Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2017-03-16T06:00:00+01:00

Grande fille

Publié par MyaRosa

It's mean I love you - Chiaki Okada & Etsuko Arai

40 pages, Seuil Jeunesse, janvier 2017, dès 3 ans

L'histoire :

Lena a hâte d'être demain. C'est le jour du spectacle de fin d'année. Elle va jouer dans une pièce et son petit frère, Hayato, jouera des castagnettes.Mais le jour de la représentation, catastrophe, Hayato est malade, il tremble de fièvre, et sa maman ne peut pas le laisser. Lena va devoir se débrouiller toute seule…

 

Mon avis :

 

 Quel plaisir de découvrir un nouvel album de Chiaki Okada ! Ses illustrations sont tellement belles et délicates ! Nous avons beaucoup aimé l'histoire de la petite Léna. Cette petite fille qui attendait avec impatience le jour du spectacle de son école se retrouve seule pour affronter cet événement. Son petit frère qui devait, lui aussi, participer est malade et sa maman est restée à son chevet. Léna doit donc se préparer toute seule en coulisses. Elle passe par toutes sortes d'émotions et a peur de ne pas être à la hauteur. Elle avait tellement besoin de sa maman, mais elle se dit que son petit frère aussi doit être triste de manquer le spectacle... Les minutes défilent et Léna a le coeur lourd. Ca y est, c'est le moment de monter sur scène. Courage, Léna !

 

 

 Avec beaucoup de tendresse et d'émotions, Chiaki Okada et Etsuko Arai nous racontent l'histoire de cette petite fille bien courageuse qui va sortir grandie de cette épreuve. On est de tout coeur avec Léna. On a envie de l'encourager, de l'aider, de la rassurer. Une fois le moment tant attendu mais aussi tant redouté, la petite Léna va se montrer forte et courageuse et soyez rassurés, tous ses efforts seront récompensés ! Cette petite fille est vraiment très émouvante. Un lien vraiment fort l'unit à sa maman. Leur amour se ressent dans chacune des pages de ce livre. C'est très émouvant.

 

En quelques mots :

Un album tendre et très émouvant qui aide à devenir grand.

 

A découvrir aussi :

Une nuit à la bibliothèque

C'est toi le printemps ?

 

 

Voir les commentaires

2017-03-15T08:27:20+01:00

Compte jusqu'à 100

Publié par MyaRosa

Count to 100 - Felicity Brooks & Sophia Touliatou

24 pages, éditions Usborne, février 2017

Présentation de l'éditeur :

 Une pleine lune, deux petits chiens, trois bus rouges, quatre maisons rigolotes... Avec ce livre plein de fantaisie, compter jusqu'à 100 devient facile et amusant.

 

Mon avis :

 

 Encore une pépite des éditions Usborne ! Un grand livre cartonné et très coloré pour apprendre à compter jusqu'à 100. Les premières pages détaillent tous les chiffres et permettent d'abord à l'enfant d'apprendre à compter jusqu'à 10. On découvre ensuite toutes les dizaines jusqu'à 100. C'est vraiment très bien fait.

 

 

 Les illustrations sont vraiment adorables et aident l'enfant à compter et à visualiser la quantité. Ils prennent vraiment plaisir à compter les animaux, les voitures, les fenêtres des maisons, les bateaux, les théières, les fleurs du jardin, les feuilles d'automne et les étoiles. Des petits jeux viennent ponctuer la lecture et la découverte des nombres. C'est ludique et amusant. Une réussite !

 

En quelques mots :

Un livre génial pour apprendre à compter de manière ludique et amusante.

 

Voir les commentaires

2017-03-14T06:00:00+01:00

Tous en bus !

Publié par MyaRosa

Baby's Very First Bus Book - Stella Baggott & Josephine Thompson

10 pages, éditions Usborne, février 2017

Présentation de l'éditeur :

Les bébés aimeront regarder les images vivement colorées de ce joli livre résistant, avec lequel ils pourront aussi jouer.

 

Mon avis :

 

 Totalement adorable, ce petit livre-jeu fera le bonheur de tous les jeunes enfants ! On parcourt la ville et le bus se remplit au fur et à mesure. Il n'y a d'abord que le lion qui conduit et qui passe devant les maisons, les commerces, etc... Il y a des tas de détails à observer dans les décors très colorés que l'on découvre sur les pages de droite. On aperçoit les personnages qui attendent à l'arrêt de bus et sur les pages de gauche, on voit le bus se remplir petit à petit. Mais où se rend-t-il ? Les enfants seront agréablement surpris !

 

 

 Le gros plus de ce livre ? On peut jouer avec ! Les roues sont grosses et bien solides. L'enfant peut s'amuser à les faire tourner et poser le livre et le faire rouler comme s'il s'agissait d'un vrai jouet. Un vrai bonus pour rejouer l'histoire racontée ! Les illustrations sont adorables et mettent en scène des petits animaux aux bouilles craquantes : souris, chat, cochon, panda, girafe, lapin, éléphant, etc... On adore !

 

 

En quelques mots :

Un petit livre-jeu rigolo et adorable qui devrait charmer tous les jeunes enfants.

 

Voir les commentaires

2017-03-13T12:50:51+01:00

Les Ailes de Suzie

Publié par MyaRosa

Hélène Kérillis & Xavière Devos

d'après Claude Monet

32 pages, Léon art & stories, mars 2017

L'histoire :

Triste, indifférente à tout, Suzie arrive chez son grand-père. Il vit au bord de la mer et sculpte des oiseaux. Avec pudeur et délicatesse, il tente de guérir Suzie en lui confiant un secret qui a changé sa vie.

 

Mon avis :

 

 J'aime beaucoup cette collection des éditions Léon art & stories qui propose de beaux albums en grand format dans lesquels se trouvent des histoires inédites qui permettent de faire découvrir aux enfants un artiste célèbre. Je vous ai d'ailleurs déjà présenté "Azulie dans la nuit' écrit par Nancy Guilbert et qui offre une immersion passionnante dans l'univers de Marc Chagall. Cette fois, nous partons à la rencontre de Monet et de ses tableaux fabuleux.

 

 

 Cet album nous parle de la petite Suzie qui vient de vivre quelque chose de très difficile décrit comme "un chagrin trop grand pour elle". Elle vient de s'installer chez son grand-père mais c'est comme si elle n'était pas vraiment là. Elle n'a envie de rien, ne semble pas écouter ce qu'on lui raconte. Elle ne s'intéresse à rien et reste assise en silence. Son grand-père est plein de douceur et de délicatesse. Il tente de lui parler de sa passion des oiseaux, mais rien n'y fait, Suzie reste fermée, insensible au monde extérieur. Alors, le vieil homme l'emmène sur les falaises. Il lui montre comme le paysage est à couper le souffle et lui raconte son secret le plus précieux.

 

 

 Grâce à la douceur et à la patience de son grand-père ainsi qu'à ses bons mots, peu à peu, la petite Suzie reprend goût à la vie. Quelle belle histoire de transmission ! Comme Suzie, nous suivons avec beaucoup d'attention le récit d'enfance du grand-père. On imagine le vieil homme au même âge que Suzie, découvrant la vie, affrontant des épreuves et des tempêtes. Le texte est absolument magnifique. Plein de délicatesse et de pudeur, il donne envie de s'ouvrir aux autres et au monde, d'accepter les mains tendues, d'observer, d'apprendre, d'imaginer et de rêver jusqu'à s'envoler. Une douzaine de tableaux de Monet accompagne ce beau récit ainsi que les jolies illustrations pleines de poésie et de tendresse de Xavière Devos qui mettent la nature et la mer à l'honneur. Un vrai bonheur !

 

 

En quelques mots :

L'histoire très émouvante d'un grand-père qui, avec douceur et tendresse, tente d'aider sa petite-fille à surmonter sa peine. Un album magnifique qui permet de faire découvrir aux enfants l'univers de Claude Monet. C'est très réussi.

 

Voir les commentaires

2017-03-13T06:00:00+01:00

La Solitude des femmes qui courent

Publié par MyaRosa

Julie Printzac

411 pages, éditions JC Lattès, mars 2017

L'histoire :

 Depuis son divorce, Justine court après la vie dans un Paris qu'elle ne reconnaît plus. Tout se chevauche et se bouscule : son travail en perdition, ses amours inexistantes, ses inquiétudes de mère. Mais le jour où elle découvre une rose rouge sur la tombe familiale, Justine va devoir questionner son passé, et peut-être ainsi démêler toute la pelote de son bonheur.

 

Mon avis :

 

 Justine ne sait pas vraiment ce qu'elle veut, mais elle sait ce qu'elle ne veut plus. Elle ne veut plus de cette vie insipide qu'elle accepte sans rechigner depuis plusieurs années. Elle n'en peut plus d'être traitée comme une moins que rien au travail et de faire un boulot qui l'ennuie. Elle n'en peut plus du bruit, de la violence, du stress et de la pollution que lui offre la vie parisienne. Elle en a marre de regarder l'homme qu'elle aimait, le père de sa fille, lui cracher son écoeurant bonheur avec sa nouvelle compagne parfaite à la figure. Elle en a marre des rendez-vous forcés avec de sombres crétins qui ne lui apportent rien. Justine a besoin d'air.

 

 Sa bulle d'oxygène ? Ses visites chez Delphine, son amie d'enfance, à Nanteuil. Là-bas, elle se sent détendue et épanouie et sa fille Adèle semble aussi y trouver son compte. C'est une ville si importante pour Justine. C'est la ville de son enfance, là où elle passait toutes ses vacances en famille et là où elle a ses plus beaux souvenirs. Intriguée par une mystérieuse rose déposée sur la tombe de son père, Justine va se mettre à enquêter sur son passé et l'évidence va bientôt lui sauter aux yeux : sa place est là-bas, à Nanteuil. Et elle va tout faire pour changer de vie et réaliser son rêve tout en essayant de connaître la vérité sur son histoire familiale.

 

 J'ai beaucoup aimé ce roman. Il y a d'abord tout ce mystère autour de l'enfance de Justine. Elle a besoin de connaître la vérité pour aller de l'avant. Elle ne veut plus vivre avec les ombres, les non-dits, les mensonges et tout le poids de la souffrance qui pèse sur ses relations avec sa mère et sa soeur sans qu'elle comprenne pourquoi. Justine veut crever l'abcès une bonne fois pour toutes. Je l'ai trouvé crédible et très attachante. J'ai aimé sa prise de conscience, sa force et son courage. C'est une femme moderne qui a le cran de changer tout ce qui ne va pas dans sa vie pour être heureuse. Elle n'attend pas que le bonheur arrive à elle, elle décide d'aller le chercher elle-même et tout de suite ! Et pourtant, on sent en elle une certaine fragilité. Elle n'a pas entièrement confiance en elle et doute beaucoup de ses choix, mais c'est ce qui la rend tellement crédible et attachante.

 

 J'ai trouvé ce premier roman très bien écrit et aussi très agréable à lire. J'ai beaucoup parlé de Justine, mais elle a aussi toute une bande d'amies vraiment géniales qui sont là les unes pour les autres malgré les difficultés qu'elles rencontrent aussi dans leur vie. Divorce, deuil, enfance difficile, maternité, difficultés professionnelles, mal-être et solitude, elles ont toutes des épreuves à surmonter mais elles s'entraident, font preuve d'optimisme et sont bien décidées à profiter de la vie. C'est une lecture parfaite pour se détendre ou bien remonter le moral d'une amie. Un livre d'une grande sensibilité qui nous donne aussi envie de faire comme Justine et d'envoyer valser tout ce qui cloche dans notre vie. C'est un livre qui fait du bien. Un roman qu'on a envie de conseiller et d'offrir autour de soi.

 

En quelques mots :

Un roman feel-good rafraîchissant et très agréable à lire.

J'ai beaucoup aimé.

 

 

 

Voir les commentaires

2017-03-11T13:50:48+01:00

Ma petite collection J'habille mes amies : Les princesses

Publié par MyaRosa

Fiona Watt, Lizzie Mackay, Antonia Miller

24 pages, éditions Usborne, janvier 2017, dès 3 ans

Présentation de l'éditeur :

Ce charmant livre te propose de nombreuses princesses à habiller. Tu trouveras à la fin une page dépliante pour placer les autocollants dont tu n'as pas besoin tout de suite.

 

Mon avis :

 

 Avec ma fille de trois ans et demi, nous aimons beaucoup cette collection des éditions Usborne. Pour ceux qui connaissent, c'est en quelque sorte la petite soeur de la collection "J'habille mes amies". Les livres sont plus petits, plus simples et accessibles aux plus jeunes (dès 3-4 ans).

 

 

 Ces livres sont vraiment bien conçus. Toutes les pages sont plastifiées. Les pages d'autocollants sont facilement détachables et il y a même un rabat conçu exprès pour ranger les autocollants restants. Il y a de très jolies princesses à habiller ainsi que des petits éléments à ajouter aux décors : oiseaux, fleurs, petites souris, tasses, poupées russes, gâteaux, papillons, libellules, etc... Les illustrations sont tendres et mignonnes comme tout. J'aime la douceur des couleurs et des traits et tous ces détails qui viennent égayer les pages (petites fleurs, paillettes, étoiles, coeurs).

 

 

 Voici quelques uns des thèmes proposés : la fête d'anniversaire, le cours de danse, en promenade, l'étang magique, à l'écurie, patinage sur glace, la roseraie, le bal masqué, l'heure de dormir, essayage de diadèmes, pique-nique au palais, etc... Cette fois encore, ma fille s'est régalée et s'en est très bien sortie toute seule. Elle arrive à détacher les autocollants sans qu'ils ne se déchirent et à les placer correctement.

 

 

 Cette collection compte, pour le moment, quatre titres : les fées (dont je vous ai parlé ici), les ballerines (dont je vous parlerai bientôt et qui nous a beaucoup plu), les princesses (dont je vous parle aujourd'hui) et les sirènes (que j'espère découvrir bientôt).

 

 

En quelques mots :

Ma fille adore cette collection de livres d'autocollants. Ils sont soignés, bien conçus et vraiment adorables. Les autocollants sont de bonne qualité et les illustrations très belles. Vivement le prochain !

 

 

Voir les commentaires

2017-03-11T09:01:21+01:00

Dis, où tu habites ?

Publié par MyaRosa

Françoise de Guibert & Clémence Pollet

96 pages, éditions De La Martinière Jeunesse, février 2017

Présentation de l'éditeur :

Un beau livre documentaire richement illustré pour apprendre où vivent plus de 40 animaux !

Où vivent la souris, le bousier, le renard, l'araignée argyronète...? Dans un trou, dans une grotte, dans le terrier d'un autre, dans un nid de bulles... Certains construisent pour pondre, d'autres pour se cacher, d'autres pour hiberner. Certains sont bâtisseurs et créent des architectures incroyables, d'autres sont astucieux ou roublards et préfèrent investir l'abri d'un autre animal. Tous ont développé des techniques particulières pour s'adapter à leur environnement et s'abriter.

Voici un beau livre pour connaître toutes les astuces de ces animaux, petits ou grands, connus ou plus rares, proches ou lointains. pour aménager leur "maison".

 

Mon avis :

 

 J'avais beaucoup aimé "Dis, comment ça pousse ?" des mêmes auteurs, un livre documentaire joliment illustré qui nous expliquait la manière dont poussent les fruits et les légumes. Cette fois, nous découvrons les maisons des animaux.

 

 

 Souris, hirondelle, abeille, taupe, escargot, araignée, chouette, écureuil, fourmi, ours, lapin, castor, blaireau, poisson-clown, chimpanzé, manchot empereur et beaucoup d'autres animaux encore nous délivrent leurs secrets. De manière simple, leurs astuces et leurs méthodes nous sont expliquées. Sur la page de gauche, on découvre l'animal dont il est question et sur la droite l'endroit où il vit.

 

 

 Comme pour le livre précédent, j'ai vraiment apprécié la mise en page soignée et aérée. C'est un livre que l'on peut lire dans l'ordre - quelques pages chaque jour - ou bien dans le désordre en choisissant une page au hasard ou qui nous intéresse particulièrement. Les explications sont claires et précises. On apprend beaucoup de choses en très peu de temps. C'est un livre qui a beaucoup plu à mon six ans. Nous le lisons souvent ensemble et il en lit souvent quelques pages supplémentaires tout seul. Les illustrations sont vraiment très belles.

 

 

En quelques mots :

Un bel album documentaire qui nous apprend des tas de choses sur les animaux et la manière dont ils construisent leur logis.

 

Voir les commentaires

2017-03-09T16:40:08+01:00

J'irai mourir sur vos terres

Publié par MyaRosa

Let Me Die In His Footsteps - Lori Roy

313 pages, éditions Du Masque, mars 2017

L'histoire :

  Tout le monde sait qu’il n’y a rien après les champs de lavande des Holleran, si ce n’est la propriété des Baine. Et tout le monde sait aussi que Juna est à l’origine de la haine entre les deux familles.
 
 Tout a commencé en 1936 dans la petite ville du Kentucky. Avant qu’il ne rencontre Juna, Joseph Carl était le meilleur des frères Baine. Mais cette année-là, elle a posé ses yeux noirs ensorceleurs sur lui. Et le pire est arrivé.
Vingt ans plus tard, Annie Holleran, la jeune nièce de Juna, s’aventure en zone interdite. Lorsque minuit retentit, elle scrute la surface de l’eau du puits sur le domaine des Baine, pensant, selon une vieille légende, pouvoir y lire son avenir. Mais au lieu de son futur amoureux, elle découvre, avec horreur, un cadavre. Et si cette mort annonçait le retour tant redouté de Juna ? Annie craint qu’une menace rôde de nouveau sur leurs familles, inexorablement liées par les secrets sanglants qui hantent leurs terres.

 

Mon avis :

 

 Cela fait plusieurs années que je vois passer les romans de Lori Roy. Ils m'ont toujours attirée et pourtant je n'ai jamais sauté le pas avant d'avoir entre les mains le petit dernier, "J'irai mourir sur vos terres". Je n'ai pas regretté une seule seconde d'avoir choisi ce livre parmi tous les titres de ma bibliothèque car j'ai été séduite dès les premières lignes et jusqu'au dernier mot.

 

 Souvent, on est charmé par une histoire ou par une plume, mais quand on est scotché par les deux, quelque chose d'un peu magique se produit alors. C'est ce qui m'est arrivé avec ce roman sans que je m'y attende. J'ai été comme envoûtée, hypnotisée, fascinée par l'écriture si belle de Lori Roy, par cette histoire si singulière mêlant secrets de famille, mystère et noirceur mais surtout par cette atmosphère tellement particulière qui nous prend à la gorge dès les premières lignes. La tension est tellement forte qu'elle est presque palpable. Quelque chose de terrible est arrivé et quelque chose de plus terrible encore va se produire. On n'en sait pas plus mais c'est là, on le sent jusqu'au plus profond de nous. On le redoute autant qu'on l'attend.

 

 On frémit en dévorant les pages de ce livre et on en oublie tout le reste. On n'est plus ici et maintenant. On est là-bas, dans le Kentucky, en 1936 et aussi en 1952, avec Annie, Juna, Sarah, Ryce, Dale et tous les autres, entre les champs de tabac et de lavande dont l'odeur imprègne presque nos vêtements tant le décor est bien planté. C'est un livre tellement bien écrit qu'il est difficile d'en parler. Cela ne lui rend pas justice. Il est vraiment difficile d'expliquer la beauté des mots et la force de ce texte. Plus difficile encore de décrire la magie qui opère.

 

 

 J'ai vraiment aimé découvrir la vie de ces gens, leur quotidien, le travail dans les champs, les tâches domestiques tellement différentes de celles d'aujourd'hui, la vie de famille et le rôle de chacun si bien défini, le regard des autres et l'importance du qu'en-dira-t-on. Et puis, il y a aussi cette peur de la foudre divine et le poids des superstitions tellement écrasant. Il est question de don, de malédiction, d'un regard tellement noir qu'on préfère regarder ailleurs et s'en éloigner. Il y a quelque chose de vraiment déstabilisant autour de tout cela. L'auteur sème le doute et on en vient nous-mêmes à se poser la question. A croire en l'incroyable. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont l'auteur aborde la complexité des relations au sein d'une famille et plus particulièrement au sein d'une fratrie ainsi que la façon dont elle décrit comment les jeunes filles envisageaient leur avenir à cette époque et leur vision de l'amour.

 

Ce roman m'a fait penser à plusieurs romans très différents mais qui m'ont tous marqué par leur atmosphère si prenante et si singulière. Je pense à "Tandis que j'agonise" de William Faulkner, "Prémonitions" d'Alice Hoffman et aussi à "Arrive un vagabond" de Robert Goolrick. Des romans dans lesquels l'atmosphère est puissante mais aussi dans lesquels la terre joue un rôle à part entière tant elle est présente et essentielle à la vie de ces hommes. Ils s'en remettent à elle, ils l'écoutent. Elle tient leur vie entre ses mains. Les mauvaises récoltes, les hivers rudes, les étés étouffants... La terre a sa part de responsabilités dans les événements qui arrivent et les secrets, les mensonges et la douleur des hommes sont profondément enfouis en elle. Ils sont intimement liés. Pour des raisons différentes, ce roman m'a aussi fait penser à "La Couleur du lait" de Nell Leyshon et à "A la grâce des hommes" de Hannah Kent. C'est sans doute pour les descriptions de la vie modeste et des tâches domestiques à une autre époque que la nôtre, la rudesse des conditions de vie et aussi pour la justice et la façon dont étaient réglées les affaires il n'y a finalement pas si longtemps que ça...

 

  Ce que Lori Roy a réussi à faire avec ce roman est vraiment incroyable, je trouve. Imaginez un peu, la tension est là dès les premières lignes et elle perdure sur plus de 300 pages ! Il n'y a rien de fade entre ces lignes, tout explose. La passion, l'amour et l'attachement sont aussi puissants que la haine et la folie. On ne peut pas y être insensible. On le vit, on le ressent. On est aussi tendu que le sont les personnages et on termine cette lecture à bout de souffle, totalement épuisés par toutes ces émotions fortes qui nous ont traversé de part en part. C'est une lecture puissante, vibrante, hypnotique et troublante que je ne vais pas oublier. Un roman qui m'a fascinée, scotchée et bouleversée. Un livre que je vais relire et que je vous envie d'avoir à découvrir. Juna, Sarah, Annie et les autres personnages de ce roman me hanteront longtemps et je vais me jeter sur les autres romans de Lori Roy dès que possible.

 

 

En quelques mots :

Coup de coeur.

Une lecture magnifique, étrange, puissante, hypnotique et délicieusement sombre.

Un roman superbement écrit. Une atmosphère et une tension incroyables.

 

 

Voir les commentaires

2017-03-09T08:51:00+01:00

Le Carnet magique de Norbert Dragonneau

Publié par MyaRosa

48 pages, éditions Gallimard Jeunesse, novembre 2016

Présentation de l'éditeur :

  Une plongée interactive unique au cœur du film «Les Animaux fantastiques», pour retrouver le Monde des Sorciers de J.K. Rowling.Explorez la valise de Norbert, devenez expert en créatures et parcourez les rues du New York des années 1920 ! Ce carnet de bord est truffé de souvenirs et de surprises en fac-similé et en trois dimensions, à détacher et à déplier. Examinez la classification des créatures, étudiez les cartes du MACUSA ou feuilletez un magazine de sorciers : revivez l'aventure du célèbre magizoologiste !

 

Mon avis :

 

 Pour prolonger la magie et retrouver le monde fabuleux créé par J.K. Rowling, je vous propose de découvrir le carnet magique de Norbert Dragonneau. Ce livre est une petite pépite qui devrait charmer tous les fans des Animaux Fantastiques. La couverture est bien plus jolie en vrai que sur l'image de mon billet. Elle est très soignée et les parties argentées brillent. On a vraiment envie de découvrir ce qu'elle renferme...

 

 

A l'intérieur, pas de déception, bien au contraire. Ce livre est rempli de surprises ! Il y a bien sûr des photographies du film et des informations sur cet univers, mais aussi des tas de documents à consulter : cartes à déplier, petites pochettes, journaux, etc... On en apprend plus sur l'univers, le contexte, les personnages et bien sûr les animaux fantastiques. C'est un livre passionnant et très agréable à parcourir qui nous donne un peu l'illusion de faire partie de ce monde magique.

 

 

En quelques mots :

Un livre très soigné et rempli de surprises qui charmera à coup sûr les fans de J.K. Rowling. En tout cas, moi, j'adore !

 

Voir les commentaires

2017-03-08T13:46:05+01:00

Cartes à gratter brillantes

Publié par MyaRosa

éditions Gründ, janvier 2017, dès 6-7 ans

Présentation de l'éditeur :

Dans ta pochette, tu trouveras 8 cartes à gratter : 4 cartes à gratter argentées et 4 cartes à gratter en couleurs. Aide-toi des modèles pour faire apparaître des animaux merveilleux scintillants en grattant l'encre noire des cartes avec ton bâtonnet. Une nouvelle manière de colorier tout en créativité !

 

Mon avis :

 

 C'est lors d'un atelier organisé dans un magasin de jouets que nous avons découvert ces fameuses cartes à gratter. Il ne s'agit pas de gribouiller la carte n'importe comment avec un bâtonnet, c'est au contraire un travail minutieux qui demande de la patience et de la concentration. Il faut bien repasser sur les traits sans déborder pour voir le dessin choisi apparaître. On peut ensuite s'amuser à colorier certaines parties ou à dessiner des motifs pour personnaliser son oeuvre.

 

 J'aime beaucoup ces petites pochettes des éditions Gründ qui proposent des tas d'activités ludiques et amusantes. Je trouve qu'elles sont toujours soignées, de bonne qualité et vendues à prix très raisonnable. C'est d'ailleurs une belle idée cadeau et cela peut également être utile si vous cherchez quelques idées d'activités pour occuper plusieurs enfants durant un anniversaire, une après-midi pluvieuse, etc... Chacun choisit son modèle et c'est parti ! Ce kit contient 8 cartes à gratter (4 argentées et 4 en couleurs).

 

 

 Mon fils de 6 ans a vraiment adoré cette activité ! Il s'est appliqué et s'en est sorti sans difficultés. Il a même ajouté sa petite touche personnelle et des motifs à droite et à gauche. Son joli dragon trône fièrement dans sa chambre et il le montre à tous nos visiteurs. Il a maintenant envie d'en faire d'autres pour les offrir à ses grands-parents. Merci aux éditions Gründ pour ces jolis kits qui émerveillent et enchantent les petits et les grands !

 

 

En quelques mots :

Un kit très bien conçu. Une activité ludique et amusante.

On adore !

 

Voir les commentaires

2017-03-08T13:17:37+01:00

Princes, princesses et masques d'animaux à colorier

Publié par MyaRosa

Prisca Le Tande & Maud Lienard, éditions Gründ, janvier 2017

Mon avis :

 

 Qui dit mercredi dit activités avec les petits ! Parmi nos récentes découvertes, il y a ces deux kits qui nous ont beaucoup plu. Voilà de bonnes idées pour occuper les enfants quand il pleut ou que les journées sont un peu longues mais aussi de belles idées cadeaux car on n'a jamais assez d'activités ludiques et créatives chez soi.

 

 Le kit de gauche est sur le thème des princes et des princesses. Il y a 6 crayons de cire Crayola de différentes couleurs et 24 jolis coloriages sur le thème des princes et des princesses. Les dessins proposés sont vraiment très jolis et nous entraînent sur le chemin des contes de fées. Décors et châteaux splendides, beaux chevaliers, petites fées au milieu des fleurs. C'est superbe ! Le papier est bien épais et tous les coloriages sont détachables. On peut donc les offrir ou bien s'en servir pour décorer une chambre, par exemple. Ce kit a beaucoup plu à ma petite princesse de trois ans et demi. Par contre, attention aux crayons de cire qui s'effacent difficilement sur certains meubles. Mieux vaut protéger un peu l'espace de travail avant de laisser les petites mains s'en donner à coeur joie !

 

 

 Le kit de droite a vraiment beaucoup plu à mon fils de 6 ans qui adore se déguiser. Là encore, il y a 6 crayons de cire (ce ne sont pas les mêmes couleurs que dans celui sur les princes et les princesses) mais ce ne sont pas de simples coloriages qui les accompagnent, mais 24 jolis masques d'animaux ! Une fois le masque décoré et colorié, il suffit de découper sur les pointillés et d'ajouter un élastique et le tour est joué. Mon fils s'est vraiment beaucoup amusé avec ce kit durant les vacances. Ca l'a occupé un bon moment et il était ravi d'avoir fabriqué lui-même ses masques. Les illustrations sont très belles et les animaux variés. C'est très réussi. Le papier et les crayons sont de bonne qualité et le kit coûte moins de 6€.

 

 

En quelques mots :

De jolis kits de coloriages à offrir aux enfants.

Le papier et les crayons sont de bonne qualité, les dessins très beaux et le prix plus que raisonnable.

 

Voir les commentaires

2017-03-07T20:53:54+01:00

Sorties poche à ne pas manquer #153

Publié par MyaRosa

L'Aviatrice

Paula McLain

5 avril 2017

  Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s'installe au Kenya en 1904. Abandonnée par sa mère, qui ne supporte pas leurs conditions de vie spartiates, elle est élevée par son père – entraîneur de chevaux de course – et par les natifs de la tribu Kipsigi. Une éducation non conventionnelle qui fait d'elle une jeune femme farouche et audacieuse, se moquant de la bienséance. Elle divorce trois fois, vit une grande passion avec Denys Finch Hatton, l’amant de la romancière Karen Blixen. Beryl Markham sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d'est en ouest.
Avec pour décor les paysages majestueux de l'Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l'histoire d'une femme hors du commun, l’une des plus singulières de son temps, qui n'aspire qu'à être libre.

 

La Dame de Kyoto

Eric Le Nabour

17 mars 2017

 Kyoto 1904. Depuis l'assassinat de ses parents, riches industriels de la soie, Myako Matsuka subit la tutelle de son frère Naoki. Lorsque celui-ci part pour le front de la guerre russo-japonaise, elle doit gérer seule l'entreprise familiale. Myako
découvre alors avec horreur les conditions de travail des ouvrières et n'hésite pas à transgresser les consignes de son frère, révélant un tempérament fier et indépendant. Mais l'amour trouble qu'elle porte à un diplomate anglais, Allan Pearson, de même que l'intrusion dans sa vie d'un jeune Français passionné d'estampes, Martin Fallières, vont brouiller les cartes. Torturée par le mystère de la mort de ses parents, déchirée entre ses instincts amoureux, ses responsabilités professionnelles et la fidélité qu'elle doit à sa famille, Myako va devoir choisir. Des choix douloureux qui feront éclater une vérité non moins tragique sur son passé et orienteront son avenir dans un sens bien différent de celui qu'elle envisageait.

 

Les Vraies histoires d'amour commencent à Paris

Cathy Kelly

23 mars 2017

  En haut de la tour Eiffel, Michael demande sa main à Katy, son premier amour. À leur retour en Irlande, les préparatifs du mariage commencent et ont des répercussions sur tout leur entourage...
Meilleures amies de la mariée, Leila et Susie sont aussitôt désignées comme demoiselles d'honneur, mais, brouillées depuis quelque temps, elles refusent de se parler. Le mariage leur permettra-t-il de retrouver leur complicité d'antan ? De son côté, Birdie, la mère de Katy, vit dans l'ombre de son mari Desmond. Mais grâce une révélation inattendue, les noces seront pour elle l'occasion de commencer une nouvelle vie.
Entre une demande romantique en diable et une noce féerique à souhait, la route n'est pas toute tracée...

 

Fin d'été

Johan Theorin

5 avril 2017

  Comme tous les étés, des milliers de touristes débarquent sur l’île d’Öland pour fêter la Saint-Jean. Parmi eux, cette année-là, un vieil homme à l’allure inquiétante qui rôde autour du domaine de la famille Kloss, propriétaire d’un vaste complexe touristique. Un « Revenant » venu régler ses comptes…
Initiée avec L’Heure trouble, prix du meilleur polar suédois, la série d’Öland s’achève avec Fin d’été, une histoire hantée par les fantômes du passé. Romancier des territoires inexplorés où les frontières s’estompent et le crépuscule envahit le paysage et le cœur des hommes, Johan Theorin s’impose comme un maître du thriller psychologique.

 

Au début de l'amour

Judith Hermann

17 mars 2017

  Stella mène une existence sans histoire dans un paisible quartier résidentiel de banlieue, avec son mari et sa fillette de quatre ans. Son mari, architecte, s'absente régulièrement pour travailler sur des chantiers, et leur vie de couple s'effrite à vue d'oeil. Un jour, un inconnu sonne à sa porte. Elle ne l'a jamais vu, il veut lui parler, il insiste. Pour Stella, c'est le début d'un cauchemar. Mais à la peur légitime se mêlent des sentiments plus troubles. Peu à peu, insidieusement, cet homme remet en question les fondements mêmes de sa vie.

 

Accords parfaits

Daria Bignardi

23 septembre 2016

  — Pourquoi ne veux-tu plus que nous soyons ensemble ? J’avais quinze ans, j’étais le seul de ma bande à ne pas posséder de scooter, mais c’était moi qu’elle avait choisi, cet été-là. C’était la plus belle fille que j’avais jamais vue et elle était avec moi. — J’aime les amours malheureuses, avait-elle répondu. Il m’a fallu trente ans pour comprendre qu’elle le pensait vraiment. « Cela fait treize ans que je suis avec Sara, même si j’ai l’impression d’être né avec elle. Je n’ai quasiment plus aucun souvenir de ma vie avant de la rencontrer. Peut-être n’était-ce pas une vie. » « Je n’ai jamais accepté les mensonges de Sara parce que je n’ai pas compris la douleur qu’ils exprimaient. Je pensais qu’il existait le vrai et le faux, mais en fait il y a autre chose. La douleur est insensée. Comme l’amour. » Voilà des années qu’Arno a épousé Sara. Un beau jour, elle disparaît, laissant derrière elle un petit mot : elle ne pouvait pas faire autrement, elle donnera des nouvelles quand elle pourra. Arno est d’abord fou de rage : l’abandonner avec les enfants, la veille de Noël, ce n’est pas seulement une évasion, mais une trahison. En s’interrogeant plus tard sur les raisons de son départ, Arno se rend compte qu’il ignore un pan entier de la vie de Sara. Son enquête va lui ouvrir les yeux sur une évidence : sa femme est une inconnue.

 

Nora ou le paradis perdu

Cecilia Samartin

¤ Mon avis sur ce roman ¤

1er février 2017

  Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines complices, vivent une enfance heureuse et insouciante. Mais la révolution éclate, et Fidel Castro prend le pouvoir. Un climat de peur, accentué par la répression, s’installe peu à peu sur l’île, poussant les parents de Nora à émigrer aux États-Unis. Grâce aux lettres que les deux cousines ne cessent d’échanger, elles restent proches. Mais Nora comprend bien vite que la vie d’Alicia est devenue un enfer. Nora décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide. Mais ce qu’elle va découvrir à Cuba est pire encore que ce qu’elle avait bien pu imaginer… 
Cecilia Samartin signe ici son roman le plus personnel, une histoire d’amitié et d’amour, une ode à cette île qui restera à jamais le paradis perdu de son enfance. 

 

Une Nuit en Crète

Victoria Hislop

3 mai 2017

  Avec le talent qu’on lui connaît, Victoria Hislop nous emmène au fil de dix nouvelles à travers les rues d’Athènes et les parcs ombragés des villages grecs. En évoquant leurs atmosphères si particulières, elle donne vie à un grand nombre de personnages inoubliables : un prêtre solitaire, deux frères qui n’arrêtent pas de se quereller, un étranger indésirable, une charmante pâtissière, ou encore un jeune marié à la mémoire défaillante.
À la manière d’une aquarelliste, l’auteur de L'Île des oubliés explore les sentiments humains. Amour, loyauté, séparation, réconciliation… nul mouvement de l’âme n’échappe à son écriture envoûtante.

 

La Fille du roi araignée

Chibundu Onuzo

16 mars 2017

  À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule.
Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa soeur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite le jeune homme dans son monde. Le coup de foudre initial se transforme bientôt en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine, tandis que des secrets de famille les obligent à choisir leur camp.

 

L'amour caché de Charlotte Brontë

Jolien Janzing

1er mars 2017

  En 1842, Charlotte et Emily Brontë quittent leur Yorkshire natal pour parfaire leur français à Bruxelles. L’arrivée dans la capitale belge est un choc culturel pour les deux jeunes femmes. D’un naturel exalté et curieux, Charlotte rêve d’y conquérir sa liberté. Sur place, elle tombe sous le charme de son professeur de littérature, Constantin Heger. Elle voit en cet homme le symbole de l’intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses élèves, devient vite l’objet de ses fantasmes…
Cette histoire d’amour, teintée de scandale, inspirera à Charlotte Brontë son chef-d’oeuvre, Jane Eyre – Mr Rochester devenant le double romanesque de Constantin Heger.

 

Le Livre des Baltimore

Joël Dicker

1er mars 2017

  Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012, il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

 

Infirmière pendant la Première Guerre Mondiale

Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris 1914-1918

Sophie Humann

9 février 2017

  " 6 février 1917. J'aimerais tant que mon père m'autorise à venir soigner ses blessés. Même si c'est sans doute un spectacle éprouvant. Il dit que je suis trop jeune, pourtant l'année prochaine, si la guerre n'est pas encore finie, je veux devenir infirmière. J'aurais dix-sept ans, après tout !

 

Comme un conte

Graham Joyce

2 mars 2017

  Tara Martin a mystérieusement disparu il y a vingt ans. Son frère, ses parents, son petit ami, tous la croient morte. Pourtant, lorsqu'elle réapparaît ce jour de Noël, elle semble n'avoir pas changé. Peut-être son regard s'est-il alourdi d'une ou deux rides, mais tout indique qu'elle est restée la jeune fille d'à peine seize ans qui s'était évanouie dans la nature. Et c'est peu de dire que sa famille doute des explications qu'elle fournit pour justifier sa longue absence. Quel drame cache réellement son étrange disparition ? Quel événement atroce occulte-t-elle par une amnésie de vingt ans ? A moins que sa singulière version des faits ne soit vraie, malgré ses allures de conte de fées ? Comme un conte offre une galerie de personnages émouvants et explore de façon brillante les diverses interprétations des mythes féeriques. Le roman a reçu le British Fantasy Award 2013 et le prix Imaginales 2015.

 

La Belle et la Bête

8 mars 2017

  Passionnée par les livres, Belle rêve de voyages et d'aventures ! Mais lorsque son père est fait prisonnier par une terrible bête, la jeune fille accepte de prendre sa place. Elle ne va pas tarder à découvrir que son hôte et le château ensorcelé qu'il habite cachent un secret...

 

Bleu Saphir

(suite de Rouge Rubis)

Kerstin Gier

1er février 2017

  Longtemps, Gwendolyn a pensé être une lycéenne comme les autres. Jusqu’au jour où la réalité l’a rattrapée. Non, elle n’est pas comme tout le monde, oui, elle appartient aux Veilleurs du temps, elle doit voyager à travers les âges, fermer un Cercle auquel elle ne comprend rien, partir à la recherche d’autres Veilleurs dans le passé, et affronter un comte du XVIIIe siècle... prétendument immortel. Pourtant Gwendolyn ne souhaite qu’une chose : que son (beau) Gideon l’embrasse pour de bon. Est-ce trop demander ?

 

Sors de ma vie

Lisa Unger

29 mars 2017

  En rencontrant la belle Megan au détour d’un parc new-yorkais, Ian Paine pense qu’il a le bonheur à portée de main. Elle est celle qui pourrait réussir à lui faire oublier son douloureux passé et lui offrir la stabilité à laquelle il aspire tant. Après avoir quitté la petite ville des Hollows pour s’installer à New York, Ian est devenu un jeune auteur de bandes dessinées renommé. Pourtant quelque chose, ou plutôt quelqu’un, l’empêche d’avancer. Il faut dire qu’il n’est pas parti seul…
La tumultueuse Priss, celle qui l’a autrefois sauvé de la dépression, l’a suivi. Ian lui doit une partie de son salut, mais aussi quelques problèmes. Aujourd’hui encore, elle parvient à le troubler et à l’attirer vers les démons du passé. Priss n’aime pas les changements. Surtout depuis qu’elle sent qu’une rivale est là. Elle est en colère. Et quand elle s’énerve, les choses les plus terribles adviennent presque toujours...

 

Paula Spencer

Roddy Doyle

2 mars 2017

  Depuis quatre mois et cinq jours, Paula livre une guerre enragée à l'alcool. Comme dans un thriller, elle déploie mille stratégies pour contrer la logique de l'assassin et cesser d'être une victime. Car pour elle, l'alcool, despote à la fois fascinant et repoussant, est un serial killer du bonheur, un destructeur de dignité qu'il lui faut impérativement supprimer.
D'un sujet difficile, Roddy Doyle tire un roman d'une exceptionnelle vitalité, sans une once de morbidité. Usant de cet humour incisif déjà à l'oeuvre dans La Trilogie de Barrytown, il crée avec Paula Spencer une amazone magnifique, symbole d'une Irlande surmontant doucement les traumatismes de son histoire pour reconquérir son identité.

 

On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en s'en allant

Marie Griessinger

17 février 2017

 « J'ai appris qu'il ne faut pas attendre. Les regrets de demain sont déjà dans la terre en petites graines fécondes. C'est de nos doigts qu ils ont glissé. »

Jean-Michel sombre dans la nuit, absent à tout. Sa femme lutte à ses côtés, espérant que son amour inébranlable pourra faire revivre l'homme qu'il était avant. Avant la maladie, avant la menace de la démence et celle de la mémoire à la dérive. Face au déclin de ce père tant aimé, sa fille trouve un moyen de tenir le malheur à distance. À travers un journal où passé et présent s'enchevêtrent, elle convoque les souvenirs des jours heureux. À travers ce vibrant hommage à son père, Marie Griessinger tente de conjurer le mauvais sort. Tout s'efface, mais les écrits restent.

 

Les Secrets de l'île

Viveca Sten

1er mars 2017

  Une froide journée de septembre, l'étudiant Marcus Nielsen est retrouvé mort dans son appartement de Nacka. Tout semble indiquer un suicide. Mais sa mère, convaincue qu'il a été assassiné, supplie la police de ne pas classer l'affaire.
Quand l'inspecteur Thomas Andreasson commence à enquêter, les pistes semblent mener à la base militaire de Korsö, devant l'île de Sandhamn, où le corps d'un autre homme vient d'être retrouvé. Contactée par Thomas, Nora Linde, qui passe beaucoup de temps sur l'île, essaie d'en savoir plus sur cette base fortifiée où ont été formées les unités d'élite des chasseurs côtiers. Y a-t-il quelque chose qui ne doit à aucun prix surgir au grand jour ?
La nouvelle enquête de l'inspecteur Thomas Andreasson et de Nora Linde, le couple qui a inspiré la célèbre série Meurtres à Sandhamn diffusée sur Arte.

 

Mémé

Philippe Torreton

15 février 2017

  "Mémé, c'est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois. Mémé, c'est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose". Voici le portrait qu'à plus de quarante ans Philippe Torreton fait de celle qui fut le personnage central de son enfance.

 

Les Enfants du Cap

Michèle Rowe

1er mars 2017

  Persy Jonas, jeune inspectrice noire issue d’un township, enquête sur un meurtre qui la renvoie à sa propre histoire. Malgré sa réticence, elle accepte de collaborer avec Marge Labuschagne, une psychologue criminelle à la retraite, qu’elle considère comme une incorrigible raciste. Mais, liées par bien plus de choses qu’elles ne le soupçonnent, les deux femmes découvrent que les plus lourds secrets sont ceux que l’on se cache à soi-même.
Tensions raciales, préjugés, corruption, violence... Avec cette première enquête de Persy Jonas, couronnée par le Debut Dagger Award, Michèle Rowe autopsie la réalité sociale d’une Afrique du Sud postapartheid rongée par ses vieux démons.

 

La Douleur porte un costume à plumes

Max Porter

16 février 2017

  Les humains m'ennuient sauf dans la douleur. Très peu m'intéressent et les maris privés de femmes et les enfants privés de mères en font partie. Pour un Corbeau sentimental, ils font un nid délicieux à protéger. Je les distrais, les fait rire grâce à ma vulgarité de corvidé primaire, qui est en réalité un programme de soins très réfléchi. Quand il n'y aura plus de désespoir à traquer mon travail sera fini.

 

Eh bien dansons maintenant !

Karine Lambert

¤ Mon avis sur ce roman ¤

29 mars 2017

  Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes. Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire. Marguerite a toujours vécu dans l’ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l’insouciance, le désir et la joie ?

 

La Part des nuages

Thomas Vinau

16 mars 2017

  Joseph, 37 ans, mène sa barque comme il peut. Comme tout le monde. Atteindre le soir, le lendemain. La fin du mois. Les prochains congés. Finalement rien n'a changé depuis l'enfance. Mais il n'est plus un enfant, il en a un, Noé, et le bateau prend l'eau. La mère de l'enfant s'en va puis l'enfant à son tour – le temps des vacances. Joseph déboussolé prend le maquis. Le baron perché se serait réfugié dans son arbre, Alexandre le Bienheureux dans son lit, Robinson dans la boue de ses sangliers. Joseph, lui, commence par grimper dans la cabane qu'il a construite dans un arbre du jardin. Object : ranimer ses rêves. Puis il découvre un second refuge : les autres, leurs histoires, leur présence...

 

 

J'espère que vous trouverez votre bonheur dans cette liste. Sinon, n'hésitez-pas à aller faire un petit tour par ici pour voir + de sorties. ;)

 

Voir les commentaires

2017-03-05T16:21:54+01:00

Brindille et Ficelle, tome 1 : Une pêche d'enfer !

Publié par MyaRosa

Heinähattu, Vilttitossu ja ärhäkkä koululainen

Sinikka Nopola, Tiina Nopola, Salla Savolainen

107 pages, éditions Didier Jeunesse, septembre 2016

L'histoire :

  Que c’est énervant d’avoir une grande sœur aussi sage et sérieuse que Brindille, se dit Ficelle. Surtout depuis qu’elle va à la grande école ! Car maintenant, Brindille ne veut plus jouer avec elle : elle a des devoirs à faire ! Et puis, elle va sortir pêcher avec sa classe… Ficelle est terriblement jalouse ! Comme elle aimerait y aller, elle aussi… Mais c’est peut-être possible ? Ficelle, insupportable chipie, ne manque ni d’imagination ni d’effronterie pour arriver à ses fins !

 

Mon avis :

 

 Encore une jolie découverte dans la collection "Mon marque-page". Un petit roman rempli de belles illustrations en couleurs qui devrait charmer les petits lecteurs de 7 ans et +. Cette série venue tout droit de Finlande a été écrite par deux soeurs et est déjà traduite en douze langues. On y rencontre deux soeurs, Brindille et Ficelle, qui se chamaillent autant qu'elles s'aiment.

 

 Brindille est l'aînée de la fratrie. Elle vient de rentrer à la grande école et sa petite soeur, Ficelle, est un peu jalouse de ne pas pouvoir y aller et de passer ses journées à la maison à jouer toute seule. Toute la journée, elle attend sa soeur et quand celle-ci arrive enfin, elle n'a pas le temps de jouer car il faut qu'elle fasse ses devoirs et elle a maintenant d'autres occupations plus importantes que de jouer à la poupée. Ficelle s'ennuie et a bien envie de découvrir cette vie de classe qui a l'air tellement géniale. Impossible ? Pas pour Ficelle et son imagination débordante ! Avec quelques ruses, elle va réussir à prendre la place de sa soeur le temps d'une journée et semer la zizanie autour d'elle. Car si Brindille est sage et raisonnée, Ficelle est une vraie tornade ! Une petite chipie qui n'a pas froid aux yeux !

 

 J'ai beaucoup aimé cette lecture et je suis contente de découvrir un roman jeunesse venu d'ailleurs. Il y a ce petit côté décalé qui n'est pas pour me déplaire. On dirait une pièce de théâtre !  Et puis, on découvre une autre culture, une autre manière de vivre. Il y a un côté très communautaire. On fait connaissance avec Brindille et Ficelle, mais aussi avec leur famille, leurs voisins et les gens du coin. C'est très plaisant à lire et ça ne manque pas de rebondissements. J'ai déjà bien envie de retrouver Brindille et Ficelle dans d'autres (més)aventures !

 

En quelques mots :

Un petit roman qui nous vient de loin et qui ne manque ni de pep's ni d'humour. Une jolie découverte.

 

 

Voir les commentaires

2017-03-05T11:11:50+01:00

La Famille Cerise, tome 2 : La Course des Guignols

Publié par MyaRosa

Pascal Ruter

142 pages, éditions Didier Jeunesse, octobre 2016, dès 8 ans

L'histoire :

 En ce début de vacances, Zouille et Yoyo Cerise, les intrépides jumelles, ainsi que leurs fidèles amis, Max et Papillon, bouillent de rage. Angèle, leur pire ennemie, ne cesse de leur jouer des mauvais tours. Il n'y a donc pas de vacances pour les teignes ? Comment clouer le bec à cette peste ? Zouille finit par lui lancer un défi : Angèle et ses frères affronteront les Cerise et leurs amis à la grande course de bateaux ! Pas question d'être des guignols, tous les coups sont permis, même les plus drôles ! Alors, à vos marques, prêts, ramez !

 

Mon avis :

 

 C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé Zouille, Yoyo, Max et Papillon dans une nouvelle aventure qui fait suite à "Gare au canard !" qui m'avait beaucoup plu. Cette série est vraiment mignonne comme tout. Elle sent bon les vacances d'été, l'insouciance, le grand air, l'aventure, la liberté, l'amitié et le bonheur d'être ensemble. Les jumelles Cerise vivent avec leurs parents dans une roulotte installée dans un pré, au bord d'une rivière. Elles passent leurs journées avec Max Belpom, leur copain de classe, et son petit frère Papillon. Entre jeux, énigmes, dégustations de tartes à la rhubarbe et construction de cabane, les enfants ne s'ennuient jamais. Tout irait pour le mieux s'il n'y avait pas cette peste d'Angèle qui ne cesse de leur chercher des poux...

 

 Pour lui donner une bonne leçon, les Cerise et les Belpom vont tout faire pour remporter la course de bateaux organisée près de chez eux. Ils s'entraînent chaque jour mais sont un peu découragés car leur vieille barque est loin d'être aussi rapide que celle d'Angèle qui est flambant neuve. Mais qu'importe, leur grand-mère est là pour leur rappeler que l'union fait la force et qu'il ne faut jamais baisser les bras !

 

 Je suis vraiment contente d'avoir retrouvé cette joyeuse petite bande et cet univers. On se sent bien auprès des Cerise et des Belpom. Papillon est toujours aussi craquant et je suis toujours sous le charme des illustrations de Maurèen Poignonec. C'est vraiment une belle lecture de vacances. Un livre drôle et amusant qui véhicule de belles valeurs et met en avant les petits plaisirs de la vie qui ne s'achètent pas et qui sont les plus beaux. Vivement la suite !

 

En quelques mots :

Une jolie lecture de vacances.

Un livre tendre, drôle et amusant qui donne envie de savourer chaque instant.

 

 

Voir les commentaires

2017-03-04T14:08:14+01:00

Nous, les passeurs

Publié par MyaRosa

Marie Barraud

190 pages, éditions Robert Laffont, janvier 2017

Quatrième de couverture :

  "J'ai voulu raconter l'histoire de mon grand-père et, par ricochet, celle de ses deux fils. J'ai voulu dire ce qui ne l'avait jamais été, en espérant aider les vivants et libérer les morts. J'ai pensé que je devais le faire pour apaiser mon père. Ces mots, c'est moi qu'ils ont libérée. "


 Qui est ce grand-père dont personne ne parle ? Marie, devenue une jeune femme, décide de mener l'enquête, de réconcilier son père avec cet homme disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Albert Barraud, médecin, fut un résistant, arrêté par les Allemands. Marie découvrira son rôle protecteur auprès des autres prisonniers. Destin héroïque d'un homme qui consacra sa vie aux autres jusqu'à sa disparition en mai 1945, sur le paquebot Cap Arcona bombardé par l'aviation britannique... Au terme d'un voyage vers la mer Baltique avec son frère, Marie va défaire les noeuds qui entravaient les liens familiaux.

 

Merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 "Nous, les passeurs" est le témoignage bouleversant d'une femme qui aime profondément son père et cherche à percer les secrets de sa famille. Si la petite fille idolâtre son père, elle sent qu'il y a en lui une colère, une rage, une profonde souffrance qu'elle n'arrive pas à s'expliquer. Devenue adulte, Marie cherche à déterrer le passé et à découvrir la vérité pour le bien-être de tous. Ses recherches vont l'entraîner sur les traces de son grand-père, le héros de la famille que tout le monde respecte mais dont personne ne parle. Un homme juste et bienveillant qui a joué un rôle important et sauvé des vies durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

 J'ai beaucoup aimé ce livre parce qu'il rend hommage aux disparus et met en lumière des faits dont j'ignorais totalement l'existence, mais aussi et surtout parce que Marie Barraud m'a beaucoup touchée par ses mots, son respect et la manière dont elle aborde ce sujet difficile et très intime. L'admiration sans bornes de la petite Marie pour son papa, son amour pour sa famille, sa soif de vérité et son envie de connaître ce passé qui est le sien m'ont vraiment émue. J'ai aimé suivre son enquête, son chemin de croix difficile mais nécessaire. J'ai aimé la manière dont elle nous parle de la transmission et du poids du passé. Il y a tant de choses que l'on cache par pudeur ou en croyant protéger les plus jeunes mais qui, d'une manière ou d'une autre, punissent les générations suivantes et les empêchent d'être libres. Et puis, on ne parle pas que des disparus, mais aussi de ceux qui restent. De ceux qui doivent vivre avec le vide, la douleur, le manque de réponses et l'impression d'avoir été abandonné.

 

 J'ai aimé découvrir cette famille et les liens qui les unissent. Il y a beaucoup de justesse dans la manière dont l'auteur décrit les relations entre ces différentes personnages et ce qui a pu les éloigner ou les faire changer. Si le thème n'est pas du tout joyeux, Marie Barraud arrive pourtant à rendre ce récit lumineux car il est porté par l'amour, l'humanité et un besoin irrépressible de vivre. Quel bel hommage rendu à sa famille et aux victimes de guerre !

 

En quelques mots :

Un témoignage bouleversant. Une lecture enrichissante et très émouvante.

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog