Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #young adult catégorie

2020-04-03T10:53:22+02:00

Suprêmes

Publié par MyaRosa

Stronger, Faster, and More Beautiful - Arwen Elys Dayton

380 pages, éditions Michel Lafon, mars 2020

Présentation de l'éditeur :

Six époques.
Six histoires.
Six quêtes de perfection.

Depuis des décennies, l'homme cherche à déjouer les règles de la nature pour créer un être suprême. Toujours plus fort, toujours plus rapide, toujours plus beau. Le monde de demain regorge d'ambitions nouvelles et d'évolutions toujours plus performantes. Ce dont on peut rêver, on peut le devenir. Mais l'être suprême pourra-t-il un jour devenir l'être parfait ?

 

Mon avis :

 

 Si l'idée de départ était très intéressante, j'ai été déçue par cette lecture. Je m'attendais à ressentir plus de révolte et d'émotions, mais je suis restée assez hermétique à tout cela...

 

 Si ces histoires poussent à la réflexion, je regrette qu'on n'aille pas plus loin, que tout soit juste montré du doigt ou survolé. J'ai eu l'impression qu'on n'allait pas au bout des choses, qu'on commençait seulement à les évoquer pour ensuite abandonner l'idée et passer à autre chose. C'est bien dommage.

 

 Je ne vous le cache pas, mon intérêt pour ce livre s'est rapidement essoufflé et j'ai mis beaucoup de temps à arriver au bout. Je n'avais pas spécialement envie de m'y replonger et je traînais d'une histoire à l'autre car je décrochais sans cesse. Je n'en garderai que peu de souvenirs, c'est certain.

 

 Rien de bien nouveau, rien de révolutionnaire ici. C'est une bonne entrée en matière pour ceux qui voudraient découvrir ce genre, mais on termine cette lecture avec un sentiment de "trop peu" et d'inachevé. Cela peut néanmoins donner envie de lire d'autres ouvrages de la même veine certainement plus profonds et plus aboutis.

 

Voir les commentaires

2019-08-13T14:16:30+02:00

Si loin de l'arbre

Publié par MyaRosa

Far from the Tree - Robin Benway

370 pages, éditions Nathan, juillet 2019

L'histoire :

Grace, 16 ans, a passé une année difficile au lycée. Elle est tombée enceinte, a donné naissance à sa fille le jour du bal de promo et l'a faite adopter. Elle-même adoptée, elle décide de retrouver sa mère biologique. Mais ce qu'elle va trouver, ce sont un frère et une sœur, avec chacun ses secrets et son histoire.


Ces trois adolescents dont les vies se retrouvent entremêlées tissent un portrait remarquable de la famille sous toutes ses formes, qui va bien au-delà des liens du sang.

 

Mon avis :

 

 Ce livre a su me séduire dès les premières pages et il y a bien longtemps que je n'avais pas lu un roman pour ados aussi émouvant...

 Grace, Joaquin et Maya sont frères et soeurs mais viennent juste de se rencontrer. Ils ne connaissent rien de leurs parents biologiques et ne savaient même pas qu'ils avaient d'autres enfants. Grace et Maya ont été adoptées alors qu'elles n'étaient que des bébés et Joaquin a collectionné les familles d'accueil et les séjours en foyer durant toute son enfance.

 

 Si leur quotidien est bien différent, ils ont plus de points communs qu'ils ne le pensent. Chacun a ses secrets et un poids à porter qui l'empêche d'avancer et le tient à distance du reste du monde. Ces trois personnages qui se découvrent après tant d'années de solitude vont apprendre à se connaître mais aussi vivre, chacun de leur côté, d'autres épreuves. Contre toute attente, c'est ensemble qu'ils vont braver la tempête et se rendre compte qu'il est parfois bon de s'ouvrir aux autres et d'accepter les mains tendues.

 

 C'est un très beau roman qui aborde de nombreux sujets liés à l'adolescence avec beaucoup de justesse mais aussi et surtout un livre qui parle d'amour, de liens et de famille. Une histoire qui nous pousse à nous interroger sur ce qu'est vraiment une famille. Les personnages sont hyper attachants et plus vrais que nature. On a l'impression d'avoir partagé quelque chose avec eux. Ils m'ont fait pleurer et sourire à de nombreuses reprises. J'ai vraiment adoré et je ne peux que recommander - aussi bien aux ados qu'aux adultes - ce roman bouleversant.

 

 

Voir les commentaires

2019-02-28T16:36:00+01:00

L'île des disparus, tome 2 : Le Secret du brouillard

Publié par MyaRosa

Djupgraven - Camilla & Viveca Sten

361 pages, éditions Michel Lafon, février 2019

¤ Mon avis sur le 1er tome ¤

L'histoire :

Le printemps est là, et pourtant, un épais brouillard a envahi l'archipel suédois. D'après la légende ancestrale, cette brume opaque annonce de terribles événements. Bientôt, elle va noyer les navigateurs et perturber les signaux des GPS, troublant l'équilibre de l'île.

Changelin parmi les humains, la jeune Tuva tente par tous les moyens de découvrir la vérité, sur elle-même et sur le danger qui menace sa terre natale. Aux côtés de son meilleur ami Rasmus, et de Maria, sa fidèle alliée mara, la jeune fille comprend qu'une créature mythique offensée par les hommes s'est réveillée sous la forme de ce brouillard. Le peuple des océans dont elle pensait être la seule survivante est loin d'avoir dit son dernier mot.

 

Mon avis :

 

 C'est avec beaucoup de plaisir que je me suis replongée dans les aventures de Tuva, fille de l'eau. J'ai trouvé ce second tome captivant et il a largement répondu à mes attentes. L'ambiance est sombre, inquiétante et l'on découvre avec plaisir et fascination les légendes nordiques les plus anciennes et les plus terrifiantes. Ces dernières se mêlent au monde moderne et les auteures en profitent pour nous parler d'écologie et des dangers qui guettent notre belle planète et plus particulièrement la mer Baltique si nous n'en prenons pas soin. C'est très bien fait et cela rend l'intrigue encore plus sombre et palpitante.

 

 Cette fois encore, on ne s'ennuie pas une seconde ! Les pages défilent à toute vitesse et on frissonne autant de peur que de plaisir ! On est, nous aussi, englué et prisonnier du brouillard qui semble ne plus vouloir quitter l'archipel. On a peur pour les personnages, on tremble avec eux, on s'interroge sur les dangers qui guettent l'île et sur la véracité des légendes ancestrales. Il y a peu de joie, de lumière et d'optimisme et pourtant on prend plaisir à découvrir cette histoire où Tuva semble la seule à pouvoir sauver un monde qui se meurt dans l'indifférence la plus totale. C'est noir, brumeux et très addictif ! Je suis impatiente de savoir comment tout cela va se terminer puisqu'il nous reste encore un tome à découvrir. A noter : le premier tome est sorti en poche !

 

 

Voir les commentaires

2018-07-17T12:02:52+02:00

Stony Bay Beach : Sam & Jase

Publié par MyaRosa

My Life Next Door - Huntley Fitzpatrick

535 pages, éditions Nathan, janvier 2018

L'histoire :

Samantha a 17 ans. Sa mère est une figure politique locale. Leur maison est immense, immaculée, tout le contraire de celle des voisins d'à côté que sa mère déteste par-dessus tout : les Garrett. Ces derniers ont huit enfants et vivent dans un bouillonnant désordre organisé. Un jour d'été, alors que Sam les observe de son balcon, un garçon l'y rejoint : c'est Jase, le troisième enfant des Garrett. Commence alors pour Sam et Jase l'été des premières fois, mais aussi des secrets, qui ne peuvent rester bien longtemps gardés...

 

Mon avis :

 

 

 Cet été, j'ai envie de lectures légères qui sentent bon les vacances et le sable chaud. La saga "Stony Bay Beach" et ses jolies couvertures colorées me tendait les bras et semblait avoir beaucoup d'atouts, mais je ne pensais pas qu'elle me captiverait autant ! Ce qui m'a plu, c'est tout d'abord la maturité des personnages et leur crédibilité. Ils ne sont pas parfaits et ne se prennent pas pour des héros. Ils pourraient habiter à côté de chez nous et on a l'impression de les connaître tellement ils sont réalistes et bien décrits. Leurs imperfections les rendent totalement irrésistibles.

 

 

 J'ai adoré le contraste qu'il y a entre ces deux familles : d'un côté les Reed et leur maison immaculée et austère. La sévérité, le silence, l'absence et l'importance que l'on accorde au paraître. De l'autre, la maison des Garrett, pleine de vie, de bruit et de désordre. Des enfants qui courent dans tous les sens, des tâches de confiture dans des endroits improbables, un adorable bambin qui se pose des questions sur tout, des frères et soeurs qui s'aiment aussi fort qu'ils se chamaillent. Une famille unie et pleine d'amour qui est tout le contraire de l'image qu'elle donne mais qui se moque du regard des autres. Un foyer que l'on ne voudrait changer pour rien au monde tant on s'y sent bien.

 

 

 L'auteure décrit parfaitement le bouleversement inégalable qu'est un premier amour sans pour autant tomber dans les clichés. C'est un roman rempli d'émotions. On s'attache profondément aux personnages et à leur simplicité. On aimerait ne jamais les quitter. Malgré le romantisme de cette histoire, on ne reste pas dans la légèreté et beaucoup de sujets sont abordés : le mal-être, l'incompréhension et les difficultés de communication entre parents et adolescents, les addictions, les responsabilités, les problèmes d'argent, l'aveuglement, l'abus de pouvoir et la notion de justice. C'est abordé avec beaucoup de justesse et de pertinence. Je fonds totalement pour ce roman d'été parfait qui m'a fait ressentir au moins autant d'émotions que l'avait fait "L'été où je suis devenue jolie" à l'époque où je l'ai découvert. Je pense que je ne vais pas pouvoir attendre bien longtemps avant de retourner à Stony Bay Beach pour découvrir l'histoire de Tim & Alice...

 

 

Voir les commentaires

2018-03-14T05:30:00+01:00

L'île des disparus, tome 1 : La Fille de l'eau

Publié par MyaRosa

Djupgraven - Camilla & Viveca Sten

316 pages, éditions Michel Lafon, février 2018

L'histoire :

La timide Tuva n'a pas grand-chose en commun avec ses camarades de classe. Elle ne se sent bien que sur l'île où elle habite, dans l'archipel de Stockholm dont elle connaît chaque recoin. Mais, alors que l'automne arrive, le changement se profile dans ce havre si tranquille. Des gens disparaissent en mer, des ombres se cachent sous les vagues et d'étranges lueurs éclairent la forêt. Lors d'une sortie, l'un des élèves s'évapore à son tour. La jeune fille se retrouve embarquée dans une terrible aventure, là où les vieilles superstitions des marins rencontrent la mythologie nordique...

 

Mon avis :

 

 Bien loin des polars auxquels elle nous a habitué ces dernières années, Viveca Sten revient aujourd'hui avec un roman qu'elle a écrit avec sa fille, Camilla. C'est le premier tome d'une trilogie fantastique qui s'adresse principalement aux adolescents et aux jeunes adultes et nous fait découvrir la mythologie nordique à travers une histoire mystérieuse et pleine de suspense.

 

 Tuva, la jeune fille qui est au coeur de cette histoire, m'a tout de suite beaucoup plu. Elle est réservée et solitaire et vit sur une toute petite île dans l'archipel de Stockholm. Là-bas, tous les déplacements se font en bateau. L'eau est partout. Même à l'intérieur des maisons, on entend et on aperçoit la mer. Là-bas, tout le monde se connaît. Il n'y a pas d'inconnu, pas de surprise. Les jours se suivent et se ressemblent. Tuva reste dans son coin et tente d'échapper du mieux qu'elle peut aux moqueries des autres adolescents mais la plupart du temps ils ne font même pas attention à elle. C'est comme si elle était transparente. Pourtant, lorsqu'un élève disparaît mystérieusement en pleine course d'orientation, les autres semblent la soupçonner. Ils l'ont toujours trouvé bizarre. Est-ce qu'elle n'aurait pas des choses à cacher ?

 

 Ce qui m'a vraiment plu, dans ce roman, c'est cette atmosphère tellement particulière. Tout tourne autour de l'eau et même si la nature est omniprésente, on est dans un espace tellement restreint que l'on a l'impression de manquer d'air. On est emprisonné loin de chez nous. On est dans un décor totalement différent de ce que l'on connaît et ce n'est pas Tuva qui va nous rassurer car même elle ne se sent pas en sécurité et elle a même peur de l'eau ! On a l'impression de l'accompagner à chaque pas et on est aussi terrifié qu'elle.

 

 C'est un huis clos très mystérieux et assez effrayant. J'ai adoré les descriptions des paysages et de toutes ces choses bizarres qui se passent là-bas. Les odeurs étranges, le clapotis de l'eau, le silence qui ferait presque sursauter tant il est pesant, les sorties en bateau dans l'obscurité, etc...  J'ai trouvé ce roman assez classique dans sa forme et sa construction, mais j'ai été totalement charmée par l'atmosphère et par tout ce qui touche à la mythologie nordique et aux superstitions locales. J'ai également été sensible au message écologique concernant la mer Baltique que véhicule cette histoire. Pour moi, c'est un très bon début de série qui nous promet encore de belles aventures pleines de mystères et des tas de surprises. Vivement la suite !

 

En quelques mots :

J'ai été charmée par l'atmosphère mystérieuse et singulière de ce roman. L'omniprésence de l'eau, le côté huis clos, l'héroïne mal dans sa peau, la façon dont est abordée la mythologie nordique et les superstitions... tout m'a vraiment beaucoup plu ! J'attends la suite avec impatience.

 

 

Voir les commentaires

2018-01-08T19:51:29+01:00

Maudits soient-ils

Publié par MyaRosa

Shutter - Courtney Alameda

410 pages, éditions Milan, octobre 2017

L'histoire :

Ma mission est d'exorciser tout ce qui est mort et ne le reste pas.
La traque des paranécrotiques est mon quotidien.
Mon appareil photo est mon arme.
Je suis la chausseuse et non la proie.

Jusqu'à la mission de trop.
La mission où tout dérape.
La mission où j'échoue.

Frappée par une terrible malédiction, poursuivie par les miens,
j'ai une semaine pour sauver mon âme de la damnation éternelle.

Le compte à rebours commence maintenant.

 

 

Je remercie Babelio et les éditions Milan pour cette lecture.

 

 

Mon avis :

 

Ce livre est très différent de ce que je lis en ce moment et c'est un peu pour cela que je l'ai choisi. J'avais envie d'autre chose, de sortir un peu de ma zone de confort et aussi de retourner un peu vers le fantastique, un genre que j'affectionnais particulièrement lorsque j'étais plus jeune. J'ai toujours aimé me faire peur et les histoires de fantômes alors pourquoi pas ? En plus, il faut reconnaître que la couverture et le synopsis sont plus qu'accrocheurs et attisent la curiosité, non ?

 

 Malicia n'est pas une adolescente comme les autres. Elle fait partie de la célèbre et très respectée famille Helsing. Depuis toute petite, elle traque les paranécrotiques. Armée de son appareil photo et accompagnée de son équipe de choc, elle parcourt la ville pour chasser les morts qui cherchent à faire du mal aux vivants. Mais depuis la mort de sa mère et de ses petits frères, Malicia a du mal à communiquer avec son père et accepte de moins en moins son autorité. Une nuit, la traque tourne mal et Malicia se retrouve en danger. Ses jours sont comptés et elle pourrait même entraîner dans sa chute tous ceux qu'elle aime... Arrivera-t-elle à se sortir de là sans l'aide de son père ?

 

 Verdict ? Je suis un peu partagée. Il y a des choses qui m'ont beaucoup plu et d'autres moins. L'univers créé par Courtney Alameda est riche et dense. Peut-être un peu trop dense à mon goût justement. J'avoue que parfois je me suis un peu perdue au milieu des définitions et descriptions de toutes les sortes de créatures croisées au fil des pages. Deuxième petit bémol, l'histoire se déroule durant un laps de temps très court mais j'ai parfois trouvé le temps long.

 

 Mais je crois que le positif l'emporte malgré tout. En dehors de cela, j'ai adoré l'ambiance décapante de ce roman. Cela m'a rappelé les nuits que je passais étant plus jeune à dévorer les épisodes de "Buffy contre les vampires". Il y a vraiment un peu de cela là-dedans. La fille pas comme les autres qui rêve d'être normale mais n'a pas vraiment le choix. Celle qui vit la nuit et traque les morts avec sa joyeuse petite bande. Il y a de l'amour, de la rancoeur, des secrets, beaucoup d'action et même un peu de frissons ! J'ai aimé les personnages et serais ravie de les retrouver dans d'autres traques.

 

 Même si j'ai trouvé ça un peu confus, j'ai tout de même bien aimé l'univers qui mélange beaucoup de mythes et de légendes et vient y apporter quelque chose de plus moderne et de pétillant. Ca bouge dans tous les sens. On se croirait devant un film. Bon, il ne faut pas avoir peur du sang. Il y a des descriptions absolument écoeurantes : des yeux qui roulent par terre, de la putréfaction, des corps en décomposition, des blessures pas jolies jolies et des monstres qui le sont encore moins, mais si cela ne vous fait pas peur, si vous cherchez une histoire pleine d'action et de rebondissements, que vous aimez les histoires de fantômes, d'exorcisme et de malédiction et que vous n'avez pas peur de frissonner en entendant le souffle du vent ou le plancher qui craque, alors foncez !

 

 

 

Voir les commentaires

2017-01-31T09:06:28+01:00

Le Fantôme qui écrivait des romans

Publié par MyaRosa

Eric Sanvoisin

223 pages, éditions Balivernes, novembre 2016

L'histoire :

C'est l'histoire d'un auteur paranormal...

C'est l'histoire d'une fille emprisonnée par elle-même...

C'est l'histoire d'un livre étrange...

Trois voix, trois existences qui sont liées quand s'enchevêtrent littérature et réalité.

 

Mon avis :

 

 Dans ce livre aussi étrange que captivant, nous faisons la connaissance de trois personnages qui sont liés par un livre. Il y a d'abord Antonin, un adolescent mort de façon tragique qui hante malgré lui les lieux du drame et qui va trouver, grâce à l'écriture, le courage et la force de dénoncer son assassin. Il y a ensuite Leï, un adolescent blessé et mal-aimé qui s'invente un ami imaginaire. Un chien invisible qui lui raconte des tas d'histoires qui l'aident à affronter la vie. Un compagnon qui ne le quitte jamais... Et puis, il y a Emilia, une adolescente rongée par l'anorexie qui meurt à petit feu.

 

 Mais, je ne vous ai pas tout dit... Leï est le personnage du livre écrit par Antonin, livre lu par Emilia qui tombe amoureuse du personnage de Leï et qui décide de prendre contact avec l'auteur de ce roman pour en savoir plus et aussi parce qu'elle a une idée derrière la tête. Au fil de ces échanges, Antonin va tomber amoureux d'Emilia. Vous suivez toujours ?

 

 Trois personnages meurtris, rongés par la souffrance, la maladie, la mort. Trois personnages liés. Trois personnages entre rêve et réalité. Eric Sanvoisin nous offre un roman à l'atmosphère troublante dans lequel résonnent des voix qui veulent se faire entendre. Ce n'est pas un roman très joyeux. C'est plutôt triste et mélancolique, mais il s'en dégage pourtant une étrange douceur et de la lumière. C'est un livre bien construit et extrêmement bien écrit. Il y a de la poésie dans chaque mot. La rencontre de ces personnages ne va pas leur apporter le bonheur absolu, mais tout de même un certain apaisement, une sérénité qu'ils n'attendaient plus. J'ai aimé que l'histoire de tombe pas dans la facilité, que tout ne devienne pas tout beau, tout rose d'un seul coup.

 

 Ce livre est vraiment très agréable à lire. Il est déroutant, mais c'est quelque chose qui m'a plu. On sort vraiment des sentiers battus. Ca ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. On a l'impression d'être dans un rêve. C'est étrange et en même temps ça nous amène à réfléchir à de nombreux sujets : la folie, la mort, la maladie, la souffrance, le mal-être, l'écriture, l'acceptation de soi, le pouvoir de l'imaginaire, l'amitié, l'entraide, la liberté... C'est un livre que je n'oublierai pas.

 

En quelques mots :

Un livre unique en son genre. Une histoire triste et poétique.

On est comme plongé dans un rêve.

Etrange et fascinant.

 

***

"Un écrivain ne cesse jamais d'écrire. Il est enchaîné aux mots. Tant qu'il n'a pas achevé une histoire en cours, il y pense jour et nuit. Quand enfin elle est terminée, il en commence une autre. Parfois, il en écrit plusieurs en même temps. Un écrivain est condamné à écrire. Pour le meilleur et pour le pire." (Pages 58-59)

 

"En réalité, un écrivain incarne tous ses personnages à la fois. Les bons et les méchants. Et puis tous ceux qui nagent entre deux eaux. Un roman est une sorte de grand jeu de rôle. Son auteur joue le premier et invite ensuite ses lecteurs à l'imiter." (Page 60)

 

Voir les commentaires

2017-01-18T10:19:08+01:00

Le Détour

Publié par MyaRosa

The Detour - S. A. Bodeen

249 pages, éditions Michel Lafon, septembre 2016

L'histoire :

À seulement 17 ans, Livvy Flynn est déjà romancière à succès et s'est construit un empire grâce à sa série phare. Tout semble lui sourire jusqu'au jour où, seule au volant, elle détourne un instant ? les yeux de la route de campagne et c'est l'accident...

En se réveillant, l'adolescente découvre avec horreur qu'elle est emprisonnée dans une cave.

Comment s'est-elle retrouvée là ? Qui l'a enfermée ? Son accident était-il le fruit du hasard ?

Alors qu'elle tente de rassembler les pièces du puzzle, elle réalise qu'elle a été enlevée par une mère et sa fille totalement désaxées et sans pitié.

Livvy ne pourra compter que sur son courage et sa ténacité pour se sortir de cet enfer. À moins qu'il ne soit déjà trop tard.

 

Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 Les avis sur ce livre sont assez mitigés voire plutôt négatifs, mais le résumé me plaisait bien et j'avais envie de m'en faire ma propre idée. J'ai bien fait car j'ai passé un très bon moment. Je me suis lancée sans attente particulière et j'ai lu ce livre quasiment d'une traite. C'est un roman qui se lit vraiment tout seul et qui ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Je pense qu'il souffre surtout de ne pas attirer le public visé. En effet, c'est un roman que je ne recommanderai pas forcément aux grands amateurs de thrillers qui aiment les intrigues sombres et glaçantes qui vont loin la noirceur et dans le travail des personnages et leur psychologie. Le roman de S. A. Bodeen est un roman qui s'adresse plutôt aux adolescents. Je le recommande dès 14-15 ans et je pense que c'est un bon livre pour faire découvrir les thrillers à un jeune public. Il m'a fait penser à d'autres romans policiers et thrillers jeunesse/jeunes adultes qui m'avaient bien plu comme la série Clairvoyance d'Amélie Sarn dont j'ai lu les deux tomes (La Maison de l'ombre et La Falaise écarlate) ou encore la série Bleu Cauchemar de Laurie Faria Stolarz ainsi que d'autres thrillers publiés dans les collections Black Moon et Territoires il y a quelques années (Le Cueilleur de fraises, Jeu Mortel à Echo Bay, Notre secret, Fleur de fantôme, etc...).

 

 Livvy est absolument détestable dès la première page. Elle a de quoi être fière de son succès, c'est vrai, mais elle est carrément imbuvable. Je me suis dit que ça allait être difficile de lire tout un livre avec un personnage principal aussi antipathique. Et pourtant... C'est bien joué de la part de l'auteur car elle nous dévoile son personnage au fil des pages. Livvy est loin d'être aussi sûre d'elle qu'elle ne le laisse imaginer à ses lecteurs. C'est une fille fragile qui a beaucoup souffert et qui a bien l'intention de prendre sa revanche mais, même si elle prétend le contraire, elle est loin d'être guérie de son passé. Cette mésaventure va encore enfoncer le couteau dans la plaie, obliger Livvy à se remettre en question et nous permettre à nous lecteurs de la découvrir autrement.

 

 J'ai trouvé ce huis clos vraiment très addictif. Je n'arrivais plus à lâcher mon livre ! Ce livre a des défauts certains : les ficelles sont grosses et ça manque vraiment de subtilité. On nous offre toutes les clés et les indices sur un plateau donc on devine ce qui se trame assez rapidement, mais pourtant, ça n'a pas gâché ma lecture. Même si je savais pourquoi, j'avais envie de savoir si Livvy allait s'en sortir et surtout comment. Je voulais découvrir ses réactions, savoir si elle allait remettre en question ses choix et sa façon d'être, j'avais envie de connaître ses secrets pour comprendre ce qui l'avait poussé à devenir comme ça. C'est un roman qui donne vraiment envie de regarder au-delà des apparences et qui met en garde sur certains dangers dont je ne parlerai pas en détails au risque de trop en dévoiler. Pour moi, c'est un bon roman pour un jeune lecteur qui souhaiterait lire un premier thriller. Le côté huis clos est très réussi et nous tient en haleine malgré le côté prévisible de l'histoire.

 

En quelques mots :

Une lecture prévisible mais addictive et intéressante. Je la recommande aux jeunes lecteurs (dès 14-15 ans) qui ont envie de découvrir les thrillers et romans policiers.

 

 

Voir les commentaires

2016-04-17T21:15:55+02:00

Everything, everything

Publié par MyaRosa

Nicola Yoon

360 pages, éditions Bayard, avril 2016

L'histoire :

"Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de "maladie de l'enfant-bulle". En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre."

 

Mon avis :

 

 Totalement séduite par la couverture de ce roman - oui, je sais, c'est futile comme raison - je me suis plongée dans cette lecture sans trop savoir à quoi m'attendre, et quelle belle surprise ! J'ai tout de suite apprécié Madeline. A cause de sa maladie, elle passe ses journées enfermée chez elle depuis toujours dans sa chambre blanche aseptisée, au milieu des livres. Elle est très fragile et tout ce qui l'entoure doit être contrôlé et désinfecté car la moindre bactérie risquerait de la tuer. Sa mère et son infirmière personnelle prennent soin d'elle et font tout pour alléger sa peine. Elles ont de petits rituels sympathiques comme les parties de pictionary Juré-craché ou de Scrabble phonétique, les soirées films et les repas français du vendredi soir.

 

 Lorsqu'un garçon de son âge s'installe dans la maison qui est en face de la sienne, Madeline est totalement fascinée et se pose des tas de questions sur lui. Quand ce fameux garçon décide d'entrer en contact avec elle, c'est tout le quotidien de Madeline qui est bouleversé. Elle qui jusqu'alors acceptait son sort n'a plus envie de se contenter d'une vie qui n'en est pas une. De la vie, elle ne connaît que ce qu'elle lit dans les livres et, a dix-huit ans, elle a maintenant envie de la vivre vraiment, quitte à tout risquer...

 

 J'ai adoré ce roman ! Les dialogues entre Madeline et Olly sont vraiment drôles et émouvants. J'ai trouvé leur histoire mignonne et touchante. Le récit est ponctué de petites illustrations ainsi que de documents médicaux, de mails, de schémas et de notes écrites par Madeline ainsi que de délicieuses références littéraires. C'est très agréable à lire. Malgré le ton léger et l'humour bien présent, ce roman est loin d'être frivole. Il pose des tas de questions existentielles sur l'amour, la liberté, le sens de la vie, le mal-être, la connaissance de soi, le libre arbitre, le fait de prendre ou non des risques... J'ai été surprise à plusieurs reprises et je ne m'attendais pas à une lecture aussi prenante, enrichissante et intéressante. J'ai passé un très bon moment avec Olly et Madeline et je ne peux que vous recommander ce roman original, très agréable à lire, surprenant et qui fait réfléchir et ressentir tout un tas d'émotions différentes.

 

En quelques mots :

Une lecture à la fois drôle et triste mais surtout pleine de surprises et d'émotions.

J'ai adoré !

 

Quelques extraits :

 

"- Tu veux vraiment perdre le seul ami que tu as jamais eu, juste parce que tu as un peu mal au coeur ?

J'ai lu beaucoup, beaucoup de livres sur les peines de coeur. Pas un ne les décrit comme "un petit mal". "Quelque chose qui brise l'âme et détruit le monde tel qu'il existait jusqu'alors", oui. "Un petit mal", non.

 

"Il m'arrive de relire mes romans préférés en partant de la fin. Je commence par le dernier chapitre, et je lis à rebours jusqu'au premier. Quand on lit de cette manière, les personnages vont de l'espoir vers le désespoir, de la connaissance de soi vers le doute. Dans les histoires d'amour, les couples sont d'abord amants, avant de devenir des étrangers. Les récits d'initiation se transforment en récits d'égarement. Des personnages reviennent même à la vie.

Si ma vie était un roman qu'on lisait à l'envers, rien ne changerait. Aujourd'hui est pareil à hier, demain sera pareil à aujourd'hui. Dans Le Livre de Maddy, tous les chapitres se ressembleraient."

 

"Avant lui, ma vie était un palindrome [...] Comment pourrais-je retourner à mon existence d'avant ? Cette existence dans laquelle tous les jours s'étirent devant moi avec une similitude brutale et infinie ? Comment pourrais-je redevenir cette "fille-qui-lit" ? Non pas que je regrette l'ancienne vie plongée dans mes livres. Tout ce que je sais du monde, je l'ai appris grâce à eux. Mais la description d'un arbre ne sera jamais un arbre."

 

"- Je trouve que le tapis roulant est une métaphore parfaite de la vie, déclare Olly [...] Dès que tu nais, tu es projeté dans ce truc un peu dingue qu'on appelle la vie, et qui tourne, tourne... [...] Parfois, tu tombes du tapis prématurément. Parfois, tu es tellement abîmé par d'autres bagages qui te sont dégringolés dessus que tu ne fonctionnes plus normalement. Parfois, tu es perdu, oublié, et tu passes ton existence à tourner, tourner..."

 

 

Voir les commentaires

2016-01-07T07:30:19+01:00

P.S. Je t'aime toujours...

Publié par MyaRosa

Les Amours de Lara Jean, tome 2

(P.S. I still love you) - Jenny Han

395 pages, Panini Books (Scarlett), septembre 2015

L'histoire :

Quand Peter et Lara Jean, ont commencé à faire semblant dêtre ensemble, la jeune fille ne s'attendait pas à vraiment tomber amoureuse. Et elle se retrouve encore plus confuse quand un garçon de son passé refait surface. Qui choisir quand on est amoureuse de deux garçons à la fois ?

 

¤ Mon billet sur le premier tome ¤

 

Mon avis :

 

 J'aime beaucoup les romances de Jenny Han. C'est toujours très doux, très romantique et toujours optimiste malgré les difficultés que rencontrent les personnages. Si vous êtes un peu (ou très) fleur bleue, je vous recommande vivement ses romans. J'avais adoré "L'été où je suis devenue jolie" et je me suis autant régalée avec le premier tome des amours de Lara Jean. Pour être honnête, quand je me suis plongée dans ce second tome, un an après avoir lu le premier, il m'a fallu un petit temps d'adaptation pour me souvenir des liens entre les personnages. Je n'avais pas oublié la famille de Lara Jean mais je ne me souvenais pas de ses amis, ça m'est revenu au fil des pages.

 

 

 Cette fois encore, j'ai passé un très bon moment. J'ai trouvé que certains passages étaient un peu longs, mais j'ai retrouvé tout ce qui m'avait tant plu dans le premier tome : les réflexions toujours intéressantes et pertinentes sur l'adolescence et l'amour en général, les liens très forts et la complicité qui unissent Lara Jean et ses soeurs, tous ces petits détails du quotidien tellement agréables à lire, l'importance de la famille, les nombreux passages durant lesquels Lara Jean prépare de délicieuses pâtisseries qui nous mettent l'eau à la bouche, et puis cette saveur douce-amer d'innocence qui se perd peu à peu, cet entre-deux durant lequel on ne se sent pas encore adulte mais plus tout à fait enfant.

 

 

 Il y a toujours beaucoup de nostalgie dans les romans de Jenny Han et on se sent un peu comme à la fin des vacances d'été après avoir refermé ce livre. Quelque chose de fabuleux se termine et on sait qu'on n'y reviendra plus, que plus jamais cette sensation de bonheur ne sera identique. Il y aura d'autres moments heureux, bien sûr, mais ils n'auront pas la même saveur... Dans ce tome, Lara Jean revient beaucoup sur ses souvenirs d'enfance, sur les personnes qu'elle a perdu de vue et qui comptait beaucoup pour elle à l'époque. Elle est en train de devenir adulte, se rend compte que certaines choses changent quoi qu'on fasse mais que certains liens ne se brisent jamais...

 

 Il y a dans ce roman des passages délicieusement romantiques, je pense notamment à une soirée à thème dans une maison de retraite (si, si, ça peut être romantique !) et à une bataille de boules de neige vraiment mignonne. Je me suis également régalée à suivre le quotidien de la famille de Lara Jean. J'aime leurs valeurs, ces petites choses qu'ils font les uns pour les autres, ce qu'ils partagent. Leur foyer est tellement chaleureux ! Et puis, il y a des passages un peu cruels qui nous brisent le coeur. C'est aussi ce que j'aime dans les romans de Jenny Han, ils ont beau être délicieusement romantiques et souvent mignons, tout n'est jamais rose-bonbon. Dans ce tome, les personnages essaient de revenir en arrière, de s'accrocher au passé, de refaire les mêmes choses qu'avant, ces petites choses qui suffisaient à les rendre heureux, mais tout a une saveur et des conséquences différences, maintenant qu'ils ne sont plus enfants. Je suis définitivement conquise par Lara Jean, sa famille si touchante, ses valeurs, son univers...

 

 

Merci à Babelio et à Panini Books pour cette jolie lecture.

 

En quelques mots :

Un deuxième tome tout aussi réussi que le premier. Une lecture savoureuse, mignonne, gourmande, romantique et pleine d'optimisme.

 

Quelques extraits :

"Ce soir-là, je cuisine des cookies parfumés aux épices et glacés à la cannelle. Parce qu'ils sont comme des câlins qui fondent dans la bouche. La pâtisserie me calme, elle m'oblige à me poser. C'est ce que je fais quand je veux ne penser à rien. C'est une activité peu exigeante, il suffit de suivre les indications et, à la fin, on a créé quelque chose. Les ingrédients sont devenus un dessert. C'est comme de la magie. Abracadabra, un délice !

Après minuit, les cookies refroidissent sur une grille et je mets mon pyjama de chat. Puis je monte me coucher avec un livre. Soudain, quelqu'un tape à ma fenêtre [...]" (Page 103)

 

"Je suis allongée sur le dos dans la cabane de l'arbre et je regarde par la fenêtre. La lune dessine un croissant incroyablement fin, petit bout d'ongle dans le ciel. Demain, la maison sera rasée. J'y pensais à peine, mais maintenant qu'elle doit disparaître, je suis triste. C'est comme un jouet d'enfant. Il n'est important que lorsqu'on ne l'a plus. C'est plus qu'une cabane dans un arbre. C'est un adieu avec un arrière-goût de fin de tout." (Page 389)

 

"Les gens entrent et sortent de votre vie. Pendant un moment, ils font partie de votre monde, ils sont tout pour vous. Puis un jour ils ne sont plus rien. Rien ne dit combien de temps ils seront près de vous. [...] Ce sont les adieux les plus durs." (Page 390)

 

 

Voir les commentaires

2015-06-23T12:37:47+02:00

Phobos

Publié par MyaRosa

Victor Dixen

433 pages, Robert Laffont (R), juin 2015

L'histoire :

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

 

 

Mon avis :

 

 J'étais impatiente de découvrir ce nouveau roman qui fait beaucoup de bruit sur la toile, mais pour être honnête, je ressors de cette lecture avec une impression mitigée. L'intrigue m'a plu dans l'ensemble et je reconnais que c'est une lecture assez addictive, mais il y a plusieurs choses qui m'ont déplu. Tout d'abord, la façon un peu lourde qu'a l'auteur d'insérer des explications assez longues au coeur des dialogues. On sent clairement qu'il s'adresse au lecteur afin que celui-ci puisse comprendre pleinement la situation, seulement les informations ne nous sont transmises que lorsque l'un des organisateurs de la mission s'adresse à un autre organisateur en lui rappelant bien le plan et les consignes que celui-ci est déjà censé connaître, du coup ce n'est pas très subtil et ça sonne faux, je trouve.

 

 Autre point noir, en ce qui me concerne : les personnages. Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher à eux. Je pensais qu'au fil des pages, j'allais apprendre à les connaître, à les comprendre et qu'ils me plairaient davantage, mais même en connaissant leurs histoires, je les ai trouvé antipathiques et très stéréotypés. Ce qu'il m'a manqué, en fait, c'est de l'émotion. Je suis restée assez indifférente face à la situation et au sort des prétendants. Je n'ai pas réussi à y croire.

 

 En revanche, j'ai aimé l'aspect cinématographique de l'écriture de Victor Dixen et la façon dont l'histoire est racontée. On a l'impression d'être également spectateur de cette expérience unique et même un spectateur privilégié puisqu'on sait ce qui se passe hors-caméra, pendant les speed-dating et dans les bureaux de la production. C'est ce qui m'a le plus plu dans l'histoire, découvrir la face cachée de l'émission, toutes les magouilles autour et aussi le fait que les autres candidats ne puissent pas voir et entendre les speed-dating des autres.

 

En quelques mots :

 Même si je suis mitigée concernant ce premier tome, cette série m'intrigue et je pense qu'elle a du potentiel. Victor Dixen nous réserve certainement des surprises et je m'attends à beaucoup de rebondissements dans la suite de l'histoire. Affaire à suivre...

 

 

Voir les commentaires

2015-05-05T12:25:59+02:00

Perdue et retrouvée

Publié par MyaRosa

The Lost and the Found - Cat Clarke

407 pages, éditions Robert Laffont (R), avril 2015

Présentation de l'éditeur :

Essayez d'imaginer :
Une enfant kidnappée. Une famille déchirée.
Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux.
Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie.
Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison...
C'est là que l'histoire commence. Et si la fin du cauchemar n"était que le début d'un autre ?
Le nouveau roman bouleversant de Cat Clarke
.

 

Mon avis :

 

 Je suis désolée, je crois que je ne vais pas être très originale. J'ai l'impression de dire toujours la même chose lorsqu'il s'agit des romans de Cat Clarke, mais c'est parce qu'ils me font tous le même effet. A chaque fois, je suis captivée dès les premières lignes et je n'arrive plus à m'arrêter de lire. Je savoure chaque chapitre, chaque paragraphe, chaque phrase, chaque mot. Je suis fascinée par la façon dont Cat Clarke arrive à rendre ses personnages plus vrais que nature alors qu'ils vivent pourtant des choses extraordinaires. Les dialogues sonnent justes, les réactions des personnages sont crédibles. On a vraiment l'impression de les connaître, de les suivre, de rentrer dans leur intimité. On les croit. Toujours.

 

 L'histoire de ce roman m'a vraiment captivée. Imaginez un peu, une disparue qui rentre chez elle treize ans après son enlèvement. On pense tout de suite au miracle, mais la situation est loin d'être simple et idyllique. Imaginez un peu les sentiments contradictoires que doit ressentir la petite soeur de la disparue, celle qui a grandi dans l'ombre, qui a vu ses parents brisés par le manque et l'absence, celle qui a toujours eu l'impression d'être l'oubliée, celle qui ne compte pas, celle que tout le monde aurait préféré voir disparaître. Imaginez un peu qu'en plus, la miraculée soit parfaite en tous points : belle, intelligente, gentille, douce, attachante. Et si, pour une fois, on s'intéressait au point de vue de la fille de l'ombre, celle qui est au second plan ? Je dois reconnaître que j'ai aimé ce choix que je trouve très judicieux. On se met à la place de Faith, on essaie d'imaginer ce qu'on ressentirait si on était dans la même situation.

 

 Cat Clarke arrive à maintenir le suspense jusqu'au bout. On sent que certaines choses ne collent pas, mais on ne sait pas de quel côté ça cloche. Est-ce que c'est Faith qui ne tourne pas rond ou bien Laurel est-elle vraiment louche ? Est-ce que les terribles épreuves traversées par Laurel pendant toutes ces années n'auraient pas pu la rendre dingue au point de la faire devenir malveillante ? Et Martha et Thomas n'ont-ils pas, eux aussi, des choses à cacher... Peu à peu, les pièces du puzzle s'emboîtent jusqu'au final, glaçant et bouleversant. Une fois de plus, Cat Clarke frappe fort et nous livre un roman totalement addictif et dérangeant qu'on ne peut plus lâcher ni oublier. J'ai adoré ! Vivement le prochain Cat Clarke !

 

En quelques mots :

Un roman dérangeant et totalement addictif avec une bonne dose de suspense. Du Cat Clarke, tout simplement... Génial !

 

 

Les autres romans de Cat Clarke :

Confusion

Cruelles

Revanche

A Kiss in the Dark

 

Voir les commentaires

2015-04-29T14:26:02+02:00

Divergente, tome 2 : L'insurrection

Publié par MyaRosa

Insurgent - Veronica Ross

461 pages, éditions Nathan, février 2015

Mon avis sur le 1er tome de cette série

 

L'histoire :

Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs.
Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité.
Mais elle est Divergente. Plus que tout autre, elle doit choisir son camp et se battre pour sauver ce qui peut encore l'être...

 

Mon avis :

 

 Je me souviens avoir dévoré et adoré le premier tome de cette série dès sa sortie en France. Pourtant, je ne sais pas pourquoi, mais il m'a fallu beaucoup de temps pour sortir ce second tome de ma PAL. Je crois que j'ai tellement aimé le premier que j'avais peur d'être déçue par la suite. Le premier tome est, pour le moment, mon préféré, mais j'ai tout de même beaucoup aimé cette suite riche en révélations et en rebondissements. C'est le moins que l'on puisse dire...

 

 Si le premier tome mettait les choses en place et nous présentait l'univers et les règles des factions, ici, tout est chamboulé. C'est le tome du changement. Rien ne sera plus jamais comme avant et on le sait dès le début. Ce que j'ai apprécié le plus, je crois, c'est que ce tome nous fait découvrir un peu plus les autres factions. Dans le premier tome, on savait finalement peu de choses sur les sincères, les érudits et les fraternels alors qu'on en savait déjà plus sur les altruistes et les audacieux. Après avoir lu ce tome, on comprend mieux les mentalités et la façon dont les différentes factions fonctionnent et s'organisent.

 

 Il y a beaucoup d'action et de rebondissements dans ce second tome. Ca déménage, les balles et les traîtres pleuvent de tous les côtés et on n'a pas le temps de s'ennuyer ! J'ai été un peu frustrée que Tris et Quatre soient si distants, même si c'est compréhensible. J'aimais tellement les voir ensemble que ça m'a un peu déçue de les voir presque tout le temps séparés et Quatre m'a un peu manqué, je dois l'avouer... J'ai senti la révélation finale venir, mais j'ai vraiment hâte de savoir ce que tout cela va impliquer et la tournure que vont prendre les événements dans le tome 3. Les avis que j'ai pu lire ici et là m'intriguent beaucoup et je ne pense pas que le tome 3 restera très longtemps dans ma PAL, d'autant plus que le tome bonus raconté par Quatre m'attend bien sagement. Et vous, qu'avez-vous pensé de ce tome ? Avez-vous vu l'adaptation cinématographique ?

 

En quelques mots :

Un second tome bourré d'action et de révélations dans lequel on ne s'ennuie pas une seconde. Cette série est géniale, addictive et pleine de surprises. Vivement la suite !

 

 

A découvrir aussi :

Divergente #1

Hunger Games #1

Delirium #1

Les 100 #1

 

 

Voir les commentaires

2015-03-31T11:49:50+02:00

Les 100, tome 3 : Retour

Publié par MyaRosa

Homecoming - Kass Morgan

351 pages, éditions Robert Laffont, Collection R, mars 2015

L'histoire :

Survivre.
Le manque d'oxygène à bord de la Colonie a déclenché une panique meurtrière. Seuls les plus chanceux ont pu emprunter les dernières navettes partant en direction de la Terre.
Aimer.
Cette nouvelle apocalypse plonge les 100 dans l'angoisse : qui parmi leurs proches a survécu à l'atterrissage ? Les retrouveront-ils à temps ?.
Manipuler.
Bien décidé à conserver le pouvoir, le vice-chancelier n'hésitera pas à faire taire quiconque tentera de lui résister.
Combattre.
Prêts à tout pour garder leur nouvelle liberté, Clarke, Bellamy, Wells et Glass devront chacun affronter leur destin pour sauver leur idéal. L'ultime compte à rebours a commencé.

 

 

Mon avis :

 

 Lorsque j'ai commencé à lire cette trilogie, je ne m'attendais pas à être embarquée à ce point dans l'histoire. Kass Morgan nous offre une dystopie totalement addictive et pleine de surprises et ce troisième et dernier tome ne m'a pas déçu, loin de là ! J'étais tellement impatiente de retrouver Clarke, Glass, Wells, Bellamy et les autres. Le tome deux s'étant achevé sur un suspense insoutenable et celui-ci étant l'ultime volet, j'étais vraiment curieuse de savoir ce qu'il allait leur arriver.

 

 J'ai trouvé ce troisième tome très rythmé, encore plus que les deux premiers, et riche en rebondissements mais aussi en émotions ! On ne s'ennuie jamais dans cette trilogie. L'auteur ne nous laisse aucun répit. On est embarqué, dès le début, dans cette histoire entre ciel et terre et l'auteur ne nous perd jamais en route. Cette histoire m'a fasciné d'un bout à l'autre et les trois tomes m'ont fait le même effet : une fois plongée dedans, je ne pouvais plus m'arrêter. J'avais envie de savoir ce qui allait se passer, tant pis pour la nuit blanche.

 

 Ce que j'ai aimé aussi, en plus de tous ces rebondissements, c'est que l'on voit les personnages changer, évoluer. Il faut dire qu'ils traversent de grandes épreuves qui les font grandir plus vite que la norme, mais j'ai aimé les voir se métamorphoser, passer de l'ado un peu capricieux à l'adulte responsable, altruiste et courageux. On voit leurs relations se modifier au fil du temps, leur regard sur le monde changer... On apprend à les connaître et à les comprendre. Au début, certains ne me plaisaient pas du tout, mais mon regard sur eux a fini par changer, parce que j'en ai appris plus sur leur histoire personnelle ou bien parce que j'ai aimé leur façon d'évoluer et de réagir dans les moments critiques. J'ai appris à les aimer et je m'y suis attachée.

 

 Cette trilogie est tout simplement géniale et la fin est, à mon sens, parfaite. Si vous cherchez une série surprenante, riche en action et en rebondissements, et dans laquelle on n'a jamais l'impression de tourner en rond, ne cherchez-plus, vous avez trouvé celle qu'il vous faut ! Je pense que cette série pourrait d'ailleurs faire aimer la lecture à des ados un peu réticents car c'est vraiment addictif, ça démarre au quart de tour et on ne s'ennuie pas une seule seconde ! Je n'ai pas encore eu l'occasion de voir la série TV mais j'en ai bien envie même si, je dois l'avouer, j'ai un peu peur d'être déçue tant j'ai aimé les livres.

 

En quelques mots :

Un troisième et dernier tome génialissime, riche en rebondissements et en émotions, avec une fin parfaite. Une trilogie surprenante et addictive que je relirai à coup sûr et pour laquelle j'ai un véritable coup de coeur.

 

A découvrir aussi :

Les 100, tome 1

Les 100, tome 2

 

Voir les commentaires

2015-03-18T22:36:41+01:00

À tous les garçons que j'ai aimés...

Publié par MyaRosa

To All the Boys I've loved before - Jenny Han

461 pages, éditions Panini (Scarlett), février 2015

L'histoire :

Lara Jean Song conserve ses lettres d’amour dans une boîte à chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu’elle a reçues, ce sont celles qu’elle a écrites. Une pour chaque garçon qu’elle a aimé. Lorsqu’elle écrit, elle ose ouvrir son coeur et dire toutes les choses que jamais elle n’exprimerait dans la vraie vie, car ses lettres ne sont que pour elle. Jusqu’au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées… Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle mais qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres, après tout.

 

Merci à Babelio et aux éditions Panini

 

 

 Jenny Han est l'auteure de la trilogie à succès L'été où je suis devenue jolie. Elle a également écrit une autre trilogie, Le Pacte, en collaboration avec l'auteur Siobhan Vivian. J'ai lu le premier tome de "L'été où je suis devenue jolie" en 2011 et ce roman a été un gros, gros coup de coeur. Je l'ai savouré de la première à la dernière ligne et j'y pense encore très souvent. Bizarrement, je n'ai toujours pas lu la suite. Peut-être par peur d'être déçue ? Pourtant, quand on m'a proposé de découvrir le nouveau roman de l'auteur, je n'ai pas hésité une seule seconde même si je ne savais pas à quoi m'attendre...

 

 Quelle bonne surprise ! Quelle merveilleuse surprise ! Même si j'étais bien intriguée par la présentation de ce roman, je m'attendais à quelque chose de différent, à une histoire d'ado un peu banale qui serait vite lue vite oubliée. Comme il est bon de se tromper ! Dès les premiers paragraphes, toutes mes craintes se sont envolées et au bout de quelques pages, Jenny Han avait déjà gagné mon coeur. (Oui, rien que cela !)

 

 

 Cette histoire de lettres oubliées et envoyées des années plus tard est certes intéressante, mais ce roman ne se résume pas à cela. Avant d'être une romance, c'est une histoire de soeurs. L'histoire d'une famille qui se bat pour continuer à vivre et à avancer malgré les difficultés et les épreuves qu'elle rencontre : la maman est décédée, l'aînée part étudier à l'étranger,... Il y a d'abord Margot, la douce et tendre Margot qui est sérieuse, dévouée et qui fait toujours ce que l'on attend elle. C'est elle qui fait en sorte que la maison tourne. Elle porte de lourdes responsabilités. Au milieu, il y a Lara Jean, la rêveuse, l'introvertie, la timide. Celle qui a peur, n'ose pas, voudrait que rien ne change. Et puis, il y a la petite dernière, Kitty, une fillette espiègle, drôle et déterminée qui sait déjà ce qu'elle veut et n'a pas sa langue dans sa poche. Quelle belle brochette de personnages inoubliables !

 

 Autour de ces trois soeurs, il y a le père qui travaille beaucoup mais fait de son mieux pour élever ses filles et continuer à perpétrer les traditions instaurées par sa défunte épouse. On sent qu'il n'arrive pas à faire son deuil. Il est adorable et très touchant. Et puis, il y a Josh, le beau voisin, ami d'enfance des trois filles qui passe la moitié de son temps à la maison. Tout le monde aime Josh, c'est véridique, même le lecteur.

 

 

 J'ai ressenti la même chose qu'à la lecture de "L'été où je suis jolie". Je me suis attachée aux personnages au point d'avoir l'impression de les connaître depuis toujours. J'ai ressenti avec beaucoup de force et d'émotion, le souhait de Lara Jean de ne pas voir les choses changer. Elle se débat sans même s'en rendre compte contre le temps qui passe que rien ne peut pourtant arrêter. Elle se heurte à la vie et se sent à l'écart. Elle voit les gens autour d'elle changer alors qu'elle se sent encore et voudrait rester petite fille. Elle m'a beaucoup émue.

 

 Et puis, qu'est-ce que j'ai aimé toutes ces petites choses sur le quotidien : les repas que préparent les filles, la façon dont elles se débrouillent seules au quotidien, leurs soirées pop corn-télé, toutes ces références culturelles qui me parlent (Harry Potter qui est mentionné plusieurs fois, par exemple) leurs disputes (car même dans ces cas-là on sent tout l'amour qu'elles se portent), les souvenirs heureux qu'elles partagent, leurs petites manies et leurs passions,... C'est tout à fait l'image que je me fais d'une famille, d'une vraie famille heureuse et unie, et j'ai même eu l'impression d'en faire partie.

 

 

 L'intrigue n'est pas en reste. Il y a du suspense, de l'amour, des rebondissements, des problèmes d'adolescents, des pimbêches et de la crème glacée ! Il y a des passages absolument délicieux sur les préparatifs de Noël, des dialogues et des échanges de mails adorables. C'est simple, j'ai eu le sourire tout au long de ma lecture quand ce n'était pas les larmes aux yeux. Que d'émotions ! Je viens d'apprendre que Jenny Han a écrit une suite et j'en suis ravie. Pas question pour moi de quitter les soeurs Song, je vais me jeter sur cette suite dès sa sortie et j'espère qu'elle m'enchantera tout autant.

 

 

En quelques mots :

Coup de coeur pour ce joli roman-doudou à lire et à relire. Jenny Han sait, comme personne, donner vie à ses personnages, les rendre crédibles et attachants et nous toucher en plein coeur. Elle a l'art de sublimer de petits riens, de rendre magique le quotidien. J'ai savouré chaque phrase et je n'ai pas vu le temps passer. Je n'avais pas envie que ça s'arrête et j'étais même triste de tourner la dernière page... C'est un livre que j'ai déjà envie de relire.

 

 

Quelques extraits :

"- Si tu ne veux pas faire de snowboard, reprend-il, il y a une grande cheminée en pierre et des fauteuils moelleux, dans le chalet. Tu pourras lire pendant des heures. Et ils font des chocolats chauds délicieux."

 

"La frénésie des biscuits de Noël commence le 1er décembre. On sort tous les vieux magazines et livres de cuisine de maman, on les étale par terre dans le salon et on met l'album de Noël de Charlie Brown [...] Kitty fait deux listes : d'un côté les biscuits indispensables, de l'autre les "peut-être". Certains reviennent d'une année sur l'autre. Mon père adore les cornes de gazelle à la noix de pécan, donc on est obligées de les faire. Les cookies au sucre, parce que c'est un classique. Les snickerdoodles pour Kitty. Les cookies à la mélasse pour Margot. Des cookies roses en formes de santiags pour moi. Josh adore les biscuits au chocolat blanc et aux cannerberges."

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog