Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #thrillers - policiers -... catégorie

2017-03-09T16:40:08+01:00

J'irai mourir sur vos terres

Publié par MyaRosa

Let Me Die In His Footsteps - Lori Roy

313 pages, éditions Du Masque, mars 2017

L'histoire :

  Tout le monde sait qu’il n’y a rien après les champs de lavande des Holleran, si ce n’est la propriété des Baine. Et tout le monde sait aussi que Juna est à l’origine de la haine entre les deux familles.
 
 Tout a commencé en 1936 dans la petite ville du Kentucky. Avant qu’il ne rencontre Juna, Joseph Carl était le meilleur des frères Baine. Mais cette année-là, elle a posé ses yeux noirs ensorceleurs sur lui. Et le pire est arrivé.
Vingt ans plus tard, Annie Holleran, la jeune nièce de Juna, s’aventure en zone interdite. Lorsque minuit retentit, elle scrute la surface de l’eau du puits sur le domaine des Baine, pensant, selon une vieille légende, pouvoir y lire son avenir. Mais au lieu de son futur amoureux, elle découvre, avec horreur, un cadavre. Et si cette mort annonçait le retour tant redouté de Juna ? Annie craint qu’une menace rôde de nouveau sur leurs familles, inexorablement liées par les secrets sanglants qui hantent leurs terres.

 

Mon avis :

 

 Cela fait plusieurs années que je vois passer les romans de Lori Roy. Ils m'ont toujours attirée et pourtant je n'ai jamais sauté le pas avant d'avoir entre les mains le petit dernier, "J'irai mourir sur vos terres". Je n'ai pas regretté une seule seconde d'avoir choisi ce livre parmi tous les titres de ma bibliothèque car j'ai été séduite dès les premières lignes et jusqu'au dernier mot.

 

 Souvent, on est charmé par une histoire ou par une plume, mais quand on est scotché par les deux, quelque chose d'un peu magique se produit alors. C'est ce qui m'est arrivé avec ce roman sans que je m'y attende. J'ai été comme envoûtée, hypnotisée, fascinée par l'écriture si belle de Lori Roy, par cette histoire si singulière mêlant secrets de famille, mystère et noirceur mais surtout par cette atmosphère tellement particulière qui nous prend à la gorge dès les premières lignes. La tension est tellement forte qu'elle est presque palpable. Quelque chose de terrible est arrivé et quelque chose de plus terrible encore va se produire. On n'en sait pas plus mais c'est là, on le sent jusqu'au plus profond de nous. On le redoute autant qu'on l'attend.

 

 On frémit en dévorant les pages de ce livre et on en oublie tout le reste. On n'est plus ici et maintenant. On est là-bas, dans le Kentucky, en 1936 et aussi en 1952, avec Annie, Juna, Sarah, Ryce, Dale et tous les autres, entre les champs de tabac et de lavande dont l'odeur imprègne presque nos vêtements tant le décor est bien planté. C'est un livre tellement bien écrit qu'il est difficile d'en parler. Cela ne lui rend pas justice. Il est vraiment difficile d'expliquer la beauté des mots et la force de ce texte. Plus difficile encore de décrire la magie qui opère.

 

 

 J'ai vraiment aimé découvrir la vie de ces gens, leur quotidien, le travail dans les champs, les tâches domestiques tellement différentes de celles d'aujourd'hui, la vie de famille et le rôle de chacun si bien défini, le regard des autres et l'importance du qu'en-dira-t-on. Et puis, il y a aussi cette peur de la foudre divine et le poids des superstitions tellement écrasant. Il est question de don, de malédiction, d'un regard tellement noir qu'on préfère regarder ailleurs et s'en éloigner. Il y a quelque chose de vraiment déstabilisant autour de tout cela. L'auteur sème le doute et on en vient nous-mêmes à se poser la question. A croire en l'incroyable. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont l'auteur aborde la complexité des relations au sein d'une famille et plus particulièrement au sein d'une fratrie ainsi que la façon dont elle décrit comment les jeunes filles envisageaient leur avenir à cette époque et leur vision de l'amour.

 

Ce roman m'a fait penser à plusieurs romans très différents mais qui m'ont tous marqué par leur atmosphère si prenante et si singulière. Je pense à "Tandis que j'agonise" de William Faulkner, "Prémonitions" d'Alice Hoffman et aussi à "Arrive un vagabond" de Robert Goolrick. Des romans dans lesquels l'atmosphère est puissante mais aussi dans lesquels la terre joue un rôle à part entière tant elle est présente et essentielle à la vie de ces hommes. Ils s'en remettent à elle, ils l'écoutent. Elle tient leur vie entre ses mains. Les mauvaises récoltes, les hivers rudes, les étés étouffants... La terre a sa part de responsabilités dans les événements qui arrivent et les secrets, les mensonges et la douleur des hommes sont profondément enfouis en elle. Ils sont intimement liés. Pour des raisons différentes, ce roman m'a aussi fait penser à "La Couleur du lait" de Nell Leyshon et à "A la grâce des hommes" de Hannah Kent. C'est sans doute pour les descriptions de la vie modeste et des tâches domestiques à une autre époque que la nôtre, la rudesse des conditions de vie et aussi pour la justice et la façon dont étaient réglées les affaires il n'y a finalement pas si longtemps que ça...

 

  Ce que Lori Roy a réussi à faire avec ce roman est vraiment incroyable, je trouve. Imaginez un peu, la tension est là dès les premières lignes et elle perdure sur plus de 300 pages ! Il n'y a rien de fade entre ces lignes, tout explose. La passion, l'amour et l'attachement sont aussi puissants que la haine et la folie. On ne peut pas y être insensible. On le vit, on le ressent. On est aussi tendu que le sont les personnages et on termine cette lecture à bout de souffle, totalement épuisés par toutes ces émotions fortes qui nous ont traversé de part en part. C'est une lecture puissante, vibrante, hypnotique et troublante que je ne vais pas oublier. Un roman qui m'a fascinée, scotchée et bouleversée. Un livre que je vais relire et que je vous envie d'avoir à découvrir. Juna, Sarah, Annie et les autres personnages de ce roman me hanteront longtemps et je vais me jeter sur les autres romans de Lori Roy dès que possible.

 

 

En quelques mots :

Coup de coeur.

Une lecture magnifique, étrange, puissante, hypnotique et délicieusement sombre.

Un roman superbement écrit. Une atmosphère et une tension incroyables.

 

 

Voir les commentaires

2017-03-02T09:00:59+01:00

Hadès

Publié par MyaRosa

Hades - Candice Fox

330 pages, éditions Michel Lafon, février 2017

L'histoire :

 Frank Benett, flic quadra expérimenté, rejoint la brigade criminelle de Sydney. Il fait la connaissance d’Eden, sa coéquipière désignée, sous l’œil malveillant de son frère et collègue Eric qui prend la nouvelle recrue de haut. Leur première enquête débute aussitôt : des corps démembrés auxquels il manque des organes ont été découverts dans une marina. Grâce à une liste officieuse de demandeurs, Frank et Eden mettent au jour un trafic, orchestré par un seul homme, invisible et méthodique.

 Mais Frank est distrait par les doutes qu’il nourrit au sujet d’Eden et Eric. À quoi correspond la liste de noms raturés qu’il a trouvée dans le portefeuille d’Eden ? Pourquoi a-t-elle une photo d’Hadès, la légende du crime qu’on surnomme le Seigneur des Bas-Fonds ?

 Frank a mis le doigt dans un engrenage malsain et dangereux dont il va bientôt comprendre toute l’ampleur…

 

Mon avis :

 

 Très belle découverte que ce thriller hypnotique et très cinématographique venu tout droit d'Australie. On y rencontre Frank Benett, un flic séducteur et impertinent, qui m'a un peu déroutée au départ par son franc parler et sa façon de penser. Il essaie de s'intégrer dans la brigade qu'il vient de rejoindre, mais sa coéquipière, la belle Eden, est étrange et distante et son frère qui n'est jamais loin d'eux ne cesse de le provoquer. Pourtant, loin d''effrayer Frank, cela ne fait qu'attiser sa curiosité...

 

 L'équipe enquête sur une affaire vraiment glauque. Ames sensibles s'abstenir. Il est question d'organes, de démembrement et autres joyeusetés aussi sanglantes qu'écoeurantes. L'intrigue est vraiment prenante et ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Il y a de nombreux rebondissements et le texte est très fluide. On ne voit pas le temps passer et c'est tellement bien écrit qu'on a l'impression que tout se passe sous nos yeux. Ce roman m'a vraiment fait penser à une série TV.

 

Et puis, il y a toute cette histoire autour d'Hadès, personnage absolument fascinant. J'ai adoré découvrir son univers et ses secrets et apprendre à le connaître un peu mieux. J'ai aimé la manière dont l'auteur nous montre qu'il ne faut pas se fier aux apparences et cette façon qu'elle a de nous pousser à nous interroger sur le bien et le mal. Elle fait surgir de la lumière, de l'amour et de la bonté là où on ne les attend pas tandis que le pire, l'horreur, l'indicible est là, juste sous nos yeux.

 

 La construction du roman m'a également beaucoup plu. Il y a des éléments que l'auteur nous laisse deviner assez rapidement sans que pour autant le suspense ne soit gâché. On est terriblement intrigué par toute cette histoire et on a vraiment envie de tout savoir et surtout de savoir comment ça va se terminer... J'ai adoré ! On retrouvera les personnages dans "Eden" en octobre prochain et "Fall" en février 2018. J'ai déjà hâte !

 

 

En quelques mots :

Un thriller très sombre et cinématographique qui m'a beaucoup plu.

Une lecture hypnotique, dérangeante et captivante !

 

Voir les commentaires

2017-02-20T06:00:00+01:00

Le Couple d'à côté

Publié par MyaRosa

The Couple Next Door - Shari Lapena

361 pages, éditions France Loisirs, février 2017

L'histoire :

La baby-sitter leur a fait faux bond, et alors ? Invités à un dîner chez leurs voisins, Anne et Marco décident de ne pas renoncer à leur soirée. Cora, leur bébé de six mois, dort à poings fermés et ils ne sont qu'à quelques mètres. Que peut-il arriver ? Toutes les demi-heures, l'un ou l'autre va vérifier que tout va bien. Pourtant, quand à une heure déjà avancée, le couple regagne son domicile, c'est un berceau vide qui les attend.
Désespérés mais aussi dépassés, les jeunes parents attirent les soupçons de la police : Anne en dépression depuis son accouchement, Marco au bord de la ruine... les victimes ont soudain des allures de coupables. Dans cette sombre histoire, chacun semble dissimuler, derrière une image lisse et parfaite de terribles secrets. L'heure de la révélation a sonné.

 

Mon avis :

 

 Encore bonne pioche avec ce thriller qui m'a captivée et a su me surprendre du début à la fin. Le point de départ est déjà glaçant pour le lecteur. On s'imagine tout de suite à la place des parents. On se doute de leur angoisse, du sentiment de culpabilité qui doit peser sur eux et on imagine sans peine ce que doivent penser les gens de ce couple qui a laissé son bébé tout seul à la maison. On se demande où est la petite Cora et si elle va bien. On ne sait pas du tout s'il s'agit d'un acte prémédité, d'un enlèvement spontané ou bien d'autre chose. L'auteur sème le doute, brouille les pistes et nous balade avec beaucoup d'aisance et de facilité.

 

 Ce qui m'a plu, dans ce thriller, c'est que tout le monde est louche. Tout le monde semble avoir quelque chose à cacher. On soupçonne tout le monde, on s'attend à tout. C'est un roman addictif très facile à lire et surtout difficile à lâcher. On a vraiment envie de savoir. Quand on croit être sur une piste, un nouvel élément vient tout remettre en cause et nous faire douter. On se demande sans cesse qui ment et qui dit la vérité voire même qui manipule qui. Peu à peu, les vilains petits secrets de chacun ressortent, les langues se délient, le passé ressurgit mais loin d'éclairer l'affaire, cela la corse encore plus. Plusieurs pistes sont crédibles et on ne sait pas vers laquelle aller. C'est un roman plus complexe qu'il n'y paraît, très bien ficelé, plein de rebondissements et de surprises. Je ne m'attendais pas à ça. J'ai adoré !

 

 

En quelques mots :

Un thriller bien ficelé et très addictif qui ne manque pas de rebondissements.

J'ai passé un très bon moment.

 

 

Voir les commentaires

2017-02-07T21:56:11+01:00

La Loi des Sames

Publié par MyaRosa

Kautokeino, en blodig kniv - Lars Petterson

528 pages, éditions Folio, novembre 2016

L'histoire :

Kautokeino. Localité de Laponie norvégienne où des Sames – un peuple autochtone – continuent à vivre de l’élevage des rennes, et selon des traditions ancestrales. Anna Magnusson, jeune substitut du procureur à Stockholm, mène une existence à mille lieues de ses origines sames, que sa mère a reniées en venant vivre en Suède… Jusqu’au jour où sa grand-mère l’appelle à l’aide : son cousin Nils Mattis est accusé de viol. Chargée de trouver un arrangement avec la plaignante, Anna accepte de retourner à Kautokeino, qui n’évoque pour elle que de lointains souvenirs d’enfance.
Une fois sur place, rien ne se passe comme prévu. Traitée comme une étrangère, Anna se trouve confrontée aux lois implicites qui règnent dans ces contrées reculées. Entre les menaces qu’elle subit et les vérités qu’on lui cache, la jeune femme se rend compte que cette affaire de viol n’est que la partie émergée d’une situation bien plus complexe. Commence pour elle une périlleuse enquête, qui lui fera redécouvrir ses racines et l’univers de ses ancêtres.
Originellement conçu comme un scénario, La loi des Sames est un thriller qui se vit, se voit, se ressent.
Le regard fin et perçant de Lars Pettersson nous plonge au cœur de la société same. En suivant son héroïne courageuse et sensible, incarnation de la tension entre le moderne et le traditionnel, le lecteur saisit en profondeur ce qui pourrait sembler indicible : le poids des attentes familiales, la place des origines dans le façonnement de notre identité, la majesté des paysages polaires…

 

Merci à Livraddict et aux éditions Folio pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 Très différent de mes dernières lectures, ce polar m'a entraîné dans le Grand Nord, à la découverte des Sames, peuple autochtone fascinant. Si vous aimez les polars rythmés, pleins de rebondissements et de suspense, passez votre chemin ! En revanche, si l'idée d'un voyage hors du commun vous tente, si vous cherchez du dépaysement et de l'évasion et si vous souhaitez découvrir un territoire méconnu, ce livre est fait pour vous !

 

 On y fait la connaissance d'Anna, une jeune femme dynamique et brillante qui se rend sur la terre de ses ancêtres pour aider sa famille. Elle ne sait pas vraiment ce qu'on attend d'elle et pourtant, elle n'hésite pas à tout laisser en plan pour répondre à cet appel à l'aide. Mais une fois sur place, elle n'est pas vraiment accueillie à bras ouverts... Il faut dire que sa famille n'a toujours pas digéré le fait que sa mère ait décidé de quitter son peuple pour aller vivre ailleurs.

 

 Le roman met vraiment l'accent sur les différences entre la vie des sames et la vie moderne. Les conditions de vie sont très difficiles, la façon de penser très singulière et les moeurs encore plus. De la neige à perte de vue, des kilomètres de routes désertes sur lesquelles on préfèrerait ne jamais tomber en panne. La beauté sauvage à l'état pur. La nature dans toute sa splendeur. J'ai adoré ce voyage !

 

 L'enquête est finalement placée au second plan, mais ça ne m'a pas dérangé. J'ai vraiment aimé les paysages, la découverte de la culture des sames, l'ambiance, la beauté sauvage de la nature et ses dangers... Quelle aventure ! Ne vous y trompez pas, ce roman est loin d'être léger. C'est noir, dur, il y a des ressentiments, de la violence, de la haine mais également beaucoup de pureté et de beauté. Ce que je retiendrai de cette lecture, c'est surtout le parcours d'Anna, la façon dont cette expérience la fait grandir. J'ai trouvé sa démarche touchante. Elle tente de racheter les "fautes" de sa mère et de se rapprocher des siens, mais c'est loin d'être évident.

 

En quelques mots :

Un roman dépaysant. Des paysages à couper le souffle. Des conditions de vie très difficiles. Le poids des traditions et du passé. Un roman lent mais prenant qui nous fait sortir des sentiers battus. Une belle découverte.

 

Voir les commentaires

2017-02-02T21:02:08+01:00

Cet été-là

Publié par MyaRosa

The Bright Forever - Lee Martin

320 pages, éditions Sonatine, février 2017

L'histoire :

Tout ce qu'on a su de cette soirée-là, c'est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Katie. Que s'est-il réellement passé cet été là ? Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ? Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d'un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

 

Mon avis :

 

 Je ressors de cette lecture complètement chamboulée et je ne sais pas du tout par où commencer pour vous en parler. Ce qui m'a plu tout de suite, c'est cette façon qu'a l'auteur de planter le décor avec aisance et de nous plonger dans une atmosphère particulière grâce à la magie des mots. Même si on sait que quelque chose de terrible s'est produit, on arrive presque à l'oublier tant l'auteur nous met à l'aise. Imaginez un peu... Une petite ville américaine ordinaire de celles à côté desquelles on passe sans s'arrêter. Une petite ville en apparence sans histoire où tout le monde connaît tout le monde. Les soirs d'été se suivent et se ressemblent. Il fait chaud. On boit du thé glacé et on joue aux cartes sur les porches. On discute entre voisins. On entend les rires des enfants qui jouent. L'air sent bon le gazon fraîchement tondu, les roses et les grillades. La vie s'écoule paisiblement. On se sent bien, on a l'impression que l'été durera toujours, qu'on a la vie devant soi et qu'il ne peut rien nous arriver. Et pourtant... Pourtant, c'est un soir d'été comme celui-là que la petite Katie, 9 ans, disparaît mystérieusement. Que lui est-il arrivé ?

 

 Trente ans après les faits, des habitants de cette petite ville de l'Indiana racontent. Proches, voisins, tous nous dévoilent leurs souvenirs de cet été-là. Grâce à leurs témoignages, les pièces du puzzle se mettent peu à peu en place et leurs différentes voix viennent rendre l'atmosphère de cet été 1972 encore plus palpable. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai grandi dans une petite ville de ce genre, mais cela a fait remonter en moi énormément de souvenirs d'enfance. Je me suis souvenue des soirées d'été passées dans le jardin, des jeux dans le lotissement avec d'autres enfants. Nous étions si heureux, si libres, si insouciants. Comme Katie, nous pensions aux longues journées qui nous attendaient et s'étiraient infiniment, totalement aveugles aux problèmes et aux secrets des grandes personnes. Et c'est justement parce que cette atmosphère, cette douceur de vie, cette insouciance de l'enfance, est si bien retranscrite que le drame qui arrive est plus terrible encore et nous frappe de plein fouet. Parce qu'on prend conscience, maintenant qu'on n'est plus enfant, qu'on n'est jamais à l'abri. Que l'horreur peut s'abattre sur nous n'importe quand et surtout quand on ne s'y attend pas. Que la sécurité n'est qu'une illusion.

 

 Cette disparition inquiétante va faire ressortir les vilains petits secrets de chacun. J'ai vraiment aimé la façon dont Lee Martin perçoit et décrit ses personnages. A aucun moment il ne les juge. Il n'est pas question d'être bon ou mauvais. Je pense aussi qu'il y a une part d'ombre en chacun de nous. Ses personnages sont crédibles, vrais et m'ont, pour le plupart, beaucoup touchée. Ils ont des regrets, des envies, des peurs, des sentiments et des désirs qu'ils n'assument pas ou ne comprennent pas vraiment ainsi que des secrets. Certains vivent écrasés sous le poids de leur culpabilité et d'autres se sentent tellement seuls qu'ils sont aveuglés par leur besoin d'aimer et d'être aimé. C'est un livre qui pousse à s'interroger sur la nature humaine et sur la responsabilité. Durant tout le roman, Lee Martin joue sur les contrastes : lumière et obscurité, bien et mal et - il l'explique d'ailleurs lui-même à la fin du livre - s'intéresse aux contradictions qui nous sont communes : solitude et bonheur, sécurité et menace, amour et rejet, complexité et simplicité. C'est un roman poignant, bien construit et vraiment très intéressant à étudier. Par son atmosphère il m'a fait penser à deux romans merveilleux : "Arrive un vagabond" de Robert Goolrick et "La Fin de l'innocence" de Megan Abbott et en raison des questionnements qu'il soulève sur la nature humaine, il m'a rappelé "Un roi sans divertissement" de Jean Giono et "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" de Celeste Ng. Je peux maintenant ajouter "Cet été-là" à la liste des livres qui m'ont vraiment chamboulée.

 

 Ce n'est pas tellement le suspense ou les rebondissements que je retiendrai, mais vraiment cette atmosphère et ce questionnement sur l'humanité. Cette façon de nous dire "Vous vous croyez en sécurité ? Vous pensez connaître les gens qui vous entourent ? Vous croyez que rien ne peut vous arriver sous prétexte que vous êtes chez vous et que le soleil brille ? Détrompez-vous ! TOUT peut arriver. TOUT peut s'écrouler. Cette lecture m'a vraiment secouée. Elle m'a rendue terriblement nostalgique, m'a brisée le coeur et je me suis sentie très mal après l'avoir refermée mais - oui, je sais, c'est étrange - pour moi c'est quelque chose de très positif. J'aime quand un livre me fait ressentir quelque chose de fort, me retourne, me bouscule, me pousse à réfléchir. Le roman de Lee Martin n'est pas de ceux que l'on lit pour se distraire et que l'on oublie après l'avoir refermé, loin de là. Non, il est plutôt de ces livres qui nous poussent à aller plus loin dans la réflexion et avec lesquels on a l'impression qu'il y a un avant et un après. On se sait pas forcément à quel niveau, mais on se sent différent après ce genre de lecture. Grandi. Je suis encore troublée et choquée de tout ce que ce livre m'a fait ressentir et je pense que je vais mettre un moment à m'en remettre.

 

 Petit bonus que j'ai beaucoup apprécié, à la fin du livre, l'auteur nous parle de son roman, de ce qui l'a poussé à l'écrire. Il nous parle aussi de son enfance et d'un souvenir particulièrement marquant et nous dévoile aussi une playlist très détaillée qui correspond bien à son roman et à ses personnages.

 

En quelques mots :

COUP DE COEUR

Magnifique, terriblement noir et poignant, ce roman polyphonique déchirant, plein d'émotions et de contrastes, nous pousse à nous interroger sur la nature humaine. Une lecture aussi fascinante que dérangeante.

 

"Les petites villes ne sont pas différentes des grandes à un égard : partout où il y a un cercle de lumière, il y a aussi quelqu'un qui se tient à l'extérieur."

 

" Le vrai caractère d’un homme se mesure à ce qu’il ferait s’il était sûr de ne jamais être découvert."

 

"C'est drôle comme quelqu'un peut arriver et ouvrir votre vie, vous montrer exactement ce qu'il y a à l'intérieur."

 

"C'était ce qui était bien avec l'été. Il était à vous. Il vous appartenait.

Si vous vouliez rire comme une idiote à une stupide blague d'escargot, vous pouviez. Si vous vouliez vous rouler par terre jusqu'à ce que vos cheveux soient tout ébouriffés et que vous soyez étourdie, hé, qui irait vous en empêcher ?"

 

 

Voir les commentaires

2017-01-29T13:21:07+01:00

Famille parfaite

Publié par MyaRosa

Touch & Go - Lisa Gardner

506 pages, éditions Albin Michel, septembre 2015

L'histoire :

Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamour : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston... une vie de rêve. Jusqu'au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d'effraction, pas de témoin, pas de motif, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l'enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait bien cacher une existence en apparence aussi lisse ?

 

Mon avis :

 

 J'aime beaucoup Lisa Gardner. J'ai déjà lu plusieurs de ses romans et on ne s'ennuie jamais. Le rythme est toujours soutenu, il y a de la noirceur, des rebondissements, du suspense... bref, tout ce que j'aime retrouver dans ce genre de lecture. Je n'en avais pas lu depuis longtemps et ce livre me tentait particulièrement. J'ai un faible pour les histoires de famille qui font ressurgir les secrets de chacun et avec Lisa Gardner, j'étais sûre de ne pas être déçue...

 

 

 Pourtant, je dois reconnaître que, cette fois, je me suis demandée si j'avais choisi la bonne lecture... Le début m'a beaucoup intriguée, mais une fois l'histoire mise en place, j'ai trouvé le temps long. Il ne se passait pas grand chose et j'avais vraiment l'impression qu'on tournait en rond. Ce qui n'est vraiment pas habituel dans les romans de Lisa Gardner. C'était calme. Un peu trop calme. Mais heureusement, à la moitié du livre à peu près, j'ai retrouvé tout ce que j'aimais tant dans les romans de Lisa Gardner et même si ça a pris plus du temps qu'avec les autres romans, j'ai fini par être happée complètement par l'histoire.

 

 Le cadre et l'atmosphère oppressante ont été une bonne surprise et m'ont vraiment beaucoup plu, tout comme les petits secrets des membres de la famille que l'on apprend peu à peu et le fait que plusieurs équipes d'enquêteurs soient sur le coup. J'avais plusieurs pistes durant ma lecture et j'ai deviné le fin mot de l'histoire avant la fin du livre, mais ça n'a pas gâché ma lecture tant j'ai trouvé l'idée excellente. En dehors de quelques passages un peu longs, ce roman est captivant, bien écrit et bien construit. C'est très cinématographique. On a l'impression d'assister à toutes les scènes clés du livre et même d'en faire partie. C'est comme si on était à côté des personnages qui vivent un véritable cauchemar. Les personnages sont bien analysés et m'ont tous intéressée, en particulier Libby, mère de famille qui croyait avoir réalisé ses rêves avant de se rendre compte que ce n'était pas tout à fait le cas et qu'elle était finalement bien loin d'être heureuse et plus proche qu'elle ne le pensait de la personne à qui elle ne voulait surtout pas ressembler. Ce roman nous pousse à nous interroger sur la famille, la réussite sociale et le bonheur.

 

 Le dernier tiers est vraiment très rythmé et plein de rebondissements et j'ai trouvé la fin vraiment très bien. La lenteur du début qui m'avait un peu refroidie a été vite balayée par l'action et les rebondissements qui ont suivi et je ne peux que vous recommander ce thriller efficace, captivant et totalement addictif. Je suis déjà en train de choisir mon prochain Lisa Gardner. Si vous en avez à me conseiller, n'hésitez-pas !

 

En quelques mots :

Si le début est un peu long, la seconde moitié du roman nous le fait oublier rapidement tant elle est pleine d'action et de rebondissements. Un thriller classique mais efficace avec lequel on ne s'ennuie pas !

 

 

***

"Voilà une chose que j'ai apprise quand j'avais onze ans ; la douleur a un goût. La question, c'est de savoir celui qu'elle a pour vous." (Page 7)

 

"A la deuxième bouchée de petit pain, les paupières de Z se baissent : le soudain afflux dans son sang de pâte pleine de beurre, de cannelle et de sucre caramélisé le transporte.

Je me demande quel souvenir est en train de lui revenir à cet instant précis. Celui d'une mère, d'une grand-mère, peut-être simplement d'un moment où il s'est senti bien au chaud, en sécurité, aimé. C'est en cela que réside le vrai pouvoir des aliments régressifs : ils ne vous remplissent pas seulement le ventre, ils vous mettent dans un certain état d'esprit. Mon repas sollicite la mémoire de Z, crée un lien qui sera difficile à rompre entre mes roulés à la cannelle et la sensation de bien-être qu'il éprouve. D'où les bons petits plats que je cuisine depuis dix-huit ans pour Justin et son équipe. Parce que rien ne vous vaudra un culte impérissable aussi vite que des cookies aux pépites de chocolat encore tièdes. Dans ces cas-là, même la brute la plus endurcie redevient aussitôt un petit garçon et déguste une douceur de son enfance en regardant celle qui la lui a donnée avec une adoration renouvelée." (Page 300)

 

 

Voir les commentaires

2017-01-18T10:19:08+01:00

Le Détour

Publié par MyaRosa

The Detour - S. A. Bodeen

249 pages, éditions Michel Lafon, septembre 2016

L'histoire :

À seulement 17 ans, Livvy Flynn est déjà romancière à succès et s'est construit un empire grâce à sa série phare. Tout semble lui sourire jusqu'au jour où, seule au volant, elle détourne un instant ? les yeux de la route de campagne et c'est l'accident...

En se réveillant, l'adolescente découvre avec horreur qu'elle est emprisonnée dans une cave.

Comment s'est-elle retrouvée là ? Qui l'a enfermée ? Son accident était-il le fruit du hasard ?

Alors qu'elle tente de rassembler les pièces du puzzle, elle réalise qu'elle a été enlevée par une mère et sa fille totalement désaxées et sans pitié.

Livvy ne pourra compter que sur son courage et sa ténacité pour se sortir de cet enfer. À moins qu'il ne soit déjà trop tard.

 

Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 Les avis sur ce livre sont assez mitigés voire plutôt négatifs, mais le résumé me plaisait bien et j'avais envie de m'en faire ma propre idée. J'ai bien fait car j'ai passé un très bon moment. Je me suis lancée sans attente particulière et j'ai lu ce livre quasiment d'une traite. C'est un roman qui se lit vraiment tout seul et qui ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Je pense qu'il souffre surtout de ne pas attirer le public visé. En effet, c'est un roman que je ne recommanderai pas forcément aux grands amateurs de thrillers qui aiment les intrigues sombres et glaçantes qui vont loin la noirceur et dans le travail des personnages et leur psychologie. Le roman de S. A. Bodeen est un roman qui s'adresse plutôt aux adolescents. Je le recommande dès 14-15 ans et je pense que c'est un bon livre pour faire découvrir les thrillers à un jeune public. Il m'a fait penser à d'autres romans policiers et thrillers jeunesse/jeunes adultes qui m'avaient bien plu comme la série Clairvoyance d'Amélie Sarn dont j'ai lu les deux tomes (La Maison de l'ombre et La Falaise écarlate) ou encore la série Bleu Cauchemar de Laurie Faria Stolarz ainsi que d'autres thrillers publiés dans les collections Black Moon et Territoires il y a quelques années (Le Cueilleur de fraises, Jeu Mortel à Echo Bay, Notre secret, Fleur de fantôme, etc...).

 

 Livvy est absolument détestable dès la première page. Elle a de quoi être fière de son succès, c'est vrai, mais elle est carrément imbuvable. Je me suis dit que ça allait être difficile de lire tout un livre avec un personnage principal aussi antipathique. Et pourtant... C'est bien joué de la part de l'auteur car elle nous dévoile son personnage au fil des pages. Livvy est loin d'être aussi sûre d'elle qu'elle ne le laisse imaginer à ses lecteurs. C'est une fille fragile qui a beaucoup souffert et qui a bien l'intention de prendre sa revanche mais, même si elle prétend le contraire, elle est loin d'être guérie de son passé. Cette mésaventure va encore enfoncer le couteau dans la plaie, obliger Livvy à se remettre en question et nous permettre à nous lecteurs de la découvrir autrement.

 

 J'ai trouvé ce huis clos vraiment très addictif. Je n'arrivais plus à lâcher mon livre ! Ce livre a des défauts certains : les ficelles sont grosses et ça manque vraiment de subtilité. On nous offre toutes les clés et les indices sur un plateau donc on devine ce qui se trame assez rapidement, mais pourtant, ça n'a pas gâché ma lecture. Même si je savais pourquoi, j'avais envie de savoir si Livvy allait s'en sortir et surtout comment. Je voulais découvrir ses réactions, savoir si elle allait remettre en question ses choix et sa façon d'être, j'avais envie de connaître ses secrets pour comprendre ce qui l'avait poussé à devenir comme ça. C'est un roman qui donne vraiment envie de regarder au-delà des apparences et qui met en garde sur certains dangers dont je ne parlerai pas en détails au risque de trop en dévoiler. Pour moi, c'est un bon roman pour un jeune lecteur qui souhaiterait lire un premier thriller. Le côté huis clos est très réussi et nous tient en haleine malgré le côté prévisible de l'histoire.

 

En quelques mots :

Une lecture prévisible mais addictive et intéressante. Je la recommande aux jeunes lecteurs (dès 14-15 ans) qui ont envie de découvrir les thrillers et romans policiers.

 

 

Voir les commentaires

2017-01-17T12:45:18+01:00

La Veuve

Publié par MyaRosa

The Widow - Fiona Barton

410 pages, Fleuve Noir, janvier 2017

L'histoire :

Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir… non ?

La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire.
Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque.
Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime.
Depuis ce jour, plus rien n’a été pareil.
Jane devient la femme d’un monstre aux yeux de tous.
Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquillité, même après un acquittement.
Mais aujourd’hui, Glen est mort. Fauché par un bus.
Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l’histoire ?

 

Mon avis :

 

 Voilà un thriller comme je les aime. Pas d'effusion de sang, d'excès de violence ou de détails glauques, mais une ambiance pesante et très sombre et une histoire qui nous tient en haleine du début à la fin. "La Veuve" se dévore en un rien de temps et nous laisse un sentiment étrange après sa lecture.

 

 Tout commence bien après les faits. Glen est mort, renversé par un bus. Les journalistes et enquêteurs se bousculent chez Jane pour connaître le fin mot de l'histoire. Son mari était-il vraiment coupable ? A-t-il enlevé et fait souffrir la petite Bella ? Où est-elle, aujourd'hui ? Jane était-elle au courant de quelque chose ? A-t-elle vraiment tout dit à la police ? A-t-elle joué un rôle dans la disparition de l'enfant ? Couvrait-elle son mari ? Avait-elle peur de lui ? Des tas d'hypothèses ressurgissent et Fiona Barton nous fait revenir en arrière pour que l'on essaie de démêler nous-mêmes le vrai du faux.

 

 

 Au fil des chapitres, les personnages se dévoilent et leurs secrets aussi. L'auteur sème le doute dans notre esprit, nous fait tout reprendre à zéro en oubliant ce qu'on croyait savoir. La psychologie des personnages est travaillée et passionnante. On se glisse dans leurs peaux pour mieux les comprendre et on s'interroge sur leurs pensées, leur passé, leurs réactions... On suit également l'enquête du point de vue des enquêteurs et des journalistes, totalement obsédés par l'affaire. J'ai trouvé cette idée intéressante et bien exploitée. Les thèmes abordés sont très actuels et c'est un thriller qui fait froid dans le dos et donnera quelques frissons à tous les parents, c'est certain. Je crois que j'aurais aimé encore un peu plus de rebondissements, mais j'ai vraiment apprécié cette lecture pour son atmosphère dérangeante et la manière dont l'auteur nous balade. Je n'ai pas vu le temps passer et le personnage de Jane est assez fascinant. Victime ? Bourreau ? Manipulatrice ? Innocente ? Femme soumise ? Saurez-vous lire entre les lignes et démêler le vrai du faux ? En tout cas, une chose est sûre, vous ne pourrez pas quitter ce livre avant de connaître la vérité !

 

En quelques mots :

Un thriller psychologique addictif et captivant.

Une atmosphère sombre et pesante.

J'ai beaucoup aimé.

 

 

Voir les commentaires

2017-01-10T10:12:38+01:00

Agatha, es-tu là ?

Publié par MyaRosa

Nicolas Perge & François Rivière

281 pages, éditions Du Masque, janvier 2017

L'histoire :

Le 3 décembre 1926, Agatha Christie disparaît mystérieusement.
« Ni vivante… ni morte… » Ces quelques mots d'un ami médium résonnent fortement dans l'esprit d'un Conan Doyle fatigué. Le vieil auteur de Sherlock Holmes s'est juré de tout mettre en œuvre pour retrouver sa jeune consœur, volatilisée alors que la gloire commençait à poindre avec son dernier roman, Le Meurtre de Roger Ackroyd. Enlèvement ? Assassinat ? Fugue ? Conan Doyle veut comprendre, savoir pourquoi … Mais y a-t-il un pourquoi ?
Réfugiée dans l’hôtel d'une ville thermale du Yorkshire sous une fausse identité, Agatha Christie cherche un peu de paix. Elle ignore que les chiens se sont déjà lancés sur ses pas…
 Inspiré de faits réels, Agatha, es-tu là ? convoque avec insolence et violence deux immenses monuments du roman criminel et fait d'eux les victimes d'une comédie macabre où les masques s'arracheront un à un, à coups de lame.
 
 
Mon avis :
 
 Depuis quelque temps, mes lectures tournent beaucoup autour de Conan Doyle et d'Agatha Christie. Je ne pouvais donc pas passer à côté de cette lecture qui s'inspire d'un fait réel : la disparition étrange et mystérieuse de la reine du crime au cours de l'année 1926. Un fait divers qui a intrigué toute l'Angleterre et même Conan Doyle en personne. Aujourd'hui encore, certaines parties de l'histoire restent floues et de nombreuses hypothèses continuent de circuler, ce qui a le don d'inspirer les auteurs, les journalistes et les amateurs de romans policiers.
 

 

 J'ai beaucoup aimé ce roman. Les chapitres sont courts et bien construits. On suit plusieurs personnages à la fois. On alterne souvent entre Agatha Christie et Conan Doyle. La lecture est fluide et bien rythmée. On suit avec plaisir les recherches de Conan Doyle, son avancée dans l'enquête toute particulière puisqu'en plus des indices et de la logique, spiritisme et mediums sont au rendez-vous ! J'ai particulièrement aimé les passages dans lesquels il est question de sa famille. Beaucoup de pudeur, mais surtout beaucoup d'amour et d'affection.
 
 J'ai aimé suivre Agatha et j'ai trouvé que son personnage était bien travaillé. On a du mal à la cerner. On la sent perdue, déboussolée. Il est difficile de démêler le vrai du faux. Et puis, il y a toute cette histoire construite autour qui vient pimenter encore un peu le récit et inquiéter le lecteur. Les rebondissements sont nombreux et on ne s'ennuie pas une seconde. J'ai passé un très bon moment et j'ai maintenant encore plus envie de découvrir Agatha Christie et Arthur Conan Doyle.
 

 

En quelques mots :
Un roman difficile à lâcher. Une lecture agréable et mystérieuse.
 
 
 
A lire aussi :
 

Voir les commentaires

2017-01-03T21:08:34+01:00

L'Affaire de la belle évaporée

Publié par MyaRosa

A Friendly Game Of Murder - J. J. Murphy

328 pages, éditions Baker Street, novembre 2016

L'histoire :

31 décembre, New York, pendant la Prohibition. En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, et l’hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s’arrête pas là : quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l’extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne. Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l’enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D’un étage à l’autre, questions, dilemmes et révélations s’enchaînent et s’entrechoquent...

 

Mon avis :

 

 "L'Affaire de la belle évaporée" est la second volume de la série "Table Ronde" (Algonquin Round Table Mysteries) de J. J. Murphy et fait suite au roman "Le Cercle des plumes assassines". Dans cette série, l'auteur redonne vie au petit cercle de l'Algonquin auquel appartenait notamment la célèbre Dorothy Parker. Les membres de ce club étaient très joueurs et aimaient beaucoup les jeux de mots et les défis. Au fil des pages, personnages, lieux et faits réels et fictifs se mélangent et s'entremêlent. Je n'avais pas lu le premier volume, mais j'avais très envie de lire ce roman qui se déroule durant le réveillon du nouvel an. Même si j'adore les années folles, je dois avouer que j'avais un peu peur que ce roman soit un peu too much et que ça sonne faux à cause des personnages ayant réellement existé peut-être, mais... je me suis trompée ! Je me suis vraiment trompée et tant mieux. Je me suis régalée et j'ai adoré ! J'en veux encore !

 

 L'histoire se déroule sur une période très courte. L'hôtel l'Algonquin accueille des gens de passage, des personnalités qui sont là pour fêter le nouvel an ainsi que des résidents permanents. Lorsque plusieurs cas de variole sont détectés, l'hôtel est mis en quarantaine immédiatement et tout ce beau monde se retrouve bloqué au même endroit. Le célèbre Douglas Fairbanks propose alors d'inviter tout le monde à sa réception du nouvel an, mais la soirée vire au drame lorsqu'un cadavre est retrouvé dans la baignoire... La victime n'est pas une inconnue. C'est une célébrité qui a marqué la soirée en faisant un coup d'éclat. Elle qui était pimpante et révoltante l'instant d'avant est passée de vie à trépas en un rien de temps. Pendant que les rumeurs enflent dans les couloirs de l'hôtel, le meurtrier court toujours... Pire encore, il semblerait que les invités soient bloqués dans l'hôtel avec un cadavre ET un meurtrier.

 

 

 J'ai adoré ! J'ai vraiment adoré ! On se croirait vraiment à une autre époque et on a l'impression d'être, nous aussi, bloqués dans cet hôtel. J'ai trouvé la plume de l'auteur vraiment agréable. Pas de lourdeur ni de longueur,mais beaucoup de traits d'esprit, de jeux de mots et d'humour dans ce huis clos palpitant, et pas une seconde d'ennui ! On court dans les couloirs et on observe chaque recoin de l'hôtel en quête d'indices. On trépigne, on frémit, on rit. Il y a beaucoup de rebondissements, les personnages sont intrigants et les dialogues sont vraiment savoureux. Même en cherchant bien, je ne trouve pas de point négatif à ce cozy mystery. J'ai adoré, tout simplement. Et je n'ai qu'une envie : dévorer d'autres enquêtes de Dorothy et ses amis !

 

Les couvertures de la série en VO

 

Les couvertures françaises du premier volume de la série.

 

 

En quelques mots :

Une lecture savoureuse et totalement addictive. J'ai adoré !

 

Voir les commentaires

2016-12-28T23:37:55+01:00

Retour à la nuit

Publié par MyaRosa

Eric Maneval

141 pages, éditions 10/18, novembre 2016

L'histoire :

Antoine a 8 ans. C’est la fin du mois d’août dans la Creuse. Il joue dans une rivière dangereuse lorsque des troncs d’arbres portés par le courant l’assomment. Il se réveille dans un fourgon en compagnie d’un inconnu qui lui apprend qu’il vient de lui sauver la vie. L’homme le dépose à l’hôpital de Limoges et disparaît. Vingt ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un centre pour ados. À la télévision, on reparle de l’affaire du « découpeur » suite à la découverte de nouveaux témoignages. Lors de la reconstitution de l’enquête, Antoine reconnaît dans un portrait-robot l’homme qui lui a sauvé la vie dans la rivière.

 

Mon avis :

 

 Dès les premières lignes de "Retour à la nuit", j'ai été happée par l'écriture quasi hypnotique d'Eric Maneval et je me suis plongée dans cette histoire à corps perdu. Il y a d'abord cette scène qui, on le sait déjà, finira mal : des enfants insouciants qui jouent dangereusement dans l'eau sans même avoir conscience des risques qu'ils prennent. Jusqu'à l'accident qui prend une tournure inattendue et se termine finalement mieux que prévu mais étrangement tout de même. L'histoire reprend ensuite vingt ans plus tard. Antoine, que l'on connaît déjà, mène une existence tout à fait normale. Il travaille de nuit dans un foyer qui accueille des enfants et des adolescents malmenés par la vie et un peu paumés et il prend son rôle très à coeur. Chaque jour la même routine, le même rythme, les mêmes personnes croisées. Jusqu'à ce jour où une émission de télévision fait tout basculer et force Antoine à se replonger dans son passé et à remettre en cause ce qu'il croyait savoir. Pour le meilleur, et pour le pire...

 

 Eric Maneval joue avec le lecteur, le balade, le manipule, le pousse à s'interroger et à tirer ses propres conclusions. C'est quelque chose qui peut dérouter, mais qui m'a beaucoup plu. Si le récit commence de manière classique, très vite, des petites choses étranges semées ça et là viennent semer le doute dans notre esprit. Et puis, il y a ce questionnement perpétuel sur le bien et le mal. Est-on vraiment mauvais si on fait de bonnes choses ? Peut-on être un héros et un monstre en même temps ? Les choses sont-elles forcément noires ou blanches ? J'ai aimé cette ambivalence permanente et cette atmosphère étrange et pesante qui s'installe au fil des pages. Cette façon d'aborder le passé, la souffrance, les secrets enfouis, les blessures de l'enfance qui ne guérissent jamais. C'est un récit vraiment troublant et déstabilisant qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant. La fin est frustrante, c'est vrai, mais ce roman ne me laisse pas une impression négative, loin de là. Il m'a vraiment remué et me laisse un sentiment étrange. Vertige, folie, cauchemar, terreurs enfantines, passé trouble, réminiscence, angoisse, mal-être, douleur... On navigue en eaux troubles entre réalité et cauchemar, entre bon et mauvais, entre bien et mal et on ne sait jamais de quel côté on est vraiment. Bluffant !

 

En quelques mots :

Un récit aussi déstabilisant que fascinant qui laisse une impression étrange. Une écriture hypnotique et percutante. J'ai beaucoup aimé.

 

 

Voir les commentaires

2016-11-02T15:16:52+01:00

Nous allons mourir ce soir

Publié par MyaRosa

The Grownup - Gillian Flynn

60 pages, éditions Sonatine, novembre 2016

Quatrième de couverture :

"Quelqu'un vous ment. On dirait que vous allez devoir choisir à quelle histoire vous accordez votre foi. Qu'est-ce qui vous rassurerait le plus ?"

 

Mon avis :

 

 A chaque roman, Gillian Flynn me surprend et me scotche complètement. J'aime son côté irrévérencieux, sa façon de provoquer et de choquer le lecteur. Elle arrive à nous entraîner dans des histoires sordides et dérangeantes sans que jamais l'idée nous traverse de refermer le livre et d'en rester là. On boit chacun de ses mots. On est comme hypnotisé. On a beau savoir que ça va mal se terminer, on continue à avancer, à s'enfoncer plus profondément dans le piège infernal qu'elle nous tend.

 

 "Nous allons mourir ce soir" n'est pas un roman, mais une nouvelle et même si c'est un format que j'apprécie beaucoup, j'avais un peu peur que ça fonctionne moins bien, que ça ne me fasse pas le même effet. Je suis ravie de vous dire que je me suis trompée et qu'elle m'a encore bluffée. Dès les premières phrases, on reconnaît sa plume. Cette façon bien à elle de cracher les mots comme ils sortent, sans pudeur, sans aucune gêne mais avec beaucoup de cynisme.

 

 

 L'héroïne de cette nouvelle est une femme qui a l'habitude de manipuler les autres. C'est même grâce à cela qu'elle survit. Elle observe et finit toujours par savoir où appuyer pour parvenir à ses fins. C'est ainsi qu'elle se retrouve à Caterhook Manor, une demeure victorienne chargée d'un lourd passé. Là-bas, un adolescent étrange tyrannise sa belle-mère et surgit des recoins à la manière d'un fantôme. Des choses étranges se déroulent dans cet endroit et la narratrice qui n'est pas du genre à croire en ces choses-là se met à douter de tout et de tout le monde... Celle qui avait toutes les cartes en main se retrouve, comme le lecteur, démunie et fragile. Que se passe-t-il vraiment dans cet endroit ?

 

 J'ai tout simplement adoré ! L'écriture de Gillian Flynn est incisive et savoureuse. On se prend au jeu dès les premières pages et elle nous entraîne dans une atmosphère angoissante digne des plus grands romans d'épouvante qui nous tient en haleine jusqu'au dénouement parfaitement maîtrisé. On passe d'une réalité sordide à des histoires de meurtres, de fantômes, de maisons hantées et de possessions qui ne sont pas moins dérangeantes. C'est un livre qui vous tiendra éveillé et que vous lirez d'une traite tant vous aurez envie de connaître le fin mot de l'histoire. Attention aux ombres, aux craquements et aux planchers qui grincent...

 

Et avant que j'oublie, le livre en lui-même est superbe. Couverture épaisse, brillante et cartonnée. Papier noir. Format agréable. Un collector à avoir dans sa bibliothèque. Moi, j'aime beaucoup.

 

En quelques mots :

J'ai adoré !

Une nouvelle parfaitement maîtrisée et réussie dans laquelle on retrouve le talent indéniable de l'auteur. Suspense et frissons garantis !

 

Voir les commentaires

2016-10-10T18:57:43+02:00

Ainsi fleurit le mal

Publié par MyaRosa

Black-Eyed Susan - Julia Heaberlin

559 pages, Presses de la Cité, septembre 2016

L'histoire :

« J'ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi. »
À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d'ossements humains et au côté d'un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.
Presque vingt ans ont passé. Aujourd'hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n'ont pas eu sa chance –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l'assaille... Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

 

Mon avis :

 

 Je vais être honnête. J'avais très envie de découvrir ce roman, mais je ne m'attendais pas du tout à ça. Je ne sais pas si c'est parce que l'héroïne a seize ans, parce que cette couverture fait très young-adult ou bien à cause du résumé, mais j'imaginais plutôt un thriller destiné à un public ado. Une histoire prenante, mais classique et plutôt prévisible. Une sorte de mise en bouche pour les jeunes qui voudraient découvrir les thrillers. Bref, un roman sympa mais pas inoubliable. Quelle erreur, mais quelle grossière erreur !

 

 J'ai honte d'avouer que j'ai commencé cette lecture avec ces idées en tête et pourtant, je suis tellement contente de m'être trompée ! Quelle claque ! Je ne m'attendais vraiment pas à découvrir un roman aussi complexe et bien construit. Une intrigue qui tient la route et qui a su me surprendre. Un style fabuleux, très agréable à lire avec beaucoup de piquant, d'humour et d'originalité. Une atmosphère sombre voire carrément glauque mais aussi terriblement envoûtante et même hypnotique. J'ai adoré les personnages, toutes les références et les thèmes que l'on retrouve au fil des pages et qui m'ont passionné : les contes de fées, les poètes mélancoliques, Poe et ses histoires macabres, les tueurs en série, etc...

 

 J'ai adoré les personnages, le fait que l'on découvre Tessa a différentes époques et cette relation si forte et si fusionnelle qu'elle a avec sa meilleure amie. On ne sait vraiment pas dans quoi on met les pieds lorsque l'on commence ce livre, et c'est tant mieux ! On se laisse vraiment balader. On navigue entre le passé et le présent. Les sujets abordés sont très intéressants. L'auteur nous renseigne sur l'ADN et l'avancée des recherches scientifiques ainsi que sur la complexité de l'esprit humain. Elle nous pousse à nous questionner sur la peine capitale. Elle s'est beaucoup documentée pour écrire son roman et ça se sent. Elle nous délivre des informations aussi pertinentes que passionnantes. J'ai adoré !

 

 Et puis, il y a cette ambiance difficile à décrire, presque gothique alors que c'est pourtant un roman très moderne. Ce quelque chose de morbide et de mystérieux qui pourrait rebuter mais qui m'a totalement fasciné. Il faut dire que ça commence dès le début avec une scène assez décalée dans une vieille maison pleine de poussière, de recoins et de secrets. Et ça continue tout le long du roman avec les voix des "Marguerite" qui hantent Tessa, la fascination de l'un des personnages pour les scènes de crimes et les détails sanglants mais aussi des tas d'allusions aux contes, les vraies versions, celles qui se terminent mal...

 

 Que s'est-il vraiment passé, il y a vingt ans ? Pourquoi Tessa ne se souvient-elle pas ? Est-ce le tueur qui lui envoie des messages ou bien quelqu'un de dérangé qui veut s'amuser un peu ? Sont-elles vraiment en sécurité, elle et sa fille ? Le suspense est maintenu jusqu'au bout et le dénouement est à couper de souffle. J'avais terriblement envie de connaître le fin mot de l'histoire, mais je n'avais aucune envie de quitter les personnages et cette atmosphère si prenante. Cela faisait vraiment longtemps que je n'avais pas aimé un thriller à ce point. J'étais partagée entre l'envie de n'en faire qu'une bouchée et le besoin de faire durer le plaisir plus longtemps. J'ai retrouvé mon livre avec plaisir à chaque fois et je me sens toute triste de l'avoir terminé... C'est un thriller que j'ai déjà envie de relire et c'est assez rare pour être signalé !

 

En quelques mots :

COUP DE COEUR !

Un thriller époustouflant à découvrir absolument !

Une intrigue mystérieuse et fascinante. Une écriture hypnotique et très plaisante. Une ambiance sombre et gothique à laquelle je ne m'attendais pas et que j'ai adoré. Un roman qui m'a tenu en haleine et m'a vraiment scotché. Je n'avais pas envie que ça s'arrête... Il n'y a rien à jeter. C'était parfait !

 

 

Voir les commentaires

2016-09-28T15:41:23+02:00

Le Sang du monstre

Publié par MyaRosa

Good Me, Bad Me - Ali Land

348 pages, éditions Sonatine, septembre 2016

L'histoire :

Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée dans une famille d’accueil aisée, les Thomas-Blythe. Elle vit aujourd’hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de mener une existence normale et d’être quelqu’un de bien. Elle a néanmoins beaucoup de difficultés à communiquer avec les ados de son âge et préfère les enfants plus jeunes, plus particulièrement une petite fille vulnérable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille des Thomas-Blythe, qui ignore tout de sa véritable identité. À l’ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d’un cran pour la jeune fille dont le comportement va bientôt se faire de plus en plus inquiétant.

 

Mon avis :

 

 Le sujet de ce roman est vraiment difficile. Cette fois, on s'intéresse aux proches des tueurs en série. On se questionne sur ce qu'ils peuvent ressentir : honte ? culpabilité ? tristesse ? colère ? peur ? mais aussi sur la façon dont ce qu'ils ont vécu influence le reste de leur vie et leurs relations avec les autres. Annie n'a pas eu une enfance commes les autres. Elle a vu et vécu des choses terribles et inimaginables et a quinze ans, elle a décidé que s'en était trop et elle s'est mise à parler. Elle a eu le courage de se rebeller et de dénoncer les horreurs commises par sa mère. Mais peut-on vivre avec le poids de la culpabilité ? Peut-on oublier des années de malveillance et les choses horribles que l'on a vu ? Peut-on vivre normalement, se reconstruire ailleurs ? En attendant le procès de celle qui l'a élevé, Annie - devenue Milly, tente de mener une vie normale dans sa famille d'accueil mais l'autre adolescente qui partage son quotidien chez les Thomas-Blythe et qui ne sait pourtant rien de son histoire n'accepte pas cette intrusion et fera tout pour lui mener la vie dure. Jusqu'au point de non retour...

 

 Qu'il est captivant, ce roman ! Et pourtant, on se sent un peu coupable d'apprécier cette lecture tellement ce qu'on lit nous dérange. C'est sombre, vraiment très noir et on sent que ça va mal finir. On a beaucoup de mal à cerner Milly. Elle a une personnalité trouble et c'est ce qui la rend si fascinante. On a beaucoup d'empathie pour elle et en même temps on la trouve bizarre et pour cause puisqu'elle nous livre ses pensées les plus intimes, ses pulsions, ses cauchemars, cette ombre qui la hante et ses sentiments mêlés. C'est assez déstabilisant, comme expérience. Elle arrive rapidement à cerner les personnes qui l'entourent, relevant les failles de chacun mais se trompant aussi parfois sur leur compte... C'est un personnage vraiment complexe car elle est intelligente, observatrice et meurtrie. On la sent parfois vulnérable et fragile comme une petite fille et d'autres fois manipulatrice et même carrément "mauvaise". C'est troublant et dérangeant.

 

 Pour un premier roman, c'est vraiment bluffant. L'auteur n'a pas choisi la facilité et nous décrit une personnalité vraiment intéressante et assez effrayante. C'est un thriller sombre et bien construit qu'on n'a vraiment pas envie de lâcher et qui nous hante lorsqu'on le referme. J'ai souvent pensé à Milly durant ma lecture et quand je fermais le livre, j'avais parfois l'impression d'entendre, moi aussi, des voix d'enfants et des appels au secours. Brrr ! C'est troublant et vraiment angoissant. Je n'oublierai pas Milly. Je n'oublierai pas ce livre.

 

 

En quelques mots :

Un thriller déroutant et angoissant qui vous tiendra en haleine jusqu'à la fin. Nuits blanches assurées !

 

Voir les commentaires

2016-09-21T21:04:56+02:00

Le Piège

Publié par MyaRosa

Die Falle - Melanie Raabe

345 pages, éditions JC Lattès, septembre 2016

L'histoire :

L'auteur à succès Linda Conrads n'a pas quitté sa maison depuis onze ans. Hantée par la mort de sa soeur et par le visage de son assassin, qu'elle a surpris juste avant qu'il ne prenne la fuite, elle vit désormais recluse. Mais quand apparaît sur son écran de télévision un journaliste, elle le reconnaît immédiatement : il s'agit du meurtrier.

 Elle décide alors d'utiliser l'intrigue de son prochain roman pour lui tendre un piège. Pourtant, tandis que son plan prend forme et que le passé refait surface, le doute surgit. Si longtemps après le drame, et après tant d'années de solitude, Linda peut-elle encore se fier à ses souvenirs et à ses certitudes ?

 

Mon avis :

 

 "Le piège" (Die Falle) est le premier roman de Melanie Raabe. Déjà traduit dans une vingtaine de langues, ce thriller allemand n'a pas fini de faire parler de lui. En ce qui me concerne, j'ai passé un très bon moment et je ne peux que recommander ce livre à ceux qui aiment le suspense et les huis clos.

 

 

 Les journées de Linda Conrads se suivent et se ressemblent. Totalement ravagée par la mort brutale de sa soeur, elle s'est enfermée dans sa bulle et n'a pas mis un orteil dehors depuis plus d'une décennie. Elle reçoit quelques coups de téléphone et des visites de son assistante et de son éditeur, mais elle n'a que peu de contacts avec le monde extérieur. La fraîcheur d'une matinée d'automne, le bruits des vagues, les embouteillages et la chaleur des nuits d'été sont devenus plus que de lointains souvenirs, des choses totalement abstraites qui ne semblent exister que dans les histoires que l'on raconte aux enfants. A sa manière, Linda s'évade et voyage... sans bouger de chez elle. Elle ne souffre pas de la situation, elle ne connaît plus rien d'autre. C'est sa vie, tout simplement.

 

 Pourtant, la télévision va soudainement la ramener à la réalité et plus précisément onze ans en arrière lorsqu'elle a découvert le corps de sa soeur et aperçu son meurtrier avant qu'il ne prenne la fuite. L'assassin n'a jamais été arrêté malgré le portrait-robot et les déclarations effectués par Linda alors imaginez le choc lorsqu'elle le découvre à l'écran ! Courageusement, elle décide d'utiliser la seule arme à sa portée : l'écriture. Dans son nouveau roman, elle relatera en détails l'horrible meurtre de sa soeur afin de faire venir "le monstre" jusqu'à elle pour que, cette fois, il ne puisse pas s'en sortir. Si au début tout se passe à merveille, les choses vont prendre une tournure vraiment inattendue...

 

 

 Melanie Raabe est très forte car elle arrive à semer le doute du début à la fin. Elle nous balade vraiment d'un rebondissement à l'autre. Elle se moque gentiment de nous, joue avec nos nerfs. On se sent, nous aussi, pris au piège, mais on ne sait pas par qui. L'atmosphère est pesante et un peu angoissante. Après avoir essayé de démêler le vrai du faux, j'ai choisi de me laisser porter et je peux vous dire que ça a été une drôle d'expérience ! J'ai adoré être surprise à chaque nouvelle révélation, douter de tout et de tout le monde, me tromper, me glisser dans la peau d'un esprit un peu dérangé, frissonner, espérer ou redouter que... C'est un très bon roman qui devrait séduire les amateurs de thrillers, mais pas seulement car l'auteur a choisi de bousculer un peu les codes en mélangeant les genres et elle nous offre un roman dans lequel l'amour, le frisson et le suspense sont au rendez-vous. Une belle surprise !

 

Des petits pois pour Marielle et Milly... <3

 

En quelques mots :

Une lecture fascinante ! Je n'ai pas vu le temps passer...

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog