J'ai vraiment beaucoup apprécié ce livre, et je suis bien contente d'avoir eu le courage de le lire malgré les critiques qui ne me donnaient vraiment pas envie. J'ai très envie de retrouver les personnages dans une nouvelle aventure, et je compte bien lire Le Peintre des visages prochainement. 


                                                               ***

" C'était affreux de lire cet article. De savoir qu'il allait déclencher chez les gens ce frisson, mélange d'effroi et de bien-être, qui se produisait lorsqu'on apprenait une mort tragique - parce qu'on était sain et sauf et qu'on se contentait d'en lire le récit. Comme au spectacle, dans une loge. En sécurité. De là-haut, on ne distinguait pas le danger. Tout restait parfaitement ordinaire."

" Au cours de la réunion matinale, le patron avait évoqué à plusieurs reprises "notre meurtrier". Bert avait beau savoir qu'il s'agissait d'une formule creuse, employée sans réfléchir par quantité de fonctionnaires de police, il s'était retenu de se ruer sur lui.
"Notre meurtrier." Une expression aux accents redoutablement familiers. En revanche, personne n'aurait jamais osé évoquer "nos mortes". De quel côté étaient-ils?

" - On n'est que des fourmis ! On s'affaire, on s'active dans tous les sens, et peu importe si on se fait faucher, parce que toutes les autres continuent à s'affairer, à s'activer sans nous.
- Chut ! fit Merle en me fourrant du pop-corn dans la bouche.
Elle avait raison. Rien dans la vie n'était assuré. Il fallait rire et manger du pop-corn, tant qu'on le pouvait."

                                                            ***


(416 pages - Hachette/New Moon - 2008 - 17€)

 

http://www.fwgmeeting.de/wp-content/uploads/2009/03/11470811.gif

 

Voir les commentaires

2010-02-14T16:41:00+01:00

Nid de guêpes de Bart Moeyaert

Publié par MyaRosa

http://www.ricochet-jeunes.org/public/scans/m/moeyaertnid.jpg

Résumé :

Le monde dans lequel vit Suzanne depuis sa naissance est tout petit. Il y a l'église, la place autour et plus loin, la forêt. Tout le monde sait tout sur tout : les bonnes et les mauvaises nouvelles, les vieilles histoires qu'on ressasse depuis des années, la liste des gens qui ont signé la pétition contre le chenil de Rudi. Certains jours, Suzanne aimerait tout envoyer balader. Quand arrive le jour de la fête, un jeune marionnettiste débarque en scooter sur la place avec ses poupées. Suzanne pourrait sauter à l'arrière de son scooter, traverser le village à toute berzingue en serrant sa taille, foncer loin. Elle pourrait aussi profiter de la fête qui s'installe, danser toute la nuit et crier autour du feu de joie. Mais ce jour-là, Suzanne décide d'entreprendre quelque chose. Et pour cela, elle va mettre le doigt dans ce nid de guêpes...

Mon avis : 

 C'est un livre vraiment particulier que j'ai déniché par hasard dans le coin braderie d'une librairie. J'ai été attirée par la couverture ainsi que par le résumé et je ne regrette pas cette lecture, même si mon avis final est assez mitigé. 

 
On entre sans difficultés dans cette histoire qui commence par le récit de la naissance plutôt mouvementée de l'héroïne.

" - Va lui dire que le bébé arrive! Va lui dire : c'est pour maintenant!
Randa a reculé.
- C'est pour maintenant, a t-elle dit à son tour tout doucement comme si elle se demandait ce qui pouvait bien être pour maintenant. Oui. Oui, c'est pour maintenant.
 
Elle a laissé tomber ses poupées par terre, a exécuté un demi-tour et traversé la place aussi vite qu'elle le pouvait, filant devant l'épicerie où l'on vendait de tout, sur la pelouse près de l'église, prenant le virage que fait le mur d'enceinte du cimetière, et a abordé la côte.
 
Elle n'arrêtait pas de murmurer : - C'est pour maintenant. C'est pour maintenant!"

 J'ai vraiment adoré le début. Bart Moeyaert décrit à merveille cet univers rural. On a l'impression d'avoir fait le tour du village en même temps que cette petite fille qui court et traverse le village pour porter une nouvelle dont elle ne comprend pas la signification. On découvre ensuite la vie de Suzanne, le fameux bébé né au début du livre, qui est devenue une adolescente. Elle porte un regard critique sur son entourage, sur les gens du village, sur sa mère et on revient sur les événements marquants de sa vie, notamment sur la mort de son père quand elle était enfant (on l'apprend au tout début du livre). Des tas de thèmes sont abordés, la vie à la campagne, les querelles de voisinage, l'adolescence, les premiers émois, le deuil, et les difficultés de communication entre une mère et sa fille.

 J'ai été séduite par le début du livre. Suzanne est drôle et attachante et j'ai aimé partager ses pensées, ses réflexions souvent pertinentes mais quelques fois naïves. J'ai beaucoup aimé cette description du village de cet univers où tout le monde se connait, où les moindres gestes de chacun ne sont secrets pour personne, et où la seule distraction est, en dehors des querelles quotidiennes, la fête du village où tout le monde danse, boit et où quelques étrangers font leur apparitions, ranimant ainsi l'intérêt de chacun. Une fois cette découverte passée, j'ai trouvé le temps long. L'histoire n'avançait pas, en dehors des quelques "flash back" intéressants, et je ne voyais pas où tout cela allait nous mener. Je me suis accrochée en me disant qu'il y aura sans doute un dénouement intéressant et surprenant, mais là encore j'ai été déçue. Je n'étais plus du tout dedans, j'avais juste envie de passer à autre chose, et je ne suis même pas sûre d'avoir vraiment saisi le message de l'auteur. Malgré cette déception, je ne regrette pas cette lecture, puisque j'y ai quand même trouvé des choses très intéressantes comme je l'ai dit plus haut : le personnage de Suzanne, les flash back, le tout début du roman, et la description du village. Rien que pour cela, ce livre vaut tout de même la peine que l'on s'y intéresse, à condition de ne pas trop attendre du dénouement, de ce "nid de guêpes" annoncé dans le résumé, et de ne pas avoir envie de beaucoup d'action.

" J'ai appris qu'il fallait être gentille. Qu'il fallait écouter et se taire et parler ensuite seulement - mais jamais la bouche pleine. J'ai appris qu'il ne fallait pas déménager ce qu'on a dans le nez. Qu'on peut péter, mais seulement en cachette, et qu'on peut se gratter les fesses dan la mesure où personne ne voit ce qu'on fait. Qu'on peut dire des mensonges s'ils sont pieux et des gros mots si on ne fait pas exprès. "
 

(217 pages - Editions du Rouergue - Collection doAdo - 2005 - 10€)

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog