Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #litterature francophone catégorie

2020-09-03T13:07:04+02:00

Comme un homme

Publié par MyaRosa

Florence Hinckel

64 pages, éditions Nathan, septembre 2020

Quatrième de couverture :

Il était parti dès qu'il avait su, mû par un instinct animal. Juste se protéger du froid, juste saisir la carabine de chasse au passage, et juste une pensée en tête.
Je vais le tuer
.

 

Mon avis :

 

 Encore un récit prenant et percutant de la collection "Court toujours" qui est décidément une valeur sûre ! J'ai adoré cette histoire. On ne sait pas trop de quoi il s'agit ni où on met les pieds, mais on est tout de suite embarqué dans une aventure périlleuse et on sait qu'on n'en sortira pas indemne.

 

 C'est l'histoire d'un adolescent et de sa mère. Un terrible secret de famille va ressurgir. Il pourrait faire voler en éclats la confiance qu'ils ont l'un pour l'autre ou au contraire les rapprocher et les rendre  fiers l'un de l'autre. Quel chemin vont-ils choisir ? Il y a la route bien dégagée de la haine et de la vengeance, mais il y a peut être un autre chemin moins évident ? Quel choix vont-ils faire ?

 

 J'ai beaucoup aimé cette histoire et le fait qu'elle se passe dans un décor sauvage et grandiose qui lui donne un impact plus fort encore. J'ai aimé ressentir toutes les émotions qui traversent le personnage principal, partager ses doutes et ses décisions, le voir devenir un homme. La relation entre la mère et son fils est touchante. Les mots sont forts. C'est un roman court mais intense et marquant. A découvrir absolument !

 

 

Voir les commentaires

2020-09-03T08:35:53+02:00

Son Héroïne

Publié par MyaRosa

Séverine Vidal

64 pages, éditions Nathan, septembre 2020

L'histoire :

Rosalie vient en aide à Jessica, agressée dans le tram. Elle la raccompagne chez elle, revient le lendemain demander des nouvelles, s'accroche. Petit à petit, la vie de Jessica vire au cauchemar...

 

Mon avis :

 

 C'est aujourd'hui que sortent les 6 titres de la nouvelle collection des éditions Nathan ("Court toujours") qui propose de courts romans percutants à destination des adolescents et jeunes adultes. Une application à télécharger permet d'accéder à la version numérique et à la version audio du livre. Une bonne manière de rendre la lecture plus accessible ! Je suis très emballée par le concept et ne manquerai pas de vous reparler de cette collection. Pour plus d'infos, rendez-vous ici et .

 

 Pour débuter ma découverte, j'ai choisi le récit de Séverine Vidal. C'est l'histoire d'une jeune fille qui se fait aborder dans le tram par un homme désagréable qui ne semble pas comprendre le mot "non". La jeune fille ne sait pas trop comment s'en débarrasser, surtout que les autres passagers font comme s'ils ne remarquaient rien, jusqu'à ce qu'une femme lui vienne en aide. Reconnaissante, la jeune fille tient à la remercier sans se douter qu'elle met les pieds dans un terrible engrenage...

 

 Difficile de parler de ce livre sans trop en dire, mais franchement j'ai adoré ! C'est très bien écrit et on se laisse tout de suite emporter par l'histoire sans trop savoir où l'on va. Il n'y a pas de longueurs, c'est addictif et plein de rebondissements. L'atmosphère est inquiétante, pesante et en même temps hypnotique. Je suis sûre que c'est un livre qui pourrait séduire les ados et jeunes adultes. Mission accomplie ! Je suis déjà impatiente de me plonger dans les autres titres de la collection et de découvrir d'autres romans de Séverine Vidal notamment "Soleil glacé" dont on m'a dit beaucoup de bien.

 

Voir les commentaires

2020-07-14T08:12:50+02:00

La Part des anges

Publié par MyaRosa

Bruno Combes

372 pages, éditions Michel Lafon, juin 2020

L'histoire :

Lisa a perdu le goût de vivre depuis la mort accidentelle de son fils. Avec son mari et sa fille, elle quitte Paris pour s’installer dans une ferme isolée au fin fond du Périgord, La Part des Anges, dans l’espoir de se reconstruire. En vain… Jusqu’au jour où Lisa découvre, niché dans le grenier de la vieille bâtisse, le journal d’Alice qui a vécu à La Part des Anges quatre-vingts ans auparavant. Page après page, Alice y raconte toutes les épreuves que la Seconde Guerre mondiale lui a fait traverser, de son mari déporté en Allemagne aux pires souffrances qu’elle a dû endurer pour assurer la sauvegarde de sa famille. Deux âmes égarées vont ainsi se rencontrer à l’abri des murs de ce lieu mystérieux. Devant le courage d’Alice, Lisa trouvera-t-elle la force de se reconstruire ?

DEUX EPOQUES... DEUX FEMMES... UNE LEÇON DE VIE ET D’ESPOIR

 

Mon avis :

 

 J'étais impatiente de découvrir ce livre qui semblait réunir tout ce que j'aime, mais je suis finalement restée un peu sur ma faim. C'est un roman très agréable à lire. Les pages défilent toutes seules et on arrive à la fin sans avoir vu le temps passer, mais il m'a manqué quelque chose.

 

 J'ai été sensible à l'histoire d'Alice et à La Part des anges qui est un personnage à part entière de l'histoire, mais j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Lisa. Elle est tellement fermée, tellement repliée et centrée sur elle-même que j'ai eu du mal à la trouver sympathique. Bien sûr, elle a ses raisons, mais j'ai eu beaucoup de mal à comprendre ses choix, notamment celui de confier sans arrêt sa fille à une parfaite inconnue qu'elle n'aime pas du tout et qui ne lui inspire pas confiance. De toutes façons, c'est quelque chose qui n'engage que moi mais bien souvent dans les romans qui alternent passé et présent je suis plus sensible au passé et ça a encore été le cas ici. J'ai trouvé l'histoire d'Alice poignante et passionnante alors que le quotidien de Lisa m'a ennuyé et j'ai trouvé les dialogues et ses relations avec les autres assez superficiels. Pour moi, ça sonnait faux. Il n'y a finalement qu'à la toute fin du livre que je me suis attachée à elle.

 

 Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié les descriptions du Périgord et cette nouvelle vie idyllique à la campagne qui fait vraiment rêver. J'ai aimé me plonger avec Lisa dans les lettres échangées par Alice et Gabriel et dans le carnet d'Alice même si là encore, je crois que j'en attendais plus. Je m'attendais à être emportée dans un tourbillon d'émotions et finalement je suis restée un peu en dehors. C'était un peu trop gentil, un peu trop convenu et un peu trop prévisible à mon goût. Les passages philosophiques ne m'ont pas convaincu non plus. J'aurais aimé être plus surprise par la tournure prise par l'histoire, même si j'ai trouvé la fin touchante.

 

Voir les commentaires

2020-06-20T07:06:57+02:00

L'île aux enfants

Publié par MyaRosa

Ariane Bois

218 pages, éditions Charleston, mai 2020

Présentation de l'éditeur :

Pauline, six ans, et sa petite soeur Clémence coulent des jours heureux sur l'île qui les a vues naître, la Réunion. Un matin de 1963, elles sont kidnappées au bord de la route et embarquées de force dans un avion pour la métropole, à neuf mille kilomètres de leurs parents. À Guéret, dans la Creuse, elles sont séparées.

1998 : quelques phrases à la radio rouvrent de vieilles blessures. Frappée par le silence dans lequel est murée sa mère, Caroline, jeune journaliste, décide d'enquêter et s'envole pour la Réunion, où elle découvre peu à peu les détails d'un mensonge d'État.

À travers l'évocation de l'enlèvement méconnu d'au moins deux mille enfants réunionnais entre 1963 et 1982, dans le but de repeupler des départements sinistrés de la métropole, Ariane Bois raconte le destin de deux générations de femmes victimes de l'arbitraire et du secret.

 

Mon avis :

 

 Avant de découvrir ce roman, je n'avais jamais entendu parler de cette histoire dramatique qui n'est pourtant pas si ancienne. Des années 1960 jusqu'au années 1980, des milliers d'enfants réunionnais ont été retirés de leurs familles sous divers prétextes et mensonges et envoyés en métropole pour repeupler certaines régions et souvent servir de main-d'oeuvre gratuite. A travers le récit fictif de deux soeurs séparées à leur arrivée en France, Ariane Bois nous fait découvrir cette sombre affaire et rend un hommage poignant à ces enfants qui ont été privés de leur innocence et de leur identité et à ces familles brisées et manipulées par l'Etat.

 

 Impossible de rester de marbre face à cette histoire. Impossible de ne pas être sensible au sort de Pauline et de Clémence que l'on transporte d'un endroit à un autre sans qu'elles n'aient pu dire au revoir à leur famille ou obtenir la moindre explication. Et que dire de Gaëtan et du triste sort qui l'attend en métropole ? Tant de violence et de manque de considération pour ces familles modestes et ces enfants qui n'ont rien demandé et vont devoir se construire tant bien que mal sur des mensonges, des doutes et des questions sans réponse.

 

 J'ai été totalement happée et choquée par cette histoire et j'ai lu ce livre d'un bout à l'autre en retenant difficilement mes larmes. Quel gâchis ! Quelle honte ! Il faudrait faire lire ce livre à tout le monde pour que ces faits sortent de l'ombre et que cette histoire ne soit jamais oubliée. J'ai beaucoup aimé l'écriture d'Ariane Bois ainsi que la construction de ce livre et la sensibilité avec laquelle est abordée la quête identitaire de ces enfants qui sont partagés entre l'envie et la peur de connaître la vérité. Les descriptions de la Réunion m'ont transportée jusque là-bas et j'espère voir un jour de mes propres yeux les lieux décrits au fil des pages.

 

 

 Une lecture poignante et révoltante qui ne peut laisser personne indifférent.

 

 

Voir les commentaires

2020-06-11T13:02:35+02:00

Du rififi au Camboudin

Publié par MyaRosa

Maude Mihami

242 pages, éditions NiL, juin 2020

L'histoire :

"Et zut ! Il était perdu. Désiré entendait déjà les commentaires de son prédécesseur derrière son dos : "Il va pas tenir deux semaines, c'est moi qui vous l'dis ! On va l'retrouver crevé au fond d'un bois."


1974. Le Camboudin est un petit village breton bien tranquille. Mais l'arrivée de Désiré Diallo, un jeune médecin noir, va venir tout bouleverser. Entre le patois local qu'il ne comprend pas, une biquette en chaleur qui bêle toutes les nuits et une vieille ivrogne solitaire, il aura fort à faire pour trouver sa place ! Heureusement, il rencontrera Alfréd, un jeune garçon pas comme les autres, pourvu d'une imagination débordante et d'un courage sans bornes.

 

Mon avis :

 

 Après m'être régalée avec "Les Dix Voeux d'Alfréd" et "Les Amours d'Alfréd", j'avais hâte de retourner au Camboudin et de retrouver Nénette, Tophile, Gégène, les deux Alfred et les autres. Ce tome tient toutes ses promesses. Cette fois encore, j'ai pris un plaisir fou à suivre les aventures de tout ce petit monde. J'ai pris mon temps pour lire ce livre car je n'avais pas du tout envie de quitter les personnages. Sachez qu'il est parfaitement possible de lire ce livre sans avoir lu les deux précédents, mais c'est tellement chouette que vous aurez forcément envie de lire les trois !

 

 Dans sa trilogie, Maude Mihami dresse le portrait d'une petite communauté rurale dans les années 1970. Tous ces gens que l'on rencontre au fil des pages ont une vie très modeste, ont une manière de s'exprimer bien à eux et ont presque toujours un verre et une bouteille à portée de main, mais ce sont surtout des gens simples et honnêtes qui ont le coeur sur la main. On s'attache irrémédiablement à eux, au point d'avoir l'impression de faire partie de ce monde, et on voudrait ne plus jamais les quitter.

 

 C'est pétillant, drôle, émouvant et plein de vie ! L'écriture est savoureuse. On en voudrait encore ! Il était peut être risqué d'en faire une trilogie et pourtant l'auteure a relevé le défi haut la main. Loin de s'essouffler, l'univers d'Alfréd est de plus en plus drôle et de plus en plus émouvant. J'ai adoré suivre l'évolution des personnages, apprendre à connaître ceux qui de prime abord m'étaient moins sympathiques et découvrir sous un autre jour ceux que je pensais avoir cerné. J'ai adoré Désiré, nouveau personnage de ce tome, dont l'arrivée vient pimenter la vie au Camboudin et qui va par la suite apporter beaucoup de sérénité et de fraîcheur et se faire une place dans ce petit village breton. Beaucoup de rebondissements dans ce tome mais surtout beaucoup d'amour et d'émotions. La fin est parfaite même si ça m'a brisé le coeur de devoir dire au revoir à ces personnages que j'aime tant. J'ai refermé ce livre avec des larmes plein les yeux mais aussi avec le sourire jusqu'aux oreilles.

 

 

 Merci Maude Mihami pour cette magnifique trilogie. Fan de la première heure, je n'ai pas fini d'encourager les gens à découvrir Alfréd et le Camboudin pour qui j'ai une affection particulière. Cette trilogie m'a rendue nostalgique, m'a fait rire et sourire un nombre incalculable de fois, m'a fait pleurer et m'a sincèrement émue. Elle aura toujours une place à part dans ma bibliothèque et dans mon coeur.

 

"Le gosse avait la bouche pleine de mots, ça débordait de partout." (page 27)

"C'est un miracle, ce gosse. [...] Il est plein d'joie et pis il en donne aux autres. Comme si qu'y f'sait exprès d'voir le beau dans le moche." (page 92)

"Cet air sévère sur sa face ronde, ça collait pas. Autant tartiner du miel sur du pain sec." (page 95)

 

 

Voir les commentaires

2020-05-23T16:49:37+02:00

Les Amours d'Alfréd

Publié par MyaRosa

Maude Mihami

252 pages, éditions NiL, mai 2019

L'histoire :

1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, dix ans, aime les cow-boys (beaucoup), les gâteaux (à la folie) et son vénérable papi (passionnément). Il vit avec son chien Biscotte, sa mère qui picole (moins qu'avant !) et Alfred-le-Vieux, son grand-père adoré qui jure aussi bien qu'il prépare le pâté de ragondin. Le jour où une nouvelle institutrice, Mlle Annie, arrive à l’école, rien ne va pas plus au Camboudin : le cœur d’Alfréd s’emballe – et avec lui celui des autres habitants. Quand l’amour se mêle à la trouspignôle, c’est toute la vie du village qui est chamboulée.

 

Mon avis :

 

 Qu'il est bon de retourner au Camboudin déguster les bons gâteaux de Nénette et refaire le monde en buvant de la trouspignôle en bonne compagnie ! Dans cette suite (que l'on peut  lire sans avoir lu "Les Dix Voeux d'Alfréd"), on retrouve avec énormément de plaisir les habitants de ce petit village breton, on s'amuse de leurs petits désaccords et on suit avec plaisir leurs histoires d'amour. Car l'amour, même s'il ne se dit pas, est partout au Camboudin ! Il n'y a qu'à voir Alfréd et son grand-père, aussi touchants l'un que l'autre, qui aiment plus que de raison...

 

 

 Des personnages truculents au franc parler irrésistible qui nous touchent en plein coeur. Beaucoup de simplicité et d'authenticité. La vie, la vraie, avec son lot de douleurs et de déceptions mais aussi ces petites bulles de bonheur qui éclatent sans crier gare. C'est rafraîchissant et tellement charmant ! On rit, on a le coeur qui palpite et il y a quelque chose qui se noue entre les personnages et le lecteur. On se sent privilégié de connaître ce petit monde, on a l'impression de faire partie de cette famille et on n'a pas du tout envie de la quitter. Beaucoup d'émotions, d'humour et de tendresse dans ce roman, des révélations inattendues et des moments qui nous serrent le coeur ou nous donnent envie de rire aux éclats. C'est un roman qui fait du bien, qui se savoure comme un caramel au beurre salé et nous replonge en enfance instantanément, qu'on ait des points communs ou non avec les personnages. C'est un roman qui célèbre les petits plaisirs de la vie, les relations intergénérationnelles, l'amour et l'amitié. On aurait tort de s'en priver ! J'ai adoré !

 

Merci à Maude Mihami pour toutes ces émotions et ces bons moments et merci à Manon Bucciarelli pour ces couvertures géniallissimes qui collent si bien au petit monde d'Alfréd. Je suis fan !

 

Bonnes nouvelles !

Ce roman sortira en poche le 11 juin prochain et le même jour on retourne au Camboudin avec une troisième histoire d'Alfréd ! Elle est pas belle, la vie ?

 

Voir les commentaires

2020-04-24T16:47:46+02:00

Le Goût sucré de la peur

Publié par MyaRosa

Alexandre Chardin

176 pages, Magnard Jeunesse, février 2016

L'histoire :

Louise n’est pas du genre à passer ses journées à se vernir les ongles en rose ou à regarder les mouches voler. Alors quand elle comprend que son frère Joseph et sa bande préparent une expédition super-hyper-méga dangereuse, elle les harcèle jusqu’à ce qu’ils acceptent de la prendre avec eux. La voilà ainsi embarquée avec « le clan » vers le jardin de celle que tout le monde appelle « L’Ortie » : une vieille dame dont la mine inquiétante et la maison sinistre terrorisent les enfants depuis des générations. Son potager regorge de fraises juteuses et de radis croquants, dont Joseph et sa bande aiment se régaler, le visage masqué et le cœur battant. Pourtant, ce jour-là, Louise n’est pas très à l’aise. Et si cette dame n’était pas la sorcière que chacun semble vouloir qu’elle soit ?

 

Mon avis :

 

 Quel bonheur, ce roman ! Il a le goût sucré de la peur, mais aussi le parfum des souvenirs et la douceur des vacances d'été... toutes ces choses propres à l'enfance qui restent ancrées en nous toute notre vie. Alexandre Chardin arrive à nous faire rajeunir et à nous faire passer du rire aux larmes avec une facilité déconcertante. Quel tourbillon d'émotions !

 

 L'histoire de Jeanne m'a beaucoup émue et j'ai adoré Louise. On parle de beaucoup de choses, dans ce roman : des petits bonheurs simples, du temps qui passe, de l'insouciance des plus jeunes, des blessures qui ne guérissent jamais tout à fait, de la solitude, des endroits dans lesquels on se sent bien, des relations frères-soeurs pas toujours simples, du jardinage, de la lecture, de l'amitié et des liens intergénérationnels. Il y a beaucoup de mystères et de secrets autour de Jeanne. Comme Louise, on a envie d'en savoir plus. C'est un livre qui encourage à ne pas se fier aux apparences, à sortir un peu de sa bulle et qui donne envie de s'intéresser davantage aux autres. J'ai aime le fait que l'auteur ne soit pas du tout moralisateur mais regarde avec bienveillance et amusement les petites bêtises des enfants.

 

 C'est avec beaucoup de plaisir que l'on se laisse porter par cette histoire pleine d'authenticité, d'émotions et de poésie. J'ai aimé la pureté et la sagesse de Jeanne et voir la petite Louise prendre de plus en plus confiance en elle et écouter son coeur. Il y a aussi quelque chose de très touchant dans cette fratrie. Le frère et la soeur ne sont pas très proches au début du livre, leurs âges n'aident pas, mais ils vont finir par se voir autrement l'un l'autre, par apprendre à se connaître eux-mêmes et par se rapprocher. C'est un livre qui donne vraiment envie de regarder autour de soi, de prendre soin des autres et de la nature. Il y a beaucoup de bienveillance et d'altruisme dans ces pages. Cela donne envie de s'ouvrir aux autres. C'est un roman qui fait du bien, qui peut plaire à tout âge et que l'on referme avec le sourire et les larmes aux yeux. Ne passez pas à côté !

 

A lire aussi :

Des vacances d'Apache

Voir les commentaires

2020-04-04T10:01:00+02:00

Né d'aucune femme

Publié par MyaRosa

Franck Bouysse

354 pages, La Manufacture de livres, janvier 2019

L'histoire :

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d'une femme à l'asile ». - Et alors, qu'y-a-t-il d'extraordinaire à cela ? Demandais-je. - Sous sa robe, c'est là que je les ai cachés. - De quoi parlez-vous ? - Les cahiers... Ceux de Rose. Ainsi sortent de l'ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquelles elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

 

Mon avis :

 

 Franck Bouysse nous offre un roman choral puissant et d'une intensité dramatique inégalable et parfaitement maîtrisée. L'histoire de Rose, terriblement violente, vous prend aux tripes et vous serre le coeur sans plus jamais vous lâcher. Je suis scotchée par la virtuosité de Franck Bouysse, par son écriture remarquable à la fois pleine de noirceur et de poésie, par cette histoire terrible, par ses personnages crédibles et authentiques auxquels on s'attache sincèrement ou qu'on déteste profondément. L'histoire est tellement triste et terrible qu'on se sent presque gêné de dire qu'on a aimé la lire, et pourtant...

 

 J'ai eu un peu de mal avec les premières pages. J'ai eu peur que l'histoire soit un peu trop centrée sur la religion, mais dès que Rose prend la plume pour nous raconter sa triste histoire, j'ai été totalement absorbée par ma lecture au point de ne plus pouvoir m'en détacher. A chaque fois que je reposais le livre ou que je fermais les yeux pour m'endormir, l'histoire de Rose revenait me hanter. Je ne m'attendais pas à tant de noirceur, de violence et d'émotions. C'est un roman qui parle de courage, de force, de lâcheté, de maternité, d'identité, de la complexité des relations entre les êtres, du mal, des moyens de s'évader du réel, des remords, de la vie et de la mort...

 

 Tellement de misère et de désespoir dans ces pages... Tellement de courage et de force aussi. C'est noir, terriblement noir et en même temps tellement juste dans le propos, dans cette vision de la vie pessimiste et dramatique. Ce roman m'a fait mal. Il m'a vraiment frappé au coeur et m'a tordu le ventre. J'en ai mal dormi, j'en ai pleuré et rarement un livre ne m'aura retourné l'esprit à ce point. Tout le long, dans toute cette noirceur dont ressort tout de même beaucoup d'humanité, j'ai espéré qu'il y aurait une lueur d'espoir. Je ne vous dirais pas ce qu'il en est, mais je peux vous dire que j'ai sincèrement et profondément aimé cette lecture et je sais que je ne l'oublierai jamais.

 

 Il y a des livres qui restent, des histoires qui marquent plus que d'autres et celui-ci en fait assurément partie. Autant pour son histoire que pour l'écriture absolument magnifique et foudroyante de Franck Bouysse. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis retournée en arrière pour relire des passages que je trouvais sublimes. Terriblement tristes ou très noirs, mais sublimes. Et puis franchement, comment oublier Rose ? Parler de ce livre fait tout remonter et je me sens encore bouleversée. Si vous aimez les livres qui vous bousculent et vous marquent, voilà ce qu'il vous faut, mais il ne faut pas avoir peur de souffrir car vous n'en sortirez pas indemnes. Et pourtant, croyez-moi, ce n'est rien comparé à la souffrance infligée aux personnages de ce très beau livre...

***

"Inspirer la pitié à quelqu’un, c’est faire naître une souffrance pas vécue dans un cœur pas préparé à la recevoir, mais qui voudrait pourtant bien en prendre une part, sans en être vraiment capable. La pitié, c’est le pire des sentiments qu’on peut inspirer aux autres. La pitié, c’est la défaite du cœur."

 

"[...] ce n'est pas la vie que l'on offre au final, mais une mort en germe."

 

A lire aussi :

La Couleur du lait

A la grâce des hommes

Voir les commentaires

2020-03-30T15:10:05+02:00

Tu comprendras quand tu seras plus grande

Publié par MyaRosa

Virginie Grimaldi

480 pages, Le Livre de Poche, mai 2017

L'histoire :

A 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu successivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu'au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d'emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.

 

Mon avis :

  Virginie Grimaldi écrit des livres qui font du bien. Véritables antidotes à la morosité, ses romans apportent un souffle de fraîcheur partout où ils vont et nous soufflent à l'oreille qu'il faut profiter de la vie à chaque instant. De l'humour, de l'amour, beaucoup de sensibilité, de générosité et d'émotions, voilà le cocktail dont nous avons tous besoin en ce moment alors franchement, pourquoi s'en priver ? Je me suis prescrit pour ce confinement une cure de Virginie Grimaldi.

 

 Cette fois encore, j'ai adoré ! Ca a été un vrai plaisir de suivre Julia qui ne sait pas trop où elle va, et de la voir grandir et s'épanouir aux côtés des pensionnaires des Tamaris. Ce qui m'a plu, surtout, c'est le réalisme et la crédibilité de l'histoire et des personnages. Dans beaucoup de romans feel good, l'héroïne est au plus mal et devient la femme la plus heureuse du monde avant la fin du livre. Ce n'est pas le cas avec les romans de Virginie Grimaldi. On ne passe pas du noir au blanc comme ça, en claquant des doigts. D'ailleurs, ce n'est jamais ou tout blanc ou tout noir. Pour être heureux, il faut accepter que tout ne soit pas parfait. Il y aura forcément des hauts et des bas, des peines et de la joie dans nos vies. On ne peut pas modifier le passé, on ne peut pas prédire le futur, mais on peut décider de profiter du présent. J'aime cette manière de voir les choses.

 

 J'ai beaucoup aimé ce roman. L'humour de l'auteure est absolument irrésistible ! Elle a vraiment un truc à elle. On reconnaît tout de suite que c'est du Virginie Grimaldi et il y a quelque chose d'un peu intime qui se noue entre elle et le lecteur. Je crois que c'est la première fois que je ressens ça. J'ai l'impression de la connaître, de partager quelque chose avec elle rien qu'en lisant ses livres. J'aime sa spontanéité et son naturel, son audace aussi. J'ai ri à de nombreuses reprises. J'ai adoré le choix et la justesse des mots. J'ai aimé les rebondissements et la manière dont ils arrivent.  Je me suis attachée aux personnage comme si je les connaissais et je ne m'attendais pas à être si touchée par leurs histoires. C'est une belle surprise et je sens que je n'ai pas fini de rire et de pleurer avec les autres romans de l'auteure qui sont déjà dans ma PAL. D'ailleurs, si vous voulez me conseiller un roman en particulier, n'hésitez-pas !  Merci Mme Grimaldi pour ce beau cadeau.

 

 

Voir les commentaires

2020-03-27T16:09:13+01:00

Ma vie, mon ex et autres calamités

Publié par MyaRosa

Marie Vareille

297 pages, éditions Charleston, mai 2019

L'histoire :

Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente et une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain, elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement !

Une série de quiproquos rocambolesques la contraint à affronter sa plus grande terreur – l’avion – et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine.

Évidemment, là non plus, rien ne se passe comme prévu…

 

Mon avis :

 

 En ce moment, j'ai envie de lectures légères et rigolotes pour oublier un peu l'actualité et ce roman m'a fait un bien fou ! Dès les premières lignes - et le coup des sablés bretons - j'étais conquise ! J'aime énormément l'écriture de Marie Vareille, pleine d'humour et de fraîcheur, et j'ai adoré suivre les (més)aventures de Juliette jusqu'à l'autre bout du monde.

 

 Pauvre Juliette qui perd, du jour au lendemain, tout ce qu'elle croyait solide et stable dans sa vie ! Elle se retrouve, totalement perdue, obligée d'abandonner ses projets et d'envisager une autre suite. Obligée ? Pas sûr... Et si, au contraire, elle faisait tout pour reconquérir l'amour de sa vie et retrouver la vie qu'elle aimait tant ? On suit, avec beaucoup de plaisir, son voyage aux Maldives pour retrouver Nicolas et tous les obstacles auxquels elle va être confrontée.

 

 Bon, d'accord, il y a beaucoup de choses qu'on voit venir, mais franchement ça n'a aucune importance ! J'ai vraiment aimé le personnage de Juliette et tout ce qui lui arrive. C'est un roman qui nous emmène au soleil, nous fait rire et nous fait oublier tout le reste. J'ai visualisé les scènes comme si j'y étais et j'ai passé un très bon moment. La fin m'a beaucoup plu et même si je la trouve parfaite, je serais bien restée encore un peu avec Juliette. C'est vraiment LE livre à emporter pour des vacances à la plage... même virtuelles ! Détente, rires et sourires garantis !

 

 A lire aussi :
"Je peux très bien me passer de toi"

"Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire"

"Un merci de trop"

"Notting Hill with Love... Actually"

"Pour un tweet avec toi"

"Coeurs-brisés.com"

Voir les commentaires

2020-03-23T13:44:10+01:00

Le Parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

Publié par MyaRosa

Virginie Grimaldi

413 pages, Le Livre de Poche, mai 2018

L'histoire :

«  Je veux qu’on divorce. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l'univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s'écouler en attendant que la douleur s'estompe. Jusqu'au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

 

Mon avis :

 

 Virginie Grimaldi me fait mourir de rire sur les réseaux sociaux depuis un bon bout de temps. J'ai suivi le succès de ses livres et l'enthousiasme sans bornes de ses lecteurs en me disant que j'aimerais forcément ses romans. Je les ai d'ailleurs tous achetés quand ils sont sortis. Pourtant, je ne sais pas trop pourquoi, j'ai attendu jusqu'à aujourd'hui pour me plonger dans celui-ci. Peut être qu'à force d'en entendre parler, j'avais peur d'être déçue... Quelle bêtise ! J'ai adoré du début à la fin et j'y ai retrouvé l'humour, la fraîcheur et la tendresse que j'aime tant dans les messages postés par l'auteure sur facebook ou instagram.

 

 Pour tout vous dire, j'ai tellement aimé que je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas par où commencer pour vous exprimer tout ce que j'ai ressenti en lisant ce livre. Ce que je peux vous dire, c'est que j'ai apprécié chaque phrase et même chaque mot des 413 pages de ce livre. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi rapidement. Je ne pouvais plus m'arrêter. J'avais envie de continuer à suivre Pauline. J'avais envie de savoir, de comprendre. Je me suis attachée aux personnages comme s'ils faisaient partie de ma famille ou de ma vie et je n'avais aucune envie de les quitter.

 

 Certains passages m'ont vraiment brisé le coeur et, comme Pauline, j'aurais voulu les oublier, pouvoir changer les choses, arranger tout cela. Et pourtant, j'ai vraiment aimé le fait que l'auteure ne tombe jamais dans le cliché ou la facilité. Quel roman magnifique ! Tout sonne juste et résonne intensément en nous. Au fil des pages, j'ai ri, j'ai eu envie de crier, de pleurer, je me suis sentie triste, bien, apaisée mais aussi en colère et il y a longtemps que je n'avais pas ressenti ça avec un livre. Merci du fond du coeur, Virginie, pour ce tourbillon d'émotions, cette histoire triste et belle à la fois que je n'oublierai jamais. Vous m'avez touchée en plein coeur et j'avais presque oublié qu'un livre pouvait faire cet effet-là...

 

 

Voir les commentaires

2020-02-14T06:57:17+01:00

Le Village

Publié par MyaRosa

Virginie Delage

238 pages, éditions Michel Lafon, février 2020

Quatrième de couverture :

Finalement, je ne sais pas ce qui a déclenché tout ça. Son regard, à lui. Ses yeux, à elle. Ou le gosse ? Le gosse me demandant : "Tu viens nous aider ?"
J'ai la rage, soudain. Tout ça, c'est à cause de lui. Uniquement à cause de lui. Voilà pourquoi je m'apprête à faire une chose que je n'aurais jamais pensé faire, moi qui ne suis pas un violent. Dans quelques minutes, je vais tuer cet homme. "


Les villages de l'adolescence sont parfois dangereux, quand on les revisite, des années plus tard, et qu'on se confronte à ses rêves de jeunesse...

 

Mon avis :

 

 Je viens tout juste de refermer ce roman et il fallait absolument que je note tout de suite mes impressions, que je vous en parle « à chaud » car il m’a surprise, m’a bousculée, a fait valser mes certitudes et pour ne rien vous cacher, j’ai adoré ça ! J’en ressors complètement chamboulée et pas forcément au top de l’optimisme, mais j’aime quand un livre me fait cet effet-là ! J'aime quand un roman me surprend et celui-là frappe là où on ne l'attend pas.

 

 Je vais rester volontairement évasive car pour une fois la quatrième de couverture ne nous en dit pas trop et je pense qu’il est bien de se plonger dans cette histoire sans trop savoir à quoi s’attendre. Ce que je peux vous dire, en revanche, c’est qu'il dit beaucoup sur le monde d'aujourd'hui et sur notre société. L’auteure s’amuse avec nous. Elle nous attrape dès les premières pages de son livre et nous entraîne dans deux histoires qui ne se ressemblent pas mais qui nous tiennent toutes les deux en haleine. L'un des personnages semble marqué par son enfance et n'arrive pas à s'en détacher tandis que l'autre ne jure que par l'avenir, les objectifs à atteindre et la réussite. L’écriture est fluide et percutante. Les pages se dévorent en un rien de temps. Je me suis posée des tonnes de questions, j’ai envisagé des tas de possibilités, j’ai cherché des indices, je me suis perdue, j’ai douté, je me suis replongée dans mes souvenirs et ça a été une lecture hyper stimulante !

 

 Il y a tant à dire sur ce livre et en même temps il faut vraiment le découvrir par soi-même. J’aimerais en parler avec quelqu’un qui l’a lu, savoir s’il en tire les mêmes leçons que moi. Là où l’auteure fait très fort, je trouve, c’est qu’elle nous offre un thriller psychologique hyper prenant dans un univers (ou plutôt deux) très précis qui pourtant font écho à nos propres vies même si nous n’avons aucune ressemblance avec les personnages et ce qu’ils ont vécu. On gratte là où ça fait mal. On creuse ces petites blessures que l'on croyait cicatrisées mais qui sont encore là, bien au chaud sous une couche de vernis qui fait illusion mais ne nous protège pas. J'aime ce qu'il nous montre et ce qu'il nous dit sur nos choix, notre ascension et le sens de tout cela. On s'interroge sur ce qu'aurait pu être notre vie si nous avions pris d'autres décisions, d'autres chemins. Il y a tant de possibilités. Et si...

 

 Dans ce livre on parle d’insouciance, de jeunesse, de souvenirs d’enfance qui s'accrochent à nous quoi qu'on fasse et où que l'on soit, de rêves et d’ambition, des désillusions que l’on peut avoir à l’âge adulte, de la cruauté du monde du travail dans lequel chacun essaie de trouver sa place et de gravir les échelons avant l’autre, de la façon dont cela nous déshumanise et peut nous faire oublier l'essentiel. On parle de notre volonté de vouloir briller, épater, faire mieux que le voisin et de la quête perpétuelle du bonheur. On parle de la vie qui nous rend plus lisse et nous fait parfois oublier qui nous étions. Mais on parle surtout de regrets, de rancoeurs, de remords et de solitude. On cherche tous à atteindre le bonheur, la réussite, mais à quel prix ? Que sommes nous prêts à sacrifier pour y arriver ? Sommes nous véritablement maîtres de nos vies ?

 

 Ce roman est beaucoup plus profond et plus noir qu’il n’en a l’air. Ce n'est pas un livre que l'on lit en se laissant porter. Tout le long on réfléchit, on s'interroge, on se pose de plus en plus de questions et ça continue longtemps après qu'on l'ait refermé. Ça ne s'arrête pas là. On ne passe pas à autre chose comme ça, sans se retourner, juste en tournant la page. C'est une lecture qui vous prend aux tripes, vous secoue et vous donne mal au ventre. Je n’ai aucun doute sur le fait que cette lecture percutante va me hanter longtemps…

 

 

Voir les commentaires

2020-01-28T06:58:13+01:00

L'Année du gel

Publié par MyaRosa

Agatha Portail

356 pages, Calmann-Lévy (Territoires), janvier 2020

L'histoire :

Le crime s’invite dans un château du Bordelais.

Été 2017. Après un épisode de gel qui a dévasté ses vignes, Bernard Mazet se range à l’idée de sa femme d’ouvrir des chambres d’hôtes pour sauver la propriété familiale de Haut Méac. Le château affiche complet avec la venue d’un groupe de trentenaires pour une semaine. La fantasque Olivia, Vincent, le célibataire volage, Clara, si discrète, et leurs deux couples d’amis semblent heureux de se retrouver. Mais dans la chaleur écrasante, les esprits s’échauffent et les drames personnels refont surface.
À l’aube du quatrième jour, un cadavre est découvert dans la chambre froide du château. Le major Dambérailh, chef de la brigade locale, est chargé de l’affaire. Tandis que les conflits d’intérêt émergent au sein de son équipe, sa tante Daphné, vieille fille loufoque, s’invite dans l’enquête. Il faudra exhumer bien des secrets honteux ou douloureux pour que la lumière se fasse.

 

Mon avis :

 

 Si j'étais emballée par la présentation de ce roman, j'étais loin de me douter qu'il me plairait autant...

 

 Chaque année, des amis se retrouvent pour passer quelques jours ensemble et parler du bon vieux temps. Car s'ils se sont connus durant leurs études, ils ont tous pris des chemins bien différents, n'habitent pas les mêmes régions et n'ont pas les mêmes centres d'intérêt. A y regarder de plus près, ils n'ont d'ailleurs plus grand chose en commun et passent leur temps à s'envoyer des piques ou à dire du mal des uns et des autres. Cette année, ils se retrouvent dans un château bordelais, sur l'exploitation de Bernard Mazet et de sa femme qui ont du mal à joindre les deux bouts. Balades champêtres, cueillettes, parties de tennis, repas bien arrosés, derrière cette insouciance de façade, tout le monde semble sur les nerfs. Il faut dire qu'il fait une chaleur écrasante. La tension monte de plus en plus, de vieilles rancoeurs et des non dits semblent envahir l'espace. La tranquillité de cet endroit où tout le monde se connaît va être bouleversée lorsqu'un corps est retrouvé dans la chambre froide du château...

 

 J'ai vraiment adoré l'ambiance de ce roman qui m'a fait penser aux écrits de grandes romancières anglaises comme Agatha Christie ou Ruth Rendell. Le suspense est vraiment bien mené. On sent la tension monter et on doute de tout et de tout le monde. Chaque personnage a ses petits secrets et on se demande jusqu'où il serait prêt à aller pour les garder. J'ai également beaucoup aimé l'aspect terroir de ce roman. Les descriptions du quotidien des habitants du village, les difficultés rencontrées par les viticulteurs dépendants de la météo, le fait que les flics locaux aient tous des liens avec les personnes qu'ils interrogent durant leurs enquêtes et les conflits d'intérêt que cela génère. J'ai également adoré la tante Daphné et son abbaye qui tombe en ruine. Comme beaucoup de gens possédants des titres et des domaines, on l'imagine vivre dans le grand luxe alors qu'elle peine à garder son logis et vit avec une flaque d'eau au milieu de sa cuisine... J'ai aussi beaucoup aimé les descriptions du quotidien de Colette : ses tartes aux fruits, ses infusions maison et ses graines qu'elle envoie pour transmettre ses voeux. Il y a un tel décalage entre la vie des habitants du village et celle du petit groupe d'amis !

 

 Ce roman est vraiment une belle surprise ! Je l'ai trouvé très bien écrit, bluffant, avec beaucoup d'humour et de suspense et une manière très juste d'analyser les personnalités et les émotions. Une fois plongée dedans, j'ai eu beaucoup de mal à m'arrêter de lire. J'avais envie de connaître le fin mot de l'histoire et en même temps je n'avais pas du tout envie que ça se termine. J'avais envie de ressentir encore la chaleur écrasante et l'orage qui gronde, l'odeur des fleurs fraîchement coupées et des tartes aux fruits qui refroidissent sur le bord d'une fenêtre. J'avais envie de participer à la cueillette organisée chez Daphné et j'avais envie de continuer à espionner tout ce petit monde et à découvrir d'autres petits secrets bien cachés. J'ai totalement adoré du début à la fin et j'aimerais lire d'aussi bons romans plus souvent. Je crois que je tiens là mon premier coup de coeur de l'année !

 

Voir les commentaires

2019-12-30T12:51:10+01:00

Pas si simple

Publié par MyaRosa

Lucie Castel

317 pages, Harper Collins (&H), novembre 2017

L'histoire :

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël.


Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

 

Mon avis :

 

 Cela faisait vraiment longtemps que j'avais envie de découvrir ce roman, mais je ressors de cette lecture un peu déçue. C'était sympa, sans plus... Je n'en garderai pas un souvenir impérissable.

 

 J'ai aimé le côté huis clos familial et l'humour décapant de l'auteure, mais j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Scarlett. Au début, je l'ai même carrément trouvée antipathique. Elle est décrite comme quelqu'un qui se soucie toujours des autres, mais je l'ai plutôt trouvée centrée sur elle-même. On sent qu'elle s'aime beaucoup, qu'elle a une haute estime d'elle-même et elle est assez condescendante. On s'aperçoit au cours du roman que derrière l'assurance qu'elle dégage se cachent de la fragilité et de la peur, mais on ne fait qu'effleurer tout ça. On en sait finalement trop peu sur elle pour la trouver attachante. On ne sait pas grand chose de son quotidien en France, par exemple. William est un peu plus intéressant, mais idem, on sait peu de choses sur lui car tout se concentre sur leurs deux familles et sur LE drame que chacun a vécu et qui l'empêche d'aller de l'avant. Les personnages secondaires, plus excentriques, m'ont davantage séduite.

 

 J'espérais aussi une lecture qui me plongerait totalement dans l'ambiance de Noël, mais ici ce n'est qu'un prétexte pour parler d'obligations familiales. Pas de descriptions qui nous plongent immédiatement dans cette atmosphère et le jour de Noël passe carrément à la trappe comme si c'était un jour comme un autre donc si vous cherchez une lecture d'ambiance, passez votre chemin ! Il y a tout de même quelques descriptions de Londres sous la neige qui m'ont bien plu.

 

 En dehors de tout cela, c'est un roman agréable à lire qui se dévore rapidement et qui ne traîne pas en longueur. L'écriture de l'auteure et les dialogues ne manquent pas de piment. Mélie, Lizzie et la mère des deux soeurs (impossible de me souvenir de son nom) sont les personnages qui m'ont le plus plu et qui apportent, je trouve, une bonne dose de fraicheur et de fantaisie au récit. Mélie est tellement fascinante qu'elle pique carrément la vedette à sa soeur et mériterait d'être l'héroïne d'une histoire bien à elle. Dommage qu'il n'y ait pas plus de surprises...

 

 

Voir les commentaires

2019-07-26T15:18:06+02:00

D'ici là, porte-toi bien

Publié par MyaRosa

Carène Ponte

380 pages, éditions Michel Lafon, juin 2019

L'histoire :

Avec son sable fin et son ciel azur, L'Avenue du Parc Resort and Spa est l'endroit idéal pour se remettre d'un coup dur. A condition de donner sa chance à la chance. Alors que Samya tente de pardonner l'adultère de son mari, Alison aimerait oublier qu'elle s'est fait plaquer au pied de l'autel. Jessie s'est excusée mille fois pour le chat et le lave-linge, mais Jérémy est à bout : une pause s'impose. Apolline rêve d'un enfant qui ne vient pas. Quant à Mia, dix-neuf ans et déjà maman, elle se voit rejetée par sa famille. Geneviève, elle, perd peu à peu la mémoire.

Ensemble, elle vont libérer leurs émotions et s'apporter un soutien inattendu. Avec au bout du chemin, un gain inestimable : l'espoir.

 

Mon avis :

 

  Voilà encore un très chouette roman à lire cet été ! Je l'ai trouvé tellement fluide et agréable à lire que j'en ai dévoré 120 pages alors que je pensais seulement en lire 2 ou 3 avant d'aller me coucher...

 

 On se retrouve dans un camping (oui, je vais dire camping pour énerver Mr Lunel !) de luxe où séjournent six femmes qui ne se connaissent pas, qui n'ont en apparence pas grand chose en commun, mais qui vont pourtant s'apporter du soutien et de l'aide alors qu'elles traversent des moments difficiles.

 

 On s'attache presque immédiatement à elles. On comprend leurs combats, leurs conflits intérieurs et ce qui les empêchent d'aller de l'avant. On aimerait, nous aussi, pouvoir les aider. On assiste à beaucoup de scènes cocasses et à des rencontres inattendues. On les voit grandir, s'épanouir et devenir plus fortes en seulement quelques jours grâce aux rencontres qu'elles vont faire là-bas. Et on y croit ! On y croit à fond, on est de tout coeur avec elles, on partage leurs émotions et leurs délires.

 

 C'est un roman rafraîchissant qui devrait avoir sa place dans toutes les valises, cet été ! Parce qu'on a tous besoin d'un peu de légèreté, d'une bonne dose d'humour, de soutien et d'espoir. On a besoin de croire que même dans les épreuves les plus dures et même lorsque l'on tombe sur les pires personnes, il existe aussi des gens bienveillants, des personnes qui croisent votre route et vous aident par une parole ou un simple geste à retrouver confiance en vous. Pendant presque toute ma lecture, j'ai eu le sourire jusqu'aux oreilles et je n'avais pas envie que ça s'arrête. C'est un roman pétillant, réconfortant et plein d'émotions à mettre entre toutes les mains !

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog