Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2014-02-21T15:51:00+01:00

Avec mon doigt... Les couleurs

Publié par MyaRosa

Les couleurs

Stella Baggott & Josephine Thompson

9781409570646.jpg

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : découvertes - éveil - couleurs - nature - animaux

Edition / Collection : Usborne / Avec mon doigt...

Date de parution : 23 janvier 2014

Nombre de pages : 10

Prix : 8,95

Dès 6 mois

 

Présentation de l'éditeur :

Les bébés aimeront beaucoup regarder les images vivement colorées, soulever les rabats et découvrir les matières de ce charmant livre.

 

monavis

 

 Lorsque mon fils était bébé, j'ai complètement craqué sur cette collection des éditions Usborne qui propose des petits livres d'éveil très colorés avec de belles illustrations et plein de petites choses à toucher. Je vous ai d'ailleurs déjà présenté un album ou deux issus de cette collection. Aujourd'hui, c'est ma fille qui prend le relai et poursuit la collection, ce qui n'empêche pas son grand frère de revenir se plonger dans ces jolis albums car ils sont vraiment très bien faits.

 

photo-390-.JPG

 

 Ce que j'aime particulièrement, ce sont les belles illustrations, vives et colorées, de Stella Baggott. Mais il y a aussi tous ces petits volets à soulever et toutes ces différentes textures que l'on retrouve un peu partout. Si la collection s'appelle "Avec mon doigt...", c'est parce qu'il y a toujours un petit chemin à suivre avec son doigt pour parcourir les pages. Les enfants adorent ! Ici, on voyage d'une couleur à l'autre en découvrant des petites bêtes, des animaux, des plantes, des fruits et des légumes. C'est joli comme tout !

 

photo-389-.JPG

 

 On passe du rouge des plants de fraises et de la coccinelle au orange des carottes, du renard et du potiron. On tourne la page et on découvre une jolie voiture jaune qui poursuit sa route sur un beau chemin ensoleillé autour de champs de blé puis l'on découvre une jolie forêt verte avec des pastèques et une petite grenouille. Sur la page suivante, le bleu de l'océan nous saute aux yeux. Imaginez un peu, un beau clair de lune, un bateau, des poissons et des dauphins. Quel joli rêve bleu ! Viennent ensuite des animaux marins joliment parés de violet pailleté et puis un joli décor d'automne dans les tons marrons qui précède une adorable maison rose et enfin un sublime décor en noir & blanc où la neige, les moutons et les pingouins sont à l'honneur. Que c'est joli ! En tout cas, nous, on adore !

 

photo-388-.JPG

 

En quelques mots :

Un petit album charmant qui permet de découvrir les couleurs et différentes textures tout en s'amusant et nous offre, par le biais d'un petit chemin à suivre avec le doigt, un joli voyage à la découverte de la nature et du monde qui nous entoure.


Voir les commentaires

2014-02-21T08:57:00+01:00

Bou et les 3 zours

Publié par MyaRosa

Bou et les 3 zours

Elsa Valentin (texte) & Ilya Green (illustrations)

61gJd-lU4NL._SY445_.jpg

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : conte - langage - forêt - aventure

Edition / Collection : L'Atelier du poisson soluble

Date de parution : 10 avril 2008

Nombre de pages : 42

Prix : 15€

 

L'histoire :

Tout le monde connaît le conte de Boucle d'or et les trois ours. Mais connaissez-vous celui de Bou, petite fille aux cheveux noirs de jais, qui vit entourée de son paië et de sa maïe et qui, se perdant au milieu des bois pour "groupir des flores" et ne parvenant pas à retrouver son chemin, entre dans la « casa pikinote » de 3 « zours » ?

 

monavis

 

 J'aime beaucoup l'histoire de Boucle d'Or et les trois ours. Nous en avons plusieurs versions à la maison et nous en connaissons des tas d'autres, mais je dois reconnaître que la plus originale d'entre toutes est, sans aucun doute, celle-ci ! Elsa Valentin et Ilya Green ont réussi à rendre cette histoire encore plus universelle qu'elle ne l'est déjà, dans un album haut en couleurs, surprenant et amusant.

 

photo-385-.JPG

 

 Dans cet album, Boucle d'Or devient Bou et la forêt devient la forest. Le texte est très déstabilisant, au début de la lecture. C'est un joli mélange de plusieurs langues (français, italien, espagnol,...), de mots valises, de phonétique, de patois, d'argot, etc... Ce qui est très intéressant, c'est la réaction des enfants face à cet étrange texte. Lorsque j'ai lu cet album, je me suis dit que mon fils n'allait rien comprendre du tout, et j'ai été très surprise de voir que le texte n'a pas semblé le surprendre et qu'il a, par ailleurs, tout compris. C'est une expérience étrange et fascinante, certainement plus déstabilisante pour un adulte que pour un enfant finalement.

 

 En dehors de ce texte hors du commun, l'histoire reste très proche du conte que l'on connaît tous. Les illustrations d'Ilya Green sont, comme toujours, merveilleuses. Il y a tant de détails à observer, tant de couleurs à contempler ! Que j'aime cet univers ! Je vous disais plus haut que le texte rendait cette histoire universelle, mais il en est de même pour les illustrations. On ne sait pas du tout où on est ni à quelle époque. La petite Bou est mignonne comme tout, elle a des traits asiatiques, des joues bien roses et un regard bleu envoûtant. L'endroit dans lequel se déroule cette histoire pourrait être n'importe quel pays du monde et à quelle époque, on ne le sait pas. C'est vraiment un album unique, universel et intemporel.

 

photo-386-.JPG

photo-387-.JPG

 

En quelques mots :

Un album étonnant qui revisite à merveille le conte de Boucle d'Or et les trois ours.

 

photo-383-.JPG


Voir les commentaires

2014-02-20T12:46:00+01:00

Astrid et Veronika (Linda Olsson)

Publié par MyaRosa

Astrid et Veronika

(Let me sing you gentle song)

Linda Olsson

JGCatégorie(s) : Littérature étrangère - Roman contemporain

Edition / Collection : Pocket

Date de parution : 16 janvier 2014

Nombre de pages : 283

Prix : 6,70€

 

L'histoire :

Une romancière de trente ans, de retour dans son pays natal, et une octogénaire, vivant en quasi-ermite à l'orée d'un village suédois, se lient d'amitié. Par petites touches, ces deux femmes meurtries, recluses dans leur solitude, racontent des drames qu'elles n'avaient jamais révélés à personne. Au fil des saisons, elles réapprennent à se souvenir des belles choses qu'elles croyaient à jamais oubliées : un air de musique, un sourire... Et à s'ouvrir de nouveau au monde.

 

monavis2

 

 Ce roman, je voulais le découvrir depuis très longtemps, surtout après avoir lu les billets très enthousiastes de Milly et d'Ingrid, et j'ai été ravie de découvrir qu'il sortait enfin en poche et avec une très jolie 51ipjwP3GZL._SY445_.jpgcouverture, en plus. C'est donc avec beaucoup d'impatience et d'attente que je me suis plongée dans l'histoire d'Astrid et de Veronika et j'en ressors bouleversée et totalement charmée. Quel roman, mais quel roman ! Je me doutais qu'il allait me plaire, mais je ne pensais pas que ce serait à ce point. Que de larmes versées, que de sourires et de rires durant cette lecture. Une chose est sûre, je n'oublierai jamais ces deux femmes.

 

 Ce roman, c'est l'histoire de deux femmes qui n'ont, en apparence, pas grand chose en commun. Veronika a la trentaine. Elle est romancière et revient dans son pays natal, la Suède, pour écrire son nouveau roman. Elle a loué une maison  modeste, à l'écart de tout, espérant y trouver l'inspiration. Astrid est une octogénaire qui vit dans la maison voisine. Elle n'a jamais quitté la Suède, sort très rarement de chez elle et ne parle à personne. On la dit même un peu sorcière. Jour après jour, ces deux femmes vont apprendre à se connaître et à s'apprivoiser. Elles vont partager leurs secrets et leurs peines et réapprendre ensemble à s'ouvrir au monde et à profiter de la vie.

 

 Il y a, dans ce roman, une atmosphère toute particulière qui m'a beaucoup plu. Une ambiance calme et 876.jpgsilencieuse qui, loin d'être ennuyeuse, m'a paru confortable et relaxante. Astrid et Veronika sont toutes les deux très renfermées et elles se comprennent souvent sans même avoir besoin de parler. Il y a entre elles des silences qui ne sont pas gênants et que l'on partage aussi avec plaisir. Elles ne parlent jamais pour ne rien dire. Elles se confient l'une à l'autre, reviennent sur des moments de leur passé dont elles n'ont jamais parlé à personne et sur lesquels elles ont, elles aussi, du mal à revenir. Elles profitent également des petits bonheurs qu'offre la vie en partageant des plaisirs simples : de longues promenades dans la nature, de simples mais délicieux dîners pris ensemble à la nuit tombée. Ensemble, elles observent le monde, la nature qui les entoure, ces petits riens qu'elles avaient presque oublié mais qui font tellement de bien et évoquent souvent, pour elles, des souvenirs profondément enfouis.

 

 Il y a des choses terribles dans ce roman. Des éléments du passé qui empêchent ces deux femmes d'avancer. couv15684784.jpgDes secrets terribles, des drames insurmontables dont elles n'arrivent pas à se relever, et pourtant, ensemble, elles vont essayer d'aller de l'avant. Ces deux femmes, avec leur sensibilité, leur pudeur, leur histoire, sont tellement touchantes ! Ce roman m'a fait ressentir une multitude d'émotions. J'ai beaucoup pleuré, mais j'ai aussi beaucoup ri et je pense que je devais avoir le sourire presque tout au long de ma lecture. Astrid et Veronika fait partie de ces romans inoubliables qui malgré leur noirceur, vous réconfortent et arrivent à vous remonter le moral, à vous donner envie de voir la vie du bon côté quoi qu'il arrive. Ce roman m'a émue comme rarement je l'ai été, et il aura une place de choix dans ma bibliothèque aux côtés de mes romans favoris, si chers à mon coeur, comme "Beignets de tomates vertes" de Fannie Flagg, "La Terre fredonne en Si bémol" de Mari Strachan ou encore "Les Heures lointaines" de Kate Morton. Un roman inoubliable que je relirai à coup sûr et que j'ai même déjà envie de relire.

 

En quelques mots :

Magnifique et émouvant, Astrid et Veronika est un roman inoubliable qui fait passer du rire aux larmes en un rien de temps. Les personnages sont irrésistibles et il y a dans ce livre une atmosphère toute particulière, réconfortante, apaisante et chaleureuse. A lire, à relire et à offrir !

 

Sans-titre-2.jpg


Voir les commentaires

2014-02-18T09:15:00+01:00

La Bête (Catherine Hermary Vieille)

Publié par MyaRosa

La Bête

Catherine Hermary Vieille

couv60677268

Catégorie(s) : Littérature francophone - Roman historique

Edition / Collection : Albin Michel

Date de parution : 29 janvier 2014

Nombre de pages : 160

Prix : 15€

 

L'histoire :

Au XVIIIe siècle, dans le petit village de La Besseyre-Sainte-Marie, en Gévaudan, on a moins peur des loups, que l'on sait traquer depuis longtemps, que du Diable. Seul le père Chastel sait le tenir à distance avec ses potions et ses amulettes. On respecte, on craint cet homme qui détient tant de «secrets». Mais lorsque la région devient la proie d'un animal aussi sanguinaire qu'insaisissable, comme vomi par l'enfer, le sorcier reste impuissant. La perte de ses pouvoirs serait-elle liée au retour de son fils Antoine, cet étrange garçon solitaire et sauvage, échappé des geôles du dey d'Alger ?

 

monavis

 

 L'histoire sombre et inquiétante de la bête du Gévaudan a fait couler beaucoup d'encre et est sujette à de nombreuses interprétations plus ou moins farfelues. Catherine Hermary Vieille nous livre sa version de l'histoire. Elle commence d'abord par planter le décor avec brio. Une terre reculée où les hivers sont rudes et où la vie n'est pas toujours facile. Des petits villages isolés dans lesquels on prie pour maintenir le diable à distance. Un endroit où les contes et les légendes sont omniprésents. On se raconte des histoires terrifiantes, le soir au coin du feu. On se rend chez le guérisseur afin d'obtenir des amulettes pour se protéger des monstres et du malin. On se barricade à la nuit tombée, craignant l'attaque des loups et des créatures terrifiantes qui hantent les bois et les tourbières. C'est dans ce contexte que va sévir la bête. Une bête effroyable dont la fureur et la cruauté vont faire trembler les villageois. Une bête que rien n'arrête et qui sème tant de cadavres sur son passage que ce fait divers va arriver aux oreilles du roi, en personne, qui va faire intervenir ses hommes afin de venir à bout de la bête. Mais aussi terrifiants soient-ils, il y a encore bien pire que les loups et que le diable dans ces terres reculées du Gévaudan...

 

 J'ai adoré la façon dont Catherine Hermary Vieille plante le décor. Toutes ces références aux mythes, aux légendes et aux contes m'ont beaucoup plu. J'aurais bien aimé rester un peu plus longtemps dans cette atmosphère pesante et inquiétante. Un huis clos dans ce petit village de Lozère ne m'aurait vraiment pas déplu, mais ce n'est pas du tout la direction prise par l'auteur. Nous suivons Antoine, le fils du guérisseur du village. C'est un jeune homme étrange et solitaire qui aspire à une vie meilleure et à plus de liberté. C'est ainsi qu'un beau matin, il prend la route pour le sud, se décidant enfin à aller voir la mer dont il rêve depuis si longtemps. Mais les choses ne vont pas du tout se passer comme il l'espérait et Antoine va revenir au village, quelques années plus tard, changé à jamais.

 

 Ne vous y trompez pas, ce n'est pas un roman à suspense. On sait rapidement de quoi il retourne. Catherine Hermary Vieille nous livre un roman très documenté entre l'histoire réelle et le mythe du Gévaudan, même si la barrière entre les deux est toujours obscure à l'heure actuelle. Il y a une part de fiction, bien sûr, mais le récit semble d'autant plus vraisemblant qu'il est ponctué de faits qui ont réellement eu lieu et les personnages portent même les noms des gens impliqués, de près ou de loin, dans cette affaire. Malgré le titre, il y a, dans ce roman, plusieurs bêtes. L'auteur nous montre également jusqu'où peut aller la folie humaine. Nous avons certainement tous en nous une part obscure et des pulsions bestiales et violentes et c'est intéressant de réfléchir à ce qui peut pousser quelqu'un à basculer de l'autre côté, à aller au bout de ces pulsions même si je reste persuadée que le personnage auquel je pense a toujours eu ce côté obscur en lui, qui n'attendait pas grand chose pour sortir. Jusqu'au bout, on espère et on attend une rédemption. Je ne vous dirais pas si elle finit par arriver ou non, mais la fin m'a semblé logique. Il n'aurait pas pu en être autrement.

 

 Malgré des passages vraiment désagréables à lire car trop crus et violents à mon goût, j'ai aimé les réflexions qu'apportent cette histoire et j'ai été séduite par l'écriture de l'auteur. Je regrette, par contre, de ne pas avoir réussi à m'attacher aux personnages principaux et surtout de ne pas avoir ressenti de compassion pour eux. C'est quelque chose qui m'a vraiment manqué et qui aurait rendu cette lecture bien plus forte. En revanche, j'ai vraiment aimé le décor peint par l'auteur ainsi que le fait que ce roman soit richement documenté et très proche de la réalité. Tellement proche qu'on se demande où se situe la frontière entre fiction et réalité et ça, ça fait froid dans le dos ! Un roman très court sur lequel il y a pourtant beaucoup à dire.

 

"Jamais il n'a eu d'amis et il n'aurait pas su quoi en faire. Se retrouver entre garçons du même âge pour rigoler, avaler des gobelets d'eau-de-vie ne procure que l'illusion de la fraternité. Manger, boire ensemble, c'est partager de la solitude. Rien de plus." (Page 48)

 

" En Gévaudan, on ne survit pas seul, on dépend des saisons, du temps, du gibier, du produit des vergers et des potagers. On vénère de vieux arbres, des rocs, on voit dans les ruisseaux de bonnes fées à la chevelure mousseuse que parent les libellules. L'hiver au coin du feu, ce n'est pas de Dieu que l'on parle mais des loups-garous, des âmes des morts qui se manifestent dans les feux follets, des bêtes sans nom qui hurlent à la lune. Les enfants écarquillent les yeux, les vieux sommeillent, le bois pétille dans l'âtre. On entend parfois l'appel lointain d'un loup, le hululement d'un chat-huant, le craquement d'une branche. On se serre épaule contre épaule.

 Jamais les Chastel ne participent aux veillées. Derrière leurs fenêtres, on aperçoit la lueur d'une chandelle qui brûle tard dans la nuit. Si par hasard une chouette se fait entendre près de chez eux, on se signe. Quelqu'un va mourir ou "naître", disent plutôt les vieux : mourir ou naître, n'est-ce pas la même chose ? " (Pages 11 & 12)

 

En quelques mots :

Un roman noir bien écrit, documenté et fort intéressant qui revient sur l'histoire de la bête du Gévaudan.


Voir les commentaires

2014-02-17T05:00:00+01:00

Un goûter en forêt

Publié par MyaRosa

Un goûter en forêt

(Mori no Oku no Ochakai e)

Akiko Miyakoshi

51NTaHqPHsL._SX342_.jpg

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : Rêve - Imaginaire - Animaux - Générosité - Neige

Edition / Collection : Syros

Date de parution : 16 juin 2011

Nombre de pages : 34

Prix : 14,90€

 

monavis2

 

 Par un matin d'hiver où la neige a recouvert le sol, Kikko regarde son père qui part aider sa Grand-Mère. Malheur, celui-ci a oublié le gâteau pour Grand-Mère ! Kikko décide de le rattraper et s'en va, seule dans la forêt enneigée, avec son gâteau dans les bras. Elle suit ses pas dans la neige ainsi que sa silhouette qu'elle aperçoit au loin. Mais celui qu'elle suit n'est pas son père...

 

 Le début de cette histoire fait forcément penser au Petit Chaperon rouge. D'ailleurs on s'attend même à 9876-copie-2.jpgquelque chose de sombre. C'est assez mystérieux et même un peu inquiétant. La petite fille s'en va seule dans la forêt, suit une silhouette sombre et inconnue qui n'est pas la bonne... Cette impression de noirceur est renforcée par les illustrations en noir & blanc, très contrastées, où quelques touches de rouge sautent aux yeux.

 

 Et pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences... Car ce que Kikko va vivre est une très belle aventure... L'histoire bascule d'un seul coup et tout ce qui paraissait sombre devient finalement gai, festif et merveilleux. L'amitié, la générosité et le partage sont à l'honneur dans cette très belle histoire. Après avoir lu cet album, on a l'impression d'avoir fait un rêve. Un rêve étrange et merveilleux. Un rêve inoubliable. On referme ce livre avec le sourire et le sentiment de partager avec l'héroïne un fabuleux secret. Un livre beau et poétique, avec des illustrations magnifiques, pour les petits et les grands.

 

photo-379-.JPG

 

En quelques mots :

Un album surprenant et poétique pour les petits et les grands.


Voir les commentaires

2014-02-16T14:20:00+01:00

Parlotte

Publié par MyaRosa

Parlotte

Elodie Perraud (texte) & Marie Desbons (illustrations)

51dsNHZm3PL.jpg

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : histoires - mensonges - imagination - gourmandise

Edition / Collection : Bower

Date de parution : 9 novembre 2012

Nombre de pages : 32

Prix : 13,50€

 

L'histoire :

Il était une fois une petite bonne femme si bavarde qu'on l'appelait Parlotte. Elle passait son temps à raconter des histoires, mais la plupart étaient si invraisemblables que plus personne ne la croyait. Parlotte décida donc de déménager...

 

monavis2

 

 Parlotte est une petite bonne femme qui a beaucoup d'imagination et qui adore raconter des histoires toutes plus farfelues les unes que les autres. A cause de ses mensonges, les gens de son village ont cessé de l'écouter alors Parlotte décide de partir et de prendre un nouveau départ ailleurs, là où personne ne la connaît. Un boulanger la prend tout de suite sous son aile et lui offre un emploi, mais très vite, les clients se plaignent. Rien n'est jamais prêt et Parlotte parle à tort et à travers de choses invraisemblables. Heureusement, ce gentil homme va l'aider à faire de ce vilain défaut, un merveilleux atout !

 

 J'adooooore Marie Desbons ! Ses illustrations sont très, très jolies, pleines de couleurs et de fantaisie. J'aime énormément son travail et j'ai beaucoup aimé cet album. Parlotte est touchante. On comprend l'agacement de son entourage, et en même temps, on n'a pas envie qu'elle change et qu'elle perde son côté fantasque. La fin est vraiment belle et invite le lecteur à laisser parler son imagination, à ne jamais la mettre de côté car on peut en faire de très belles choses. On voit Parlotte s'épanouir et trouver un sens à son existence et une raison d'être à toutes ces petites histoires qui lui trottent dans la tête. Une jolie histoire, amusante et touchante.

 

photo-378-.JPGphoto-377-.JPG

 

 En quelques mots :

Un très bel album. Des illustrations superbes et pleines de fantaisie. Une histoire amusante et très touchante dans laquelle beaucoup de petits et de grands enfants pourront se reconnaître.


Voir les commentaires

2014-02-14T21:28:00+01:00

Belle famille (Arthur Dreyfus)

Publié par MyaRosa

Belle famille

Arthur Dreyfus

couv11445227.jpg

Catégorie(s) : Littérature francophone

Edition / Collection : Folio

Date de parution : 31 octobre 2013

Nombre de pages : 269

Prix : 6,80€

 

Quatrième de couverture :

Madec se dirigea vers la cuisine pour chercher un couteau à pointe fine. Comme s'il était surveillé, il s'interdit la lumière. L'obscurité ne faisait pas disparaître les formes, mais les couleurs. Est-ce ainsi que voyaient les gens dans les vieux films ? L'enfant ouvrit le tiroir à ustensiles. Ensuite, un peu de bruit, et beaucoup de silence.

 

monavis

 

 En ce moment, je cours partout. J'ai des milliers de choses à faire, des enfants malades à soigner et à consoler et du retard à rattraper. Pourtant, après avoir ouvert ce livre, je n'ai plus réussi à le reposer et je l'ai dévoré dans l'après-midi, entre les biberons, les câlins et les médicaments à donner. Cela faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Ce livre m'a totalement happé. Je me suis sentie prisonnière, victime d'une curiosité malsaine qui me poussait à aller plus loin dans ma lecture malgré la monstruosité de l'histoire. Je voulais savoir, je voulais comprendre. Et maintenant, me voilà complètement chamboulée. Bien sûr, on ne peut pas lire ce roman sans penser à une histoire qui a fait le buzz il y a quelques années : la disparition de la petite Maddie alors qu'elle était en vacances en famille au Portugal. Disparition ? Meurtre ? Accident ? Enlèvement ? A ce jour, on ne connaît toujours pas le fin mot de l'histoire. Arthur Dreyfus s'est largement inspiré de cette sombre histoire pour écrire ce roman glaçant et percutant et le moins que l'on puisse dire, c'est que le parti qu'il prend fait froid dans le dos !

 

 Nous faisons la connaissance de la famille Macand qui pourrait ressembler à beaucoup d'autres familles : trois enfants, une mère froide et autoritaire qui porte la culotte, un père un peu effacé qui semble se demander ce qu'il fait là, sans pour autant envisager de changer la moindre chose dans sa vie et des vacances en Italie qui approchent à grand pas. Des vacances qui vont mal se terminer puisque, Madec, l'un des enfants disparaît. L'auteur dresse le portrait psychologique de chaque personnage et alterne les points de vue. Il s'intéresse surtout à l'après, au cirque médiatique qui entoure ce drame, aux mensonges et aux rôles joués par certains et à la part de gloire que tout un chacun essaie d'obtenir même dans les moments les plus sombres. C'est terriblement noir, voire même glauque et en même temps fascinant. Ce qui est effrayant, c'est que le portrait que l'auteur nous fait des personnages semble vrai. C'est crédible et la distance, la froideur qu'il met dans ses mots apporte une crédibilité, une impression d'objectivité qu'on ne peut pas contrer. Il étale les faits sans jamais laisser place au doute. Avec cynisme, l'auteur décortique l'âme et l'esprit humain. Il s'attaque également à notre société à la dérive, et à son absurdité. Personne n'est blanc dans cette histoire. Tout le monde a quelque chose à se reprocher : la famille, la société, les médias, les opportunistes et même le lecteur.

 

 J'ai trouvé ce roman pertinent, brillant et pleinement d'actualité puisqu'il aborde de nombreux sujets souvent tabous (la sexualité, la violence, le manque d'amour, le mensonge, l'acharnement médiatique, le coupable idéal à qui l'on jette trop vite la pierre etc...) et on pourrait rapprocher cette affaire de beaucoup d'autres. On est tenu en haleine du début à la fin, aussi choqué que fasciné. L'écriture d'Arthur Dreyfus est très agréable à lire et très mature malgré le jeune âge de l'auteur. J'ai d'ailleurs noté beaucoup de passages et de citations. C'est un roman qu'on ne peut pas oublier de sitôt. Je comprends que la façon dont l'auteur nous énonce les faits puisse déplaire par son côté froid, distant, qui peut paraître presque insensible, mais j'ai trouvé que c'était d'autant plus percutant et vraisemblant. Les dernières lignes m'ont glacé le sang. Je vais avoir du mal à m'en remettre...

 

En quelques mots :

Un roman qui vous prend aux tripes, vous happe et ne vous lâche pas avant de vous avoir ouvert les yeux. Ce serait mentir que de dire qu'on se sent comme avant en le refermant. C'est un roman qui choque, qui envoie valser nos certitudes, nous fait douter de tout et de tout le monde. On se sent presque coupable après l'avoir lu.

 

¤¤¤¤

 

 "Je ne crois pas en la vérité. Comme l'esprit humain, elle a ses humeurs. Elle a son humour. On pense la tenir par une extrémité. De l'autre elle se dérobe, pour nous contraindre à rêver. L'écrivain ne fait rien d'autre que cela : rêver la vérité. A sa mode il la tourne ; comme le caramel mou confectionné par des tabliers blancs sur les marchés de Bretagne.

 

La matière première du romancier ne colle pas aux molaires. Elle flotte autour de lui. Ce sont des larmes. Ce sont des lignes. [...] L'écrivain n'est jamais fidèle à la vérité. Il lui préfère sa petite soeur, la vraisemblance." (Pages 13 & 14)

 

 

 "Pourquoi regardait-il la vie au lieu de la vivre ? Jamais il ne s'était senti malheureux, seulement il ne comprenait pas la nécessité d'aller à l'école, à l'église, chez le dentiste, de recevoir des cousins à dîner. S'il consentait à jouer le jeu, c'est qu'il guettait la moindre de ces parenthèses - ces instants où, fracassant le réel, l'imprévu pouvait éclore. Une parenthèse, c'était le nuage de craie qui provoque l'éternuement de la maîtresse ; c'était le reflet azur du vitrail coulant sur le nez de Julien Matis ; c'étaient deux grandes personnes qui s'aiment sans se le dire." (Page 64)

 

 "Pourquoi la vie, dans son grand hasard, distribuait-elle du sucre aux uns et du sel aux autres ?" (Page 232)

 

 "L'enfance est un coloriage. [...] Si à la naissance, nous recevons tous le même carnet blanc, les couleurs pour l'illustrer sont inégalement distribuées [...]" (Page 234)

 

 

Merci à Livraddict et aux éditions Folio.


Voir les commentaires

2014-02-14T09:42:00+01:00

L'Aventure selon Mo (Sheila Turnage)

Publié par MyaRosa

L'Aventure selon Mo

(Three Times Lucky)

Sheila Turnage

987

Catégorie(s) : Jeunesse - Roman policier

Edition / Collection : Seuil Jeunesse

Date de parution : 9 janvier 2014

Nombre de pages : 365

Prix : 14,50€

 

L'histoire :

Orpheline rescapée d'un terrible ouragan, Mo mène une existence paisible avec ses parents adoptifs dans le Sud des États-Unis. Mais Mo n'est pas une fillette ordinaire ; à 11 ans, elle entame déjà le 6e tome de son autobiographie... Et quand un policier soupçonne le Colonel, son père adoptif, d'être lié à un meurtre, elle prend son histoire en main. Pas question qu'on bouleverse son univers ! Ni qu'on menace ceux qu'elle aime ! Quand on a survécu, comme elle, à la fureur des flots, la vie est un miracle ; et ce miracle, Mo ne laissera personne l'abîmer...

 

monavis2

 

 Il y a souvent des livres qui passent totalement inaperçus au milieu des best sellers dont on nous vante les mérites à longueur de journées et qui sont pourtant souvent bien meilleurs. Je pense notamment au roman "L'été où j'ai appris à voler" de Dana Reinhardt qui est un roman jeunesse fabuleux ou encore aux romans "Des bleus au coeur" de Louisa Red et "La Terre fredonne en si bémol" de Mari Strachan qui font partie de mes romans favoris et sont malheureusement peu connus. Pour ces deux derniers, j'ai tâché de faire de mon mieux pour les mettre en avant, j'ai fait voyager mes exemplaires, je vous en ai parlé encore et encore et je les ai offert à mes amis. Ce n'est pas grand chose, mais ce serait tellement dommage de passer à côté de ces petits trésors... Si je vous parle de ça, c'est parce que je sens que ce roman va faire partie de cette catégorie de livres. J'ai tellement aimé l'histoire de Mo que j'ai envie de la faire découvrir à tout le monde !

 

 Mo est une petite fille de onze ans qui vit dans une petite ville du sud des Etats-Unis où tout le monde connaît tout le monde. Sa vie a commencé d'une étrange façon puisqu'elle a été retrouvée flottant sur l'eau, sur un panneau publicitaire, en plein ouragan alors qu'elle n'était qu'un tout petit bébé. D'où son prénom : Moïse. Mo a été recueillie par un personnage charismatique et énigmatique arrivé au même moment qu'elle dans cette toute petite ville : le colonel. Nul ne sait d'où il vient ni la vie qu'il avait avant puisqu'il a eu un accident qui l'a rendu amnésique pendant cet ouragan. Avec l'aide de Miss Lana, une femme charmante qui aime se déguiser et organiser des journées à thèmes, il a ouvert un café et tenté de s'occuper au mieux de la petite Mo durant toutes ces années. Même si elle est heureuse, Mo se demande souvent qui est sa vraie maman. Elle lui envoie des messages via des bouteilles vides qu'elle jette dans tous les cours d'eau qui croisent sa route, espérant que le destin les réunisse enfin. La vie de tout ce petit monde bascule le jour où l'un des leurs est assassiné. Avec l'aide de son meilleur ami, Dale, Mo décide de mener l'enquête. Pas question pour elle de regarder son univers voler en éclats en restant les bras croisés. Mo est maligne, impertinente et n'a pas sa langue dans sa poche. C'est d'ailleurs ce qui lui a valu la médaille d'honneur de l'association américaine des bibliothécaires.

 

 J'ai adoré ! Les personnages de ce roman sont plus vrais que nature et sont absolument irrésistibles. J'ai adoré suivre la vie tranquille que mène les habitants de cette petite ville sans histoire et la voir basculer du jour au lendemain. Chacun a sa façon de réagir aux événements. Certains sont effrayés et d'autres excités parce qu'il se passe enfin quelque chose chez eux. Mo et Dale sont vraiment très attachants. Ils forment un duo de choc, sont courageux, malins et dégourdis. J'ai également beaucoup aimé les femmes de ce roman qui sont indépendantes et pleines de courage, quant au Colonel, il est vraiment déroutant au début, et puis on apprend à le découvrir et à l'aimer. L'intrigue est vraiment bien menée. Il y a du suspense et beaucoup de rebondissements. Des sujets graves et importants sont abordés comme la maltraitance, l'alcoolisme, la violence, l'adoption, mais il y a aussi énormément d'humour. Je n'ai pas arrêté de rire comme une baleine tout au long de ma lecture, que ce soit en découvrant la répartie de Mo ou les scènes vraiment cocasses comme celle qui se déroule dans la chambre de Mo ou bien quand Miss Lana tente de conduire alors que ce n'est vraiment pas son truc...

 

 C'est drôle, plein d'émotions et de rebondissements et on ne voit vraiment pas le temps passer. Je me suis régalée avec ce roman ! Je l'ai dévoré et maintenant que je l'ai terminé, j'ai déjà envie de le relire. Surtout que la fin est vraiment chouette : pleine d'émotions, de clin d'oeil à d'autres parties de l'histoire et d'humour. Mo fait partie de ces personnages qu'on adore et qu'on a envie de suivre encore longtemps et ça tombe bien car l'auteur vient de sortir en VO un autre roman avec les mêmes personnages. J'en suis ravie et j'espère que la traduction française arrivera vite jusqu'à nous. Par certains côtés, elle m'a fait penser à Flavia de Luce qui est l'un de mes personnages littéraires préférés. J'ai trouvé dans ce roman, tout ce que j'attends de la littérature de jeunesse et j'ai eu un vrai coup de coeur. C'est un roman qui mériterait d'être plus connu et que je referme émue et avec le sourire, un peu triste de quitter tout ce joyeux petit monde.

 

98766"Nous naissons et renaissons sans cesse, jour après jour. Quand tu te sens perdue, laisse les étoiles t'endormir de leur chant. Tu te réveilleras toujours nouvelle." (Page 238)

 

"Les jours d'ouragan, quand la plupart des femmes remplissent leurs caddies de courses de pain et de lait, Miss Lana chargeait le nôtre de bonbons, de gâteaux et de chandelles. "Si je meurs dans la tempête, je serai emportée dans les bras d'un coma sucré à la lueur des bougies", elle disait toujours." (Page 321)

 

"Quiconque dit qu'il n'a pas peur d'un ouragan est soit un menteur, soit un idiot. C'est ce que dit le Colonel. Un ouragan vous tourbillonne dessus comme si vous n'étiez rien du tout et ravage votre monde comme s'il n'était rien du tout non plus. A l'intérieur, il n'y a plus de temps, plus de lumière douce ou diffuse. Tout ce qu'on peut faire, c'est respirer, et ignorer le reste du monde qui vole en éclats derrière sa porte." (Page 321)

 

En quelques mots :

Un roman jeunesse absolument génial avec tout ce qu'il faut : du suspense, de l'humour, beaucoup d'émotions, des dialogues savoureux, des rebondissements et des personnages irrésistibles que l'on quitte à regret. Un vrai coup de coeur !

 

Sans titre 1


Voir les commentaires

2014-02-13T12:16:00+01:00

Découvrez la box de Pandore !

Publié par MyaRosa

887.jpg

 

 Depuis quelque temps, les box à thèmes font un carton en France. Il y en a pour tous les goûts (des box beauté, des box culinaires, des box bio, des box bijoux, des box accessoires de mode, des box couture, des box d'activités créatives, des box lingerie, des box pour les futures mamans, des box coquines, des box gourmandes, des box pour les amateurs de vin, des box pour les chats ou les chiens, des box de déco, des box pour les geeks etc...). De quoi faire plaisir à tout le monde ! Et voilà que les box littératires fleurissent aussi ! Moi qui n'avais pas encore osé sauter le pas, c'était l'occasion ou jamais car l'une d'elle a particulièrement attiré mon attention : la box de Pandore. Cette box s'adresse aux enfants et à leurs parents qui voudraient partager ensemble le plaisir de la lecture, mais aussi à tous les amoureux de littérature de jeunesse. C'est une box personnalisée selon plusieurs critères (goûts, âge de l'enfant, etc) qui contient des livres mais aussi des surprises et des goodies. J'ai eu le plaisir de recevoir ma première box, ce matin, et je suis déjà conquise !

 

 Regardons cela de plus près... Voilà le gros carton que le facteur nous a apporté.

 

photo-362-.jpg

 

Alors, on ouvre ?

 

photo-365-.JPG

 

 Wouuuuahou ! Je peux vous dire que j'ai eu du mal à prendre la photo car il a fallu que je retienne mon p'tit bonhomme qui était déjà prêt à tout inspecter.

 

photo-363-.JPG

 Tadammmmm ! Voyons un peu ce qui se cache là-dessous... Une petite peluche adorable, des livres (bien sûr !), une très belle boîte contenant des gourmandises pour toute la famille et du thé et des tisanes pour les grands ainsi que de jolis marque-pages et un superbe calendrier. Sympa, n'est-ce pas ? Je ne m'attendais pas à recevoir une box si bien garnie.

 

 Voilà la jolie boîte à trésors qui contenait les gourmandises :

 

photo-367-.JPG

 

photo-364-.JPG

 Et voilà tous les livres ainsi que le calendrier. J'adore ! Il y a un très bel album que je vais m'empresser de lire avec mes loulous (j'adore les histoires gourmandes alors ça tombe bien), un cahier d'activités pour les 2/4 ans qui sera parfait pour mon p'tit lutin, le fameux calendrier avec de très belles illustrations et des autocollants à coller, un roman jeunesse qui m'a l'air passionnant et un petit livre à toucher pour ma princesse. C'est vraiment chouette, n'est-ce pas ? En tout cas, nous, on adore !

 

 Si vous voulez en savoir plus ou vous abonner, je vous encourage vivement à vous rendre sur le site internet www.laboxdepandore.com et/ou sur la page facebook officielle.

 


Voir les commentaires

2014-02-11T19:36:00+01:00

Le poisson perroquet (Amanda Sthers)

Publié par MyaRosa

Le poisson perroquet

Amanda Sthers (texte) & Magali Le Huche (illustrations)

9865.gif

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : animaux marins - humour - aventure

Edition / Collection : Nathan / Album Nathan

Date de parution : 20 février 2014

Nombre de pages : 32

Prix : 10€

Dès 4 ans

 

L'histoire :

Dans l'eau bleue d'une mer bien salée vivait Comentutapel, un poisson perroquet. Petit, coloré, farfelu et... agaçant ! Il ne pouvait s'empêcher de répéter d'une voix aigrelette tout ce que les autres animaux marins disaient.

 

monavis2

 

 Voilà un album qui ne manque pas d'humour ! Aussitôt reçu, aussitôt lu ! Dès que mon p'tit bonhomme a vu la couverture de cet album, il a tout de suite voulu en savoir plus. Nous nous sommes donc plongés dans cette histoire et nous avons passé un très bon moment.

 

 Comentutapel est un poisson perroquet qui vit dans l'océan. Il est petit et très joli mais il a un vilain défaut qui agace tous les autres animaux marins : il ne peut s'empêcher de répéter tout ce qu'il entend. Ca énerve tellement les autres poissons qu'ils n'osent plus parler. Et pourtant, c'est justement ce vilain défaut qui va sauver notre petit poisson et apporter de la sérénité...

 

 Quelle drôle d'histoire ! Nous avons adoré ! Le texte est pétillant et plein d'humour. Les dialogues sont vraiment délicieux et ponctués de mots rigolos qui marchent à tous les coups avec les enfants ("prout", "caca", "cucu"). Mon fils n'a pas arrêté d'éclater de rire et m'a réclamé cette histoire encore et encore. L'histoire est vraiment bien trouvée et les illustrations très colorées de Magali Le Huche nous ont beaucoup plu. Les personnages sont très expressifs, ce qui va très bien avec les dialogues drôles et percutants. Un album irrésistible qui nous montre qu'"au jeu du plus agaçant, les petits sont rarement perdants !".

 

8754.JPG

986754.JPG87644.JPG

 

En quelques mots :

Un album très drôle que nous avons adoré et qui a détrôné toutes les histoires du soir que mon fils me réclame en ce moment. Sourires et éclats de rire garantis !

 

A lire aussi :

couv69104322.gif.jpg * couv73441418.jpg


Voir les commentaires

2014-02-11T17:45:00+01:00

Coucou ! (Fiona Roberton)

Publié par MyaRosa

Coucou !

(Cuckoo !)

Fiona Roberton

9008766.jpg

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : différence - intégration - langage - animaux

Edition / Collection : Circonflexe

Date de parution : 13 janvier 2014

Nombre de pages : 32

Prix : 13€

Dès 5 ans

 

L'histoire :

Coucou ! est l'histoire d'un petit oiseau qui n'arrive pas à se faire comprendre, où qu'il aille.

Coucou fait pourtant de son mieux : il rencontre d'innombrables animaux, et décide même d'aller à l'école pour apprendre leur langage, mais rien n'y fait.

Il commence peu à peu à perdre espoir, jusqu'au moment où : « Coucou ! »

A-t-il rêvé ? Mais d'où vient cette voix ?

 

monavis

 

 Voilà une histoire toute mignonne qui vient de paraître aux éditions Circonflexe. Je vous invite vivement à aller faire un petit tour sur leur site pour y découvrir leur catalogue car il est plein de jolies choses. Je vous avais déjà présenté il y a quelque temps l'un de leurs albums qui m'avait beaucoup plu. Souvenez-vous, c'était en mars 2012 : Où es-tu Petit Ours ? / I Miss you Mouse de Greg Foley. Cette fois, c'est la couverture de l'album qui m'a séduite et je suis ravie de cette trouvaille parce que c'est un petit livre mignon comme tout.

 

 Tout commence par la naissance de Coucou. Le petit oiseau sort de sa coquille et est entouré de sa maman et de ses frères et soeurs. Jusque là, tout va bien. Seulement, tout le monde - y compris le lecteur - va vite se rendre compte que quelque chose cloche. Coucou est différent. Il ne parle pas le même langage et ne comprend pas ce que disent ses proches. Assez rapidement, il décide courageusement de prendre son envol et de partir à la recherche de quelqu'un qui pourrait le comprendre. C'est, pour lui, le début d'une grande aventure et d'un long voyage qui va l'amener à rencontrer beaucoup de personnages (des cochons, des moutons, des grenouilles, des serpents, des vaches, des lapins, un loup et un vieux monsieur). Mais malgré tous ses efforts et toute la bonne volonté qu'il y met, Coucou ne parvient pas à se faire comprendre. Il tente même d'apprendre une autre langue mais cette solution n'a pas plus de succès. Arrivera-t-il à trouver quelqu'un capable de le comprendre ?

 

 Les illustrations de cet album sont vraiment jolies et ce petit oiseau est trop craquant ! Il y a assez peu de texte et l'histoire permet de revenir sur les cris des différents animaux et de les comparer. Ce n'est pas très facile à raconter, mais on se prend vite au jeu et les enfants adorent ! Mon fils a beaucoup aimé cette histoire et il était content de pouvoir participer en cherchant le cri de chaque animal. Quant à moi, j'ai suivi avec plaisir et émotions les aventures de ce petit oiseau qui cherche à tout prix à s'intégrer aux autres et ne veut pas rester seul. C'est un petit album amusant et en même temps très touchant.

 

photo-361-.JPG

photo-360-.JPG

 

En quelques mots :

La grande aventure d'un petit oiseau différent des autres qui tente de s'intégrer. Une histoire amusante, belle et touchante.


Voir les commentaires

2014-02-10T13:12:00+01:00

La Symphonie des abysses (Carina Rozenfeld)

Publié par MyaRosa

La Symphonie des abysses (Livre 1)

Carina Rozenfeld

couv53302905-copie-1.jpg

Catégorie(s) : Young adult - Dystopie

Edition / Collection : Robert Laffont / R

Date de parution : 13 février 2014

Nombre de pages : 457

Prix : 17,90€

 

Quatrième de couverture :


Vous pensiez être au paradis ?

Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise...

Un mur infranchissable.

 

Il vous faudra d'abord vivre en enfer :

Article 1 : Tout contact physique, toute marque d'amour sont proscrits.

Article 2 : Il est interdit de chanter, d'écouter ou de faire de la musique.

Article 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.

 

Vous n'êtes personne.

Vous apprendrez à obéir.

 

monavis

 

 Il y a quelques mois, j'ai lu le diptyque "Phaenix" de Carina Rozenfeld et j'avais beaucoup aimé cette lecture, notamment pour la place de la musique au sein de l'histoire ainsi que pour la plume très agréable de l'auteur. La présentation de ce roman ne m'attirait pas particulièrement car je me suis un peu lassée de la dystopie, mais j'aime beaucoup la couverture de ce livre (oui, je sais, c'est une mauvaise raison) et le thème est tellement différent de celui de Phaenix que ça a attisé ma curiosité. J'ai bien fait de me laisser tenter car je me suis régalée ! Pour tout vous dire, ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman aussi rapidement. J'étais totalement captivée par cette histoire et je ne pouvais pas me l'enlever de la tête, même quand je reposais le livre. Je voulais à tout prix savoir ce qu'il allait advenir d'Abrielle, de Sand et de Cahill.

 

 Dès les premières pages, je me suis laissée emporter par l'écriture addictive et délicieuse de Carina Rozenfeld. L'auteur nous plonge dès le début dans l'univers qu'elle a créé. On est en pleine immersion, on oublie tout le reste et on se laisse porter. Nous faisons la connaissance d'Abrielle, une jeune fille qui mène une vie paisible mais monotone dans un endroit qui pourrait être paradisiaque s'il n'était pas fermé par un mur infranchissable et régie pas des codes injustes. Abrielle est différente des autres. Elle n'accepte pas cette vie triste et morne et a d'autres rêves, d'autres aspirations. Depuis toujours, elle porte la musique en elle. Cette différence n'a pas échappé aux autres et Abrielle commence à se sentir menacée. Tout le monde craint qu'elle enfreigne les règles et qu'elle bouleverse la quiétude de leur communauté. Certains sont prêts à tout pour empêcher cela...

 

 Ce que je viens de vous raconter n'est que le commencement de l'histoire et je tiens à ne rien dire sur la suite car j'ai été très surprise par la tournure que prend l'histoire et je ne voudrais surtout pas vous gâcher le plaisir. Ce que je peux vous dire, en revanche, c'est que c'est un premier tome très complet. Qu'est-ce que j'entends par là ? Eh bien disons qu'il y a tout ce qu'il faut pour un bon premier tome. Le contexte et les bases sont posées, on connaît bien les personnages, l'intrigue est bien développée et la fin est très, très frustrante et donne irrésistiblement envie de lire la suite, mais surtout, j'ai eu l'impression de lire plusieurs romans tant celui-ci m'a semblé riche en rebondissements. Attention, ce n'est pas un point négatif, loin de là. On découvre plusieurs histoires mais il y a une vraie continuité, un vrai lien. Je trouve ce roman extrêmement bien construit et j'ai adoré toutes les idées de Carine Rozenfeld. Je ne m'attendais pas à être aussi surprise, émue et touchée par cette histoire. Ce roman m'a vraiment fait vibrer, frémir, trembler et ressentir tout un tas d'émotions fortes. A aucun moment je ne me suis ennuyée et si je pouvais changer quelque chose, je ne changerai rien.

 

 J'ai adoré tous les messages véhiculés par cette histoire et la façon dont Carina Rozenfeld parle de la musique. Peut-on vraiment priver quelqu'un de musique ? La musique est partout, elle est en nous, elle est dans les bruits de la nature, ceux du quotidien, dans le souffle du vent et celui de la mer. L'auteur nous invite à les écouter, à y prêter plus attention. Ce roman est un véritable hymne à la tolérance et au respect, à l'amour, à l'amitié et à la liberté. Il y a, au coeur de cette histoire, une merveilleuse histoire d'amour. Un amour si pur, si merveilleusement touchant que je ne m'en suis toujours pas remise ! J'ai adoré la façon dont Carina Rozenfeld aborde la complexité des rapports humains et l'ambiguité des sentiments. L'écriture de Carina Rozenfeld est vraiment délicieuse. Ses mots sont poétiques et ses descriptions tellement imagées qu'on a l'impression de regarder un film, de voir toutes les scènes se dérouler sous nos yeux. C'est même plus fort que cela car on a l'impression de sentir les odeurs qu'elle nous décrit et d'entendre, nous aussi, la symphonie des abysses. Même si j'avais adoré Phaenix, j'ai trouvé ce roman encore plus abouti, plus mature. Une chose est sûre, je n'oublierai pas Abrielle, Cahill et Sand, leur pureté, leur désir de liberté et leur courage. Vivement la suite (dont la sortie est prévue en novembre prochain) !

 

900976.jpg

 

"Le vent qui avait soufflé avec tant de violence avait chassé les nuages de la tempête et la nuit était parfaitement claire, constellée d'étoiles clignotantes et de débris de lune. Cette dernière, divisée à jamais, étalait sa blessure au monde qui ne la voyait pas, noyé dans le cordial du sommeil, les hommes ignorant la douleur de l'astre pour oublier la leur." (Page 145)


 

En quelques mots :

Un premier tome FABULEUX ! Carine Rozenfeld nous emmène dans un univers où l'injustice et la violence dominent et nous offre pourtant un roman d'une grande sensibilité, poétique et envoûtant. Un véritable hymne à la solidarité et à la liberté, porté par des personnages très attachants et une écriture délicieuse. Coup de coeur !

 

878786665.jpg


Voir les commentaires

2014-02-07T08:53:00+01:00

J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg

Publié par MyaRosa

J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg

(Taibhse - Aparición)

Carolina Lozano

couv19466838.gif

Catégorie(s) : Fantastique - Romance paranormale - Jeunesse

Edition / Collection : Bayard Jeunesse / Sublime idylle

Date de parution : 23 janvier 2014

Nombre de pages : 309

Prix : 9,90€

Dès 12 ans

 

L'histoire :

A 17 ans, il parait qu'on n'est pas normal si l'on passe ses soirées dans la bibliothèque de son lycée. Pourtant, je ne suis pas la seule à aimer étudier dans l'enceinte du prestigieux lycée d’Édimbourg, cette antique bâtisse peuplée d'ombres et de mystères. Car aujourd'hui, dans la salle de lecture, j'ai aperçu le plus beau garçon du monde plongé dans un vieux livre. Grand, la peau claire, il ressemblait à l'un de ces guerriers celtes que toute l'Europe redoutait au Moyen-âge. Or, en prêtant à ce garçon des origines aussi lointaines, je ne me suis pas trompée...

 

monavis2

 

 Vous en avez peut-être déjà entendu parler, mais les éditions Bayard Jeunesse viennent d'enrichir leur catalogue d'une toute nouvelle collection nommée Sublime idylle. Avant de vous parler du roman de Carolina Lozano, j'ai envie de vous en dire un peu plus sur la collection. Elle nous propose de découvrir des romans d'amour venus du monde entier et accessibles dès douze ans. Ces romans sont inédits en France et je trouve leur prix très raisonnable pour un grand format (moins de dix euros). Le roman dont je vous parle, aujourd'hui, nous vient d'Espagne (et non pas d'Ecosse) et les deux autres romans parus simultanément nous viennent de Norvège (Mon coeur qui bat si fort de Alf Kjetil Walgermo) et des Etats-Unis (La musique, c'est toute ma vie de Josie Bloss). Qu'elles soient ancrées dans le réel ou dans l'imaginaire, ces histoires vont nous faire rêver et voyager. Un charmant programme, n'est-ce pas ? J'avais repéré cette jolie collection un peu avant sa sortie et j'étais vraiment impatiente de découvrir les trois romans proposés pour le lancement. J'adore l'esthétisme des couvertures ainsi que les titres, en particulier pour ce roman qui m'a tout de suite tapé dans l'oeil. Amour, paysages brumeux, Ecosse, résumé énigmatique, tout ce que j'aime, en somme ! Maintenant que les présentations sont faites, passons au livre en lui-même...

 

 Je me suis lancée dans cette lecture avec beaucoup d'espoir et d'attente car la couverture et le titre, mystérieux et poétiques, m'ont vraiment charmée. J'ai tout de suite été emballée par le cadre de l'histoire : taibhse-grande.JPGEdimbourg, une grande bibliothèque, des châteaux en ruine, des rues brumeuses, des lieux qu'on dit hantés. C'est aussi excitant qu'effrayant et vraiment, on s'y croirait ! J'ai eu un peu plus de mal, au début, avec l'écriture de l'auteur et l'héroïne de ce roman. J'ai trouvé le style de Carolina Lozano assez lourd et redondant et j'ai trouvé la manière dont elle nous livre des informations plutôt maladroite. Cette impression s'est heureusement dissipée au cours de ma lecture mais je ne sais pas si c'est parce que ça s'améliore au fil de l'histoire ou si je m'y suis habituée. Et puis, elle veut tellement rendre Liadan attachante qu'elle en fait beaucoup trop ce qui donne l'effet inverse. Au début, je l'ai trouvé carrément horripilante, presque antipathique, tant elle m'a semblé faussement modeste. C'est elle qui se présente et elle insiste lourdement sur le fait qu'elle est solitaire mais extrêmement intelligente et qu'elle n'a presque aucune amie fille car celles-ci sont jalouses de la fascination qu'elle exerce sur les garçons. Mouais...

 

 Mais je vous rassure, je l'ai trouvé plus sympathique au fil de ma lecture et l'intrigue qui me semblait un peu bancale au départ est devenue, elle aussi, de plus en plus intéressante et même de plus en plus effrayante. Malgré ma petite déception du début, j'ai beaucoup apprécié ce roman. Je me suis régalée à parcourir les rues d'Edimbourg avec Liadan, à passer des heures avec elle dans la bibliothèque et j'ai adoré toutes les légendes et histoires de fantômes qui sont au coeur du récit. Les histoires tragiques de Caitlin et Annie m'ont passionnée et j'ai trouvé la mara vraiment effrayante. Quant à l'histoire d'amour, même si j'ai plus d'une fois levé les yeux au ciel, elle a finalement quelque chose de très pur et de très romantique qui m'a bien plu. Si j'avais lu ce roman en étant plus jeune, je pense que ça aurait été un coup de coeur car on y retrouve tous les élements que j'aime et même si je suis un peu dure dans mon billet, j'ai vraiment passé un bon moment. Il y a des éléments qui me plaisent beaucoup : l'atmosphère, le cadre, les références, tous les mythes et légendes auxquels l'auteur fait allusion et puis la façon dont elle a traité le sujet. Il y a vraiment d'excellentes idées et j'espère de tout coeur que les éditions Bayard publieront la suite des aventures de Liadan & Alastair car oui, il y a une suite et même deux ! Mais pas d'inquiétude, ce roman peut se lire comme un one-short. Il y a une vraie fin qui laisse beaucoup de possibilités mais on peut aussi s'en accomoder et s'arrêter là.

 

En quelques mots :

Malgré un début un peu décevant et quelques maladresses, j'ai beaucoup aimé ce roman. Le cadre est fabuleux. On plonge au coeur des légendes brumeuses et mystérieuses de l'Ecosse et on voit naître une histoire d'amour qui sort de l'ordinaire. Une histoire pour les ados qui veulent trembler de peur et de plaisir ! Un bon moment de lecture pour moi. D'ailleurs, si vous avez d'autres livres de ce genre à me conseiller, je prends note.


 

 

Voir les commentaires

2014-02-04T09:04:00+01:00

A l'orée des fées

Publié par MyaRosa

A l'orée des fées

Lenia Major (texte) & Cathy Delanssay (illustrations)

CouvRVB_ALOreeDesFees_10cm.gif

Catégorie(s) : Album jeunesse

Thèmes & Mots clés : fées - poésie - imaginaire - nature - rêves

Edition / Collection : Balivernes

Date de parution : 15 octobre 2006

Nombre de pages : 72

Prix : 15€

 

Quatrième de couverture :

Qui sont donc les Fées ?

Mystérieuses et bienveillantes beautés.

Elles sont présentes autour de nous à chaque instant.

Elles veillent sur notre destin et pourtant,

Nous ne les voyons presque jamais.

Ce livre vous révèlera certains de leurs secrets.

Peut-être les avez-vous déjà croisées ?

Préparez-vous à les adorer !

 

monavis

 

 Avez-vous déjà aperçu ces petites fées qui veillent sur nous ? Elles sont discrètes et pourtant, elles sont partout autour de nous. Qu'elles soient fées du logis, fées des éléments, fées taquines, fées des saisons ou bien fées des êtres vivants, elles nous facilitent la vie sans même qu'on s'en rende compte. Elles ajoutent des couleurs, de la gaieté et et un peu de fantaisie dans notre quotidien. Cathy Delanssay et Lenia Major nous ouvrent une fenêtre sur ce monde magique. Elles nous invitent à partir à la découverte des fées, dressant le portrait malicieux et plein d'humour de chacune d'elles. Saurez-vous les reconnaître ?

 

 Quel plaisir de retrouver le duo de choc (Cathy Delanssay/Lenia Major) dans ce très bel ouvrage. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir toutes ces petites fées. Je me suis amusée des descriptions poétiques et farfelues que Lenia Major nous en fait et j'ai adoré me perdre au coeur des superbes illustrations de Cathy Delanssay. Ces petites fées sont toutes très attachantes. Elles ont chacunes leurs particularités. Certaines sont plus capricieuses ou plus accessibles que d'autres, celles-ci sont plus taquines tandis que celles-là sont plus gourmandes et il y en a d'autres qui nous semblent familières. Certains petits tracas du quotidien (les gateaux écrasés au fond du cartable ou bien la mauvaise humeur, par exemple) se voient très joliment expliqués. Et que dire des jolies histoires liées aux saisons ? J'ai tout simplement adoré ! La neige qui tombe du ciel nous viendrait d'une bataille de polochons entamée par les Soeurs Hiver et les couleurs de l'automne auraient pour origine la tristesse d'une fée inconsolable qui perdrait ses couleurs en pensant à son amour perdu. C'est tellement beau, tellement poétique ! J'adore !

 

 Cet album est vraiment magnifique et très soigné. La couverture, pour commencer, est toute douce et les pages intérieures sont vraiment belles. Chaque double-page nous entraîne dans un autre univers, à la rencontre d'une petite fée unique en son genre. On rit, on sourit, on est ému puis émerveillé. C'est un ouvrage plein d'émotions qui nous emmène ailleurs et qui nous invite à voir la féérie et la magie partout et surtout dans notre quotidien.

 

ALOreeDesFees_Inside_13-680e9135c1.jpgALOreeDesFees_Inside_21-e0b07ed2e4.jpg

ALOreeDesFees_Inside_26-fd43afa08c.jpg

 

En quelques mots :

Un très beau livre de collection à offrir ou à s'offrir pour rêver, s'évader et partir à la rencontre des fées.

 

"Une fée éclatante et un elfe s'aimaient passionnément,

Les couleurs de la forêt chantaient leur bonheur d'être amants.

Mais l'elfe n'était pas immortel,

Sa mort sonna l'heure de la séparation cruelle.

Elle pleura sans que rien la console.

Mais avant que les larmes aient touché le sol,

Elles s'étaient transformées en feuilles mordorées,

Qui recouvraient la terre où son amour reposait.

La fée s'endormit enfin, lasse d'avoir tant pleuré,

Allongée sur une branche, aussi sombre que la nuit.

Avec son bonheur, ses couleurs s'étaient enfuies.

On raconte qu'à la même saison chaque année,

Son chagrin la réveille et que, désespérée,

Elle tapisse les sentiers et les sous-bois moussus,

Pour rappeler à tous son amour disparu." 

 

"L'été, elle rêve sous les tropiques,

Quand soufflent les alizés magiques.

Assoupie dans un hamac fleuri,

Elle a la belle vie.

 

L'hiver près d'un feu de cheminée,

Elle se love sous des édredons molletonnés,

Somnole dans le silence enneigé.

 

petitefee.jpgParfois, d'un oeil ensommeillé,

Elle observe ceux qui s'agitent à ses côtés,

Et pense qu'ils vont finir par s'user.

 

Les rabat-joie l'appellent Fée de la Paresse.

Ne serait-elle pas plutôt celle de la Sagesse ?"


Voir les commentaires

2014-02-03T20:14:00+01:00

Mes idées lecture #17

Publié par MyaRosa

mesideeslecture2.png

 

 

Dans ma wish list

 

couv43584727.gif.jpgLe Passage du diable de Anne Fine

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère - qui l'a gardé reclus, à l'écart du monde extérieur, et qui n'a cessé de lui répéter qu'il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer. Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l'emprise de sa mère. Pris en charge par le Dr Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu'il tenait pour vrai jusque-là n'était qu'un tissu d'histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ? De sa vie d'avant, Daniel n'a gardé qu'une maison de poupée. Et pas n'importe quelle maison de poupée : c'est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu'à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?

 

51Q9BgrbTOL._SY445_.jpgBleu passion de Victoria Strauss

Milan, Italie, 1487. Giulia, 17 ans, va passer le reste de sa vie au couvent de Sainte Marta. Une chose impossible pour elle, qui voudrait un mari et un foyer. La jeune fille trouve de l'aide auprès d'un sorcier, qui lui confectionne un talisman magique : avant l'hiver, son désir le plus cher aura été accompli. Elle entre au couvent, persuadée qu'un miracle se produira. Soeur Humilità, qui y enseigne le dessin et la peinture, décèle le talent de Giulia et lui offre une place dans son atelier. Cet endroit merveilleux où l'on fabrique en secret la couleur tant convoitée du bleu passion. Et si le destin de Giulia c'était la peinture... ?

 

 

41ucspm-l6L._SY445_.jpgL'été des gitans de Sylvie Fournout

Dans le petit village du Sud où Julie passe ses vacances, l orage gronde. Maria, sa grand-mère, lui paraît plus seule que jamais : Julie soupçonne qu un secret la ronge. Comme tous les ans, des Gitans viennent travailler pour Maria pendant les vendanges. Parmi eux, Nad, un jeune homme dont le charme ne tarde pas à jeter le trouble chez Sarah et très vite une jalousie dramatique vis à vis de sa cousine Julie. Cette dernière apprend alors la puissance du désir et celle de la jalousie. Lorsque Nad est sauvagement agressé, le racisme du village éclate en plein jour et, avec lui, refait surface une histoire bien plus ancienne, celle de Baptiste, le grand-père de Julie et Sarah, dont personne ne parle jamais...

 

couv70496173.gif.jpgSéraphine de Marie Desplechin

Que faire de sa vie quand on a treize ans et qu’on est une fille pauvre, pas laide, sachant lire, sans autre protection que celle d’un vieux curé, d’une tante prostituée et d’une veuve ronchon ? Nonne ? Jamais. Séraphine est trop insolente. Couturière ? Non plus. Elle a trop envie de parler et de voir du monde. Peut-être qu’un jour les femmes pourront devenir juges, gendarmes ou avocats et faire de la politique… Peut-être même qu’un jour Dieu Lui-même sera une femme. Mais, pour l’instant, nous sommes en 1885, à Paris, ou plutôt à Montmartre. Le souvenir de la Commune est encore vif chez les uns. Les autres s’occupent de l’enterrer définitivement en bâtissant, là-haut sur la butte, le Sacré-Cœur. Et Séraphine ne voit qu’une solution pour mener la vie libre et sans misère dont elle rêve : s’en remettre à sainte Rita, la patronne des causes désespérées…

 

51AoClHPX7L._SY445_.jpgL'étang aux libellules de Eva Ibbotson

L'étang aux libellules était hors du temps, à l'abri de la guerre : protégé, intime, magnifique... Le roi de Berganie vient d'être assassiné pour s'être opposé à Hitler. Un groupe d'enfants va venir en aide au jeune prince héritier désormais menacé. A leur tête, une fougueuse jeune fille, Tally, éprise de liberté et "résistante" sans le savoir.

 

 

 

Dans ma PAL

 

 

 

couv25170453.jpgLe Secret des abeilles de Sue Monk Kidd

Caroline du Sud, été 1964. Lily, quatorze ans, grandit entre un père intransigeant et Rosaleen, sa nounou noire qui l'élève depuis la mort de sa mère. Lorsque, au cours d'émeutes raciales, Rosaleen est gravement blessée, elles décident de s'enfuir toutes les deux... Un trio de productrices de miel, femmes généreuses et cocasses, les recueilleront et accompagneront Lily dans l'exploration de sa propre histoire.

 

 

 

couv70309869.jpgLa Voleuse de livres de Markus Zusak

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...

 

 

couv17683467.jpgEntre toi et moi de Stephen Emond

Chaque hiver, Evan, 17 ans, attend avec impatience que Lucy vienne pour Noël. Depuis tout petit, Evan est fasciné par elle, peut-être même encore plus depuis qu’elle a déménagé voilà cinq ans. Cette année, Lucy a changé, son ex-voisine et amie d’enfance a les cheveux teints en noir corbeau, elle porte un piercing dans le nez et ne dit plus un mot. Mais derrière Lucy la gothique, Evan est persuadé que se cache toujours la Lucy d’avant. Celle avec laquelle il a inventé et dessiné des années durant la bande dessinée secrète qui raconte leur histoire. Evan veut retrouver cette Lucy-là, pour savoir s’il est encore son ami ou veut devenir son petit ami… Mais est-ce que les contraires peuvent s’attirer? Peut-elle se transformer en amour ?

 

 

couv48883153.gif.jpgLe Tour d'écrou de Henry James

Existe-t-il plus grand plaisir que d'écouter des récits macabres, la veille de Noël, dans une vieille maison isolée ? Qu'il est diabolique le frisson qui glace alors les sangs... Qu'il est divin le cri des femmes épouvantées... Ce ne sont pourtant que des histoires... Tandis que celle-ci... Elle a été vécue... Par des enfants encore, deux petits orphelins, si admirablement gracieux, si serviables et si doux... Et leur gouvernante, une jeune fille des plus honnêtes. Ce qu'ils ont vu, ce qu'ils ont enduré et les circonstances extraordinaires des événements qui les ont... Mais non ! c'est trop horrible... Ça dépasse tout... en pure terreur ! Car le pire, c'est de savoir que, justement, on ne saura jamais tout...

 

couv49163982.png.jpgTess d'Uberville de Thomas Hardy

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle met au monde meurt en naissant. Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler. Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.

 

 

 

J'ai lu et aimé

 

 

 

couv8811456.jpgChicago blues de Corrine Albaut

¤ Mon avis sur ce livre ¤

" Ma chère Clara, je te souhaite une bonne et heureuse année. Je ne t'oublie pas, et je reviendrai te demander en mariage lorsque je serai un homme. " Cette phrase, rédigée d'une belle écriture penchée, à l'intérieur d'une carte de Noël représentant deux enfants glissant sur une luge, m'est parvenue lorsque j' avais à peine six ans. Postée à Chicago. Signée : François Scherrer. Ce n'est pas lui qui l'a écrite, c'est sa mère. Ce n'est pas moi qui l'ai lue, c'est ma mère. Nous étions encore à l'école maternelle ! Cette carte, je l'ai toujours, et François... je l'ai secrètement attendu longtemps... [...] Une attente qui conduira Clara à étudier l'anglais, à se passionner pour le rock'n'roll et les Etats-Unis... et à partir à la découverte de Chicago.

 

couv66326644.jpgEncore plus haut de Rosalind Beardshaw & Janet Bingham

¤ Mon avis sur cet album ¤

Petit Renard est très curieux. Il aimerait bien savoir où s'arrête le ciel. Grâce à son papa, il comprendra que le ciel, comme l'amour, est infini.
Une histoire poétique à lire avant d'aller au lit.

 

 

 

 

 

couv29467828.jpgEntre Dieu et moi, c'est fini de Katarina Mazetti

¤ Mon avis sur ce livre ¤

Linnea a quinze ans, plein de complexes et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête. La seule qui la comprenait, c’était Pia, sa meilleure amie, son amie pour la vie… enfin, pour cent vingt jours, “sans compter les week-ends”, Linnea a fait le calcul une fois. Depuis que Pia est morte. Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l’amour, de la mode, de Markus, le beau gosse dont toutes les filles rêvent, de son père qu’elle voit deux fois par an, de sa mère qui vit avec son nouveau conjoint une relation tumultueuse. Et de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie “croire en Dieu” ? Car ce n’est pas exactement la même chose que le père Noël. Une chose est sûre, ce n’est pas la peine de compter sur Dieu pour résoudre les équations du second degré. Seulement voilà, Pia n’est plus là. Alors Linnea se souvient, puisque, comme dit son excentrique grand-mère, “pour pouvoir oublier quelque chose, il faut d’abord bien s’en souvenir”. La verve comique et tendre de Katarina Mazetti est ici au service d’une adolescente bravache, complexée, drôle, curieuse et paumée, qui parle aux murs pour surtout ne se confier à personne. Ce formidable roman sur l’amitié et les tourments adolescents, qui permettra aux jeunes de se sentir moins seuls et aux moins jeunes de comprendre leurs ados préférés, est le premier volume d’une trilogie

 

couv40286874.jpgHollow de Jessica Verday

¤ Mon avis sur ce livre ¤

"On disait qu'elle s'était suicidée. Tout le monde y croyait. On n'arrêtait pas de me poser des questions, encore et encore, pour découvrir si je savais quelque chose. Mais je ne savais rien, alors que j'aurais dû... Cette idée n'a jamais cessé de me hanter." Lorsque Kristen disparait dans d'étranges circonstances, Abbey refuse d'admettre la perte de son amie. La jeune fille rencontre alors au cimetières de Sleepy Hollow un mystérieux garçon qui pourrait l'aider à faire son deuil... Mais la découverte d'un journal intime bouleverse toutes ses certitudes.
Abbey connaissait-elle vraiment sa meilleure amie ?

 

couv26018607.jpgIna et Aslak, apprentis bûcherons de Tore Renberg & Oyvind Torseter

¤ Mon avis sur cet album ¤

Ina aime : le violet et courir vite, vite, vite. Son petit frère, Aslak, aime : sa grande soeur et les tracteurs. Ensemble, ils vont braver le froid de l’hiver avec un objectif en tête : abattre un arbre ! Et trouver un tracteur… Une traversée tendre et poétique au coeur de la forêt norvégienne.

 

 

 


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog