Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #romances & love stories catégorie

2016-12-28T14:51:05+01:00

Tendre veillée

Publié par MyaRosa

The Night Before Christmas - Scarlett Bailey

400 pages, Milady Romance (Central Park), novembre 2013

L'histoire :

Lydia a toujours souhaité vivre un Noël parfait. Aussi n'hésite-t-elle pas une seule seconde quand ses meilleures amies l'invitent à réveillonner avec elles. Au programme, feux de cheminée et marrons chauds – le tout dans un décor digne d'une carte de vœux. Quand elle se retrouve bloquée par la neige en compagnie de son petit ami, de son ex et d'un irrésistible inconnu, son Noël idéal est sérieusement mis à mal. Mais bon, trois rois mages, c'est la tradition à cette époque de l'année ...

 

Mon avis :

 

 Lydia a tout pour être heureuse. Malgré une enfance difficile, elle a réussi à avoir la vie dont elle rêvait. Elle habite à Londres, est avocate, a des amies géniales et un petit ami bien comme il faut sur le point de lui faire sa demande. Pourtant, quelque chose cloche... Lydia ne se sent pas aussi épanouie qu'elle devrait l'être ni follement excitée par ce qui est sur le point de lui arriver. Au lieu de cela, elle fuit le Noël romantique initialement prévu et accepte l'invitation de l'une de ses meilleures amies qui vient d'ouvrir une maison d'hôtes à la campagne avec son mari. Si Lydia est ravie de retrouver ses meilleures amies, elle semble l'être encore plus de bousculer les plans de son petit ami. Mais elle ne se doute pas une seconde que son Noël idéal est sur le point de virer au drame quand l'une de ses amies débarque au bras de l'homme qui lui a brisé le coeur quelques mois plus tôt. Sans parler de la météo qui ne s'améliore pas et les oblige à rester coincés tous ensemble malgré les tensions...

 

 J'ai été tellement déçue par le roman "Quand l'amour s'invite à Noël" que j'ai hésité entre lire une autre romance de Noël pour ne pas rester sur une mauvaise impression ou lire quelque chose de totalement différent comme un thriller bien sombre. Finalement, j'ai opté pour une valeur sûre, un roman qui est dans ma PAL depuis plusieurs années et dont on m'a dit le plus grand bien. Je ne regrette pas du tout, car j'ai passé un très bon moment et je ne me suis pas du tout ennuyée.

 

 

 Ce qui m'a le plus plu, c'est le cadre et l'ambiance qui collent parfaitement à cette période de l'année. Il y a de la neige à perte de vue, des feux de cheminée, des bons petits plats, une vieille maison somptueuse et chargée d'histoire ainsi qu'un petit village sans prétention avec des gens accueillants et un pub qui rassemble tout le monde. Il y a des chants de Noël, des batailles de boules de neige, de l'amour et des scènes cocasses. Bien sûr, les choses ne vont pas se passer comme prévues et il va y avoir pas mal de rebondissements et de révélations. Certes, on n'échappe pas à certains clichés, il y a des personnages vraiment superficiels et le langage est parfois un peu vulgaire, mais pour une fois, ça ne m'a pas dérangé plus que cela. Je me suis beaucoup amusée et ça m'a rappelé les romans de chick lit que je dévorais il y a quelques années. C'est un roman vraiment distrayant et amusant, une jolie lecture de fin d'année sans prétention qui a parfaitement rempli sa mission et m'a fait passer un bon moment. Scarlett Bailey a écrit plusieurs romances de Noël et j'espère qu'elles seront traduites en français car j'ai bien envie de les découvrir.

 

 

En quelques mots :

Une lecture de fin d'année distrayante et amusante. Un roman qui m'a fait passer un très bon moment et avec lequel je ne me suis pas ennuyée une seconde.

 

Voir les commentaires

2016-12-20T15:41:41+01:00

Quand l'amour s'invite à Noël

Publié par MyaRosa

The Holiday Visitor - Tara Taylor Quinn

265 pages, éditions Harlequin, novembre 2016

L'histoire :

A Noël, tous les miracles sont permis.

Depuis sa plus tendre enfance, Marybeth confie ses joies et ses peines à James, son grand amour épistolaire. Il est la personne qu’elle aime le plus au monde, le seul qui la connaît vraiment, celui sur qui elle peut compter. Mais voilà, James refuse de la rencontrer, de peur de briser la magie qui s’opère entre eux. Aussi est-elle bouleversée lorsque Craig, un séduisant inconnu, fait irruption dans sa vie. Lui, c’est un homme de chair et de sang, qui éveille en elle des sentiments inédits, une attirance irrépressible.
Dès lors, et à mesure que le séjour de Craig se prolonge à L’Orangeraie, sa maison d’hôtes chaudement décorée pour les fêtes, Marybeth est partagée entre les deux hommes de sa vie. Qui de James ou de Craig saura faire basculer son cœur ?

 

Mon avis :

 

 Tous les ans, je me prépare une grande pile de lectures de Noël avec des albums illustrés, des recueils, des romans réconfortants et de jolies romances de Noël. Mais j'oublie souvent que le temps file à toute vitesse et encore plus à cette période de l'année et je me retrouve souvent début janvier avec ma jolie pile de romances encore intacte. Du coup, cette année, j'ai décidé de m'y prendre de bonne heure et de ne pas prendre trop d'engagements pour avoir le temps de lire plus que d'habitude, et j'ai choisi ce livre a la couverture attrayante. Je rêvais d'une lecture légère et mignonne qui me ferait rire et pleurer entre deux passages délicieux sur les préparatifs de Noël. J'espérais au moins passer un moment sympa et... j'ai été très déçue !

 

 Oui, c'est prévisible. On voit tout venir dès le début. Oui, les dialogues sont souvent niais et c'est très mielleux, mais ce n'est pas quelque chose qui me dérange lorsque j'entame ce genre de romans. Je trouve même que je suis plutôt bon public, mais là... Si seulement il y avait eu un contexte sympa autour, des petits passages légers et délicieux autour des préparatifs de Noël ou du quotidien de Marybeth dans sa maison d'hôtes, mais rien ! Le début, bien que pas très gai, était pourtant très prometteur, mais mon enthousiasme est vite retombé.

 

 J'ai trouvé ce roman très froid, en fait. On est bien loin de la magie de Noël ! D'ailleurs, ce roman pourrait très bien se passer à une autre période de l'année tant on parle peu des fêtes de fin d'année... C'est comme si on avait décidé après coup d'en faire un livre de Noël parce que c'est plus vendeur sans doute. Comme pour Noël, le côté maison d'hôtes qui m'a beaucoup attiré n'est même pas exploité. On dirait que Craig et Marybeth sont toujours seuls dans cette maison et qu'il n'y a jamais de clients. L'auteur le justifie en nous disant que Craig vient pendant les fêtes et que les gens sont en famille à ce moment-là, mais j'aurais quand même aimé qu'il y a des passages dans lesquels on parle vraiment de la maison d'hôtes et de son fonctionnement. L'endroit ne m'a pas semblé très chaleureux et on en parle tellement peu qu'on a même du mal à l'imaginer.

 

 Ce qui m'a manqué, c'est le frisson, la magie, l'émotion. Je n'ai pas souri une seule fois durant ma lecture ni même ri. Je n'ai fait que lever les yeux au ciel tant les situations me semblaient débiles et peu crédibles. Et pire que tout pour une romance, je n'ai pas cru une seconde à cette histoire d'amour (ou du moins, pas avant la toute fin). En fait, on se met d'un coup à parler de ce coup de foudre et de cette histoire naissance et je me suis demandée si je n'avais pas loupé un passage. Je n'ai pas compris à quel moment ils étaient censés être tombés amoureux tant leur rencontre m'avait semblé peu chaleureuse. J'ai même relu quelques pages, mais non, je n'avais rien loupé.

 

 Et puis, les personnages, parlons-en... Ils ne sont ni sympathiques ni attachants. Il n'y a qu'à la toute fin du roman qu'ils m'ont semblé un peu plus humains. Marybeth n'est pas très agréable et elle est complètement à côté de la plaque. Je n'ai pas compris ses choix et son passé ne justifie pas tout. Elle n'a pas l'air passionné par ce qu'elle fait, semble avoir 70 ans au lieu de 26 et je l'ai trouvé plutôt prétentieuse malgré son manque de confiance en elle, ce qui d'ailleurs ne colle pas. Idem pour Craig que j'ai trouvé arrogant et antipathique dès le début. Il y a vraiment des incohérences au niveau des personnages. Et puis tous ces "Je te veux, mais je ne peux pas. Je te veux, mais en fait non" qui peuvent être amusants ne l'ont pas été ici. Ca m'a juste agacé.

 

 Et je ne parle même pas de toutes ces réflexions sur le mariage, la fidélité, la sexualité (ou plutôt l'absence de sexualité) qui m'ont usé. Quel ennui, mais quel ennui ! J'ai traîné ce livre comme un boulet pendant plusieurs semaines. J'ai pensé plusieurs fois l'abandonner, mais j'ai toujours peur de louper quelque chose et que la fin rattrape un peu le reste. Pour être honnête, je me suis mis un bon coup de pied aux fesses pour le finir et pouvoir enfin passer à autre chose. La fin m'a plus plu que le reste, mais pas au point de rattraper le reste. J'ai eu l'impression de lire un texte écrit à la va-vite qui aurait vraiment mérité d'être un peu plus travaillé (et aussi relu car il y a d'ailleurs beaucoup de coquilles). C'est creux et fade, il y a des bonnes idées mais très mal exploitées. Il manque, selon moi, beaucoup d'ingrédients pour faire de ce livre une jolie romance de Noël.

 

 

En quelques mots :

De bonnes idées mais très mal exploitées. Un roman qui est, pour moi, sans intérêt et que je suis contente d'avoir terminé.

 

Voir les commentaires

2016-08-18T13:03:39+02:00

Un merci de trop

Publié par MyaRosa

Carène Ponte

279 pages, éditions Michel Lafon, juin 2016

L'histoire :

S’il fallait décrire Juliette en un mot, « transparente » serait sans doute le bon. Depuis toujours, elle a fait ce que l’on attendait d’elle, mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à trente ans, elle mène une vie où choisir entre lasagnes et sushis est un événement. Pourtant, au fond d’elle-même, elle sait qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Et elle est loin d’imaginer où cela va la mener.

Parfois, le bonheur est à portée de main.

 

Mon avis :

 

 Si vous cherchez un livre pour vous détendre, rire, terminer les vacances tranquillement ou passer un bon moment, j'ai ce qu'il vous faut ! Le roman de Carène Ponte m'a tenu compagnie durant quelques heures et cette lecture pleine de fraîcheur et d'optimisme m'a fait le plus grand bien.

 

 Il faut dire que Juliette est un personnage très sympathique. Cette jeune femme est pétillante, drôle, pleine de vie, mais elle manque de confiance en elle. Elle a toujours fait ce qu'on attendait d'elle plutôt que ce qu'elle voulait vraiment par peur de décevoir. C'est la fille discrète - presque invisible - qui s'efface derrière les autres, ne se fait jamais remarquer et dont on oublie le prénom. Pourtant, s'il on cherche à en savoir plus sur son compte, Juliette est intéressante et attachante. Elle a de la répartie, de bonnes idées et des rêves plein la tête. Le passage à la trentaine va lui donner envie de tout envoyer valser pour n'écouter que son coeur et ses envies. Il est temps que Juliette pense enfin un peu à elle et qu'elle s'épanouisse. Elle n'en peut plus de cette vie fade et sans surprise, elle veut vibrer !

 

 J'ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Juliette ainsi que l'écriture de Carène Ponte. Voilà un roman qui fait du bien, qui décomplexe et qui donne envie de s'écouter et d'envoyer balader tout ce qui nous prend la tête. Les échanges entre les personnages sont savoureux, il y a des scènes vraiment cocasses et des références actuelles qui parleront, j'en suis sûre, à toutes les femmes d'aujourd'hui. J'ai eu l'impression de regarder un film, une jolie comédie romantique avec de l'humour, de l'émotion, des rebondissements et de la bonne humeur. Je me suis régalée de la première à la dernière page !

 

En quelques mots :

Une comédie romantique classique mais très agréable à lire. Un roman qui détend, des personnages attachants et pétillants que l'on suit avec plaisir et une histoire qui fait du bien et décomplexe. Je ne peux que vous recommander cette lecture feel-good !

 

Voir les commentaires

2016-01-07T07:30:19+01:00

P.S. Je t'aime toujours...

Publié par MyaRosa

Les Amours de Lara Jean, tome 2

(P.S. I still love you) - Jenny Han

395 pages, Panini Books (Scarlett), septembre 2015

L'histoire :

Quand Peter et Lara Jean, ont commencé à faire semblant dêtre ensemble, la jeune fille ne s'attendait pas à vraiment tomber amoureuse. Et elle se retrouve encore plus confuse quand un garçon de son passé refait surface. Qui choisir quand on est amoureuse de deux garçons à la fois ?

 

¤ Mon billet sur le premier tome ¤

 

Mon avis :

 

 J'aime beaucoup les romances de Jenny Han. C'est toujours très doux, très romantique et toujours optimiste malgré les difficultés que rencontrent les personnages. Si vous êtes un peu (ou très) fleur bleue, je vous recommande vivement ses romans. J'avais adoré "L'été où je suis devenue jolie" et je me suis autant régalée avec le premier tome des amours de Lara Jean. Pour être honnête, quand je me suis plongée dans ce second tome, un an après avoir lu le premier, il m'a fallu un petit temps d'adaptation pour me souvenir des liens entre les personnages. Je n'avais pas oublié la famille de Lara Jean mais je ne me souvenais pas de ses amis, ça m'est revenu au fil des pages.

 

 

 Cette fois encore, j'ai passé un très bon moment. J'ai trouvé que certains passages étaient un peu longs, mais j'ai retrouvé tout ce qui m'avait tant plu dans le premier tome : les réflexions toujours intéressantes et pertinentes sur l'adolescence et l'amour en général, les liens très forts et la complicité qui unissent Lara Jean et ses soeurs, tous ces petits détails du quotidien tellement agréables à lire, l'importance de la famille, les nombreux passages durant lesquels Lara Jean prépare de délicieuses pâtisseries qui nous mettent l'eau à la bouche, et puis cette saveur douce-amer d'innocence qui se perd peu à peu, cet entre-deux durant lequel on ne se sent pas encore adulte mais plus tout à fait enfant.

 

 

 Il y a toujours beaucoup de nostalgie dans les romans de Jenny Han et on se sent un peu comme à la fin des vacances d'été après avoir refermé ce livre. Quelque chose de fabuleux se termine et on sait qu'on n'y reviendra plus, que plus jamais cette sensation de bonheur ne sera identique. Il y aura d'autres moments heureux, bien sûr, mais ils n'auront pas la même saveur... Dans ce tome, Lara Jean revient beaucoup sur ses souvenirs d'enfance, sur les personnes qu'elle a perdu de vue et qui comptait beaucoup pour elle à l'époque. Elle est en train de devenir adulte, se rend compte que certaines choses changent quoi qu'on fasse mais que certains liens ne se brisent jamais...

 

 Il y a dans ce roman des passages délicieusement romantiques, je pense notamment à une soirée à thème dans une maison de retraite (si, si, ça peut être romantique !) et à une bataille de boules de neige vraiment mignonne. Je me suis également régalée à suivre le quotidien de la famille de Lara Jean. J'aime leurs valeurs, ces petites choses qu'ils font les uns pour les autres, ce qu'ils partagent. Leur foyer est tellement chaleureux ! Et puis, il y a des passages un peu cruels qui nous brisent le coeur. C'est aussi ce que j'aime dans les romans de Jenny Han, ils ont beau être délicieusement romantiques et souvent mignons, tout n'est jamais rose-bonbon. Dans ce tome, les personnages essaient de revenir en arrière, de s'accrocher au passé, de refaire les mêmes choses qu'avant, ces petites choses qui suffisaient à les rendre heureux, mais tout a une saveur et des conséquences différences, maintenant qu'ils ne sont plus enfants. Je suis définitivement conquise par Lara Jean, sa famille si touchante, ses valeurs, son univers...

 

 

Merci à Babelio et à Panini Books pour cette jolie lecture.

 

En quelques mots :

Un deuxième tome tout aussi réussi que le premier. Une lecture savoureuse, mignonne, gourmande, romantique et pleine d'optimisme.

 

Quelques extraits :

"Ce soir-là, je cuisine des cookies parfumés aux épices et glacés à la cannelle. Parce qu'ils sont comme des câlins qui fondent dans la bouche. La pâtisserie me calme, elle m'oblige à me poser. C'est ce que je fais quand je veux ne penser à rien. C'est une activité peu exigeante, il suffit de suivre les indications et, à la fin, on a créé quelque chose. Les ingrédients sont devenus un dessert. C'est comme de la magie. Abracadabra, un délice !

Après minuit, les cookies refroidissent sur une grille et je mets mon pyjama de chat. Puis je monte me coucher avec un livre. Soudain, quelqu'un tape à ma fenêtre [...]" (Page 103)

 

"Je suis allongée sur le dos dans la cabane de l'arbre et je regarde par la fenêtre. La lune dessine un croissant incroyablement fin, petit bout d'ongle dans le ciel. Demain, la maison sera rasée. J'y pensais à peine, mais maintenant qu'elle doit disparaître, je suis triste. C'est comme un jouet d'enfant. Il n'est important que lorsqu'on ne l'a plus. C'est plus qu'une cabane dans un arbre. C'est un adieu avec un arrière-goût de fin de tout." (Page 389)

 

"Les gens entrent et sortent de votre vie. Pendant un moment, ils font partie de votre monde, ils sont tout pour vous. Puis un jour ils ne sont plus rien. Rien ne dit combien de temps ils seront près de vous. [...] Ce sont les adieux les plus durs." (Page 390)

 

 

Voir les commentaires

2015-03-18T22:36:41+01:00

À tous les garçons que j'ai aimés...

Publié par MyaRosa

To All the Boys I've loved before - Jenny Han

461 pages, éditions Panini (Scarlett), février 2015

L'histoire :

Lara Jean Song conserve ses lettres d’amour dans une boîte à chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu’elle a reçues, ce sont celles qu’elle a écrites. Une pour chaque garçon qu’elle a aimé. Lorsqu’elle écrit, elle ose ouvrir son coeur et dire toutes les choses que jamais elle n’exprimerait dans la vraie vie, car ses lettres ne sont que pour elle. Jusqu’au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées… Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle mais qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres, après tout.

 

Merci à Babelio et aux éditions Panini

 

 

 Jenny Han est l'auteure de la trilogie à succès L'été où je suis devenue jolie. Elle a également écrit une autre trilogie, Le Pacte, en collaboration avec l'auteur Siobhan Vivian. J'ai lu le premier tome de "L'été où je suis devenue jolie" en 2011 et ce roman a été un gros, gros coup de coeur. Je l'ai savouré de la première à la dernière ligne et j'y pense encore très souvent. Bizarrement, je n'ai toujours pas lu la suite. Peut-être par peur d'être déçue ? Pourtant, quand on m'a proposé de découvrir le nouveau roman de l'auteur, je n'ai pas hésité une seule seconde même si je ne savais pas à quoi m'attendre...

 

 Quelle bonne surprise ! Quelle merveilleuse surprise ! Même si j'étais bien intriguée par la présentation de ce roman, je m'attendais à quelque chose de différent, à une histoire d'ado un peu banale qui serait vite lue vite oubliée. Comme il est bon de se tromper ! Dès les premiers paragraphes, toutes mes craintes se sont envolées et au bout de quelques pages, Jenny Han avait déjà gagné mon coeur. (Oui, rien que cela !)

 

 

 Cette histoire de lettres oubliées et envoyées des années plus tard est certes intéressante, mais ce roman ne se résume pas à cela. Avant d'être une romance, c'est une histoire de soeurs. L'histoire d'une famille qui se bat pour continuer à vivre et à avancer malgré les difficultés et les épreuves qu'elle rencontre : la maman est décédée, l'aînée part étudier à l'étranger,... Il y a d'abord Margot, la douce et tendre Margot qui est sérieuse, dévouée et qui fait toujours ce que l'on attend elle. C'est elle qui fait en sorte que la maison tourne. Elle porte de lourdes responsabilités. Au milieu, il y a Lara Jean, la rêveuse, l'introvertie, la timide. Celle qui a peur, n'ose pas, voudrait que rien ne change. Et puis, il y a la petite dernière, Kitty, une fillette espiègle, drôle et déterminée qui sait déjà ce qu'elle veut et n'a pas sa langue dans sa poche. Quelle belle brochette de personnages inoubliables !

 

 Autour de ces trois soeurs, il y a le père qui travaille beaucoup mais fait de son mieux pour élever ses filles et continuer à perpétrer les traditions instaurées par sa défunte épouse. On sent qu'il n'arrive pas à faire son deuil. Il est adorable et très touchant. Et puis, il y a Josh, le beau voisin, ami d'enfance des trois filles qui passe la moitié de son temps à la maison. Tout le monde aime Josh, c'est véridique, même le lecteur.

 

 

 J'ai ressenti la même chose qu'à la lecture de "L'été où je suis jolie". Je me suis attachée aux personnages au point d'avoir l'impression de les connaître depuis toujours. J'ai ressenti avec beaucoup de force et d'émotion, le souhait de Lara Jean de ne pas voir les choses changer. Elle se débat sans même s'en rendre compte contre le temps qui passe que rien ne peut pourtant arrêter. Elle se heurte à la vie et se sent à l'écart. Elle voit les gens autour d'elle changer alors qu'elle se sent encore et voudrait rester petite fille. Elle m'a beaucoup émue.

 

 Et puis, qu'est-ce que j'ai aimé toutes ces petites choses sur le quotidien : les repas que préparent les filles, la façon dont elles se débrouillent seules au quotidien, leurs soirées pop corn-télé, toutes ces références culturelles qui me parlent (Harry Potter qui est mentionné plusieurs fois, par exemple) leurs disputes (car même dans ces cas-là on sent tout l'amour qu'elles se portent), les souvenirs heureux qu'elles partagent, leurs petites manies et leurs passions,... C'est tout à fait l'image que je me fais d'une famille, d'une vraie famille heureuse et unie, et j'ai même eu l'impression d'en faire partie.

 

 

 L'intrigue n'est pas en reste. Il y a du suspense, de l'amour, des rebondissements, des problèmes d'adolescents, des pimbêches et de la crème glacée ! Il y a des passages absolument délicieux sur les préparatifs de Noël, des dialogues et des échanges de mails adorables. C'est simple, j'ai eu le sourire tout au long de ma lecture quand ce n'était pas les larmes aux yeux. Que d'émotions ! Je viens d'apprendre que Jenny Han a écrit une suite et j'en suis ravie. Pas question pour moi de quitter les soeurs Song, je vais me jeter sur cette suite dès sa sortie et j'espère qu'elle m'enchantera tout autant.

 

 

En quelques mots :

Coup de coeur pour ce joli roman-doudou à lire et à relire. Jenny Han sait, comme personne, donner vie à ses personnages, les rendre crédibles et attachants et nous toucher en plein coeur. Elle a l'art de sublimer de petits riens, de rendre magique le quotidien. J'ai savouré chaque phrase et je n'ai pas vu le temps passer. Je n'avais pas envie que ça s'arrête et j'étais même triste de tourner la dernière page... C'est un livre que j'ai déjà envie de relire.

 

 

Quelques extraits :

"- Si tu ne veux pas faire de snowboard, reprend-il, il y a une grande cheminée en pierre et des fauteuils moelleux, dans le chalet. Tu pourras lire pendant des heures. Et ils font des chocolats chauds délicieux."

 

"La frénésie des biscuits de Noël commence le 1er décembre. On sort tous les vieux magazines et livres de cuisine de maman, on les étale par terre dans le salon et on met l'album de Noël de Charlie Brown [...] Kitty fait deux listes : d'un côté les biscuits indispensables, de l'autre les "peut-être". Certains reviennent d'une année sur l'autre. Mon père adore les cornes de gazelle à la noix de pécan, donc on est obligées de les faire. Les cookies au sucre, parce que c'est un classique. Les snickerdoodles pour Kitty. Les cookies à la mélasse pour Margot. Des cookies roses en formes de santiags pour moi. Josh adore les biscuits au chocolat blanc et aux cannerberges."

 

Voir les commentaires

2015-03-17T09:01:56+01:00

Bienvenue à Big Stone Gap

Publié par MyaRosa

Adriana Trigiani

315 pages, éditions Charleston, février 2015

L'histoire :

1978, Big Stone Gap (Virginie). Le jour où Ave Maria découvre qu'elle n'est pas vraiment celle qu'elle croyait être, sa vie prend un tournant inattendu. Cette jolie célibataire, autoproclamée vieille fille de la ville du haut de ses presque trente-six ans, voit s'écrouler ses défenses soigneusement construites durant toutes ces années. Pourtant, entre son travail à la pharmacie et son cercle d'amis, dont le timide Jack MacChesnay et l'irrésistible Theodore Tipton, sa vie dans ce petit village niché au coeur des Montagnes Bleues était déjà bien assez trépidante ! Héritage, demandes en mariage et révélations se succèdent pour bouleverser sa vision du monde et la place qu'elle y occupe.

 

 

 C'est fou comme les livres nous réservent parfois de belles surprises... J'ai commencé ce roman il y a plus d'un mois. Je l'ai reposé plusieurs fois. J'ai bien failli le laisser définitivement de côté, mais j'ai insisté et la magie a fini par opérer. J'en ressors finalement charmée et je suis la première à être surprise par ce retournement de situation.

 

 J'ai toujours aimé les histoires qui se déroulent dans de petites villes où tous les habitants se connaissent. J'ai donc tout de suite été charmée par Big Stone Gap et ses personnages hauts en couleurs. Seulement voilà, malgré l'humour bien présent dans ce roman, j'ai vite eu l'impression de tourner en rond. Je trouvais le rythme lent et j'avais l'impression qu'il ne se passait pas grand chose. C'était sympa mais sans plus. J'ai ressenti un peu la même chose que lorsque j'ai commencé à lire Miss Alabama et ses petits secrets de Fannie Flagg.

 

 Après plusieurs tentatives de lecture et après avoir fait plusieurs pauses en lisant d'autres romans, j'ai décidé de m'arrêter là et de ne pas le terminer. Mais allez savoir pourquoi, j'ai décidé de lire encore quelques pages et j'ai finalement dévoré toute la seconde moitié du roman. J'ai ri, j'ai eu des petits papillons dans le ventre, et j'ai même eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises. J'ai appris à comprendre et à aimer tels qu'ils sont les personnages de ce roman et je les ai trouvé très attachants.

 

 J'ai beaucoup aimé toutes les parties qui se déroulent en Italie et tous les passages sur l'histoire d'Ave Maria et puis cette fin... Je ne m'attendais pas à être aussi surprise et émue et je l'ai été beaucoup, beaucoup. L'héroïne est touchante. Elle a un passé compliqué dont elle ignorait tout il y a encore peu de temps et elle a du mal à trouver sa place et à savoir ce qu'elle désire vraiment. On a l'impression qu'elle s'interdit d'être heureuse... Heureusement qu'elle est bien entourée !

 

 Je pense que je garderai de ce roman un très joli souvenir. Il y a parfois des livres qui demandent un peu de patience, des livres qui ont besoin d'un peu de temps pour réussir à nous séduire mais qui finissent par nous surprendre et nous charmer. Je crois comprendre qu'il y aura une suite et je m'en réjouis d'avance. J'ai bien envie de suivre encore un peu Ave Maria et les autres.

 

En quelques mots :

D'abord déçue par ce roman qui me laissait indifférente, j'ai bien fait de persévérer puisque j'en ressors charmée et émue. Vivement la suite !

 

Quelques extraits :

 

"N'importe quelle marche semble deux fois plus haute quand on se trouve idiote." (Page 233)

 

"Les pires choses qui nous arrivent dans le cours d'une vie n'ont aucun sens sur le moment, quand nous nous débattons sans en voir la fin. Il n'y a aucune corde, aucune bouée à saisir, semble-t-il. Les mères peuvent calmer leurs enfants dans ces moments-là, parce qu'elles les rassurent. Personne ne s'inquiète de vous autant que votre mère, et quand elle n'est plus là, on se retrouve comme nu dans un monde où le danger menace de toutes parts. On ne peut plus se tourner vers elle, et chacun sait que sa vie est changée à jamais. Il n'y a personne sur cette Terre qui vous a connu depuis le jour de votre naissance ; qui savait pourquoi vous pleuriez, ou quand vous aviez assez mangé ; qui savait exactement ce qu'il fallait vous dire quand vous aviez mal, et qui vous aidait à avoir bon coeur. Le jour où elle disparaît, vous perdez ce qui vous restait encore de votre enfance. Les souvenirs ne sont plus les mêmes et n'ont plus le pouvoir de vous apaiser comme la douceur de sa main sur votre front." (Page 292)

 

"Il faut parfois se dépouiller de tout pour découvrir la personne qu'on est en réalité." (Page 294)

 

Voir les commentaires

2015-03-02T08:40:47+01:00

Les Filles au chocolat, tome 5.5 : Coeur sucré

Publié par MyaRosa

Les Filles au chocolat, tome 5.5 :

Coeur sucré

(Chocolate and Flowers / Hopes and dreams)

Cathy Cassidy

Catégorie(s) : Nouvelles - Jeunesse - Girly

Edition / Collection : Nathan

Date de parution : 5 mars 2015

Nombre de pages : 144

Prix : 9,90€

 

Les Filles au Chocolat :

1. Coeur Cerise

2. Coeur Guimauve

3. Coeur Mandarine

3.5. Coeur Salé

4. Coeur Coco

5. Coeur Vanille

5.5. Coeur sucré

6. Coeur Cookie (à venir)

 

L'histoire :

L'étoile de la Saint-Valentin :  L'anniversaire de Summer et la Saint-Valentin (qui tombent le même jour) approchent à grands pas. Tommy est bien décidé à offrir quelque chose de spécial à Summer, quelque chose qui lui montre combien il tient à elle et surtout... qui lui redonne goût à la danse et à la vie.

Dans l'ombre des projecteurs : C'est la rentrée et Jodie, la meilleure amie de Summer, va intégrer la Rochelle Academy, l'une des meilleures écoles de danse d'Europe ! Elle devrait être aux anges. Mais la peur et la culpabilité la submergent : si Summer n'avait pas été malade, c'est elle qui serait rentrée à la Rochelle Academy. Jodie n'est que sa remplaçante, un second choix. Comment pourrait-elle être à la hauteur ?

 

 

 On ne présente plus la série de livres écrite par Cathy Cassidy : Les Filles au chocolat qui remporte un immense succès auprès des lecteurs de tout âge. J'ai dévoré tous les tomes déjà parus (Coeur Cerise - Coeur Guimauve - Coeur Mandarine - Coeur Salé - Coeur Coco - Coeur Vanille) et je suis ravie de retrouver les personnages dans de nouvelles histoires. Ce livre est en fait un recueil de deux nouvelles : L'étoile de la Saint-Valentin (Chocolate and Flowers) et Dans l'ombre des projecteurs (Hopes and dreams).

 

 La première nouvelle nous est racontée par Tommy, le petit ami de Summer. La Saint-Valentin et l'anniversaire de Summer tombent le même jour et il aimerait lui faire la plus belle des surprises. Une boîte de chocolat lui semble malvenue vue le contexte et un bouquet de fleurs un peu trop classique. Avec la complicité de Finn, il va organiser la plus belle des surprises pour celle qu'il aime. J'ai beaucoup aimé cette histoire. Tommy est touchant et j'ai aimé retrouver Finn et Skye. La pauvre Summer n'est pas en grande forme, mais j'ai trouvé cela bien que Cathy Cassidy ne minimise pas la situation.

 

 La seconde nouvelle met en scène Jodie, l'amie de Summer qui a été envoyée à la Rochelle Academy à sa place. Cette nouvelle m'a également beaucoup plu. Jodie est touchante. Elle n'a pas du tout confiance en elle et la situation n'arrange rien. Elle culpabilise, ne se sent pas à sa place, se met toujours en retrait et n'ose pas s'impliquer pleinement dans la danse. Mais elle garde en elle de très beaux rêves, tellement bien enfouis qu'elle a fini par les oublier elle-même...

 

 Ce n'est pas mon tome préféré, mais c'est un bonus très chouette qui nous permet de retrouver les personnages et d'en apprendre plus sur ceux qui sont toujours en arrière-plan. L'amour et la danse sont au coeur de ces deux histoires, tout comme les rêves et l'espoir. Il ne faut jamais renoncer ! Une jolie lecture pour patienter jusqu'à la sortie de Coeur Cookie prévue en juin.

 

 Comme toujours, on retrouve quelques bonus à la fin du livre. Un test pour savoir à quelle fille au chocolat on ressemble le plus, des fiches sur les principaux personnages, un extrait du roman de Cathy Cassidy - Aux délices des anges  et des recettes très alléchantes : clafoutis façon Cherry, le moelleux de Skye, muffins à la mandarine et aux amandes, rochers saveur Coco et les brownies de Honey.

 

En quelques mots :

Deux nouvelles inédites dans lesquelles on retrouve les personnages des Filles au chocolat. L'amour, la danse, l'espoir et les rêves y sont à l'honneur et on en apprend plus sur deux personnages secondaires. Une jolie lecture !

 

Voir les commentaires

2015-01-11T13:31:00+01:00

Un Printemps à la Villa Rose (Debbie Macomber)

Publié par MyaRosa

Retour à Cedar Cove, tome 2 :

Un Printemps à la Villa Rose

(Rose Harbor in Bloom)

Debbie Macomber

couv51952084.jpg

Catégorie(s) : Littérature contemporaine américaine

Edition / Collection : Charleston

Date de parution : 10 mars 2014

Nombre de pages : 368

Prix : 19,90€

 

¤ Mon avis sur le 1er tome ¤

 

L'histoire :

Installée depuis peu à Cedar Cove, Jo Marie commence à s'y sentir chez elle et ses voisins sont devenus ses plus proches amis. Avec l'arrivée du printemps, elle a hâte de réaliser son dernier projet en date, la roseraie qu'elle a conçue en souvenir de Paul, son mari décédé. Tout en continuant à faire son deuil, elle prend plaisir à accueillir ses clients et à les aider sur le chemin de leur propre guérison. Annie Newton est venue en ville pour préparer les noces d'or de ses grands-parents. Quoiqu'excitée à la perspective de cette fête de famille, elle est encore meurtrie par la rupture de ses fiançailles. Pire, Annie est forcée de revoir Oliver Sutton, qui l'a taquinée sans merci tout au long de son enfance. Mais les meilleures fêtes s'achèvent par une surprise, et celle-ci ne fera pas exception. Femme d'affaires, Mary Smith a connu les plus grands succès dans sa carrière. Désormais atteinte d'une grave maladie, elle ne peut plus échapper à un douloureux regret. Près de dix-neuf ans plus tôt, elle a rompu avec son seul véritable amour, George Hudson, et revient à Cedar Cove pour obtenir son pardon. Bonheur et compassion sont au rendez-vous pour Jo Marie, Annie et Mary, alors qu'elles se réconcilient avec leur passé et se tournent résolument vers l'avenir. Ue printemps à la Villa Rose est un des romans les plus chaleureux de Debbie Macomber.

 

monavis

 

 Quel bonheur de retourner à Cedar Cove, dans le petit havre de paix de Jo Marie ! Il n'y a pas à dire, on se sent merveilleusement bien à la Villa Rosa. Il y a toujours une bonne odeur de café, des scones encore chauds et Jo Marie, rayonnante et chaleureuse, toujours prête à écouter et à aider les autres. Mais ne vous y trompez pas. Tout n'est pas rose dans les romans de Debbie Macomber. Les pensionnaires se succèdent de tome en tome et nous délivrent leurs histoires, leurs doutes, les regrets qui sont les leurs et toutes ces choses qui les empêchent d'aller de l'avant. Mais chaque fois que quelqu'un passe par la Villa Rose, il en ressort changé, apaisé. Tous ses problèmes ne sont pas réglés, ce serait beaucoup trop facile, mais les choses avancent et les pensionnaires quittent Cedar Cove avec le sourire et l'envie de faire changer les choses dans le bon sens. En espère qu'il en sera de même pour Jo Marie qui a, elle aussi, sa part d'épreuves à surmonter.

 

printemps.jpg

"Si j'avais appris quelque chose sur ce chemin qu'on appelle la vie, c'est qu'il emprunte parfois des détours inattendus et nous entraîne bien loin de la direction qui nous semblait au départ idéale."

 

 J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. Au début, la relation entre Oliver et Annie qui tourne en rond m'a un peu agacée, et puis j'ai fini par me prendre au jeu. Les grands-parents d'Annie m'ont fait sourire. J'ai trouvé leur relation très touchante. Et puis, il y a bien sûr Mary Smith et Georges. Je crois que c'est leur histoire qui m'a le plus touchée. Les travaux et les aménagements se poursuivent à la Villa et l'endroit est de plus en plus charmant. J'aime particulièrement quand l'auteur nous parle du quotidien de Jo Marie, de son travail à la Villa, de sa complicité avec Rover et de la relation qui se noue entre elle et Mark. Faire un petit tour là-bas, c'est s'offir une bouffée de fraîcheur et d'optimisme et la certitude que tout, absolument tout, peut s'arranger. Même quand tout va de travers, quand les mauvaises nouvelles s'accumulent, il ne faut pas perdre espoir. La vie a tant de belles choses à nous offrir... Je suis déjà impatiente de retourner à Cedar Cove et de découvrir les histoires des autres pensionnaires de la Villa. Vivement la suite !

 

roseharborinbloom.jpg

En quelques mots :

Un second tome très réussi. Il fait bon vivre à la Villa Rose ! Vivement la suite !


Voir les commentaires

2014-05-16T06:58:00+02:00

L'histoire d'amour dont vous êtes le héros (Pandora Reggiani)

Publié par MyaRosa

L'histoire d'amour dont vous êtes le héros

Pandora Reggiani

9977654.jpg

Catégorie(s) : Littérature francophone - Humour

Edition / Collection : Michalon

Date de parution : 15 mai 2014

Nombre de pages : 142

Prix : 15€

 

Présentation de l'éditeur :

"Ce livre est un livre humoristique sur le célibat, le chômage, le couple, les enquiquinades quotidiennes. Encore un ? Oui. Je l'admets volontiers, je suis la prêtresse de la lose, la reine de la perte de temps, la comtesse du plan foireux. J'ai tellement bien réussi mon coup que j'arrive à en rigoler. À en faire des théories. J'ai rassemblé tout ça dans une série de petits billets, qui se lisent au gré de l'aventure, comme les livres d'aventures dont vous êtes le héros". Ce n'est pas un conte de fées moderne. Vous n'y trouverez ni Marc Darcy ni copines new-yorkaises hystériques habillées en Prada. Vous n'y trouverez pas non plus personnages, table des matières ou épilogue heureux, car dans l'univers de Pandora Reggiani, ce qui compte avant tout, c'est bousculer joyeusement l'ordre et la forme. Entre le premier rencard ("10 sales coups à ne pas faire à un timide") et l'installation en couple ("En attendant la réponse du notaire"), en passant par le premier baiser ("La Minute Avant"), la rupture ("Le largage pour les Nuls", "La rupture, ou l'appel au chanteur") et la (éventuelle) demande en mariage ("Dix façons de demander en mariage avec classe"), Pandora Reggiani croque avec une infinie justesse les mille et une petites aventures du quotidien amoureux sous forme d'un jeu de piste délicieusement loufoque. "Vous avez rencontré Soren mais il ne veut pas quitter Stockholm, vous appelez vos copines au secours, allez en 6. Vous restez dans la course, allez en 11. Vous avez la foi, allez en 7. Soren est un véritable sagouin, allez en 34." "Vous décidez de sortir avec, allez en 12. Vous décidez qu'il vous emmerde, noyez-le d'ennui. Allez en 46. Vous voulez qu'il rencontre quelqu'un sur Internet, allez en 30". Que vous sautiez allégrement d'un numéro à l'autre suivant votre humeur ou suiviez l'ordre établi, une chose est sûre : fou rire assuré. Mieux qu'un test de magazine féminin, mieux qu'une comédie romantique, mieux que Bridget Jones : à réutiliser sans modération !

 

monavis

 

 Vous souvenez-vous des livres dont vous êtes le héros ? Je suis sûre que vous en avez déjà croisé. J'en empruntais souvent à la bibliothèque lorsque j'étais plus jeune. J'ai toujours aimé inventer des histoires alors je trouvais cela totalement fabuleux de pouvoir participer pleinement à l'histoire, de pouvoir jouer un rôle en choisissant telle ou telle possibilité qui entrainerait un dénouement et des rebondissements différents. Et ça m'a toujours fasciné de me dire que même si quelqu'un lisait le même livre que moi, il n'en aurait pas la même lecture, c'est d'autant plus vrai pour ce type de livres. En tout cas, j'ai l'impression que depuis quelques années, ces livres refont surface. J'en ai même croisé un dans lequel le lecteur tente sa chance et se met dans la peau d'un candidat de l'émission "The Voice". Tout cela pour vous dire que j'en ai trouvé un... pour les adultes !

 

"L'histoire d'amour dont vous êtes le héros" ne se lit pas forcément de façon linéaire. Vous pouvez le faire si vous ne voulez pas en manquer une miette, évidemment, mais vous pouvez aussi choisir de jouer le jeu en vous rendant directement aux chapitres numérotés indiqués lors de vos choix ou bien en lisant quelques paragraphes par-ci par-là puisque ce n'est pas un roman classique mais plutôt des chroniques sur l'amour, la vie de couple, le célibat, etc...

 

 Ce livre m'a fait penser aux chroniques que l'on trouve souvent dans les magazines, mais aussi au livre "La Femme parfaite est une connasse" ou à l'univers de Pénélope Bagieu, par exemple. C'est drôle, pertinent et plein de bon sens. Pandora Reggiani arrive toujours à mettre le doigt sur ce qui va nous faire sourire. Elle dresse un portrait cocasse et très juste de notre société et des moeurs d'aujourd'hui. On se reconnaît forcément un peu dans ce qu'elle décrit. On rit des autres et de nous mêmes et ça fait un bien fou ! C'est un livre léger, parfait pour les vacances, qui ne se prend pas au sérieux et qui vous fera, à coup sûr, passer un moment très agréable. A offrir et à s'offrir pour cet été !

 

En quelques mots :

Enfin un livre dont vous êtes le héros pour les adultes ! Pandora Reggiani nous offre dans ce livre des chroniques drôles, tendres et pertinentes sur l'amour, la vie de couple et le célibat. A consommer sans modération et à s'offrir pour les vacances.


Voir les commentaires

2014-05-09T20:54:00+02:00

Une Lettre de vous (Jessica Brockmole)

Publié par MyaRosa

Une Lettre de vous

(Letters from Skye)

Jessica Brockmole

couv49514827.gif

Catégorie(s) : Roman épistolaire contemporain - Littérature américaine - Drame

Edition / Collection : Presses de la cité

Date de parution : 10 avril 2014

Nombre de pages : 284

Prix : 21€

 

L'histoire :

Mars 1912. La jeune et obscure poétesse Elspeth Dunn ne connaît d’autres horizons que celui de l’île de Skye, au large de l’Ecosse. Aussi est-elle à la fois étonnée et ravie de recevoir sa première lettre de fan de David Graham, un étudiant originaire de la lointaine Amérique. Tous deux entament alors une correspondance. Ils se confient leurs auteurs préférés, leurs espoirs les plus fous et leurs secrets les plus chers. Très vite, cet échange épistolaire donne naissance à une amitié profonde qui a tout d’un amour inavoué. Mais lorsque la Première Guerre Mondiale éclate et que David se porte volontaire comme ambulancier, Elspeth ne peut que l’attendre sur son île en espérant qu’il survivra, à moins de forcer le destin… Juillet 1940, Edimbourg est bombardé. Dans l’appartement familial dévasté, Margaret découvre des dizaines de lettres adressées à une certaine Sue. Le lendemain, sa mère a disparu et il lui reste pour seul indice une unique lettre d’amour. En partant à sa recherche, Margaret va petit à petit lever le voile sur les mystères qui entourent sa famille et ce père dont on refuse de lui parler.

 

monavis2-copie-1

 

 Cela fait maintenant quelque temps que j'essaie en vain de trouver les mots qu'il faut pour commencer ce billet. J'aimerais tellement vous faire ressentir tout ce que j'ai ressenti à la lecture de ce roman épistolaire. J'aimerais pouvoir vous parler de toutes les émotions qui m'ont submergées et de toutes les larmes que j'ai versées, mais je ne sais pas par où commencer...

 

 Tout commence par une simple lettre. David, jeune étudiant américain découvre par hasard un recueil de poésie écrit par une femme habitant l'île de Skye, au large de l'Ecosse. Il lui écrit, sans arrière pensée, pour lui faire part de son admiration. La poétesse, Elspeth, lui répond et ils entament alors une correspondance épistolaire qui va durer plus de temps qu'ils ne l'auraient imaginé. Ils sont tous les deux amusés et fascinés par la vie que mène l'autre et qui est totalement différente de ce qu'ils connaissent. Il lui raconte les défis qu'il se lance à l'université pour épater la galerie tandis qu'elle lui parle de ses rêveries poétiques et de sa vie simple et sans prétention sur cette minuscule île qu'elle n'a jamais quittée. Nous lisons chacune des lettres qu'ils s'échangent, découvrant leurs rêves, leurs espoirs, leurs regrets et tous les bouleversements que la guerre va provoquer dans leurs vies...

 

LFS4.png

 

 Quel roman ! Mais quel roman ! Je vais avoir du mal à m'en remettre. J'ai toujours eu un faible pour les romans épistolaires et celui-ci m'a tout de suite fait penser à "Quand souffle le vent du nord" que j'avais tant aimé. J'aime la façon dont l'auteur nous fait rentrer dans la vie des gens. J'aime pouvoir découvrir les personnages au travers de leurs écrits. J'aime savoir ce qu'ils pensent, ce qu'ils ressentent et partager leur intimité. Je trouve que ce genre nous offre un point de vue totalement différent et j'ai l'impression que ça me permet de m'attacher encore plus aux personnages, comme si je les connaissais intimement. Vous n'imaginez pas à quel point je me suis attachée à David et à Elspeth. Ces deux-là m'ont semblé tellement vrais, tellement authentiques ! Je me suis régalée de leurs lettres passionnées, de leurs échanges, de l'amour des mots qu'ils partagent et des secrets qu'ils se confient. J'ai été surprise et ravie de trouver dans ce roman beaucoup d'humour et de dérision malgré le contexte vraiment très dur. La guerre est ici un bon prétexte pour aborder des thèmes tels que la solitude, l'absence et l'attente. 

 

 Et puis, quel bel hommage rendu aux mots ! Les mots, l'écriture sous toutes ses formes, la lecture et les livres sont au coeur de ce roman et ont une importance capitale. David et Elspeth sont de véritables passionnés qui dévorent des livres pour s'instruire, se distraire, faire passer plus vite les longues soirées d'hiver ou oublier les horreurs de la guerre et ils adorent en discuter et s'échanger des livres. Et en plus de leurs échanges épistolaires, ils écrivent chacun de leur côté : Elspeth de la poésie et David des contes pour enfants. J'ai adoré les échanges qu'ils entretiennent  au sujet de leurs auteurs favoris, de leurs dernières lectures et aussi quand ils décrivent le contexte dans lequel ils écrivent leurs lettres et leurs petites habitudes d'écriture ou ce qui les inspire. Il y a une scène vraiment amusante dans laquelle Elspeth rentre dans une librairie pour la première fois alors qu'elle ne savait pas que ce genre d'endroits pouvait exister. Je vous laisse imaginer sa réaction. C'est tellement adorable ! On dirait une petite fille qui s'émerveille le jour de Noël.

 

lfs.png

 

 Jessica Brockmole nous livre ici un roman épistolaire bouleversant, intelligent, passionnant et habilement mené. On y croit tellement qu'on en oublie l'auteur qui est derrière tout cela. On a vraiment l'impression de tomber sur une valise de lettres oubliées. J'ai dévoré les pages de ce roman et en même temps, je m'arrêtais pour relire certaines lettres tellement je les trouvais merveilleuses et puis j'avais aussi envie de faire durer le plaisir et de rester plus longtemps encore avec ce duo unique. Il y a des révélations que l'on voit venir à l'avance, mais qu'importe, ça ne gâche en rien la lecture de ce livre. C'est l'une des plus belles histoires d'amour qu'il m'ait été donné de lire. 

 

LFS3.png

 

 Je me suis mise dans la peau de chacun des personnages. Je me suis imaginée à la place d'Elspeth, seule sur la petite île sur laquelle elle a passé toute sa vie, loin de la guerre, là où tout est toujours comme avant et pourtant tellement différent en même temps. Je me suis imaginée attendant là qu'une lettre arrive et qu'elle puisse me délivrer la pire comme la meilleure des nouvelles. Ce calme environnant est tellement à l'opposé des bouleversements qui lui serrent le coeur et l'empêchent d'être tranquille et de vaquer à ses occupations. C'est tellement en décalage avec ce qui se passe sur d'autres continents et toutes ces émotions qui l'assaillent. Et puis David... Je n'imagine même pas tout ce qu'il a pu ressentir. D'ailleurs, c'est amusant, j'allais mettre "ce qu'il a dû ressentir". J'ai tellement le sentiment d'avoir lu une histoire vraie que j'ai terminé le livre en larmes, incapable de me calmer, réellement bouleversée par cette histoire qui pourrait être celle de quelqu'un. Et si j'ai été émue par le duo Elspeth/David, je ne l'ai pas moins été par toutes les relations mère-fille et soeur-frère que l'on découvre au fil des pages. Pudeur, non-dit, convenance et finalement tant d'amour derrière tout cela...

 

LFS2.png

 

 Je garderai un souvenir tout particulier de cette lecture De ces heures virtuellement passées sur l'île de Skye à regarder la mer, à imaginer toutes les histoires de fées, de sirènes et de fantômes que l'on raconte en gaélique au coin du feu depuis la nuit des temps. Je garderai un souvenir ému de ma découverte de cette correspondance passionnée et passionnante. Et s'il est impossible d'imaginer l'horreur que peut être la guerre lorsqu'on ne l'a pas vécu, je dois dire que j'ai tremblé sous les bombardements et les assauts et que je m'en souviendrai encore longtemps... Je ne sais plus quoi dire pour vous convaincre de lire ce merveilleux roman à part qu'il serait vraiment dommage de passer à côté d'une histoire aussi belle et aussi émouvante.

 

En quelques mots :

Sans-titre-1-copie-3.jpgCoup de coeur pour ce roman épistolaire triste et émouvant qui m'a fait verser beaucoup de larmes et me marquera longtemps. L'une des plus belles histoires d'amour qu'il m'ait été donné de lire et, pour le moment, ma plus belle lecture de 2014.

 

 


 

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire découvrir le book trailer de ce roman ainsi que ses différentes couvertures, toutes plus belles les unes que les autres. N'hésitez-pas à aller faire un petit tour ICI pour découvrir de magnifiques photographies prises sur l'île de Skye.  J'ai publié un autre billet avec quelques extraits notés au fil des pages : ICI Bon voyage !


Voir les commentaires

2014-04-28T08:53:00+02:00

Anna et le french kiss (Stephanie Perkins)

Publié par MyaRosa

Anna et le french kiss

(Anna and the French Kiss)

Stephanie Perkins

couv40016841.jpg

Catégorie(s) : Romance - Jeunesse

Edition / Collection : La Martinière Jeunesse

Date de parution : 13 février 2014

Nombre de pages : 376

Prix : 13,90€

 

L'histoire :

Fraîchement débarquée à Paris pour un an dans un prestigieux lycée, Anna, réservée et maladroite, ne connaît personne et se sent complètement perdue. Elle donnerait cher pour retourner chez elle et retrouver ses habitudes : sa maison, sa famille, ses amies, son job dans son cinéma préféré... Tomber sous le charme d'Etienne, un garçon totalement craquant, n'y change rien. Celui-ci a déjà une petite amie et toutes les filles en pincent pour lui... Mais comment ne pas y croire quand même un peu lorsqu'on a la chance de découvrir une ville aussi belle et fascinante ? Ne dit-on pas que Paris est la capitale de l'amour ?

 

monavis2-copie-1

 

 Lorsque le père d'Anna décide d'envoyer sa fille étudier en France, c'est la catastrophe. Anna qui vit depuis toujours aux Etats-Unis n'a aucune envie de quitter son lycée, ses amis et son petit frère pour partir à l'autre bout du monde, dans un pays dont elle ne connaît même pas la langue. Et puis, il y a Toph, ce garçon avec qui elle travaille et qui lui plait énormément. Ils viennent tout juste de se rapprocher...  Anna se retrouve malgré tout à Paris, dans un prestigieux lycée, entouré d'autres jeunes américains. Au début, c'est un peu le choc des cultures. Anna se sent perdue et seule, elle ne comprend vraiment rien au français et ne s'est jamais retrouvée loin de sa famille. Mais peu à peu, c'est pleine d'enthousiasme qu'elle va découvrir et apprendre à apprécier Paris et il se pourrait bien qu'un garçon ne soit pas totalement étranger à ce changement d'humeur...

 

 Les mots qui me viennent tout de suite à l'esprit lorsque je pense à ce roman sont : rafraîchissant, mignon, couv32561679.jpgromantique et drôle. Cela faisait longtemps que j'entendais parler de ce roman et je l'avais noté dans ma wish list avant même sa sortie en français. Pourtant, je ne pensais pas qu'il me plairait autant. J'ai vraiment adoré redécouvrir Paris avec Anna, voir les choses avec ses yeux, parcourir les rues, observer les touristes, contempler les monuments, flâner au coeur du quartier latin et en apprécier les saveurs, les couleurs et les odeurs. J'ai ri de la maladresse d'Anna, de son étonnement face aux différences entre notre façon de vivre et celle des américains, et puis il y a St. Clair... Ahhh St. Clair... Détrompez-vous, ce n'est pas le mec parfait et c'est justement tous ces petits défauts qui font son charme. J'ai adoré les personnages de cette histoire. Ils sont tous imparfaits, ont des problèmes plus ou moins graves, des complexes et des choses qu'ils n'osent pas avouer. Anna est passionnée par le cinéma et tient même un blog de critiques ! Vous vous doutez bien que ça aussi, ce n'est pas pour me déplaire. Et puis, bien sûr, on parle aussi de gastronomie et de gourmandise.

 

 J'ai aimé voir Anna et St. Clair se chercher puis se perdre. Ils jouent sans arrêt au chat et à la souris, se compliquent beaucoup la vie, mais sans cela, ce serait beaucoup moins amusant. Franchement, si vous cherchez une lecture pour vous détendre, qui vous offre un peu d'évasion, d'humour et de romantisme, ce livre est celui qu'il vous faut ! J'ai ri, j'ai souri, j'ai eu les fameux petits papillons dans le ventre, et j'en veux encore ! C'est un joli roman doudou à savourer sans modération. Le genre de livres à lire emmitouflé sous un plaid avec des tonnes de friandises à portée de main. Gloussements, jubilation et plaisir garantis !

 

7643.png


Voilà un petit extrait que j'ai trouvé très drôle. Anna est avec une amie, Meredith (surnommée Mer), dans une pâtisserie parisienne : "La vitrine qui s'étale devant nous déborde de tartes au citron, d'éclairs au caramel, de verrines trois chocolats et mousses de fruits recouvertes de sucre glace. Et de macarons, de tous les goûts et toutes les couleurs. Vert anis, rose bonbon, jaune citron. J'en choisis six tandis que Mer se décide pour un gâteau. Rose. Cassis. Orange. Pistache. Figue. Violette. Mais ensuite j'en repère un à la cannelle et un autre au praliné et je voudrais juste mourir sur place ! Ramper sous le comptoir, enfoncer mon doigt dans leur coquille craquante et lécher leur coeur fondant jusqu'à mon dernier souffle." (Pages 160-161)

 

ET.jpg

 

En quelques mots :

Une lecture-détente, un roman-doudou comme je les aime qu'on lit avec beaucoup de plaisir. Les personnages sont irrésistibles et on n'a pas envie de les quitter. Et puis, quelle jolie balade parisienne ! Vraiment, ce serait dommage de s'en priver !


Voir les commentaires

2014-01-14T05:00:00+01:00

Te succomber (Jasinda Wilder)

Publié par MyaRosa

Te succomber

(Falling into you)

Jasinda Wilder

couv29507042.jpg

Catégorie(s) : Romance - érotisme - Young-adult

Edition / Collection : Michel Lafon

Date de parution : 9 janvier 2014

Nombre de pages : 339

Prix : 15,15€

 

L'histoire :

« Je n’ai pas toujours été amoureuse de Colton Calloway ; j’ai d’abord été amoureuse de son petit frère, Kyle. Kyle fut mon premier amour… »
À 18 ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, l’a quittée. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer.
Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes.
Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ?

 

monavis2

 

 Ce livre a fait un carton outre-Atlantique et était apparemment très attendu en France. L'enthousiasme sans limite des lecteurs m'a donné envie de me lancer dans cette lecture d'un nouveau genre appelé le new adult. Le new adult est un mélange de young adult et d'érotisme. Ce sont des romances destinées aux jeunes adultes qui comportent quelques scènes de sexe explicites. A réserver, donc, à un public averti. Même si mes quelques essais en la matière ne m'ont pas enthousiasmé, j'ai eu envie de satisfaire ma curiosité et de donner une chance à ce roman dont tout le monde dit du bien malgré la couverture que je trouve vraiment peu esthétique. Alors, verdict ?

 

 La première partie m'a totalement charmée. J'ai aimé découvrir l'histoire de Kyle et de Nell, voir leur relation évoluer en un amour tendre et juvénile très touchant. Ca m'a fait penser à d'autres lectures qui m'ont beaucoup plu : "L'été où je suis devenue jolie", "La toute première fois" ou encore "Toi et moi à jamais". J'aime ces histoires d'amours naissants, de premiers émois, d'amitié qui se transforme en amour. Bref, j'ai totalement adoré le début et puis l'histoire a pris une dimension que je n'attendais pas et qui m'a encore plus plu. J'ai aimé cette noirceur que je ne m'attendais pas à trouver dans ce roman et puis le fait que l'histoire se déroule sur plusieurs années et qu'on puisse ainsi voir les personnages et leurs sentiments évoluer, changer, se transformer. Cette première partie m'a beaucoup touchée.

 

 Et puis, paf ! Le soufflé est retombé d'un coup avec la deuxième partie qui avait pourtant bien commencé mais qui très vite s'est transformée en un amoncellement de clichés grotesque et risible. Et là dessus, ce sont rajoutés la vulgarité et des dialogues d'une platitude affligeante. Vraiment, je n'ai pas accroché à cette seconde partie. Je n'ai rien contre les scènes de sexe, mais les dialogues crus me dérangent et là je n'ai plus vu que ça, au milieu des clichés qui tentaient vainement de m'emmener dans une espèce de pathos mélodramatique. Je sentais tellement que l'auteur voulait me faire pleurer toutes les larmes de mon corps que ça a eu l'effet inverse. Je suis restée de marbre et je me sentais tellement en dehors de l'histoire que tout mon intérêt est retombé et j'ai même songé à arrêter ma lecture car je n'avais plus aucune envie de m'y replonger. C'est à n'y rien comprendre ! Le début était totalement addictif et charmant et cette seconde partie m'a vraiment déplu et je n'ai pas du tout reconnu Nell. Certes, c'est normal qu'elle ait changé et l'idée de départ de vouloir faire basculer l'histoire dans tout autre chose est bonne, mais je n'ai pas aimé la façon dont l'auteur l'a fait. Sans transition. Là j'avais vraiment l'impression de lire un livre différent avec d'autres personnages, d'autres histoires et rien de tout cela ne m'emballait. Ajoutez à cela une narration beaucoup plus lourde et moins soignée, du moins, c'est le sentiment que j'ai eu. L'auteur a tellement voulu faire de Colton un bad boy qu'on se retrouve avec tous les clichés existants. Et puis, cette manie de vouloir écrire le langage des jeunes. Ca me dépasse toujours car je trouve ça si peu crédible. Personne autour de moi ne dit "C'est putain de génial !", par exemple. Bon, peut-être que c'est la traduction qui veut ça, ça sonne peut être mieux dans la bouche d'un américain, mais bon, dans le récit c'est vraiment lourd et déplaisant de lire ce genre de phrases. Et quand c'est au milieu d'une scène de sexe... Ca me refroidit tout de suite ! Est-ce qu'il y a vraiment des gens à qui ça plait ? Est-ce qu'il faut forcément être vulgaire pour être sexy ? Et puis, vu le contexte, c'est encore plus bizarre, je trouve.

 

 Heureusement et contre toute attente, la troisième partie m'a beaucoup plus enthousiasmé et a presque rattrapé le gros bide de la seconde partie. J'ai aimé la relation fusionnelle qui lit Nell et Colton, la façon dont ils affrontent les difficultés qu'ils rencontrent et surtout, surtout, la place de la musique dans ce roman et le fait que le titre prenne tout son sens. On parle beaucoup de musique et il y a même une playlist associée au roman. Ca, j'adore ! J'ai aussi beaucoup aimé découvrir les secrets de Colton et je l'ai vu sous un tout autre jour. Il m'a semblé plus crédible, plus humain, plus vrai. Alors que la seconde partie me laissait de marbre et ne m'a pas fait vibrer, je dois reconnaître que la troisième est beaucoup plus addictive et sensuelle. Pas aussi bien que la première, c'est certain, mais beaucoup mieux que la seconde en tout cas. J'ai enfin réussi à croire à cette histoire d'amour et j'ai même fini par être touchée et émue. Qui l'eût cru ? Du coup, je termine cette lecture sur une impression étrange et déconcertante. Je ne sais plus trop quoi penser. Sans cette seconde partie, je crois que ce roman aurait été une merveilleuse lecture et sans la première, il aurait été sans intérêt. C'est vraiment dommage...

 

En quelques mots :

Mon avis sur ce roman est très partagé. J'ai adoré la première partie, détesté la seconde et aimé la troisième. Je reste sur un sentiment étrange et déconcertant. Comme si j'avais lu un recueil de nouvelles écrit par différents auteurs. J'ai trouvé ces trois parties très inégales et pourtant, je trouve que l'auteur a eu une merveilleuse idée en construisant son roman de façon si peu banale.


Voir les commentaires

2013-12-28T08:57:00+01:00

Nuit de Noël à Friday Harbor (Lisa Kleypas)

Publié par MyaRosa

Nuit de Noël à Friday Harbor

(Christmas Eve at Friday Harbor)

Lisa Kleypas

couv46637529.jpg

Catégorie(s) : Romance contemporaine - Littérature américaine

Edition / Collection : J'ai Lu / Promesses

Date de parution : 6 novembre 2013

Nombre de pages : 217

Prix : 6€

 

L'histoire :

"Cher Père Noël, cette année, je veux juste une chose : une maman"...

Lorsqu'il découvre ce message de sa nièce Holly, Mark Nolan est profondément désemparé. Célibataire dans l'âme, il a dû composer avec le quotidien de cette petite fille fragile, qui a perdu la parole à la mort de sa mère, dont il est désormais le tuteur. Car il aime Holly comme son propre enfant.

Lui offrir la douceur d'un foyer uni ? Pas facile quand on a comme modèle une famille saccagée par des parents calamiteux. Mark est pourtant prêt à tenter l'aventure avec Maggie, la jolie rousse qui vient d'ouvrir une boutique de jouets merveilleuse à Friday Harbor. Elle seule a su rendre à Holly plus que le sourire.

Sauf que, après le drame qui a chamboulé sa vie, Maggie ne veut plus livrer son coeur à quiconque.

 

monavis878

 

 Je trouve que la période des fêtes de fin d'année se prête volontiers à la lecture de romances historiques et contemporaines. En plus, il en existe un grand nombre dont l'intrigue se déroule au moment de Noël. C'est devenu un rituel pour moi, au même titre que de visionner des comédies romantiques, que de me glisser avec délice dans quelques lectures sirupeuses et pleines de bons sentiments. Cette année, j'ai décidé de découvrir la plume de Lisa Kleypas, auteur à succès très prolifique dont j'entends le plus grand bien, et de découvrir enfin Friday Harbor.

 

 Vu le titre, je m'attendais à ce que toute l'histoire se déroule au moment de Noël. J'espérais suivre tous les préparatifs dans les moindres détails. Je sentais déjà les bonnes odeurs de dinde rôtie, de sablés et de biscuits à la cannelle venir jusqu'à moi et je m'en léchais déjà les babines. Malheureusement, c'est seulement dans les toutes dernières pages du roman qu'on commence à parler de Noël. L'histoire commence au mois de septembre, si mes souvenirs sont bons, et se termine le 24 décembre, au soir. On suit donc quand même les festivités de Halloween, de Thanksgiving et de Noël. En dehors de cette petite déception et de son côté sans surprise - on sait dès le départ commencent tout va se terminer -, cette romance m'a beaucoup plu.

 

 J'ai adoré le contexte et le cadre de cette histoire. Friday Harbor est un endroit où il fait bon vivre et que 0.jpgj'ai maintenant envie de découvrir plus en détails. Ca tombe bien car il existe trois autres histoires qui s'y déroulent : La route de l'arc-en-ciel, Le secret de Dream Lake, et Le phare des sortilèges. De plus, il y a dans cette romance tout ce que j'aime trouver dans ce genre de lectures. Des foyers chaleureux et douillets, de l'amour sous toutes ses formes, des descriptions de saveurs, d'odeurs et de préparations de plats qui mettent l'eau à la bouche, du rêve et de la fantaisie. Les personnages sont très attachants. Holly est une fillette adorable qui a perdu sa maman et est maintenant élevée par deux de ses oncles qui font de leur mieux pour lui offrir le meilleur. Maggie vient de s'installer sur l'île. Elle est veuve et tient un magasin de jouets merveilleux. Elle adore cuisiner et fabriquer des choses elles-mêmes. Elle a dans sa boutique des objets fabuleux : des décors d'anniversaire incroyables, des déguisements en tous genres, des figurines issues du Magicien d'Oz et des petites maisons de fées qu'elle fabrique elle-même. Tout cela est anecdotique, mais ça m'a tellement fait rêver que j'avais envie de vous en parler. Ses personnages ont le coeur sur la main, ils sont drôles, simples et attachants et c'est vraiment à regret qu'on les quitte.

 

 Autre détail important, il n'y a pas dans ce livre, comme c'est le cas dans certaines romances, de scènes de scène à outrance et de vulgarité (attention, je ne dis pas que l'un ne va pas sans l'autre, mais dans les derniers que j'ai eu l'occasion de lire, on y trouvait les deux). Il y a quelques passages qui m'ont fait lever les yeux au ciel tant je trouve cela bateau et exagéré, notamment le coup inévitable dans toute romance qui se respecte de la fille qui a les jambes flageolantes et ne tient même plus debout tant les baisers de l'homme sont envoûtants et celui-ci s'empresse immédiatement de la rattraper grâce à ses bras musclés et en plus, il sent bon l'après-rasage senteur marine et le café. Hum hum... En dehors de cela, ce roman est très agréable à lire. C'est une lecture douillette, chaleureuse et réconfortante à savourer au coin du feu ou enveloppée dans un plaid bien moelleux avec un bon chocolat chaud ou une tasse de thé. J'ai passé un très bon moment et je retournerai certainement très bientôt sur l'île de Friday Harbor, à la découverte d'autres personnages qui, je l'espère, seront tout aussi attachants. Il me semble qu'il y a eu une adaptation de ce roman en téléfilm. J'aimerais beaucoup la découvrir.

 

"- J'ai l'impression de marcher dans un nuage, dit Maggie qui prit plusieurs inspirations profondes. Quand j'étais petite, j'étais persuadée que les nuages devaient avoir un goût délicieux. Un jour, j'en ai demandé en dessert. Ma mère m'a servi un peu de crème fouettée dans une coupelle. C'était aussi délicieux que je l'avais imaginé, conclut-elle avec un sourire mutin." (Page 102)

 

En quelques mots :

Une jolie lecture qui malgré son manque de surprise et le fait qu'elle n'échappe pas à quelques clichés se lit avec plaisir et gourmandise. On se laisse bercer par l'atmosphère chaleureuse et réconfortante de Friday Harbor le temps d'une saison et on n'a pas envie de quitter cet endroit idyllique où il fait bon vivre.

 

challengechristmastime

 

 

 


 


Voir les commentaires

2013-10-04T09:29:00+02:00

La Maison d'hôtes (Debbie Macomber)

Publié par MyaRosa

Retour à Cedar Cove, tome 1 : La Maison d'hôtes

(Rose Harbor, book 1 : The Inn at Rose Harbor)

Debbie Macomber

couv49777217

Catégorie(s) : Littérature américaine - Romance

Edition / Collection : Charleston

Date de parution : 15 mars 2013

Nombre de pages : 378

Prix : 19,90€

 

L'histoire :

Après la mort tragique de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie, et reprend une maison d'hôtes dans la petite ville de Cedar Cove : la Villa Rose. Sa première cliente, Abby, a survécu à un accident de voiture, dans lequel sa meilleure amie a trouvé la mort. Elle n'a jamais eu le coeur à retourner dans la ville où elle est née, jusqu'à ce jour, dix ans après l'accident. Josh, le second client, doit prendre en charge son beau-père, un vieil homme à présent, avec qui il ne s'est jamais entendu. Derrière les portes de la jolie maison d'hôtes, ces personnages inoubliables trouveront l'amour, le pardon et la possibilité d'un nouveau départ.

 

monavis2

 

 Debbie Macomber est une auteur prolifique et talentueuse qui connaît un succès phénoménal outre Atlantique 13414594.jpget dans de nombreux pays. Ses romans ont été traduits dans 23 langues et elle a vendu plus de 160 millions de livres. Il y en a peu qui ont été traduits en français pour le moment, mais j'espère que cela va changer. En plus, elle a écrit plusieurs romances de Noël que j'adorerais découvrir. En ce qui concerne "La Maison d'hôtes", ce roman est le premier volet de la série "Retour à Cedar Cove" encore inédite en France, et la suite - "Un printemps à la Villa Rose" - sera publiée au printemps 2014. Un autre roman de Debbie Macomber, que je suis impatiente de découvrir, paraîtra cet automne aux éditions Charleston : "Les Anges s'en mêlent". Sont également disponibles : "L'amour par petite annonce" récemment réédité par les éditions J'ai Lu ainsi que la série "Blossom Street" publiée aux éditions Harlequin et que je compte lire prochainement.

 

 "La Maison d'hôtes" a tout du roman doudou. Vous savez, ces romans réconfortants que l'on aime lire au coin du feu ou emmitoufflé dans un plaid lorsque les mauvais jours arrivent ou qu'on n'a pas trop le moral. Dans ce premier tome, nous croisons des âmes en peine. Des personnages en quête d'amour et de rédemption qui ont du mal à laisser leur passé de côté pour aller de l'avant et se reconstruire. Il y a d'abord Jo Marie qui a perdu son mari dans des circonstances tragiques et décide de changer de vie et de reprendre une maison d'hôtes à Cedar Cove. Son chemin va croiser celui de deux êtres abîmés par la vie qui ont vécu à Cedar Cove étant plus jeunes et espéraient ne jamais avoir à y revenir... Ils sont tous les trois endeuillés et portent un lourd fardeau. Jo Marie, personnage bienveillant et attachant, tente de faire au the-inn-at-rose-harbor.jpgmieux pour que le séjour de ses premiers clients se déroule au mieux et qu'ils repartent avec le sourire et les voit changer et mûrir, jour après jour.

 

 J'ai beaucoup aimé ce roman. Certes, c'est prévisible, mais j'ai aimé suivre ces trois personnages dans leur quête et leur guérison. Jo Marie m'a énormément plu et j'ai aimé suivre son installation à Cedar Cove ainsi que tous les petits détails qui font de ce lieu un endroit charmant et douillet qu'on a envie de visiter. J'ai aimé sa découverte de la ville, la description des petits plats qu'elle cuisine et la douceur des gens qu'elle rencontre dans sa nouvelle ville. Les personnages secondaires sont égalemet intéressants. J'ai particulièrement aimé Mark et je suis impatiente de le recroiser. Je suis plus mitigée en ce qui concerne Michelle. Son histoire est touchante, mais je n'ai pas réussi à m'attacher à elle.

 

 J'ai aimé la façon dont l'auteur nous fait apprécier des personnages secondaires que l'on n'aimait pas au départ. Elle nous montre que les choses ne sont jamais noires ou blanches, que ce n'est pas si simple, et que leurs réactions sont certainement provoquées par quelque chose dont on ne se doute pas. C'est un roman plein de bons sentiments qui plaira à coup sûr à ceux qui aiment les histoires réconfortantes, chaleureuses, pleines d'optimisme, de générosité et d'affection. Je lirai la suite avec grand plaisir.

 

En quelques mots :

"La Maison d'hôtes" est le premier tome de la série sentimentale "Retour à Cedar Cove". C'est une lecture parfaite pour l'automne. Un roman qui réconforte, qui apaise. Une belle leçon de vie et une histoire pleine d'optimisme qui nous montre qu'on peut se relever même lorsque l'on pense que ce n'est plus possible... Vivement la suite !

 

¤¤

 

NB : Je viens d'apprendre qu'il y a une série TV américaine tirée des romans de Debbie Macomber. L'intrigue est différente mais se déroule à Cedar Cove. J'espère de tout coeur qu'on pourra la découvrir en France. Ca donne envie... Merci pour l'info, Isa. ;) 

 

 


 


 

Voir les commentaires

2013-07-19T23:26:00+02:00

Pierre, feuille, ciseaux (Catherine Kalengula)

Publié par MyaRosa

Pierre, feuille, ciseaux

Catherine Kalengula

HGFJ.png

Catégorie(s) : Young adult - Romance

Edition / Collection : Hachette Jeunesse / Bloom

Date de parution : 7 août 2013

Nombre de pages : 304

Prix : 13,90€

Dès 14 ans

 

L'histoire :

Alice a perdu ses parents dans un accident de voiture. Accueillie par sa grand-mère qui vit à Oxford en Angleterre, elle s’enferme peu à peu dans une bulle de solitude et de souffrance. Shane est un jeune homme rebelle et torturé. Adopté par un couple d’Anglais lorsqu’il était petit, il sent que ses origines coréennes et la difficulté d’être différent l’éloignent de ses parents adoptifs. Artiste contrarié, il se console dans les bras de jeunes femmes qu’il rejette ensuite sans scrupules. Tout sépare donc Alice et Shane, qui vont se trouver pourtant être réunis, le temps d’une panne d’ascenseur. A la faveur de l’obscurité, les carapaces se fissurent, des liens se nouent, une étincelle naît. Alice parviendra-t-elle à apaiser la colère et la violence de Shane ? Shane pourra-t-il redonner à Alice le goût à la vie ?

 

monavis2

 

 Cela faisait longtemps que j'avais envie de découvrir Catherine Kalengula et c'est avec ce titre que j'ai choisi de me lancer. J'ai bien fait car ce roman, je l'ai lu d'une traite tellement j'ai aimé l'histoire, les personnages et l'écriture de l'auteur. C'est une jolie romance adolescente, touchante et pleine d'émotions. Alice a perdu sa famille dans un accident de voiture. Elle a quitté la France pour s'installer à Oxford, chez sa grand-mère, mais n'arrive pas à remonter la pente. Elle n'a plus envie de rien et ne voit pas l'intérêt de se lever le matin alors qu'elle a tout perdu. Elle pleure ses parents, mais aussi cette soeur qu'elle n'a jamais connue car sa mère était enceinte de six mois lors de l'accident. Alice se noie dans la mélancolie et rien ne semble pouvoir l'en sortir, même pas sa grand-mère qui pourtant fait tout son possible pour rendre sa vie meilleure. Shane, quant à lui, est étudiant. Il a été adopté quand il était petit et a grandi dans une famille aisée. Il semble ne manquer de rien, pourtant, il lui manque l'essentiel. Shane n'accepte pas l'abandon qu'il a vécu et le fait que sa mère biologique ne souhaite pas le rencontrer. En plus de cela, il se sent totalement rejeté par ses parents adoptifs. Il a l'impression de les avoir terriblement déçus, de ne pas être à la hauteur de leurs espérances. Il a le sentiment de tout faire de travers alors qu'il se démène pour leur plaire. Ce n'est pas lui qui a choisi son cursus scolaire ni le sport qu'il pratique, mais son père adoptif. Et même là-dedans, il échoue. Il collectionne les aventures sans lendemain et la seule chose qui l'apaise et lui plait, c'est le dessin. Malheureusement, il sait qu'il n'a aucune chance de continuer. Ses parents ne le laisseront jamais suivre cette voie et il est persuadé de ne pas avoir assez de talent. Alice et Shane, ce sont deux jeunes meurtris par la vie, deux solitudes qui mises en contact font des étincelles, deux personnes singulièrement différentes qu'une panne d'ascenseur va réunir un court instant qui va pourtant bouleverser leurs existences.

 

 J'ai beaucoup aimé cette histoire. Les chapitres sont courts et alternent les points de vue des deux protagonistes. Même si on se doute de ce qui va se passer, il y a de nombreux rebondissements. Leur histoire n'est pas simple. Ils sont tellement meurtris, enfermés dans leur solitude et dans leur tristesse qu'ils n'arrivent pas à s'avouer leurs sentiments. Ils accumulent les déceptions, les rendez-vous manqués, les mots indélicats. C'est touchant de les voir se chercher si maladroitement. Ils n'arrêtent pas de se croiser. Hasard ? Destin ? J'aime ce genre d'histoires ou les personnages s'aident à aller de l'avant. Il y a également d'autres personnages intéressants, Pierre, le colocataire français de Shane, Stef, ou encore la grand-mère d'Alice.  J'aime la façon dont ces deux femmes prennent soin l'une de l'autre. Leur relation pleine de pudeur est belle et touchante. J'ai également adoré découvrir Oxford, cité universitaire (mais pas que), ses petites ruelles, ses parcs et ses traditions locales. C'est un joli roman sur l'amour, la rancoeur, le deuil, l'adolescence, le mal-être et l'espoir. Une jolie découverte.

 

"Leur existence à tous les trois ressemble à la tourte aux myrtilles à laquelle Shane a à peine touché, et qui reste éventrée et dégoulinante au milieu de la table. Parfaite et dorée à l'extérieur, dégueulasse à l'intérieur." (p100)

 

"Un soir,  je me suis couchée et j'avais tout. Quand je me suis réveillée, quelques heures plus tard, je n'avais plus rien. [...] J'ai l'impression que le sol se dérobe sous mes pieds. Je refuse de rendre les armes. Si je ne me bats pas maintenant, si je cède, bientôt j'aurai si peur du monde extérieur que je ne pourrai plus quitter ma chambre."(p165)

 

"J'ai envie que les gens me voient comme une fille normale, non plus comme une poupée de porcelaine qui risque de se briser à la moindre chute ou au moindre coup sur la tête."(p221)

 

En quelques mots :

Un roman très touchant qui aborde avec délicatesse, pudeur et émotion des sujets difficiles. Les personnages sont touchants et s'aident à aller de l'avant. 


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog